L’homophobie en question

L’homophobie en question

François Billot de Lochner

Deux jugements récents remettent sous les projecteurs le trop fameux concept d’« homophobie ». Ainsi, Christine Boutin, ancien ministre et ancienne présidente du Parti Chrétien Démocrate, vient d’être condamnée à une forte amende pour avoir prononcé des propos dits « homophobes ». De son côté, La Manif Pour Tous vient d’être exemptée par la justice de tout délit d’« homophobie » en gagnant un procès contre une association homosexualiste. Quel jugement peut-on porter sur ces deux affaires ?

Première remarque : le mot « homophobie » n’a strictement aucun sens. Étymologiquement, il signifie : « la haine du même ». Ce qui, évidemment, ne veut rien dire, et permet donc de ranger dans ce « concept » tout ce que l’on souhaite y mettre. Les lobbys homosexuels ne s’y sont pas trompés : leurs pressions permanentes sur le législateur ont abouti à faire de l’« homophobie » un délit.

Seconde remarque. Lorsque Christine Boutin s’exprime sur l’homosexualité, en reprenant mot à mot des expressions que l’on trouve dans l’Ancien ou le Nouveau Testament, elle utilise de façon normale la très fondamentale liberté d’expression à laquelle chacun a droit. L’homosexualité étant clairement dénoncée dans le Catéchisme de l’Eglise catholique, recueil officiel de la doctrine de l’Eglise, Christine Boutin, en tant que catholique revendiquée, est parfaitement dans son rôle lorsqu’elle s’appuie sur de tels textes. Elle devrait, d’ailleurs, recevoir le soutien de la Conférence des évêques de France…Sa condamnation, apparemment légale, possède en réalité toutes les caractéristiques de l’illégitimité.

Troisième remarque. Lorsque La Manif Pour Tous gagne son procès en « non-homophobie », cela peut être analysé comme une victoire à double tranchant. En effet, indiquer dans sa charte que l’un de ses objectifs est de lutter contre l’ « homophobie » aboutit mécaniquement à accepter un débat dévoyé sur un concept sans signification, et à entraîner les adhérents du mouvement, catholiques pour la plupart d’entre eux, dans un combat qu’ils peuvent, et sans doute devraient légitimement récuser. Ainsi, plusieurs affiches de convocation à la manifestation du 16 octobre, mettant en avant deux homosexuels se tenant par la main, ont pu choquer nombre de manifestants. Dans ces conditions, le jugement rendu en faveur de LMPT peut poser question : de quelle victoire parle-t-on ?

La dictature de la pensée et de son expression fait désormais partie de notre vie quotidienne. L’utilisation du mot « phobie » est une arme de destruction massive, puisqu’elle interdit tout débat serein et équilibré sur les dogmes du politiquement correct. Il est donc fondamental que les lois liberticides qui se sont succédées depuis 1973 soient abrogées en 2017. L’on peut toujours rêver…

> François Billot de Lochner préside la Fondation de Service politique, Liberté politique et France Audace.

Autres articles

9 Commentaires

  • Daniel PIGNARD , 7 Nov 2016 à 13:15 @ 13 h 15 min

    Le rejet de la sodomie serait plus approprié, mais la bible exprime aussi clairement ce rejet. Même le rappel de l’épisode de Sodome et Gomorrhe est censuré dans les commentaires des sites de journaux nationaux.

  • Charles , 7 Nov 2016 à 21:30 @ 21 h 30 min

    En parlant justement des polysexuels, Yan Moix, se révèle pitoyable face à Villepin.
    Dans ONPC,Il cite l’affaire des 9 militaires français tués dans le dos en 2004 par 2 aviateurs mercenaires ukrainiens (ou autre) et que la France pouvait interpeller.
    Il cite donc villepin en responsabilité.
    Sauf que à l’époque, Villepin était simple ministre de l’intérieur, donc ni ministre
    de la défense, ni ministre des affaires étrangères, ni 1er ministre…
    Pas grave, Moix continue à interpeller Villepin…

    https://www.youtube.com/watch?v=AQ938mPkgu8

  • Tonio , 8 Nov 2016 à 0:53 @ 0 h 53 min

    Et pourquoi ne pas censurer l’A.T. qui dit explicitement que la fornication entre deux hommes est une abomination ?
    Deux poids deux mesures en France?

  • Panny , 8 Nov 2016 à 9:51 @ 9 h 51 min

    Et si je dis que ce sont tous des éculés, est ce que j’énonce une vérité ou je me trompe ? En tout cas, je n’ai pas besoin d’un défilé où j’imposé la vue affligeante des mes parties génitales pour affirmer mon heterosexualite. Avis aux organisateurs de à triste Gay Prise. Il n’y a vraiment aucune raison d’être fier.

  • Jean NOGUES , 8 Nov 2016 à 11:16 @ 11 h 16 min

    L’article sur le mot ”homophobie” n’évoque pas l’essentiel : dans l’esprit d’une large partie du public, le préfixe ”homo” ne signifie pas ”le même”….ou…”identique à”, il est une abréviation du mot ”homosexuel”. Et dans l’esprit de ces personnes-là, à, 80 %, il est sous-entendu ”homosexuel homme”.

    EN voici une belle présomption de preuve : la chanson d’Aznavour sur ce thème de l’homosexualité masculine, qui ne date pas d’hier, se termine par cette conclusion :

    ”car je suis un homo, comme ils disent”.

    Faites l’expérience par des mini-trottoirs non officiels, et vous ne pourrez que constater ce que j’expose là.

    Un autres indice : le mot lesbienne”, qui est souvent remplacé par ”homosexuelle”, reste largement majoritaire pour désigner la préférence sexuelle d’une femme pour les femmes.

    A cause de cette corruption majoritaire du préfixe ”homo”, l’article incriminé va tomber à plat chez au moins 80 % des lecteurs.

    Quant à savoir pourquoi des juges prononcent tel ou tel jugement, bienheureux ceux qui prétendent lire dans les pensées et arrière-pensées qui ont motivé ce jugement.

    Ce qu’on peut dire de plus réaliste sur ce point est ce rappel ”bavarder, tant qu’on voudra, mais jamais, au grand jamais, ne parler sur l’essentiel. C’est encore plus vrai dan,s le milieu judiciaire que dans le milieu journaleux.

    C’est bien pour cela que les juges ont un art consommée rationaliser n’importe quelle pseudo-théorie (que personne ou presque ne lit jusqu’au bout) pour justifier un jugement dont ils ne veulent surtout pas dire les motivations secrètes qui l’ont fait prononcer. C’est hélas la règle du jeu, ça n’a jamais changé et ça ne changera jamais. C’est ce que me disait mon avocat, dans une affaire où le droit des gens avait manifestement été mis à mal par une juge (ce qui avait déclenché mon indignation) :

    ”Ecoutez, nous avocats on n’a aucun pouvoir en France, il faut faire avec ce qu’on a, alors même si vous avez cent fois raison sur le fond, dites-vous bien qu’en face, s’ils veulent outrepasser en piétinant ce droit des gens, ils auront toujours raison”.

  • Manuel Atréide , 8 Nov 2016 à 12:00 @ 12 h 00 min

    Tiens, l’auteur bouge encore après l’échec monumental de la manif pour tous (les homophobes) du mois d’octobre ? C’est toujours rigolo de voir un type qui déteste une partie de la population expliquer pourquoi c’est légal, légitime et même bienvenu. Bref.

    On va donc une nouvelle fois faire quelques petits rappels :

    – LMPT (mouvement de plus en plus gazeux) est homophobe. C’est un fait que la lecture de la fachosphère confirme rapidement et aisément.
    – Christine Boutin est homophobe : la justice a confirmé ce fait par deux fois, nous attendons que la Cour de Cassation statue sur le bienfondé de la décision de la Cour d’Appel, ce qui ne fait pas beaucoup de doute vu la solidité du jugement.
    – La sodomie et l’homosexualité sont deux choses différentes, l’homosexualité est une orientation sexuelle qui concerne à la fois les hommes et les femmes, la sodomie est une pratique sexuelle qui existe dans les couples , quelle que soit l’orientation sexuelle dudit couple.

    Enfin, en ce qui concerne l’ancien testament, je ne saurais trop vous inciter à lire ce texte avec le recul nécessaire face à un texte si ancien. La langue dans laquelle vous lisez ces textes n’est pas leur langue d’origine, la culture qui a présidé à leur écriture n’est pas la vôtre, les mots employés à l’époque n’ont pas le sens de leur traduction contemporaine.

    Pour celles et ceux qui cherchent à mieux comprendre le sens de ces versets du lévitique, je vous invite à consulter l’excellente revue Tenou’a. Je vous fais confiance pour trouver tout ceci sur le web.

  • Stephan , 8 Nov 2016 à 19:59 @ 19 h 59 min

    La Phobie, c’est pas la haine , c’est la peur .
    et toutes les constructions en ….phobes sont impropres et en mauvais français .

    Pour traduire la haine faut chercher le préfixe miso du grec ancien μισέω, miséô (« détester, haïr »). voir misogyne, misanthrope etc …

Les commentaires sont fermés.