Comme un délicieux parfum de fin de règne

D’habitude, on ressent de l’amertume à voir son pays s’enfoncer sans espoir apparent de retour, à voir un territoire défendu jadis au prix de millions de morts désormais ouvert aux vents les plus mauvais, à voir la richesse d’une civilisation séculaire dilapidée en quelques années, à voir des valeurs millénaires foulées aux pieds par des pédants superficiels… mais il vient toujours un temps où cette plongée dans la déchéance devient jouissive. Pour certains, c’est la jouissance du porc dans sa soue mais pour tous les autres, c’est la joie profonde de celui qui sait que ce sont là les signes annonciateurs du renouveau, l’arc-en-ciel qui résulte de la rencontre de la pluie finissante et du soleil renaissant, le drapeau LGBT qui ne flotte plus que grâce au souffle de la Manif pour Tous.

Alors, n’hésitons plus, délectons-nous de cette valse des ministres, de ce théâtre de guignols, de cette farce hallucinante. Rions de ces journalistes aux perruques courtisanes, de ces perroquets insipides et répétitifs, de ces courtisanes devenus maires. Écoutons ravis les chants sinistres de la corneille de la place Vendôme, du cygne de Matignon et du canard boiteux de l’Élysée. Applaudissons aux crachats pyrotechniques des associations anti-je-ne-sais-quoi pour ne pas dire antidémocratiques ; courbons-nous devant les pachas de Bruxelles, les imperators de Washington et les torquemadas de la Nouvelle Bien-Pensance. Acclamons les Grandes prêtresses adoratrices des veaux d’or : fausse liberté, fausse égalité, fausse fraternité, vraie servitude.

Oui, tout cela est enthousiasmant : ouvrez grand vos narines et enivrez-vous de ce parfum de fin de règne : il y a là un peu de l’odeur de 1958 avec tous ces clowns pathétiques sur le perron de Matignon, un peu du soufre de 1789 dans cette colère sourde et dévastatrice jaillissant des tréfonds de la nation, un peu de la myrrhe de 476 dans cet effondrement créateur. Courrez-donc aux balcons pour assister médusés à la chute de l’oligarchie, au relèvement du peuple de France, à la modeste résurrection de l’humanité.

Articles liés

39Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • FLECHEBLEUE , 6 avril 2014 @ 9 h 45 min

    Idi Amin Dada disait : Nul ne courre plus vite qu’une balle de fusil !

  • MCT. , 6 avril 2014 @ 10 h 03 min
  • MCT. , 6 avril 2014 @ 10 h 04 min

    Oui c’est la fin, je remets cet article, qui contient en début un autre lien à lire absolument.
    http://www.yannikbonnet.com/Francois-Hollande-peut-il-mieux-faire-Pere-Y-Bonnet_a190.html

  • voldenuit818 , 6 avril 2014 @ 12 h 58 min

    Un seul “f” suffit au sulfureux soufre , sinon quelle souffrance …

  • Psyché , 6 avril 2014 @ 13 h 48 min

    Le matamore de salon sera pire de RO.
    Il a été désigné par le CRIFF car RO ne s’était pas couché totalement face à lui.
    Le matamore est un ultra-sioniste
    Il est notre gouverneur du NOM et la France est une nouvelle Palestine

  • passim , 6 avril 2014 @ 14 h 19 min

    @ François Falcon
    Très bon article. M’autorisez-vous à le reproduire sur mon blog ?
    http://passim-le-blog.blogspot.pt/

  • esprit libre , 6 avril 2014 @ 14 h 52 min

    Nous attendons tous ce moment où sera sauvée la France qui a été avilie, pervertie et abaissée par cette caste au cœur de l’État et du pouvoir.
    Nous attendons tous ce moment où François Hollande quittera l’Élysée par une porte dérobée tandis que les sifflets et les hués de la foule massée s’entendront jusqu’à la Seine… Le moment est proche, tout le présage.
    La France ne peut pas mourir.
    Le mal ne peut triompher.

    Vous allez avoir ce bonheur !

Les commentaires sont clôturés.