Face aux esprits fatigués : éloge du mépris

Le mouvement actuel d’opposition à la loi Taubira a eu pour effet indirect de mettre en lumière certains comportements parmi les “militants” des partis politiques classés à droite, ainsi que la nécessité de définir la réponse à y apporter.

La droite “sympa”

Vous en connaissez sûrement. Ils se prétendent “de droite et du centre”, voir apolitiques pour les plus snobs. Comme leur caricature hystérique Benjamin L., ils se vantent d’être considérés par leurs “potes” de gauche comme “de droite, mais sympa”. Ils sont “ouverts à l’Autre” et apprécient de se faire “enrichir par sa différence” (sic).

L’essentiel de leur message militant se résume en “mon candidat est bien” et “la gauche gère mal”, l’essentiel de leur communication à dire “je suis sympa !” à grand renfort de statuts Facebook bardés de points d’exclamation. La notion de combat culturel/idéologique leur est étrangère, la gauche n’est pas un adversaire, mais un “partenaire”, avec lequel il s’agit de “collaborer travailler en bonne intelligence”. Retranchés derrière la posture du bourgeois compassé refusant de se salir les mains, ou derrière un jeunisme hystérique dont le bougisme se résume a de l’esquive, leur engagement politique consiste pour l’essentiel à dénoncer l’absence de qualités gestionnaires de leurs congénères de gauche.

Vouloir se faire aimer, ou l’impuissance à se faire respecter

Ils ne sont pas fondamentalement contre le mariage gay, au motif “qu’il y’a des choses plus importantes à régler”. La plupart n’ont pas pris part à la Manif pour tous. Affirmant maintenant que “la loi étant votée, elle doit être respectée”, ils prennent bien soin d’exhiber leur légalisme comme ersatz de sens des responsabilités, pensants masquer par leur défense virulente de la structure institutionnelle leur absence misérable de chair spirituelle.

Mettant un point d’honneur à tenir leur rang dans la “compétition morale” mise en lumière par Laurent Obertone, ils prennent bien soin d’afficher leur respect des bonnes mœurs (médiatiques) contemporaines, affirmant haut et fort qu’ils n’ont rien à voir avec “l’extrême-droate (quelle horreur !)”. Le fait que ce terme désigne des crânes rasés à croix gammées ou des jeunes à drapeaux tricolores chantant leur hymne national, des casseurs violents ou des femmes inoffensives priant à genoux n’est pas la question. Pour eux, est “d’extrême-droate” ce que les médias leur ont dit de définir comme tel pour prix de leur cooptation à “l’élite morale” (Obertone). A savoir, toute personne ou groupe étant fier de ce qu’il est, de son identité, de ses racines, et considérant ne pas avoir à s’en excuser, fusse au risque de “choquer-et-heurter-la-sensibilité-des-pauvres-petits-chéris-injustement-stigmatisés”. Au final, leur objectif (souvent inconscient) reste de ne pas incarner la figure du  “méchant”, “autoritaire”, “rigide”… En termes psychanalytiques : le Père, ennemi juré des soixante-huitards.

Le mépris : antidote à la bien-pensance

Ce qui différencie l’esprit fort de l’esprit faible est la capacité à mépriser, car il faut de la force pour mépriser. Non pas le mépris cynique du désabusé, mais au contraire le mépris joyeux de l’homme libre“, disait Nietzsche.

Face à ceux qui craignent d’abandonner leur comportement d’enfants bien éduqués et mettent un point d’honneur à ne pas faire de vagues, affirmons au contraire que “choquer”, “cliver” et “heurter la sensibilité” de nos soixante-huitards n’est pas seulement politiquement nécessaire, mais est aussi humainement leur rendre service, en faisant le travail de déniaisement et d’apprentissage de la vie que leur Père n’a pas su faire. Affirmons que rappeler en permanence à nos bien-pensants, à l’image d’un Claude Guéant ou d’un Nicolas Sarkozy, qu’ils sont les héritiers d’une histoire, d’une culture, d’une spiritualité, en un mot d’une civilisation, aura pour effet de les forcer à accomplir leur processus d’adolescence (ad-dulcere : devenir adulte), à savoir sortir de leur univers “confuso-onirique” (Philippe Muray) abstrait et indifférencié pour s’incarner dans une hérédité et dans une identité culturelle propre.

Aux faibles de caractère qui cherchent à se faire aimer, affirmons au contraire que le fait de se faire traiter d’extrémistes par nos adversaires n’est pas un drame, mais bien au contraire un honneur. Osons dire publiquement à nos ennemis qu’ils ne sont ni nos frères ni nos amis, que nous ne tenons pas à ce qu’ils le deviennent, et que le fait qu’ils nous disent que nous avons tort est la meilleure preuve que nous ayons raison.

« Combien, parmi les plus valeureux, n’osent pas adopter telle position qui leur paraît sage pour le douteux avantage de ne pas se faire traiter de “fasciste” ou de “réactionnaire” ? Nous aimerions les convaincre que l’emploi de ces mots vides de sens ou employés contre leur sens véritable est sans valeur, et que la seule réponse est le dédain. »

Professeur Jacques RougeotL’école du courage, 1970

Du même auteur:

> Primaire UMP de Paris: NKM doit tomber

Autres articles

32 Commentaires

  • Jo , 6 juin 2013 @ 9 h 37 min

    Faire le mouton n’apporte rien et encore moins le but des revendications.
    Voilà ce qui est déjà commencé et qui doit aboutir :

    “LE COMITE DES 300, LES “OLYMPIENS”

    Que complotent les participants:
    Pour ses membres, les objectifs sont multiples, mais visent à atteindre un même but:

    – L’avènement d’un gouvernement mondial, avec un système monétaire unifié, basé sur une même monnaie unique.

    – Provoquer la fin de l’identification “collective” de l’individu, et de son appartenance à un pays. En éliminant le concept de “nation” et de “patriotisme” national;

    – Destruction des religions établies, par la création de toutes pièces, d’une nouvelle religion planétaire. Sous prétexte de mettre fin aux différents conflits religieux et ethniques existants à travers le monde, afin d’instaurer la “Paix mondiale”, pour le bien de tous. (En fait, cela leur permettra ainsi d’avoir une religion qui sera contrôlé par le pouvoir, et un moyen supplémentaire pour eux, d’assurer leur “domination” sur la population);

    – Pour donner un plein soutien à des institutions supranationales telles que: l’Organisation des Nations Unies, le Fonds monétaire international, la Banque des règlements internationaux, la Cour internationale de justice et l’Union Européenne et dans la mesure du possible, amener les institutions locales à devenir moins efficaces pour pouvoir les supprimer progressivement ou en les plaçant sous la tutelle de l’Organisation des Nations Unies;

    – Pour renverser tous les gouvernements, l’objectif est de travailler de l’intérieur afin de détruire l’intégrité souveraine que les nations représentent, sous prétexte de protéger les libertés et d’assurer la démocratie, comme un rempart contre le terrorisme;

    – Pour organiser l’utilisation d’un “appareil terroriste” et de négocier avec le gouvernement légitime où les attentats terroristes ont lieu, dans le but de permettre aux Etats-Unis d’établir des bases militaires permanentes, sur les territoires des pays en question. Ces pays étant désormais, “sous protectorat Américain”, afin “d’apporter la protection et la démocratie”, aux autres peuples;

    – S’assurer “le contrôle”, par le pouvoir de manipulation et de suggestion mental, de chaque individu, par l’intermédiaire de l’implantation d’une puce électronique;

    – Développer une politique économique, visant à appauvrir la classe moyenne, la classe inférieure ayant déjà atteint le niveau de pauvreté voulu. Et la classe supérieure (les “riches”), qui détiendrait eux-seuls les richesses et le pouvoir. Pour pouvoir ainsi uniformiser une main d’oeuvre qui serait totalement exploitable à bas prix. Et aussi de généraliser un niveau de vie bas, forçant la population à devoir tout accepter (mauvaises conditions de travail, bas salaires,…etc) de peur de perdre son emploi, et aussi d’être obliger de faire régulièrement des prêts auprès des banques (dans le but de pouvoir continuer à vivre normalement). Cet objectif est désigné sous le nom de “The post-industrial zero-growth society” (“Société post-industrielle à croissance zéro”);

    – Petit à petit, légalisation totale de la drogue, de certaines pratiques sexuelles et de la pornographie, pour ainsi supprimer dans l’esprit de la majorité des gens, l’existence même de toutes notions “morales” (toujours pour avoir une population plus facile à manipuler, en supprimant en elle, sa capacité à discerner le “bien”, du “mal”) et pour détruire les différentes religions en général et la culture Chrétienne Occidentale en particulier.

    – Suppression ou dissimulation (il y a une interdiction de dépôt de brevets organisé par le biais de complicités internes et aussi le rachat de brevets déjà déposé pour s’assurer qu’il n’y aura jamais d’exploitation commerciales de certaines inventions) de tous les réels progrès scientifiques (mis à part ceux qui peuvent servir les “élites” gouvernantes). Ces nouvelles technologies pouvant soulager la planète et aider les populations (véhicules non polluant, production d’énergie libre…etc), et qui risqueraient de desservir leur plan (4).

    – Réduction de la population mondiale à 3 milliards d’habitants, d’une manière ou d’une autre (le plus simple étant l’introduction de nouvelles maladies). Pour faciliter son contrôle, afin d’éviter de possibles révoltes (il y a forcément moins d’opposants) et aussi de pouvoir réguler plus facilement les naissances;

    – Détruire l’unité familiale et le concept de “famille”. Par l’utilisation de différents moyens, comme par exemple des programmes spécifiques de la télévision (dont la multiplication d’émissions de “télé-réalité”) et de l’état entrant de plus en plus dans la sphère privée, sous couvert de divers prétextes (principalement pour commencer, par le “réchauffement climatique”, la “prévention contre le térrorisme” et l’argument “sécuritaire” en général qui se met à proliférer dans tous les domaines);

    La population ne devenant qu’une simple main d’oeuvre, rémunérée à bas salaire, et les habitants n’étant plus que des consommateurs. Le tout étant devenu totalement dépendant du système financier (les banques) et politique (gouvernement mondial) pour survivre.
    http://actualitedelhistoire.over-blog.com/article-le-comite-des-300-les-olympiens-69832575.html

    Alors, faut-il toujours discuter ?

  • Jo , 6 juin 2013 @ 9 h 44 min

    Ce n’est pas le moment d’avoir l’esprit fatigué !
    La manipulation continue.
    Après les soi-disant attentats bien médiatisés, voyez ce qui suit :

    “« Appel pour une citoyenneté universelle et pour la liberté de circulation à l’échelle mondiale »

    http://www.nouvelordremondial.cc/2013/06/05/appel-pour-une-citoyennete-universelle-et-pour-la-liberte-de-circulation-a-lechelle-mondiale/

    Ce qui serait la mort de la Patrie. La mort de notre identité, de notre Histoire, de notre culture, de nos valeurs, de notre famille… !

    Alertez !
    Mettez en garde !

    Le nouvel ordre mondial va être imposé par la force !

  • Jo , 6 juin 2013 @ 9 h 48 min

    Qui sont-ils :

    Fonctionnement secret:
    Le Comité est la société de l’ultime secret composée d’une classe dirigeante intouchables, qui comprend la reine d’Angleterre, la Reine des Pays-Bas, la reine du Danemark et les familles royales d’Europe. Ces aristocrates avaient décidé, à la mort de la reine Victoria, que, dans le but de contrôler le monde entier, il serait nécessaire pour ses membres aristocratique de se lancer dans les affaires avec des personnes n’ayant pas une origine aristocratique, mais extrêmement puissants et tant que chefs d’entreprise, et dirigeants de sociétés à l’échelle mondiale. La société reprend les idéaux des Illuminati (mais en les étendant encore plus) et aussi par l’utilisation des réseaux de la Franc-Maçonnerie.

    Relation avec les autres groupes:
    Le “Comité des 300” a de nombreuses relations avec les autres groupes, comme la Trilatérale, le C.F.R. et le groupe Birdelberg. En fait, ces trois groupes, même s’ils ont ont une grande importance, sont principalement les exécutants “officiels”, alors que le Comité, reste dans l’ombre (et officiellement n’existe pas).(1)
    On pourrait dire que le “Comité des 300” est en fait la tête pensante, et que les autres groupes, plus proche du terrain, sont là pour permettre la réalisation et de mettre en application les décisions prises par le Comité.

  • Jo , 6 juin 2013 @ 10 h 31 min

    Lire sur ce site, ce qu’ils sont, leurs intentions…

    “La pieuvre noire”
    http://catholiquedu.free.fr/cultes/Octopussy/shemapieuvrenoire.htm

  • Electron Libre , 6 juin 2013 @ 11 h 05 min

    Je pense que ce genre de comportement tend à s’effacer, ou du moins que cette catégorie de personne ne seront plus écoutés.

    Par exemple LMPT serait restée légaliste et “bon enfant” elle se serait faite récupérer par l’UMP (cette droite “sympas”).
    Au lieu de ça elle poursuit sa propre dynamique conservatrice et ose remettre en question l’Ordre établi. Elle vise les responsables du délabrement que connait notre beau pays (les frères 3 points par exemple). Ou bien effectue des actions transgressives mais pacifique. Il faut que le mouvement poursuive ces actions, ainsi la Vérité triomphera.

    Sinon il est vrai que le mépris joyeux ça marche. Une fois j’ai été à deux doigts de me faire tabasser par des gauchistes pour avoir assumé des propos très à droite avec le sourire qui va avec, tout en démontant leur piètre rhétorique. Autant dire qu’ils étaient rouges. J’ai eu le droit aux classiques fachos et autres n*zi. Mais ces insultes glissaient sur moi comme sur les plumes d’un canard !

    Bref, l’heure est tellement grave que la tiédeur n’est plus de rigueur. Alors hauts les cœurs et poursuivons la résistance !

  • Goupille , 6 juin 2013 @ 12 h 13 min

    La meilleure preuve de leur existence ?
    Certains Parisiens auraient renâclé à investir 3€ pour participer au vote des “primaires” parisiennes… Eux qui habitent des appartements à prix ou loyers prohibitifs.

    Tant de liquide incohérence laisse pantois.
    Et, bien évidemment, être méprisés et ostracisés par ce genre d’œufs brouillés est un honneur.

  • BJ , 6 juin 2013 @ 12 h 26 min

    Merci pour cet article bien écrit et cette analyse pertinente !

    Même s’il faut bien reconnaître que dans l’adversité, l’on a pas toujours le courage d’être méprisant. Seul contre plusieurs une fois, ça va. Seul contre plusieurs tous les jours, c’est usant.

Les commentaires sont fermés.