Après le départ de Salvini

Après le départ de Salvini

Ce 3 septembre à Rome, les adhérents du Mouvement 5 étoiles (M5S) se prononçaient sur le projet qui leur était soumis d’une coalition gouvernementale avec le Parti démocrate. Cette formation, au sigle aujourd’hui très “tendance” de PD, est issue, rappelons-le de l’évolution de l’ancien parti communiste italien, devenue en 1998 “Democratici di sinistra” ce qu’on est tenté de traduire par “démocrates sinistres” mais qui, dans la langue de Dante et de Gramsci signifie très platement “de gauche”.

Souvenons-nous surtout que c’est contre ce même parti démocrate que s’était développé le mouvement 5 Étoiles. Tout sauf la technocratie bruxelloise, non au laxisme migratoire, etc. Autrement dit ce que les bien-pensants stigmatisent du nom désormais si péjoratif de populisme.

Or désormais les adhérents de ce mouvement se sont ralliés à un programme commun en 26 points qui sollicite certes une plus grande souplesse dans la mise en œuvre des règles budgétaires européennes, mais dont la déclinaison sent bon la gauche, telle que nous l’avons connu en France depuis l’élection de Mitterrand en 1981, la formation du deuxième gouvernement Mauroy avec les communistes… et qui a toujours échoué, y compris avec les gouvernements Rocard de 1988, Jospin de 1997 : instauration d’un salaire minimum ; renonciation à la hausse de la TVA prévue pour janvier ; augmentation des budgets de l’éducation publique et de la recherche étatique ; création d’une banque publique pour le développement du Mezzogiorno ; et, bien sûr, révision du statut des autoroutes.

Le grotesque chef de file Luigi Di Maio a réussi à retourner entièrement un parti qui a plébiscité à 79 % à la nouvelle ligne.

Alliés aux ex-cocos ces gens-là vont donc gouverner l’Italie, l’un des trois grandes puissances du vieux Continent.

Plutôt que de se lamenter, mon vieil ami Gabriele Adinolfi essaye d’y voir clair dans cette situation politique italienne héritière, comme d’habitude, à la fois de Florence et de la Commedia dell’Arte. Je le cite donc intégralement

“Certains d’entre vous, dit-il, m’ont demandé ce qui se passe en Italie.

Entre-temps, même en France, j’ai lu plusieurs analyses qui semblent très informées, qui parlent de manœuvres et de complots pour éliminer Salvini. Certaines personnes expliquent également qui aurait coulé le gouvernement et pourquoi.

Je ne nie pas qu’il existe de puissants pouvoirs, des groupes de pression, des tentatives d’influencer les gouvernements nationaux par divers centres internationaux. C’est un fait. On oublie cependant que c’est Salvini, et non ses adversaires, qui a renoncé au gouvernement.

Pourquoi ? On n’arrive toujours pas à comprendre. Probablement Salvini, au sommet de sa popularité, pensait que si le gouvernement tombait, on irait immédiatement aux élections. S’il y pensait vraiment c’était une erreur impardonnable pour un politicien qui vit la politique italienne et connaît son histoire récente. Une heure plus tard, une nouvelle majorité était déjà apparue, entre 5 étoiles, PD et extrême gauche. Cela impliquera un nouveau gouvernement dirigé par le lobby des LGBT et celui de l’exploitation des immigrants. Il y aura probablement aussi d’autres lois particulièrement désagréables, sur la trace de la loi Gayssot.

Il n’est pas correct de dire, comme j’ai lu, que ce gouvernement a été voulu par Bruxelles, il est plus juste de dire que toutes les centrales internationales se sont immédiatement activées pour en profiter. Même Trump a ouvertement soutenu le nouveau gouvernement.

Si nous voulons trouver une raison pour cette alliance qui exclut la Ligue, il faut la rechercher dans les relations entre l’Italie et la Chine sur la Route de la Soie. Cette relation, qui a provoqué la colère de Macron, a été gérée par les 5 étoiles et également par la Ligue. La Ligue était soucieuse de préserver les intérêts nationaux italiens, peut-être au-delà des limites autorisées. Salvini, dans ce contexte, est entré dans un domaine dans lequel faisait la loi Romano Prodi : un homme politique démocratique de gauche ayant une grande influence dans le monde qui compte et qui a l’intention de devenir le prochain président de la République. Sur la Route de la soie, il ne tolère pas la concurrence.

En tout cas, tout cela se produit après que Salvini a renoncé au gouvernement.

On me demande : y a-t-il des chances que nous allions voter bientôt et que Salvini gagne les élections ? Franchement c’est difficile. La première disposition annoncée par le nouveau gouvernement est la réforme de la loi électorale prévoyant la suppression de la prime majoritaire. Cela empêcherait Salvini de gagner seul même si on votait aujourd’hui alors que son parti est actuellement le premier dans les sondages mais il perd un peu. Cependant, on votera probablement dans trois ans et demi et la situation aura changé, difficilement au bénéfice de la Ligue.

Après la chute de Strache en Autriche, conclut Gabriel Adinolfi, l’erreur de Salvini en Italie marque pour le moment la fin des gouvernements dits de façon incorrecte “souverainistes” en Europe occidentale.”

Ajoutons, ce qui va sans dire mais va encore mieux en le disant : toute prévision à plus de quelques mois dans la vie politique italienne est vite périmée. L’échec inéluctable de la nouvelle combinaison donnera un nouveau départ aux défenseurs de la Liberté.

> Jean-Gilles Malliarakis anime le blog LInsolent.fr.

Autres articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *