Thomas Dupuy, du pardon mais jamais d’oubli

Ce matin, dans un petit coin de la presse locale, j’ai lu qu’hier, une cérémonie d’hommage avait été rendue à :

“Thomas Dupuy, ce Toulousain tué le 29 octobre dans un accrochage avec un groupe terroriste au Mali.

Une cérémonie aux Invalides à Paris, présidée par le général Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’air, et en présence notamment de Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse.”

Pas de Premier ministre, ni de ministre de l’Intérieur, encore moins de secrétaire d’Etat aux Armées. Quant au Président, n’en parlons pas !

Non, ce matin, en ouvrant l’actualité, votre journal vous hurle encore : “Rémi Fraisse est mort ! Mort à ceux qui l’ont tué !”

Vous tentez de le refermer rapidement, quand tout à coup la grande faucheuse en personne sort de la Une et vous susurre :

“Il est mort… et c’est toi qui l’a tué !”

Alors vous jetez à toute hâte le quotidien que vous teniez entre vos mains et décidez de vous servir un bon café, pensant que tout ceci n’est qu’hallucination.

Seulement voilà, il n’en est rien. Tout ceci est bien réel.

Aujourd’hui je ne m’attarderai pas sur le funeste sort de ce jeune militant, car d’autres le font déjà pour moi et suffisamment.

Aujourd’hui je dénonce un crime national, un crime horrible, un crime insoutenable et patricide : le mépris pour l’armée française.

Petite-Fille, belle-soeur, soeur, nièce et cousine de militaires, très hauts gradés pour certains, je dénonce les raisons qui nous ont conduits à cela, à cette attitude nauséabonde et indigne de nous.

Le gouvernement n’honore plus ses soldats morts aux combats, pour la simple et bonne raison qu’ils n’ont plus aucune valeur à ses yeux. Et pour cause :

Il a délibérément supprimé le service militaire pour en faire une journée loufoque de détection d’illettrés, une journée d’appel à la défense, mais également d’appel à la fumisterie nationale…

Il réduit chaque année le budget de l’Armée française, pour combler par ailleurs je ne sais quelles gabegies et dépenses publiques dont il est le seul responsable…

Les gouvernements passés ont signé l’arrêt de mort du patriotisme militaire en autorisant le choix des binationaux…

Il désarme petit à petit nos hommes en leur donnant des jouets en plastique “faute de budget”…

Il préfère imposer l’éducation sexuelle dès le plus jeune âge dans l’école de la République au lieu de leur inculquer les vrais devoirs civiques…

L’Etat a réussi l’exploit invraisemblable et suicidaire de tuer l’amour de la patrie et le désir de la servir.

Mais une poignée d’irréductibles comme moi se réveille, et entre à nouveau dans la cité, cité de laquelle l’Etat nous a écartés parce que le patriotisme, c’est sale, c’est mal, c’est Pétain, c’est fasciste : enfin, tout le monde le sait !

Pourquoi Thomas Dupuy et tous ses frères d’armes français tués toutes ces dernières années n’ont-ils pas fait la UNE pendant des semaines, n’ont-ils pas suscité l’émotion dans les écoles (j’ai dit l’émotion, pas l’absentéisme…) ou d’hommages présidentiels dans tous les cantons ? Et les 3 jours de deuils nationaux ? Et les minutes de silence, les vraies, celles qui durent 60 secondes ? Disparus… gommés.

Ce qui semble être un épiphénomène cache une réalité bien plus grave.

Lorsque j’ai vu que Rémi Fraisse avait été répertorié sur Wikipédia contrairement à tous nos soldats pour la France, j’ai compris. J’ai compris une chose terrible et j’ai su à cet instant que nous ne vivions plus en France mais dans le meilleur des mondes.

J’ai compris que j’étais une outsider, comme on dit dans le jargon, et que je serai condamnée à nager à contre-courant jusqu’à qu’un nouveau changement profond ébranle à nouveau notre Pays, comme il y a deux siècles peut-être…
Car la crise est là, et elle est trop profonde pour qu’un simple quinquennat de gauchistes ne la soigne…

Au nom de tous ces fous, je te demande pardon, terre qui m’a vue naître et me nourrit.

Pardon de ce mépris, de cet oubli, je te promets d’oeuvrer pour que cela cesse, par amour pour toi.

Thomas Dupuy, du pardon oui, mais par pitié : jamais d’oubli.

Autres articles

24 Commentaires

  • Clovis , 7 novembre 2014 @ 9 h 30 min

    Cher Monsieur (ou madame?) Nif vous inversez les rôles! Ce que dit Isabelle Surply dans son article est pourtant d’une clarté limpide, et d’une grande vérité. Mais vous vous mentez: par exemple: “l’Assemblée nationale, donc le peuple souverian” croyez-vous que l’AN représente le peuple souverain? FH à13% mais une majorité à l’AN! Le “peu de cas fait à l’armée” comme vous dites n’est pas le fait de l’auteur de l’article mais bien du gouvernement qui fait du cinéma à l’AN pend

  • Clovis , 7 novembre 2014 @ 9 h 37 min

    ….je continue: …..pendant qu’il réduit tous les crédits militaires et que tombent nos soldats dans l’indifférence générale. Faire à l’armée la place qui lui revient n’est pas une question de vocabulaire. Relisez l’article sans vos oeillères socialistes et vous comprendrez ce que je veux dire. Enfin, méditez ce qui est gravé sur le monument aux déportés de Tarbes ” NI HAINE, NI OUBLI”.

  • Robert Mamerenesappellepas , 7 novembre 2014 @ 10 h 20 min

    Il est dit dans l’article “vraie minute de silence”, pas le petit truc en lousdé qui a été offert par obligation à l’assemblée nationale, pour la quelle je ne met volontairement pas de majuscules, vu qu’elle ne représente en aucune façon le peuple de France.

    Quand au terme “secrétaire”, c’est une pointe d’humour dénonçant l’inutilité d’un pseudo ministre absolument incapable de défendre ses troupes. Pire: nommé liquidateur judiciaire de l’un des devoirs régalien de l’Etat.

    Quand à insinuer que Madame Surply n’aime pas l’armée, ce n’est même pas de la diffamation, juste de la bêtise et de la mauvaise foi.

  • Rebelle , 7 novembre 2014 @ 10 h 27 min

    Hey, “Nif” : tu fais ta mauvaise un peu là, non ?
    Secrétaire d’Etat ou Ministre de la Défense, qu’importe…pour une nomenclature un peu old school tu jettes cet articles aux orties ? C quoi qui te gène dans ce qui est dit ? C’est parce que c’est un peu trop vrai ?
    T’as voté Hollande peut être… ha je comprends mieux, tu essaies de trouver des points positifs à cette gouvernance mortifère

    Ben chte pardonne, va !
    Et sinon, total soutien et hommage à nos soldats, que l’Etat fait tomber dans l’oubli.
    Pas un mot sur eux hier.

    Je suis triste.

  • samovar , 7 novembre 2014 @ 11 h 32 min

    Merci Isabelle. Mais vous n’êtes pas toute seule. Lisez le livre d’Eric Zemmour qui fait le même constat que vous mais plus froidement et intellectuellement et factuellement. Et il a un gigantesque succès! Lisez NDF ou Boulevard Voltaire et vous verrez la teneur des commentaires. Lisez même les commentaires sur LeFigaro ou d’autres journaux et vous verrez que les gens en ont assez ! Donc dans le coeur des français cela n’a rien à voir avec ce que disent les médias classiques. Ils pensent comme vous !

  • Nif , 7 novembre 2014 @ 11 h 36 min

    Arrêtez de me coller des étiquettes qui cristallisent votre haine, LGBT hier, socialiste aujourd’hui; je maintiens que cette dame écrit une liste de mensonges.
    Tiens, j’en rajoute un, “Il préfère imposer l’éducation sexuelle dès le plus jeune âge dans l’école de la République au lieu de leur inculquer les vrais devoirs civiques…”, avec ma réponse tirée du programme de l’école élémentaire cycle3:
    “Au cycle des approfondissements, les objectifs de l’instruction civique et morale sont en priorité la compréhension des grands principes de l’action morale.
    Il s’agit de mettre en place un véritable parcours civique de l’élève, constitué de valeurs, de savoirs, de pratiques et de comportements dont le but est de favoriser une participation efficace et constructive à la vie sociale, d’exercer sa liberté en pleine conscience des droits de chacun, de refuser la violence. Pour cela, les élèves devront apprendre à établir la différence entre les principes universels (les droits de l’homme), les règles de l’Etat de droit (la loi) et les usages sociaux (la civilité). Il s’agit aussi de développer le sentiment d’appartenance à son pays, à l’Union européenne, dans le respect dû à la diversité des choix et
    des options personnels.”

  • Nif , 7 novembre 2014 @ 14 h 49 min

    La loi de programmation militaire empêche justement de liquider ce devoir régalien.
    Evitez les fautes d’orthographe, ça vous donnerait plus de crédibilité.

Les commentaires sont fermés.