Après la gueule de bois…

Au lendemain de la défaite de notre camp, voici quelques réflexions que je souhaite partager avec vous, chers lecteurs :

Le président de la République sortant aurait pu remporter ce second tour en faisant une promesse, une seule : l’organisation d’un référendum sur la question l’immigration avant la fin de l’année. Tout en précisant qu’il ne prendrait pas parti. La gauche aurait ensuite eu beau jeu de taxer le peuple de “fasciste” et de “nazi”… Le reste, c’est-à-dire les arguments déployés pour sa drague appuyée des électeurs du Front national, beaucoup (y compris parmi ses électeurs) n’y ont pas cru. Après ses presque deux fois deux ans au ministère de l’Intérieur et cinq années de présidence permises grâce, entre autres, à la promesse non tenue de réduire fortement l’immigration, Nicolas Sarkozy n’était plus crédible. Il devait simplement proposer aux Français de prendre leur destin en main. C’était même la condition à un report de plus de 80% des voix des électeurs du Front national au premier tour (qui, pour beaucoup d’entre eux, ne veulent pas attendre une hypothétique arrivée de Marine Le Pen au pouvoir pour en finir avec l’immigration).

Certes, les dirigeants de l’UMP les méprisent (hormis certains). Mais les dirigeants du Front national n’ont été ni raisonnables ni responsables en refusant d’appeler les électeurs de Marine Le Pen à se reporter sur Nicolas Sarkozy. Ni pour eux, ni pour la France. Par exemple, le droit de vote des étrangers aux élections locales sera autant une catastrophe pour le pays que pour l’implantation locale du Front national. Pourquoi ne pas avoir plutôt soutenu Nicolas Sarkozy au second tour (sans se faire d’illusions) puis appelé à élire des députés qui rappelleraient le président à ses promesses de l’entre-deux tours ? Le résultat de cette stratégie jusqu’au-boutiste du Front national, c’est que des électeurs de l’UMP, y compris parmi ceux favorables à des discussions voire à des alliances occasionnelles, en veulent maintenant au FN. L’alliance des droites n’est pas pour demain… La gauche peut se frotter les mains et continuer à engranger les victoires électorales alors qu’elle est minoritaire en France !

La gauche n’a pas les moyens de tenir ses promesses économiques et sociales. C’est sur le sociétal qu’elle va compenser cette impuissance. Certains à gauche de la gauche ne seront pas dupes (je pense à Lutte ouvrière ou au  Parti ouvrier indépendant), mais ce sera une toute petite minorité. Malheureusement, il sera extrêmement difficile de faire reculer le gouvernement et les députés de gauche sur les thématiques du “mariage” homosexuel et de l’adoption car eux ne cherchent pas à plaire à l’électorat de droite et savent très bien qu’ils ne lui doivent pas leur élection. Pour l’euthanasie, les jeux sont davantage ouverts. Pour empêcher certainement ces trois mesures mortifères, une seule solution : l’élection d’une Assemblée nationale de droite en juin. Impossible sans l’unité à droite, elle-même compliquée par le mépris de l’UMP et l’attitude du FN entre les deux tours… Plus généralement, sur la question des valeurs, je suis parfois sidéré de voir des opposants à l’avortement se rendre complices de l’accession au pouvoir d’un candidat pro-euthanasie et pro-revendications gays parce que son opposant n’a pas pris d’engagements contre l’avortement ! Entre tout le mal et aucun bien (mais des discours qui vont dans le bon sens), certains préfèrent la première option… Une chose est certaine : ce ne sont ni des enfants ni des personnes en fin de vie !

La campagne a, une fois de plus, montré l’orientation des médias de masse, complaisants à l’égard de la gauche, sévères avec la droite. La société civile se développe, mais manque toujours de professionnalisme (et sans doute de moyens, ce que ne vont pas arranger les augmentations d’impôts promises par François Hollande). Des médias factuels et des organisations libérales et conservatrices sont pourtant LA condition au rayonnement des idées de droite. Sans ce rayonnement, les politiques de droite doivent batailler sur le front partisan et culturel (ce qui n’est pas leur travail). On ne devrait leur demander que d’être de bons professionnels de l’élection. De savoir vendre et appliquer NOS idées, développées et promues auprès du grand public par les soins des lobbies de droite. Point.

Autres articles

16 Commentaires

  • Komdab , 7 Mai 2012 à 11:16 @ 11 h 16 min

    Nicolas Sarkozy a tout fait pour ne pas être réélu. Il pouvait effectivement proposer un référendum sur l’immigration mais niveau crédibilité cela n’aura pas suffit (cf: les 5 dernières années). Il aurait pu aussi proposer d’intégrer 2 ministres FN, il aurait pu tout simplement cessez d’insulter les électeurs FN car il ne s’agit pas simplement de mépris mais de haine envers le FN et pour cause, tout les séparent ! Ils ont plus d’affinité avec le PS qu’avec le FN. Quand je vois les NKM, Copé et autre Rachida Dati je ne regrette absolument pas d’avoir voté blanc.

    Comment pouvez-vous dire que les dirigeants du FN n’ont pas été raisonnable en ne donnant pas de consigne de vote alors qu’ils sont méprisé, injurié, taxé de nazis, xénophobes, j’en passe et des meilleurs ? Cela fait des décennies que ça dure, ça ne pouvait pas continuer ainsi. La pseudo droite va devoir changer si elle veut survivre. Les électeurs du FN en on marre d’être pris pour des imbéciles.

    C’est Sarkozy et ses gouvernements qui sont responsable de la victoire de la gauche, il est trop facile de dire que c’est de la faute des méchants électeurs FN-nazi-xénophobes-racistes qui n’ont pas voulu voter pour nous !

  • Roman Bernard , 7 Mai 2012 à 11:20 @ 11 h 20 min

    Sarkozy est avec Giscard le seul président à ne pas avoir organisé de référendum. Il avait cinq ans pour le faire. Il ne l’a pas fait. Pourquoi l’aurait-il fait, une fois qu’il était en roue libre pour son dernier mandat ? Ça ne tient pas debout. Élu, il aurait trouvé un prétexte, comme pour le Traité de Lisbonne.

    Les dirigeants du FN n’ont pas été raisonnables ? Pourquoi auraient-ils appelé à voter Sarkozy alors que des cadres de l’UMP ont déclaré avant l’élection qu’ils voteraient PS en cas de confrontation PS-FN ? C’était à Sarkozy et à l’UMP de tendre la main au FN et à ses électeurs, et non l’inverse.

    S’il y a des électeurs UMP qui en veulent au FN (y a-t-il des enquêtes d’opinion là-dessus ?), ils feraient mieux de demander des comptes aux vrais responsables, qui sont rue de La Boétie…

    Quant à reconduire Sarkozy et ensuite lui rappeler ses engagements lors des législatives… ça ne marche pas comme ça, la politique. Le seul moment où l’on peut rappeler ses engagements à un politicien est lors des élections. Une fois que le résultat est acquis, il peut se remettre à ne pas écouter.

    Si Sarkozy avait été réélu, il aurait bénéficié de la simultanéité et de l’inversion des scrutins, et aurait pu faire campagne avec la seule UMP. Jamais il n’aurait écouté les électeurs du FN, même en leur devant sa victoire. Je rappelle qu’en 2007, c’est grâce aux voix du FN qu’il a été élu. On a vu la suite.

    Enfin, ce n’est pas « faire gagner Hollande » que de ne pas avoir voté Sarkozy. Si Sarkozy avait voulu conserver le soutien de ses électeurs de 2007, il aurait dû tenir ses engagements entre 2007 et 2012. Si Hollande est passé, c’est simplement parce que Sarkozy n’a pas respecté son contrat.

    PS : Nicolas Sarkozy n’a pas passé « presque deux ans au ministère de l’Intérieur », mais quatre.

  • RH , 7 Mai 2012 à 12:34 @ 12 h 34 min

    Eh oh on va pas continuer pendant des siècles à accuser le FN de faire perdre la droite… Le FN a déjà multiplié les compromis au point que pas mal de son électorat originel ne tient plus que par un fil… Que vous faut-il de plus, que Marine baise les pieds de Juppé et Copé ?
    Si l’UMP a besoin d’une voiture balai il n’a qu’à se créer son propre Mélanchon, c’est facile et ça marche très bien.
    Si elle avait appelé à voter Sarko, le FN perdait d’emblée 50% de son électorat, et n’aurait gagné absolument RIEN en retour.

  • Anne Charlotte Lundi , 7 Mai 2012 à 13:02 @ 13 h 02 min

    Et si on s’occupait alors de la mission de Sainte Jehanne d’Arc !
    Sa mission posthume devenue d’une brulante actualité.
    Je suis en train de lire un livre extraordinaire : la vraie mission de Sainte Jehanne d’Arc qui donne à rélféchir sur toutes les élucubrations que l’on entend sur l’avenir de la France ! Revenons aux sources.
    Ce livre est le LE livre du 6ème centenaire, Le livre de l’année johannique, Le livre qu’il faut lire et faire connaître !
    Sur Livres en famille :
    http://www.livresenfamille.fr/p6202-louis_hubert_remy_la_vraie_mission_de_sainte_jehanne_arc.html

  • Eric Martin , 7 Mai 2012 à 13:07 @ 13 h 07 min

    Belle idée ! Mais ce livre est-il accessible aux personnes qui n’ont pas/plus la Foi. Ils sont une majorité en France et on ne la refera pas sans eux…

  • PG , 7 Mai 2012 à 13:35 @ 13 h 35 min

    @ Eric MARTIN
    Quelle méthode bien sarkozienne (gaulienne) : pour avoir la bienveillance des électeurs du FN, il suffirait de rejeter ses dirigeants (ce que vous approuvez, puisqu’ils sont entachés d’illégitimité sans doute…..) et de faire un grosse promesse démagogique.
    Là la morale en prend un sacré coup : où est la clarté démocratique de cette proposition?
    NS avait promis des référendum : il pouvait organiser un réferendum sur tous les sujets les deux premières années de sa présidence, il a préféré appeler des gens de gauche.
    Le seul référendum qu’il a organisé sur la constitutions européenne, l’ayant perdu, il l’ a piétiné et foulé devant les Français. Il aurait du, non pas refaire, mais simplement promettre cette même mascarade ?
    Le truc du référendum, bravo et merci. Comme le Salon Beige, comme la plupart des chefaillons et petites autorités morales de la droite nationale et/ou catho, ce qui est une preuve de leur impuissance conceptuelle et de leur marginalité voulue et acceptée, vous pensez que l’UMP est un canal obligé pour la droite française, et que sa légitimité est de droit, et que ce parti serait pour la droite française ce qu’est le FLN pour l’Algérie. Comme la plupart des catholiques conservateurs qui disent détester la loi de 1905, mais qui ont intégré leur marginalisatiion hors de l’espace public, vous pensez que la droite authentique doit être prise en charge, telle un SDF, par l’UMP, source de tout bien et de toute vérité.
    Vous vous prononcez donc implicitement pour un parti unique de droite.
    Pourquoi pas alors la proportionnelle : elle évite les querelles de reports de voix de second tour, et assure un minimum d”élus à ceux qui se présentent, y compris aux petits courants. Il n’est pas démocratiques que les partis d’extrême gauche n’aient pas d’élus, ne serait que locaux. Elle crée une obligation de coalitions de gouvernements établies sur des programmes cohérents et publics, avec des objectifs et des chiffres, qui valent contrat devant les électeurs. Lesquels tranchent en cas d’échec ou de rupture de la coalition.
    Je pense que vous vivez dans le modèle monarchique, mais en remplaçant le Roi par le parti de la majorité et le Président de la République. Hans Hermann Hoppe a montré l’inanité de cette construction : un pouvoir nationalisé au sens de propriété publique, ne peut être une monarchie, et c’est bien l’ambiguité de la 5 ème République.
    Le mythe du droit de vote aux étrangers organisé par la gauche hollandaise : mais c’est la droite giscardo-chiraco-sarkozienne qui depuis les années 70 a fait entrer chaque année entre 100 et 200 000 et qq immigrés légaux, devenus français ou destinés à le devenir, sans parler de leurs enfants nés ici, car le droit du sol a été maintenu. Inutile d’affoler les habitants des quartiers bourgeois sur ce sujet : les électeurs FN semblent avoir compris parce qu’ils le vivent que le vote des étrangers est déjà une réalité croissante. Les figures et visage sdes ”fêtes populaires” d’hier soir suffisent à monter ce qu’est le peuple dit français, les ”desouches ayant été victimes d’un ”grand déplacement” conçu et organisé par la droite qui gouverne depuis 1974 soit 21 ans sur 38ans.
    Vous n’avez pas tiré la leçon de l’élection : la fin de l’UMP destinée à regagner le périmètre électoral du RPR de jadis : 20 %, avec un centre ex UDF qui se reconstituera, et un FN qui l’égalera, voire les dépassera.
    En demeurant dans l’idée de retourner aux législatives de 2012 à celles de 2007, vous n’intégrez pas la fin d’une époque, la fin de la séquence gaullienne de la Vème République.
    Les électeurs semblent eux l’avoir intégré : ils viennent de donner leurs intentions de vote aux législatives pour le premier tour (sondage Europe 1) : encore 18 % au FN? Donc dans cette enquête faite hier avant la chute de l ‘UMP, le FN demeure inchangé contrairement à ce que prédisait les augures du vote SARKOZY de second tour.

    Les électeurs on tranché et trancheront. Et non les dirigeants de l’UMP.

  • Isak , 7 Mai 2012 à 16:24 @ 16 h 24 min

    (Presque deux fois deux ans, ça fait 4)

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen