Les réformateurs administratifs coupés de l’opinion

Les réformateurs administratifs coupés de l’opinion

La négociation entre Mme Borne et les centrales syndicales n’ayant, selon ces dernières, rien donné ce vendredi 6 avril, la grève de la SNCF reprendra donc à partir de ce samedi 7 au soir. En dépit de leur tactique inédite, d’alternance des jours et de rotation des grévistes ,rien n’assure pourtant aux syndicats du chemin de fer que leur mouvement ayant débuté le 3 avril aboutisse vraiment, même au 28 juin, sur le plan matériel.

En revanche, on peut constater, une fois de plus, que la technocratie se révèle incapable de lutter au plan des principes. Elle ne sait ni entraîner l’adhésion, ni riposter face aux slogans adverses. Ceux-ci ne représentent pas autre chose que la réintégration du marxisme dans l’espace du débat, mais on semble ne pas oser le dire.

On a pu constater cette carence dès le début du mouvement revendicatif, avec les déclarations d’Élisabeth Borne. Dès le 30 mars en effet, la ministre des Transports concédait aux opposants que le gouvernement renonçait aux ordonnances sur l’ouverture à la concurrence. “Je déplore, ajoutait-elle tristement, que la grève démarre alors que nos discussions sont en cours. Nous sommes à mi-parcours des concertations et le débat au Parlement démarre la semaine prochaine.”

Entendons-nous bien : d’abord Mme Borne peut, sans doute, être considérée comme l’une des personnalités les plus compétentes dans le domaine technique, qui lui a été dévolu au sein du gouvernement. Son parcours l’atteste et ce qu’elle propose reste sensé. Mais elle ne manifeste aucune expérience politique et ne détient aucune légitimité populaire. “Les cheminots vont garder l’essentiel des garanties du statut”, affirmait-elle vendredi matin à 8 h 30 sur Twitter, citant “la retraite, la garantie de l’emploi, la rémunération, les facilités de circulation. Ça n’est pas rien.” Cela n’a pas convaincu, bien au contraire, ses interlocuteurs, toutes centrales confondues.

Et puis la question des ordonnances reste entière. On nous a répété constamment, depuis 60 ans, que, par ce type de procédures, la France est devenue enfin gouvernable en 1958. Et c’est un fait qu’elle a été gouvernée, en bien comme en mal, ainsi, par la gauche comme par la droite. Le pouvoir actuel avait annoncé le 26 février par la voix du Premier ministre qu’il entendait recourir à cette voie certes conforme à la constitution.

Cette méthode déplaît aux syndicats, mais Édouard Philippe la proclamait au départ excellente. Son utilisation lors de la réforme du Code du travail aurait, selon lui, “prouvé que cette méthode ne confisquait aucunement le dialogue”. “Nous voulons aller vite sans escamoter la concertation ou le débat parlementaire qui sont nécessaires et légitimes”, assurait-il alors. Il précisait même : “A la mi-mars, nous déposerons un projet de loi d’habilitation au Parlement.”

Et une fois de plus le pouvoir recule. Nous retrouvons cette crainte bicentenaire que manifestait déjà sous Louis XVI et sous la Restauration, le parti ministériel. Ainsi appelait-on les réformateurs administratifs, technocrates de l’époque.

Quant aux gens qui tiennent absolument à démontrer la différence de situation par rapport à 1968, je me permets de leur indiquer qu’ils se trompent. L’Histoire ne se répète jamais à l’identique mais elle recommence toujours. Le leurre du monde nouveau ne doit plus nous tromper.

Avec les gauchistes de Sud-Rail au moins les choses sont claires.

Dans une brochure éditée en janvier 2017, le syndicat publie le détail, certes complexe des indemnités auxquelles ont droit les salariés de la SNCF, du moins les 92% d’entre eux assujettis au fameux statut.

Or, en page 14 de ce document figure un encadré de couleur verte. Il indique ce que Sud-Rail revendique. À savoir :- La refonte de la grille des salaires imposant un déroulement de carrière minimum, à l’ancienneté, basé sur l’expérience et la qualification afin de faire disparaître toute notion de classe au travers de la rémunération. – Le même déroulement des échelons d’ancienneté pour tous les cheminots. – Ces revendications correspondent à notre notion de solidarité, base de notre syndicalisme.

Autrement dit, égalitarisme pratiquement total, sans prise en compte du mérite individuel. Un tel discours fait marcher les révolutionnaires, les zadistes, les bloqueurs des universités, les perroquets sectaires de Nuit Debout, les cégétistes des hôpitaux, les gauchistes de tout poil, — à défaut de faire rouler les trains.

> Jean-Gilles Malliarakis anime le blog L’Insolent.

Autres articles

Macron attaque nos libertés, piétine les Français, et méprise la civilisation française.

Aidez-nous à riposter.

Soutenez Nouvelles de France