L’homophobie en question

L’homophobie en question

François Billot de Lochner

Deux jugements récents remettent sous les projecteurs le trop fameux concept d’« homophobie ». Ainsi, Christine Boutin, ancien ministre et ancienne présidente du Parti Chrétien Démocrate, vient d’être condamnée à une forte amende pour avoir prononcé des propos dits « homophobes ». De son côté, La Manif Pour Tous vient d’être exemptée par la justice de tout délit d’« homophobie » en gagnant un procès contre une association homosexualiste. Quel jugement peut-on porter sur ces deux affaires ?

Première remarque : le mot « homophobie » n’a strictement aucun sens. Étymologiquement, il signifie : « la haine du même ». Ce qui, évidemment, ne veut rien dire, et permet donc de ranger dans ce « concept » tout ce que l’on souhaite y mettre. Les lobbys homosexuels ne s’y sont pas trompés : leurs pressions permanentes sur le législateur ont abouti à faire de l’« homophobie » un délit.

Seconde remarque. Lorsque Christine Boutin s’exprime sur l’homosexualité, en reprenant mot à mot des expressions que l’on trouve dans l’Ancien ou le Nouveau Testament, elle utilise de façon normale la très fondamentale liberté d’expression à laquelle chacun a droit. L’homosexualité étant clairement dénoncée dans le Catéchisme de l’Eglise catholique, recueil officiel de la doctrine de l’Eglise, Christine Boutin, en tant que catholique revendiquée, est parfaitement dans son rôle lorsqu’elle s’appuie sur de tels textes. Elle devrait, d’ailleurs, recevoir le soutien de la Conférence des évêques de France…Sa condamnation, apparemment légale, possède en réalité toutes les caractéristiques de l’illégitimité.

Troisième remarque. Lorsque La Manif Pour Tous gagne son procès en « non-homophobie », cela peut être analysé comme une victoire à double tranchant. En effet, indiquer dans sa charte que l’un de ses objectifs est de lutter contre l’ « homophobie » aboutit mécaniquement à accepter un débat dévoyé sur un concept sans signification, et à entraîner les adhérents du mouvement, catholiques pour la plupart d’entre eux, dans un combat qu’ils peuvent, et sans doute devraient légitimement récuser. Ainsi, plusieurs affiches de convocation à la manifestation du 16 octobre, mettant en avant deux homosexuels se tenant par la main, ont pu choquer nombre de manifestants. Dans ces conditions, le jugement rendu en faveur de LMPT peut poser question : de quelle victoire parle-t-on ?

La dictature de la pensée et de son expression fait désormais partie de notre vie quotidienne. L’utilisation du mot « phobie » est une arme de destruction massive, puisqu’elle interdit tout débat serein et équilibré sur les dogmes du politiquement correct. Il est donc fondamental que les lois liberticides qui se sont succédées depuis 1973 soient abrogées en 2017. L’on peut toujours rêver…

> François Billot de Lochner préside la Fondation de Service politique, Liberté politique et France Audace.

Articles liés

9Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Daniel PIGNARD , 9 novembre 2016 @ 9 h 17 min

    A Manuel Atréide,
    Vous avez oublié un élément important dans votre rappel, c’est que la bible est elle aussi homophobe et ça, ça nous donne une sacrée pèche !

  • eric-p , 9 novembre 2016 @ 13 h 50 min

    Encore une fois, cette condamnation révèle un malentendu.
    Christine Boutin dénonce l’homosexualité pour ce qu’elle est, non seulement pour ses convictions chrétiennes mais aussi parce qu’elle a des raisons objectives de le faire:

    -Constitution d’une secte au nom d’un certain nombre de pratiques perverses revendiquées comme “normales” alors qu’elles vont CONTRE
    les intérêts de l’Etat, c’est à dire des familles voire des individus eux-mêmes ….y compris des militants LGBT endoctrinés.

    -La perversité des pratiques LGBT est une réalité objective:

    *Elle nuit gravement à la santé des individus (risques des MST, pratiques toxicomaniaques plus répandues, destruction des familles,réduction de l’espérance de vie, effets psychiatriques largement sous-estimés)

    *TOUTES les pratiques homosexuelles sont perverses: La sodomie évidemment
    mais aussi les pratiques oraux-génitales à l’origine d’une recrudescence
    des cancers buccaux (papillomavirus,etc…)et autres MST:
    Michael Douglas et Val Kilmer vous en diront quelque chose…

    *L’homosexualité masque bien souvent des pratiques moins avouables
    comme l’éphébophilie qui corrompt clairement la société voire la pédophilie (10% des homos le seraient selon une étude révélée par le Cardinal Bertone) qui est une pratique CRIMINELLE.

    Objectivement et indépendamment des convictions religieuses (qui s’appuient elles-mêmes sur le “bon sens” tout simplement …),
    les thèses défendues par la secte LGBT sont dangereuses pour la société
    et menacent la paix sociale dans ce pays.
    Elles auraient dû être condamnées définitivement.

    Le fait que la société autorise le mariage gay est symptomatique de la décadence de ce pays en matière de moeurs.Ce n’est pas nouveau…

Les commentaires sont clôturés.