Jean-Louis Harouel : Droite-gauche, ce n’est pas fini

Jean-Louis Harouel : Droite-gauche, ce n’est pas fini

Le professeur Harouel, intellectuel reconnu, lance un pavé dans la mare en affirmant qu’il y a une différence de nature entre la gauche et la droite. Et pour démontrer que ce clivage, souvent contesté, existe, l’invité de TV Libertés de ce mardi développe une thèse novatrice et… surprenante :

Autres articles

1 Commentaire

  • Jean NOGUES , 8 Nov 2017 à 10:07 @ 10 h 07 min

    Monsieur harouel est dans le vrai :

    1) le clivage droite-gauche existe plus que jamais. Les sondages ni signifient rien. Ne pas oublier qu’on a bien failli, au printemps 2017, finir la présidentielle avec un second tous Mélenchon-LePen.

    Et Mélenchon, c’est la gauche de toujours avec sa haine plus démoniaque que jamais.

    2) Monsieur Harouel est profondément dans le vrai quand il analyse que le fond du fond de la gauche, c’est la réalisation à n’importe quel prix de l’homme-Dieu. Ce qui explique les monstruosités, Pol Pot, Cuba, les horreurs sous Dlerzinsky, sous Staline, sous Castro, sous Mao et consorts.

    Cette passion de ‘l’homme-Dieu ce refus viscéral et obsessionnel de la nature telle qu’elle est, cette haine incoercible de toute rationalité constructive, place la gauche très au-dessus, dans la hiérarchie des grandes questions philosophiques, de toutes les religions, je dis bien toutes. Entre l”idéologie de gauche et les religions, il y a une énorme ligne rouge que la gauche est la seule à avoir franchie, car elle nie toute divinité et toute spiritualité autre que celle portée par l’homme. L’homme est au centre de l’univers, et du plus petit atome aux amas de galaxies, tout ce qui existe doit finir par être soumis à l’homme-Dieu.

    En plus Monsieur Harouel a le mérite de nous montrer que ce logiciel de gauche ne date pas d’hier ni d’avant-hier, il est déjà chez certaines sectes concurrentes du Christianisme dès les tout premiers siècles A.J.C.

    Marx et ses petits amis et zélotes n’ont rien inventé.

    Monsieur Harouel ne paie pas de mine mais ce qu’il dit est essentiel.

Les commentaires sont fermés.