À chacun son Carême ?

Je ne peux que signer et contresigner l’appel de notre ami Jacques de Guillebon (1) à ce que les catholiques organisent un véritable Carnaval pour le Mardi Gras (et pour d’autres dates traditionnelles comme le jeudi de la Mi-Carême ou encore la Fête des Fous, Fête des Innocents ou Fête de l’Âne, dite encore Fête des Diacres-Soûls, lors des trois jours qui suivent Noël) qui renvoie par sa gaîté et sa démesure les mornes Gay Pride et Love Parade aux oubliettes. Le risque est que les cathos, qui ne sont pas très gais et très peu portés sur la démesure ni les excès, nous fassent quelque chose de bien gentillet et propret, une « Catho Pride » tendance bleu marine et rose, et l’on ne sache guère aujourd’hui d’« évêque des fous » ni de « pape des fous » qui ose relancer ces traditions carnavalesques, charivaresques et chahuteuses. Peut-être cet episcopus stultorum émergera-t-il un jour comme quelque « évêque du dehors », laïc rubicond élu par la foule en liesse ? Une sorte de « folie en Christ » collective, de goliardise illustrant joyeusement les paroles de l’Apôtre : « Ce qu’il y a de fou dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi, pour couvrir de confusion les sages » (2) ? Mais si ces fêtes ouvrant ou rompant le jeûne sont tombées en désuétude, c’est à la mesure dont ce dernier a été massivement abandonné : au contraire des Eglises d’Orient, l’Eglise catholique romaine ne recommande aujourd’hui que le Mercredi des Cendres et le Vendredi Saint comme jours de jeûne et d’abstinence. Révérence gardée, cela paraît bien insuffisant. Insuffisantes aussi les trop nombreuses explications spiritualisantes et moralisantes du jeûne et de l’abstinence, hélas trop souvent entendues, mauvais exemple à l’appui, de nos pasteurs : « Ce qui compte, c’est le jeûne de l’esprit, le jeûne du cœur, c’est de s’abstenir des mauvaises pensées, des mauvaises actions… » Bien sûr, et c’est précisément pour nous y disposer que sont proposés le jeûne et l’abstinence du corps, le jeûne et l’abstinence de la bouche et du ventre, dont le Christ lui-même nous a donné l’exemple : « Si quelqu’un veut me servir, qu’il me suive ; et là où moi je suis, là aussi sera mon serviteur. » (3) « Le serviteur n’est pas plus grand que son maître. » (4)

De plus, si l’offre carêmique est maigre, si j’ose dire, la demande est forte : en témoignent les nombreuses initiatives en ce sens, parcours de carême qui en redessinent le sens : Carême pour la Terre, Lent 4.5, sessions de jeûne, etc. Sans compter les innombrables pratiques individuelles qui vont parfois dans tous les sens : jour anti gaspi, jour sans télé, etc. Alors, à chacun son Carême ? Il est peut-être temps pour l’Eglise de proposer, parole et exemple des clercs à l’appui, les règles objectives d’un Carême pour tous, libre à chacun d’y ajuster ou d’y ajouter ses propres résolutions, libre à chaque personne ou chaque groupe, communauté, paroisse, réseau, de tisser son effort particulier dans l’effort commun. Ce devrait être, au minimum, un Carême sans viande et sans poisson, et même sans œufs ni laitages comme le pratiquent les chrétiens orientaux. Un végétarisme ou un végétalisme conçus comme une véritable ascèse pour tous, c’est-à-dire un entraînement corporel et spirituel qui convertit nos cœurs et nous tourne davantage vers l’amour de Dieu, l’amour de notre prochain et l’amour de la Création tout entière.

S’il est temps de redécouvrir, contre le rituel monotone de la consommation festive, les débordements énergiques des grandes fêtes de nos calendriers, il est davantage urgent de retrouver les vertus toniques des jeûnes traditionnels : jeûne du Carême bien sûr, mais aussi jeûne de l’Avent, jeûne des Rogations, jeûne des Quatre-Temps, jeûnes des grandes solennités liturgiques…

Alors ? « Mangeons et buvons car demain nous mourrons » (5) ? Tristes ripailles que celles de celui qui ne croit pas en la résurrection… Mais jeûne joyeux de celui qui a les promesses de la vie éternelle !

> Cet article est la version longue d’un article paru dans La Nef n°258 d’avril 2014

1. « Carême : nous ne sommes rien, soyons fous ! », Causeur, 5 mars 2014.
2. 1 Corinthiens 1, 27
3. Jean 12, 26
4. Jean 13, 16
5. 1 Corinthiens 15, 32

Articles liés

32Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • hermeneias , 6 avril 2014 @ 22 h 11 min

    Mouairf

    Le carême n’a rien à voir avec le ramadan , le shabat et autres pratiques ostentatoires !
    Par les temps qui courent il est bon de le marteler !

    “Quand tu jeune parfume toi la tête ”

    Ceci dit OK pour le carnaval pour mettre en valeur le vrai sens du carême qui est le combat spirituel avec le Christ mais pas une épreuve sportive

  • patrick Canonges , 6 avril 2014 @ 23 h 23 min

    Rappelons que sous l’Ancien régime, il y avait plus de 80 fêtes chrétiennes fériées. Ce fut une des premières lois de la Révolution de remettre au travail ces fainéants de Français, au nom d’un libéralisme bien compris.

  • Histoire , 7 avril 2014 @ 0 h 00 min

    Excellent rappel !

  • Daniel , 7 avril 2014 @ 6 h 54 min

    “Rappelons que sous l’Ancien régime, il y avait plus de 80 fêtes chrétiennes fériées. ”

    Rien qu’avec cela je suis sûr que pas mal de syndicalistes CGT, CFDT et autres se convertiraient au catholicisme !

    Ben quoi ?! La doctrine social de l’Eglise catholique serait plus protectrice des intérêts sociaux, et familiaux ?

    A méditer, surtout à une époque où l’UMPS laisse des magasins ouvrir le dimanche, où de plus en plus de fêtes chrétiennes sont menacées.

    Symboliquement, on peut aussi poser des jours de congé le jour des fêtes chrétiennes non fériée, comme les Rameaux, la Fête Dieu…..

    Il y a déjà 2 règles fondamentales du Carême, qui se doivent d’être suivies tous les jours du Carême, y compris le dimanche, et qui peuvent vous aider à vous couper de l’esclavage matériel de la société de consommation :

    – l’élévation par rapport à tout ce qui est matériel : ne pas manger, hormis un petit déjeuner très tôt le matin avant le lever du soleil, et un légère collation le soir. Le reste, pas de nourriture, aucune dépense en journée, que ce soit pour le déjeuner, pas de frais de restaurant, de consommation quelconque. (d’ailleurs, votre budget vous le ferra très vite savoir, une belle expression de contestation de l’esclavage de la société de consommation). Pour éviter ou s’entraîner à ne pas avoir faim, tout simplement éviter de boire, l’estomac s’asséchant, toute sensation de faim disparaît. Par ailleurs, rien de mieux que de penser qu’à travailler ou se fixer des objectifs à atteindre chaque jour : vous en oublierez toute sensation de faim. A l’inverse des esclaves de la société de consommation, chaque soir, vous aurez l’impression que votre existence s’accélère, que vous perdez bien moins votre temps que ce que font les autres, débarrassé de nombreuses éléments futiles et sans intérêts, hormis vous transformer en bête de consommation.Par ailleurs, éviter les contacts physiques, surtout en journée ; pas d’embrassades et autres, dans la journée, le corps doit s’isoler matériellement de tout ce qui est extérieur. Votre corps consiste à se purifier, étape qui est nécessaire pour celui de la purification de l’Esprit et de l’Âme.

    – les consommation de viande et de produits animaux sont proscrites formellement interdites.
    Donc, pendant le carême, il est interdit de consommer : viande, poisson, lait, fromage, yahourt, pain non azymé, alcool (sauf le dimanche, le vin de la messe), ainsi que tout produit dont la composition contient, même sous forme de trace, le moindre de ces éléments.

    Par contre, seule la consommation de produits végétaux est autorisée, hormis les huiles et corps gras. C’est l’occasion de réapprendre à s’alimenter, en organisation une diététique répondant à tous les besoins du corps (protéines, vitamines, glucides…)

    Le carême, jeune spirituel, mais qui par notre existence terrestre nous oblige à des dispositions d’ordre matérielle, va ainsi constituer une véritable renaissance annuelle, vous libérant de l’esclavage matérialiste et consumériste, redonnant santé à l’âme et au corps. Certaines personnes sont même parfois déçues de devoir arrêter le carême, ainsi se permettent elles de le poursuivre quelques semaines supplémentaires afin d’en poursuivre les effets bénéfiques.

    Les règles du jeu sont là, à vous de vous réveiller et de les appliquer.

    Vous avez le droit d’être libres ou de vouloir rester des moutons.

    J’espère que Eric Martin validera ce commentaire et ne va pas le censurer.

  • hermeneias , 7 avril 2014 @ 11 h 30 min

    “fainéants de français” sous l’ancien régime ?

    Vous vous montrez bien encore avec votre trogne assez minable tel qu’en vous même derrière vos discours fumeux .

    La France “d’ancien” régime , avec ses hauts et ses bas , ses monarques plus ou moins vertueux et éclairés , avait une autre aura et était autrement brillante que le pathétique frankistan actuel avec son bouffon de potentat actuel , monarque honteux et vrai tyran , que vous semblez affectionner et dont vous êtes un laquais .

    Ce qu’il y a de plus beau et de plus remarquable en France sont des réalisations de “l’ancien” régime ( le “nouveau” régime étant quant à lui foutu dans ts les sens du terme ) et la France est devenue un musée sans activité économique .

    L’ancien régime a produit cela malgré , ou grâce à , tout ces jours fériés marques d’une culture chrétienne plus ou moins assimilée .
    Ces jours fériés , ne vous en faites pas , ont été bien remplacés par vacances , ponts , rtt , 35 h ….qui n’existaient pas à l’époque ….mon bon , par la grâce de l’état nounou , “dieu” , provident et socialiste que vous servez !

    Chacun à le maitre qu’il peut et on comprend mieux là vos autres “positions”

  • hermeneias , 7 avril 2014 @ 11 h 35 min

    Oui c’est ça !

    Voila que le vrp et le margoulin se fait théologien .

    Le carême n’est pas le ramadan . Pas étonnant de voir les laquais de l’UE islamophile nous vanter la république ou la reductio ad islamicum , l

  • hermeneias , 7 avril 2014 @ 11 h 39 min

    la régression à une religiosité , “spiritualité” ( c’est à la mode chez les bobos ) , générique et archaique dont l’islam n’est qu’une résurgence totalitaire et conquérante .

    Moi je bouffe pendant le carême , surtout du cochon d’ailleurs , et dans la journée ….le reste m’appartient et n’appartient qu’à Dieu ( qu’il ne faudrait prendre pour un c…)

Les commentaires sont clôturés.