Je ne suis pas Charlie. Pas encore… Mais sommes-nous prêts ?

Charlie, les policiers abattus, c’est Asia Bibi, ce sont les enfants égorgés pour ne pas avoir voulu renier leur Foi, ce sont les 400 jeunes filles yézidies, c’est le nombre de personnes massacrées, chassées, exilées. C’est la condamnation à mort pour “blasphème”.

Je ne suis pas Charlie, c’est Charlie qui est :

Le symbole français d’une liberté désormais attaquée de toutes parts. Pas seulement la liberté d’expression, mais la liberté toute… entière.

Le monde s’est rétréci par des crimes commis de toutes parts, mais tous pour la même raison : l’ennemi, ce ne sont pas “les religions”, mais la seule interdiction de confesser autre chose que l’islam des djihadistes.

Charlie est victime, au même titre que toutes les autres victimes du Djihad.

Si nous devons être solidaires, ce n’est pas au nom de valeurs éculées, mais au nom du respect dû à toute vie humaine, et au nom de la liberté.

On ne gagnera pas en combattant contre les moulins “des intégrismes”, on gagnera en reconnaissant la véritable menace, qu’on continue à édulcorer en dépit du bon sens, par peur de stigmatiser (ces derniers propos sont même ceux de Philippe Val ce matin sur BFM…).

Je sais que ça fait mal au cœur (euphémisme), à beaucoup, qui tiendraient à hiérarchiser la teneur en dignité des victimes, et qui sont choqués que je place à la même échelle, une jeune femme innocente, mère de famille, pure, et des dessinateurs à l’ironie odieuse envers nous également. Mais les balles n’ont pas d’échelle de valeur. Et la Miséricorde non plus.

Nous ne serions pas dignes des Martyrs, nous qui dénonçons l’odieux silence qui pèse autour de leur Chemin de Croix, si nous n’étions pas nous aussi, fidèles jusqu’au bout aux exigences de l’Amour que nous défendons.

Nous avons la possibilité de témoigner, de dire enfin à tous ceux qui doutent encore, à tous ceux qui ne veulent pas voir la vérité en face, quel danger nous menace, et à quel point nous sommes solidaires.

Au nom de tous les petits, au nom de tous les innocents, quelqu’ils soient, nous pouvons oeuvrer pour la liberté, la liberté “éternelle” : je termine en citant Paul Claudel, qui a écrit cette petite pièce dédiée aux victimes de a guerre de 1914, période durant laquelle les ennemis de la Foi et les simples soldats de toutes religions, ont donné ensemble leur vie pour la liberté chère à notre pays.

Dans “La Nuit de Noël 1914” :

“La France, ennemie de Dieu? Il n’y a que les ténèbres qui soient ennemies de la Lumière ! Quel est le peuple moins obscur que ces français dont le nom même est synonyme de libre et sincère ?
Nos pères jadis ont planté cette grande terre à blé qui est la nôtre et ce manteau de moissons qui l’enveloppe, montant et descendant et tout parsemé de fleur de lys ! Un peuple tout entier enfoncé dans sa terre jusque par dessus la tête, une armée toute ruisselante de la terre natale. Ce que nous défendons, c’est notre bien, c’est le jardin qui tient à notre maison. Ce n’est pas son corps seulement que la France défend, c’est son âme qui est à tout l’univers, ce n’est pas sa vie qu’elle défend, c’est la parole de Dieu à tout l’univers, qui est l’éternelle joie dans l’éternelle liberté !
Et c’est cela qui tout à coup a soudé ensemble nos sept armées, en cette veille de la Nativité de notre Dame où elles se sont retournées toutes à la fois, le jour de la bataille de la Marne !”

Articles liés

14Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • patrick Canonges , 8 janvier 2015 @ 22 h 59 min

    @Hélène Julien
    Très bel article. Merci.

    Après Paul Claudel, une citation de Charles Péguy d’une actualité incandescente, qui nous place devant nos responsabilités:

    “Une capitulation est essentiellement une opération par laquelle on se met à expliquer au lieu d’agir.”
    Les Cahiers de la Quinzaine (1905).

  • Marino , 9 janvier 2015 @ 5 h 02 min

    Hier, on a touché mon cœur !

    Et à chaque événement horrible, on se dit qu’on ne peut voir pire et à chaque fois il y a escalade dans l’horreur .

    « Non, je ne suis pas Charlie. » Et je ne crois pas qu’il faille se sentir obligé de répéter cette phrase toute faite comme une incantation pour avoir le droit d’exprimer sa compassion, de plaindre les victimes et les familles, de dire son inquiétude.

    Je ne suis pas Charlie parce que ce serait faire injure aux policiers qui sont morts, eux aussi. Ou alors, il faudrait dire également « je suis flic ».

  • Luc , 9 janvier 2015 @ 7 h 26 min

    Avis totalement partagé !
    Merci !

  • Tonio , 9 janvier 2015 @ 7 h 27 min

    Combien faudra-t-il de morts pour qu’en France on comprenne le danger du laxisme gouvernemental ? disais-je il y a plus de six mois
    Fallait-il douze morts pour comprendre enfin que la guerre était aux portes de la France ?
    Les milliers d’innocents massacrés partout dans le monde au nom du “prophète” ne suffisaient-ils donc pas à les éclairer ces gans de gauche qui se mettent au-dessus des faits et des réalités ?
    Je ne suis pas “Charlot”
    … je n’irai pas hurler avec les loups, occasion trop belle pour Hollande de se refaire dans les sondages sur les dos des morts, et à la barbe du citoyen circonvenu pour l’occasion… Pitié pour les morts, pas de pitié pour les responsables de ces morts-là!

  • HIBISCUS , 9 janvier 2015 @ 16 h 52 min

    Bah ils nous ont déclaré la guerre, il faut être aveugle et sourd pour le nier.

  • HIBISCUS , 9 janvier 2015 @ 22 h 54 min

    tonio, la cote de hollande remonte. Les français sont indécrotables.

  • HIBISCUS , 9 janvier 2015 @ 22 h 56 min

    tonio, la cote de hollande remonte. Les français sont indécrottables.

Les commentaires sont clôturés.