Duflot, du flou, du flan !

Tribune libre de Christian Vanneste*

Que la politique ne soit plus, en France, qu’un moyen pour les diplômés, dépourvus par ailleurs de toute compétence, de s’assurer des carrières confortables à défaut de pouvoir exercer des métiers utiles est une vérité consternante. Elle s’affiche malheureusement chaque jour davantage devant les regards médusés des Français. Après dix ans de pouvoir timoré ou désordonné dont on mesure les résultats pitoyables, les porte-parole de l’UMP offrent un festival digne d’une cour de récréation. Au lieu de remplir leur devoir d’opposants, ils se chamaillent, ils chicanent, ils manœuvrent en perdant peu à peu leur réputation d’acteurs talentueux, tant le texte devient insipide et l’éloquence incertaine. Les deux vilains garçons vont finir par s’entendre momentanément sous l’œil courroucé d’un maître dont l’autorité s’est érodée et dont la retraite est déjà définitivement actée par les prétendants à la succession. En face, la gauche étale sans parvenir à la dissimuler une médiocrité dont le niveau est tel qu’il dépasse l’espérance de la droite pour devenir la crainte de la France : impréparation, incohérence, insuffisance, incompétence. Les Français se sentent mal représentés par des chefs sans charisme et mal gouvernés par un pouvoir qui semble découvrir les problèmes et qui voit son idéologie et ses promesses se fracasser sur le mur de la réalité, au point d’en appeler au bout de six mois à un « patron » pour trouver une sortie présentable à l’impasse socialiste. Pendant ce temps, les cabotins s’agitent, quitte à dire des mensonges ou des sottises, de peur qu’on les oublie, les Duflot, les Montebourg sur la scène, les Mélenchon depuis le poulailler.

C’est là qu’apparaît le grand paradoxe. Plus l’idéologie s’affirme, plus elle cache à gauche un goût raffiné pour le pouvoir et ses méandres. Plus la pureté des idées s’affiche, plus on observe une tactique sinueuse, qui au-delà des contradictions de la pensée, laisse apparaître une ligne offensive. Le meilleur exemple est fourni par les trotkystes, les vrais, ceux qui se sont peints en vert pour faire la Révolution Permanente et se retrouvent ministres au nom du Développement Durable. Cet habile tour de passe-passe n’est pas parfait et des maladresses sonnent régulièrement comme des aveux. D’abord des contradictions : on comprend leur hostilité à l’aéroport de ND des Landes, qui paraît superflu s’il ne répond qu’au confort d’une partie des oreilles nantaises. On saisit moins bien leur opposition au projet de ligne ferroviaire entre Turin et Lyon qui répond à trois préoccupations : d’abord offrir une alternative au transport terrestre par la route et à la pollution qu’il génère ; ensuite, développer les échanges transalpins entre deux régions dynamiques, au moment où l’Europe doit accroître compétitivité et attractivité ; enfin fournir par l’investissement une offre de travail particulièrement opportune. Investir pour un transport plus respectueux de l’environnement et moins énergivore : que demande le peuple vert !?! Le peuple, si tant est qu’il existe, on ne sait pas. Le noyau des Pastèques, si j’ose dire, veut au-delà des idées loufoques de décroissance faire de la démagogie auprès des populations locales, toujours gênées par un projet d’infrastructure et surtout ennuyer suffisamment le gouvernement pour exister. À plus long terme, il désire affaiblir puis ruiner tout ce qui peut rendre notre pays solide et dynamique, pour créer les conditions d’une vraie révolution. C’est la seule logique qui réunit les assauts permanents des « Verts » contre les valeurs conservatrices, la nation, la famille, et leur hostilité systématique à tout grand projet d’infrastructure, et à l’énergie nucléaire, vitale pour notre pays.

“Lorsque le niveau des dirigeants baisse à un tel point, que les plus modérés sont juste impuissants et les plus extrémistes extrêmement dangereux, à force d’irréalisme intolérant, la Démocratie est alors menacée par un tsunami qui n’aura pas lieu dans les mers du sud.”

Tandis que les militants et les élus battent la campagne autour des grands projets, Mme Duflot, la pauvre ministre tenue à la solidarité gouvernementale trouve donc son bonheur dans des provocations gauchistes : légalisation du cannabis, militantisme pour le « mariage homo », injonction faite à l’Église catholique de mettre à disposition des « sans abri » ses locaux vides. On cherchera en vain une cohérence avec l’écologie dans la libéralisation d’un produit nuisible à la santé ou dans la négation de la différence sexuelle inséparable d’une sexualité naturelle. On ne trouvera dans le ciblage de l’Église qu’un vieux réflexe anticlérical de gauche portant toutefois la marque du ministre, l’ignorance péremptoire, celle-là même qui lui avait fait placer le Japon dans l’hémisphère sud afin d’expliquer doctement que l’air éventuellement irradié n’atteindrait pas la France. Il est vrai que le slogan des Verts était : « Changeons le monde. » Il n’y a guère que ce jour-là qu’elle y soit parvenue. L’Église a pendant des siècles assumé des missions d’éducation et de soins, notamment pour les plus pauvres. La spiritualité de la foi chrétienne s’est toujours accompagnée d’une charité évangélique, et si l’Église catholique a ouvert ses portes avant que les représentants suffisants d’un État insuffisant le lui réclament, de nombreuses congrégations et associations, qui sont inspirées par elle, œuvrent passionnément, du Secours Catholique à l’Ordre de Malte en passant par les Conférences Saint-Vincent de Paul. Siècle après siècle, la foi chrétienne a fait se lever des hommes et des femmes qui ont maintenu allumée la flamme de l’altruisme par des actes plus que par des mots.

C’est d’ailleurs un fossé béant qui sépare aujourd’hui, chez nos politiciens professionnels, de pauvres mots, souvent maladroits et chargés d’ignorance, et l’absence d’actes courageux et efficaces. Lorsque le niveau des dirigeants baisse à un tel point, que les plus modérés sont juste impuissants et les plus extrémistes extrêmement dangereux, à force d’irréalisme intolérant, la Démocratie est alors menacée par un tsunami qui n’aura pas lieu dans les mers du sud.

*Christian Vanneste est un ancien député UMP du Nord.

Articles liés

10Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • brennou , 6 décembre 2012 @ 12 h 31 min

    Merci, Monsieur Vanneste. Chapeau !

  • bernard , 6 décembre 2012 @ 14 h 41 min

    Mieux vaut en rire :

    “De plus en plus d’hommes et de femmes politiques se plaignent de la difficulté croissante à faire le nombre d’heures obligatoires pour obtenir le statut d’intermittent”
    (…)

    http://www.legorafi.fr/2012/12/06/grace-a-son-dernier-meeting-jean-luc-melenchon-obtient-enfin-son-statut-dintermittent-du-spectacle/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=grace-a-son-dernier-meeting-jean-luc-melenchon-obtient-enfin-son-statut-dintermittent-du-spectacle

  • Lesclandre , 6 décembre 2012 @ 18 h 27 min

    Qu’il est agréable de lire un esprit sain et intelligent comme le vôtre. Qu’il est douloureux de constater que ceux qui nous gouvernent témoignent d’une médiocrité qui jure tant avec ces qualités…

  • MarcS , 7 décembre 2012 @ 9 h 46 min

    Monsieur Vaneste toutes vos chroniques sont empreintes de bon sens et d’une juste modération. Pourquoi ne créeriez vous un vrai mouvement politique pour les exprimer et proposer les mesures concrètes à mettre en oeuvre ?

  • josselin , 7 décembre 2012 @ 10 h 14 min

    Excellent ! Enfin un peu de réconfort !!

    Oui en effet il est CONSTERNANT de voir avec ce gouvernement “Que la politique ne soit plus, en France, qu’un moyen pour les diplômés, dépourvus par ailleurs de toute compétence, de s’assurer des carrières confortables à défaut de pouvoir exercer des métiers utiles ”

    MERCI DE LE DIRE Monsieur Vanneste !!

  • hille thierry , 7 décembre 2012 @ 12 h 29 min

    Bonjour,

    et merci !…….
    : cela sonne bien juste le mou le flan !

    A mon sens ces gens sont des imprécateurs / imposteurs : c’est un “métier qui s’apprend” car il faut bien vivre n’est-ce pas ?…

    Néanmoins on s’aperçoit bien vite que le vide existe et que c’est dur d’exister car l’éducation par l’humanisme ne les a même pas effleuré : sinon ils se tairaient…et l’on entendrait verrait leurs compétences réelles

    Cordialement à vous

  • MONGE , 7 décembre 2012 @ 14 h 02 min

    Très intelligent et juste, comme d’habitude.
    Merci

Les commentaires sont clôturés.