Une victime nommée Cahuzac

par Philippe Simonnot*

Jérôme Cahuzac est une victime, on ne l’a peut-être pas assez remarqué.

Voilà un Monsieur qui met ses immenses talents de fraudeur au service de la République, d’abord comme président de la Commission des Finances de l’Assemblée nationale, puis comme ministre du Budget, avec un tel désintéressement aveugle qu’il en a oublié d’effacer les traces bancaires de ses forfaits passés.

Voilà encore un Monsieur qui pousse le dévouement à la Chose Publique jusqu’à mentir les yeux dans les yeux aux plus hautes autorités de l’État et devant l’Assemblée nationale pour que le dévoilement de ses exploits financiers par des échotiers de bas étage ne vienne salir une présidence élyséenne gagnée puis placée sous le signe de la Morale.

Prendre le risque du parjure et de la vindicte populaire pour sauver les apparences d’une « République irréprochable », voilà qui méritait quelque reconnaissance. Sans doute Jérôme Cahuzac ne pouvait rester au gouvernement, mais qu’on le chasse de son parti sans même l’avoir entendu est indigne – ou digne d’un parti totalitaire. Qu’on le laisse donc venir maintenant s’expliquer devant ses pairs à la Chambre des députés si la présomption d’innocence a encore un sens. A-t-on si peur de ce qu’il pourrait avouer ? Craint-on qu’il nomme ceux de la bande à Hollande qui étaient au parfum et qui sont morts de trouille aujourd’hui ?

Du reste le risque de ce mensonge n’était pas déraisonnable tant les ressources et les ressorts de l’ingénierie financière de ses banquiers et de ses avocats avaient fait merveille jusque-là. Plus gros le mensonge, plus ça marche. Et ça a marché pendant quatre mois ! Cahuzac a menti effrontément, dit-on maintenant. Mais comment faire autrement que de mentir effrontément dans sa position ?

À partir du moment où il avait été nommé à ces postes de haute responsabilité, à partir du moment où il les avait acceptés et démontré, prétend-on, qu’il les méritait par sa science de connaisseur intime de la phynance dans ce royaume ubuesque qu’est devenu la République française, il se devait, c’était son devoir d’État, c’est bien le cas de le dire, de nier des accusations remontées du caniveau et même pas relayées par la grande presse.

Du reste ce qu’on lui reproche maintenant c’est non pas tant d’avoir menti que d’avoir beaucoup trop imprudemment surestimé sa capacité de cacher des péchés remontant à une autre vie de vulgaire lobbyiste de laboratoires pharmaceutiques et de planteur de cheveux au noir.

L’artiste a raté le saut périlleux que ses petits camarades, qui ne pouvaient ignorer ses fraudes, lui demandait de réussir à tout prix pour sauver la mise d’un gouvernement aux abois devant la montée inexorable du chômage et de la colère populaire.

L’artiste travaillait sans filet.

Salut, l’artiste !

*Philippe Simonnot est journaliste et économiste. Il est l’auteur de Chômeurs ou esclaves : Le dilemme français, aux éditions Pierre-Guillaume de Roux.

Du même auteur :
François Hollande et la nouvelle guerre civile
> Vent mauvais, de Pétain à Hollande

Articles liés

7Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Charles , 8 avril 2013 @ 8 h 52 min

    Il y a sans doute quelques réglements de comptes entre les 2 branches de l’UMPS.

    Disons que la branche PS a fait une bourde grossiere en 2012:
    Elle a cessé de respecter le pacte de non agression reciproque entre freres.

    Donc en allant chercher noise dans les placards pourris du frere Narkozy
    elle a déclenché betement une guerre civile au sein du systeme fraternel UMPS.

    C’etait une bavure stupide qui cependant déclenché un retour de tir
    du camp des amis UMP contre les amis PS.

    Il fut tres facile pour la garde rapprochée de Nicky de demander
    aux freres suisses de lacher les informations sur le frere cahuzac.

    Certes,il y aura des tentatives d’arbitrage et des négociations de cessez le feu
    entre les freres de la rippoublike,mais les dommages provoqués sont irréparables.

    Les cathos cruches de fronce ont commencé a ouvrir les yeux.
    Ils vont sortir de leur cruchitude entamée il y a plus de 50 ans.
    Terrifiant.

  • Gisèle , 8 avril 2013 @ 10 h 17 min

    Cathos cruches : La vraie charité , la vraie foi , la vraie espérance , ce n’est pas de fermer les yeux , c est de les ouvrir .

  • Charles , 8 avril 2013 @ 10 h 53 min

    Tout a fait.

    J’ai moi meme été « catho-cruche » jusque a une certaine date.

    Puis progressivement,j’ai eu l’occasion d’ouvrir les yeux sur la réalité.

    Tant la réalité civile que la réalité religieuse.

    En particulier ,j’ai eu l’occasion de prendre la main dans le sac
    un eveque maçonnique de Fronce et ses sbires faux pretres
    de son « diocèse »surpris d’etre pris en flagrant délit.Se disant :

    « Merde,celui là a tout compris,il faudra s’en méfier ».

    Je les ai vu casser des pretres de conviction et de qualité.

    Des pretres qui par leur sincérité et leur compétence théologique
    bénéficiaient d’une audience naturelle et spontanée du public.
    Trop génant….

    Ces pretres Réellement « cassés » et ceci face a des paroissiens nunuches de nunuches.
    .

  • MarcS , 8 avril 2013 @ 11 h 53 min

    Beaucoup de vrai dans ce que dit Charles (relire l’ouvrage déjà ancien d’A. Minc : « la nomenclatura Française ») mais pourquoi s’en prend-il tout particulièrement aux cathos qui sont des français comme les autres (je ne suis personnellement pas catho). Cela le discrédite totalement. La haine gratuite est totalement improductive et ne peut qu’engendrer la haine à son tour!!!

  • Charles , 8 avril 2013 @ 13 h 08 min

    MarcS,

    Relisez donc ce que j’ai écris plus bas.

    Je n’ai aucune haine contre les catho cruches considérant
    que je fus moi meme l’un d’entre eux.

    Bien au contraire,je pense que seule la redécouverte
    du catholicisme authentique nous sauvera.

    Mais,il devra couler pas mal d’eau sous les ponts avant
    que cela ne vienne.Mais cela finira par venir.

    Ceci au fur a mesure de la prise de conscience de tous les français
    de l’héritage symbolique, culturel et matériel qui leur a été transmis
    par 60 générations en 2.000 années d’histoire Chrétienne et ChristoCatholique.

    Je suis donc assez décontracté sur la question.

    Si les Français,intrinsèquement catholiques, ne veulent pas
    enfin ouvrir les yeux sur la réalité de la dictature molle massonnike,
    et Rippoublkhaine,alors tant pis pour eux.

    Dictature omniprésente dans TOUS les corps institutionnels
    ,y compris les institutions d’église conciliaire depuis 1958 en particulier.

    De ce point de vue la bourde Poly-sexuelle de Flamby 1er
    a servi de révélateur.

    On peut donc le remercier d’avoir ainsi ouvert une boite
    de Pandore qui vient d’ouvrir les yeux aux bulots de fronce.

    Mille Mercis,Flamby.

  • JSG , 8 avril 2013 @ 16 h 21 min

    Tant bat la cruche par des salauds quà la fin elle se casse…
    Bon, cest tiré par les cheveux mais, pardon jai pas pu résister.

  • Phildorm , 8 avril 2013 @ 18 h 41 min

    Il ne faut pas généraliser.Ce n’est pas parce qu’il y a des salauds dans le clergé que tous les hommes d’église sont des salauds. En ce moment, les franc macs en prennent plein la gueule, ce n’est pas pour cela que la franc maçonnerie est pourrie. il faut garder la tête froide et ne pas dire n’importe quoi. J’ai la chance de fréquenter l’église orthodoxe et d’être franc maçon et je m’en porte très bien, on ne m’a jamais pris pour un demeuré. Et quand ces institutions sont attaquées, je ne me tire pas, je les défends.

Les commentaires sont clôturés.