NKM remet à leur place les étudiants de Sciences Po

Remplaçant au pied levé Nicolas Sarkozy au forum Elle organisé à Sciences Po Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet a, sous les huées, commencé par remercier les étudiants pour “[leur] accueil chaleureux”, des membres du “groupe d’action féministe” La Barbe à ses côtés (elles sont montées sans que la sécurité ne réagisse et resteront tout le temps de son intervention). Coupée par Valérie Toranian, la directrice de la rédaction de l’hebdomadaire, qui lui assène : “Il (Nicolas Sarkozy, ndlr) ne vous a pas laissé le beau rôle”, elle répond du tac au tac : “On pourrait parler de votre rôle, à vous aussi !” Après avoir mis en doute “les conditions d’équilibre” du débat devant une Valérie Toranian outrée et la salle ne se calmant pas, la porte-parole de Nicolas Sarkozy ose : “Vous n’êtes pas obligé de m’écouter mais je vais parler quand même”. Plus tard, elle se fera traitée de “subalterne” par un étudiant noir à qui l’admission par convention ZEP a dû monter à la tête, regrettera “l’attitude de la direction”, dénoncera “un traquenard manifestement mis en place” et “ce qui était préparé ici” contre le Président-candidat tout en regrettant l’absence de “vraies questions”. Un régal sur la forme, de voir l’ancien ministre de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement moucher ces jeunes activistes de salons du Ve arrondissement :

Autres articles

10 Commentaires

  • Jean-Paul , 7 Avr 2012 à 10:58 @ 10 h 58 min

    Descoing a assuré fait du bon travail !
    Quelle classe cette école !

    Quand aux attitudes de ces femmes, on comprend l’augmentation de l’homosexualité masculine.

  • René Gary , 7 Avr 2012 à 13:53 @ 13 h 53 min

    Le progrès est frappant en effet voici seulement dix ans un débat politique à Sciences Po était un rendez-vous donné à l’intelligence et souvent à la culture, en résumé cela risquait d’être enrichissant. Aujourd’hui la vulgarité, la prétention d’incultes encroutés de prêchi-prêcha politiquement correct, donne l’irrésistible envie d’en revenir aux châtiments corporels; la fessée cul nul qu’est la seule chose que sont en mesure de comprendre et de m’hériter ces morveux béats de crétinisme ambiant.

  • René Gary , 7 Avr 2012 à 14:02 @ 14 h 02 min

    Je laisse la modération aux adeptes de la seconde joue !!!

Les commentaires sont fermés.