Quelques considérations politiques post-LMPT

Après tout, faut-il chercher à faire notre lit dans celui de LMPT ? Les divisions ont été nombreuses dès l’origine et elles se poursuivent aujourd’hui entre une aile gauche, une aile droite, une aile conservatrice et une aile au centre. Finalement, sur une base commune, la dignité et l’intégrité de la vie humaine, se retrouvent les sempiternels clivages de notre système parce que nous n’allons pas au bout de nos conclusions. Si l’homme est tel que nous le défendons alors certains clivages extrêmes devraient tomber d’eux-mêmes.

Vouloir hisser la tête hors de l’eau croupie du système politique en surfant sur la vague LMPT, ne serait-ce pas une nouvelle erreur politique ?

Nous voulons récupérer ce que nous croyons être une manne alors qu’il s’agit plutôt d’un marqueur.

Tout le monde, du centre gauche des poissons roses à la droite extrême de Marine, voudrait récupérer ces soi-disant mécontents du système. Chacun espère tirer la plus grosse part du gâteau croyant avoir enfin ces sympathisants tant attendus et aujourd’hui si courtisés.

Réagir ainsi c’est procéder comme l’amalgame ! Deux mots mal définis semblent avoir en commun un bout de définition. De ces bouts, on tire une ressemblance qui produit un troisième terme. A+B donneraient C parce que A serait en fait comme B ! Il en va de même pour les récupérations politiques de LMPT ! Un peu de rose, un peu de bleu marine, un peu de bleu ciel, et chacun crie à qui veut l’entendre que tout est rose ou bleu ciel ou bleu marine. Se faisant, naît l’illusion d’un mouvement monolithe qu’il faut attirer dans son giron avant que les autres ne le fassent. Pourtant nous savons tous que LMPT n’a pas abolit les clivages antérieurs. Les frontistes sont repartis frontistes, les socialistes, socialistes, les centristes, centristes. Aussi, proposer une issue politique qui transformerait cette vaste mobilisation en un seul et même mouvement est illusoire et donnerait au mieux un patchwork en guise de SFIO de droite.

Il faut acter que les manifestants pour la plupart repartent avec les idéaux politiques qui les constituent. Aussi sommes-nous confrontés à un dilemme fort simple. Soit chacun continue de voter pour son parti de prédilection ou pour le “moins pire” en ce qui concerne les convictions pour lesquelles il a marché… Soit nous sommes réduits à voter pour un parti monothématique ce qui n’est politiquement ni sérieux ni recevable.

“Il faut, non pas récupérer les manifestants, mais à partir de la secousse dont ils sont à l’origine, refonder un vrai parti de droite fier de porter la civilisation que nous croyons être la plus apte à promouvoir la dignité de l’Homme.”

Alors que faire  face à une telle aporie ? La labellisation des partis “cashers” est une option mais clairement peu restent en liste ! Et si la labellisation peut fonctionner au cas par cas pour des municipales, des législatives, qu’en est-il des présidentielles ?

La question est en fait plus profonde qu’il n’y paraît ! Avons-nous tous défendu la même vision de l’homme ? Sur un certain nombre de points, sans doute. Mais comment expliquer, alors, une telle amplitude électorale ? Simplement parce que nous oublions que l’homme est un tout et que sa dignité irrigue tous les domaines de sa vie.

En fait nous faisons une erreur en voulant capitaliser politiquement sur LMPT ! Ces manifestations étaient l’expression d’une prise de conscience par une large part de nos concitoyens que les limites du système idéologique étaient atteintes ! Aussi n’est-il pas suffisant de vouloir renouveler la politique sur la seule base de ce vaste souffle né de LMPT. Il faut lui associer une refonte complète des bases de notre civilisation.

Il est certain que se lancer dans cette refondation sera clivant et qu’il sera impossible d’attirer tous les courants qui se sont entremêlés lors des manifs. Mais c’est poser des fondations qui débordent largement le réveil du Printemps dernier.

Chercher à récupérer les voix des manifestants est une politique étriquée et à courte vue. Une politique qui nourrit le système idéologique qu’elle prétend combattre. Il convient au contraire d’être clivant en refondant un socle de fondamentaux capables d’irriguer tous les aspects de la vie de l’homme. Il convient de proposer une véritable alternative politique ayant l’homme comme étalon ! L’homme dans sa dimension personnelle et spirituelle.

Bref, au lieu de vouloir récupérer des voix, profitons de ce marqueur des manifs pour oser sortir du cercle vicieux dans lequel nous entraîne le système idéologique porté par la gauche et qui entraîne la droite au fond du puits.

Il faut donc, non pas récupérer les manifestants, mais à partir de la secousse dont ils sont à l’origine, refonder un vrai parti de droite fier de porter la civilisation que nous croyons être la plus apte à promouvoir la dignité de l’Homme.

Autres articles

40 Commentaires

  • ranguin , 8 Avr 2014 à 6:58 @ 6 h 58 min

    Je ne pense pas que le FN veuille récupérer qui que ce soit.
    Il y a longtemps qu’il défend le principe de la famille et de la patrie, l’un allant pas sans l’autre.

  • Bada , 8 Avr 2014 à 7:54 @ 7 h 54 min

    Pour réunir cet élan sain d’une grande partie du peuple français il ne faut surtout pas un parti et encore moins de droite. Le parti est justement cet intermédiaire entre le peuple et le pouvoir qui est venu confisquer la représentation réelle. La notion de “droite et gauche” est justement une des armes du système pour empêcher les Français de pouvoir s’unir autour d’un projet unificateur. Se définir de droite, c’est entrer dans le jeu de l’idéologie dominante. Il faut un mouvement non sectaire (parti) qui s’adresse à tous (comme la manif) et non à une partie seulement du peuple. Ce mouvement ne doit pas se substituer à un parti.

  • JSG , 8 Avr 2014 à 8:16 @ 8 h 16 min

    Vous avez oublié : Travail… et vive le Maréchal….
    Non, je plaisante, mais en attendant je persiste et signe :
    Tout le malaise de ce gouvernement vient de l’énorme connerie de Normal 1er (et dernier j’espère) avec son mariage pour tous.
    Personne n’ose en parler ouvertement, alors que la grande majorité des Français sont opposés à cette fantaisie inutile et nuisible à la cohésion de la société française.

  • Boutté , 8 Avr 2014 à 8:33 @ 8 h 33 min

    Pour le Travail il en va de même . Comme quoi ce slogan était bien convenable et convient encore , au fond , quel que soit le bord politique de celui qui oserait l’émettre .

  • Mas Jean-Marie , 8 Avr 2014 à 8:44 @ 8 h 44 min

    Le mouvement n’est pas a récupérer, les élections dernières le prouve. Ni a droite, ni a gauche, seulement avec les hommes de bonne volonté qui placent nos valeurs familiales
    au dessus de tout.
    La priorité est la cohésion sociale que l’individu baptisé président a foulé du pied. Nous demandons le retrait de la loi Taubira,
    Nous voulons appuyer la ou ça fait mal pour obtenir ce que nous demandons, seront élus ceux qui nous rejoindrons. Les NKM, les Jupé peuvent circuler, nous appellerons a les battre, comme nous appellerons a faire battre tous les socialistes qui ont voté ces lois.
    Le reste est baratin dont nous n’avons que faire.

  • friandres , 8 Avr 2014 à 9:50 @ 9 h 50 min

    L’auteur commet bien entendu l’erreur fatale qui nous conduit tous à l’abîme: au lieu de constater logiquement que c’est le système autoritariste, imposant un gouvernement autoritaire, ayant droit de voler (taxer) le peuple et de le forcer par la violence “légale” à obéir aux lois qu’il décide sans le consulter, notre ami souhaite conserver ce système en lui mettant simplement un autre chef, en espérant que “cette fois ce sera le bon”.
    Or jamais un gouvernement, quelle que soit la façon dont il est nommé, n’a agi pour le bien des individus et à leur service, mais au contraire tout gouvernement a toujours travaillé dans son intérêt propre, lié à la corruption et à la vanité de ses membres, en justifiant sa dictature et ses crimes par l’invocation rituelle au “bien commun”, à l'”intérêt de la nation”, et dans le cas actuel, mais comme en République Populaire de Chine, à la “République”.
    Quand on a essayé mille fois un système politique et que jamais il n’a répondu à l’attente de la majorité, il est plus que temps d’ouvrir les yeux et d’en envisager un nouveau, sous peine de continuer à tourner en rond.

  • Fleur , 8 Avr 2014 à 10:00 @ 10 h 00 min

    Le problème est qu’AUCUN parti politique ne défend sérieusement et de façon constante la vie, le mariage et la famille.
    Certes, certains partis sont mieux engagés à mener ce combat que d’autres : mais si dans toute la gauche, ils sont 100% contre, je pense qu’à vue de nez on ne trouve pas plus d’un quart de convaincus au centre, pas plus d’un tiers à l’UMP et pas plus d’une moitié au FN…
    Nous ne pouvons donc compter sur AUCUN parti politique pour défendre les “valeurs non négociables”…
    C’est pourquoi le lancement de Force Vie pour les européennes représentait un certain intérêt. Nous aurions pu avoir à l’assemblée européenne quelques députés sûrs qui au moins auraient défendu avec fermeté et sans tergiverser ces positions…
    Malheureusement, les maladresses et le manque de charisme de sa fondatrice semblent déjà saper les bases de cette bonne idée… qui inquiétait déjà UMP et FN, preuve que c’était une bonne idée !

Les commentaires sont fermés.