Tweet-clash : Bruno Masure montre son ignorance crasse en économie

Bruno Masure n’a pas apprécié un tweet de Jean-Michel Aphatie. Mardi, l’éditorialiste à RTL et à Canal Plus a ainsi réagi sur le célèbre réseau social à la Une du Monde de mercredi :

Athènes: la bourse dévisse -6%. Espagne: les banques suffoquent.France: on augmente le SMIC

Réponse cinglante de l’ancien présentateur du journal télévisé de 20 heures de France 2, aujourd’hui présentateur de l’émission “Impertinences” sur La chaîne parlementaire :

Tant mieux pour les smicards : tout le monde n’a pas les salaires des branleurs de Canal + !!!

Sauf que, comme l’explique Frédéric Gonand, professeur d’économie à l’Université Paris-Dauphine, une “hausse du SMIC a deux influences : a) un effet favorable sur la demande lié à la hausse du revenu des travailleurs peu qualifiés ; b) un effet défavorable sur l’emploi des travailleurs peu qualifiés, lié au renchérissement du coût du travail. En France, où le coût du travail est élevé, les effets défavorables l’emportent sur les effets favorables. On estime qu’un coup de pouce de 1 % sur le SMIC augmente de 3 % la probabilité d’un smicard de perdre son emploi, ce qui est loin d’être négligeable.”

Bruno Masure est licencié en sciences économiques…

Autres articles

4 Commentaires

  • Pitch , 6 juin 2012 @ 10 h 36 min

    Hormis l’aspect économique (pas franchement évident) du tweet, voir Bruno Masure traiter les journalopes d’anal+ de branleurs me réjouit au plus haut point.

    Qu’il continue !

  • Eric Martin , 6 juin 2012 @ 10 h 49 min

    En même temps, La chaîne parlementaire où Bruno Masure officie ne vaut pas mieux (ex : http://www.dailymotion.com/video/xpmerz_les-chiens-de-garde-contre-jacques-cheminade_news) et en plus, dans ce cas précis, c’est le contribuable qui régale…

  • JG , 6 juin 2012 @ 16 h 21 min

    Que Bruno Masure ait choisi le camp de l’augmentation du SMIC ne révèle pas une ignorance crasse en économie, seulement un parti-pris qui est totalement légitime.
    Il faudrait par ailleurs qu’on m’explique comment quelqu’un, qui a des enfants, peut survivre aujourd’hui dans une grande ville avec un SMIC. Ou même deux.

  • Brath-z , 8 juin 2012 @ 2 h 38 min

    “En France, où le coût du travail est élevé, les effets défavorables [de l’augmentation du SMIC] l’emportent sur les effets favorables”

    Sauf qu’en France le Coût Salarial Unitaire (CSU), le seul indicateur pertinent du “coût du travail” (qui rapporte les coûts salariaux à la productivité), qui est utilisé par des institutions gauchistes comme le FMI, l’OMC, la Banque Mondiale ou encore des agences de notation comme Fitch ou S&P, est en vérité peu élevé, bien en dessous de la moyenne de l’UE (en particulier en dessous de celui de l’Allemagne), et en-dessous également de la moyenne des pays de l’OCDE.
    Ainsi, le CSU de la France nous place dans les 25 pays les plus compétitifs au monde (sur 193).

    Je sais bien que ce monsieur est professeur à Paris-Dauphine, pas spécialement réputée être une université dont l’enseignement sort des sentiers battus, mais de là à colporter les imprécations journalistiques des Apathie et consort au point d’accorder de la valeur à un non-indicateur (le simple “coût du travail” non rapporté à la productivité n’indique absolument rien), il y a quand même une limite. Si ses cours comportent ce genre d’aberrations, j’ose espérer que ses étudiants s’appuient sur des manuels sérieux plutôt que sur ses enseignements.

Les commentaires sont fermés.