Du commerce international au libre-échange mondial

Du commerce international au libre-échange mondial

La « guerre commerciale » fait craindre un recul du libre échange mondial. C’est ce que l’on pense en général après les initiatives de Donald Trump et les réactions des partenaires commerciaux des États-Unis.

En réalité, le libre-échange mondial n’existe pas aujourd’hui et nous sommes toujours sous le régime d’échanges internationaux largement régis par les États ou groupes d’États. C’est que les États se font un devoir de protéger leurs habitants contre les conduites « déloyales » (unfair) ou « dommageables » (harmful) de producteurs étrangers.

Le problème de fond est que ces interventions sont légitimées par de fausses idées sur la concurrence. La première idée se trouve dans les manuels d’économie qui se réfèrent à ce que serait une « concurrence pure et parfaite » : les concurrents devraient être sur un pied de rigoureuse égalité (de taille, de technique, d’information, de coûts, etc.). Cette conception est évidemment à l’opposé de l’esprit de concours ou de compétition régissant le sport, le savoir, la beauté et… le commerce.

La deuxième idée est que les États ont en charge de faire respecter la concurrence tant sur leur territoire que dans le reste du monde. Ils devraient lutter contre les « distorsions de concurrence », contre toutes sortes de « dumpings » : le social, le fiscal, l’environnemental, le monétaire. A cet effet, ils devraient obtenir « l’harmonisation », par exemple mêmes salaires et même droit du travail, mêmes impôts, mêmes formalités, mêmes normes, même monnaie.

Or, ce projet d’harmonisation est en fait hors de portée des États. Un essai a été fait à travers des négociations multilatérales, comme l’Organisation Mondiale du Commerce (OMS) ou les Nations Unies (CNUCED) au niveau mondial, et les accords de libre-échange au niveau continental ou intercontinental (ALENA, MERCOSUR). L’échec est aujourd’hui complet : avec plus d’une centaine d’États présents, il est impossible de trouver une solution et les litiges portant sur le contentieux de l’OMC mettent plusieurs années à se régler. Donald Trump veut changer le système et revenir à des négociations interétatiques. Mais sa solution n’est pas meilleure : les accords bilatéraux sont difficiles à trouver et souvent à respecter.

Car la mondialisation, au sens précis de suppression des barrières douanières et de libre circulation des produits, des services, des entreprises, des hommes et des capitaux, a mis les États eux-mêmes en concurrence. Non que ce soient les États qui commercent, puisque ce sont des entreprises ou des particuliers qui achètent ou vendent, et l’obsession de la « balance commerciale » est un héritage stupide du mercantilisme (qui a ruiné la richissime Espagne du 16ème siècle). En fait, la concurrence entre États vient de ce que les entreprises et personnes sont localisées dans des États qui veulent contrôler l’activité économique – bien qu’il ne s’agisse pas d’une mission « régalienne ». Ainsi les impôts et cotisations sont-ils variables d’un pays à l’autre, et les législations modifient-elles les coûts et les comportements. Il n’y a donc désormais que trois solutions :

–  La délocalisation : exil des entreprises et personnes vers des cieux plus cléments ; c’est la solution individuelle.

–  Le recul puis le retrait du contrôle de l’État sur l’économie ; c’est la solution institutionnelle et vertueuse, qui débouche à terme sur des compétitivités comparables et à un niveau élevé : une harmonisation réelle, non artificiellement imposée.

–  Le protectionnisme généralisé : destructions d’emplois et de pouvoir d’achat, puisque les entreprises nationales importent plus cher et leur compétitivité diminue, et les consommateurs nationaux perdent du pouvoir d’achat et restreignent le marché intérieur.

Choisir la « préférence nationale » ou « le patriotisme économique » est une stupidité fatale. Stupidité puisque ce qui est produit aujourd’hui sur le sol français contient des éléments venus du monde entier (en France la moitié de l’énergie, la plupart des matières premières, les composants et matériels électroniques, mais aussi des médicaments, des informations, des techniques). Stupidité fatale parce que non seulement elle appauvrit le pays (et les pauvres par priorité), mais surtout parce qu’elle désigne l’étranger comme la cause de l’appauvrissement, et la xénophobie s’installe, les discours belliqueux se multiplient, la guerre (la vraie) menace : c’est le scénario des années 1930.

Il reste aux libéraux à convaincre les Français de ces évidences. Être fier de son pays, de son histoire, de sa beauté, de son patrimoine, et être solidaire de ses semblables n’autorise ni l’autarcie ni le chauvinisme. La liberté appelle ouverture et diversité, elle garantit la paix.

> Jacques Garello préside l’ALEPS (blog).

Autres articles

1 Commentaire

  • André , 9 Avr 2018 à 10:01 @ 10 h 01 min

    Mon ami, Stéphane, Outre Atlantique a mis en ligne. Mais seulement un seul français sur un million pourra comprendre et surtout pas les anti-gaulliste, car ceux-là sont des dégénérés et que c’est à cause d’eux que La France, plonge vers le chaos depuis 1968 tout comme le Titanic en 1912 qui paraît-il était insubmersible. Voici mon commentaire:

    André Delannoy
    André Delannoy

    Je ne suis pas économiste, mais j’ai un penchant pour les mathématiques.. Tout môme j’avais déjà compris que le système bancaire est néfaste pour une société. Puis en me retirant de votre monde, je n’en parlais plus mais je n’ai jamais fait d’emprunt, pour m’offrir quelque chose, j’économisais d’abord. Par exemple pour acheter une voiture, j’économisais tous les mois et ensuite achetais ma voiture en payant comptant.. En me lançant dans le révisionnisme en 2007, j’ai tout découvert. Ce n’est pas forcément une fausse religion qui détruit une nation, mais la banque. J’ai également découvert qu’il est impossible de faire comprendre cela à 99,99 % des humains.. Les juifs de tous temps ont compris que pour devenir les maîtres, il n’y a que le système bancaire. Cependant Moïse avait interdit les banques. Jésus chassa les banquiers du temple en les appelant voleurs…. Louis IX le sage Saint Louis, interdit à tout juif sur le territoire français d’ouvrir une banque.. Les musulmans font des prêts à taux zéro, mais ils sont malins comme le serpent et piquent les sous d’une autre façon. J’abrège. Les révolutions comme celle de 1789 en France ont redonné le pouvoir aux banquiers qui détruisent toutes les nations.. Exemples Rothschild et les autres sont devenus des maîtres du monde…….. C’est la raison pour laquelle, maintenant je confirme, la troisième guerre mondiale ne peut plus être évitée. Elle est même presque souhaitable, car cette humanité est trop corrompue et ne jure que par son compte en banque…. Ce que ne savent pas les humains est qu’un compte en banque, n’est qu’illusoire, l’argent est scripturaire, il n’y a aucune compensation. De Gaulle l’avait également prophétisé, lorsque des français ne vivront plus que pour leur compte en banque, la France sera foutue…. Les politiques ne cessent de mentir, la France est au moins en dettes de cinq cents milliards, la guerre ne peut plus être écartée…….Lorsque je n’étais qu’un petit garçon, il m’est arrivé une drôle d’aventure. Un homme immensément riche, bedonnant et tout couvert de pierreries m’emmena dans un énorme et splendide chateau tout couvert d’or, de diamants, de rubis, etc…Si tu viens à mon service et que tu viens m’adorer, tout cela sera à toi… J’ai hurlé: –Non, je veux ma cabane de jardin….. Ensuite des phénomènes se produisirent et c’e n’est que de nos jours que je peux les interpréter André

    https://www.youtube.com/watch?v=nn1kgm3Aeuw

Les commentaires sont fermés.