Suite et fin sur le néopaganisme

Le titre du dernier article de Jean Dutrueil est superbe et flatte mon narcissisme incorrigible. Hélas, trois fois hélas, l’exposé qui suit le contredit radicalement. Reprenons donc point par point les divergences, au risque de lasser les lecteurs bienveillants de Nouvelles de France.

1) Le paganisme serait immunisé contre le totalitarisme. A cela, deux réponses, une historique et l’autre philosophique.
Il faut être amnésique pour soutenir que le totalitarisme n’est jamais le fait des païens. En octobre 1941, Alfred Rosenberg, idéologue en chef du nazisme, publia le projet de la religion d’Etat de la Nouvelle Allemagne, avec un programme conçu en trente points. En voici quelques-uns :
« 1° L’Eglise Nationale du Reich (Nationale Reichskirche) demande absolument d’exercer, seule, tous droits et pouvoirs sur toutes les Eglises se trouvant à l’intérieur des frontières du Reich : elle les déclare Eglises Nationales du Reich.
4° L’Eglise Nationale du Reich ne force aucun Allemand à en faire partie, mais elle est prête à faire tout ce qui est en son pouvoir pour prendre possession de toutes les âmes allemandes, jusqu’à la dernière. Par ailleurs, l’Eglise Nationale du Reich ne tolèrera aucune autre Eglise, aucune organisation, ni aucun club d’un caractère religieux quelconque, et en particulier ceux ou celles ayant une direction ou des relations Internationales.
5° L’Eglise Nationale du Reich est inébranlablement résolue à supprimer, par tous les moyens possibles, la foi chrétienne qui, quoique étrangère à notre nature et à notre caractère, a été importée en Allemagne en l’an 800, qui est une date tragique.
13° L’Eglise Nationale du Reich demande l’arrêt immédiat de l’impression et de la diffusion de la Bible en Allemagne, ainsi que l’interdiction de la publication de journaux religieux, et de tous livres, écrits et conférences ayant un caractère ecclésiastique.
19° Sur les autels de l’Eglise Nationale du Reich, on placera notre livre le plus sacré, Mein Kampf, et à sa gauche, une épée qui consacrera le peuple allemand à ce même symbole de Dieu.”
30° Dès le jour de sa fondation, l’Eglise Nationale du Reich fera enlever de toutes les églises, cathédrales et chapelles, se trouvant à l’intérieur des frontières du Reich et de ses colonies, la Croix du Christ qui sera remplacée par la Croix gammée, seul symbole invincible de l’Allemagne. »
Sur le plan philosophique ou théologique, le refus du paganisme de considérer une dualité entre le ciel et le monde, entre le biologique et le sociétal, entre la foi et la raison, ce que j’ai appelé le monisme et le holisme des conceptions païennes, induisent inévitablement un totalitarisme de la part non pas forcément de l’Etat, mais de la pression de la société (dans l’Antiquité).

2) S’agissant des races, je ne vais pas me répéter encore une fois. Simplement, je remarque l’absence dans l’argumentation de Jean Dutrueil de concepts de base de la génétique: dérive génétique, haplogroupes, ascendance, phénotypes versus génotypes. Or tous ces concepts élaborés depuis 20 ans montrent l’inanité de la notion de race chez l’Homo sapiens sapiens, nous quoi. Le mieux est de renvoyer les lecteurs de Nouvelles de France à ces sites :

http://www.futura-sciences.com/magazines/sante/infos/dossiers/d/genetique-diversite-genetique-questions-races-786/
http://www.eupedia.com/europe/projet_adn_benelux_france.shtml
http://www.scs.illinois.edu/~mcdonald/WorldHaplogroupsMaps.pdf

Bien sûr, je n’interdis à personne de croire au créationnisme, à l’astrologie ou à la raciologie.

En fait, la conception raciologique des populations humaines fonctionne comme le cache-sexe d’une définition essentialiste et figée des ethnies. Or les ethnies sont le produit d’une histoire. Elles naissent, elles meurent et elles changent. Et surtout, elles sont inégales car différentes. Comme les individus humains, n’en déplaise à l’idéologie égalitariste à la Rousseau et à ses innombrables épigones. Qui dit différence, dit inégalité.

Dans certains cas (rares) les inégalités diverses se compensent, comme entre les hommes et les femmes. Les mâles sont supérieurs physiquement (en sport par exemple) mais les femmes sont supérieures en minutie (pour le montage des mécanismes des montres), les hommes sont systémiques et les femmes empathiques, etc…Mais in fine, les deux sexes sont globalement égaux.

Quand on sait que les néo-païens sont issus d’un courant politique pro-hiérarchie et pour l’inégalité des individus, il est cocasse de les voir s’accrocher (pas tous) à l’égalité des ethnies. Ne voulant pas tomber sous le coup de la loi, je ne donnerai pas d’exemple d’infériorité ou de supériorité de telle ou telle ethnie, mais tout le monde ici aura compris.

3) La conception du temps païenne que j’ai appelé « palingénésie » implique l’éternel retour d’un temps cyclique. Seuls le christianisme et le judaïsme échappent à cette notion. Même l’athéisme marxiste-léniniste (matérialisme historique) développe cette conception avec le retour annoncé du communisme des sociétés primitives (Pol Pot est allé jusqu’au bout de cette idée). Il est inutile de discuter sans fin: « l’éternel retour » est incompatible avec l’idée d’effort personnel et collectif en vue de rendre la vie plus agréable. Le travail est dévalorisé car ne servant en rien au bout du compte et si la civilisation dont je fais partie est mortelle, à quoi bon ! Le paganisme induit le sous-développement humain, matériel et intellectuel.

4) L’anti-technicisme à la mode depuis Heidegger et le succès irrépressible des conceptions écologistes visant à dévaloriser la technique (et donc la science qu’on le veuille ou non), est un lieu commun de l’idéologie dominante aujourd’hui. Les mêmes qui veulent la décroissance, la frugalité, vivent confortablement des fruits du décollage technico-scientifique des deux derniers siècles. A l’image de l’anti-américanisme (auquel il est souvent associé) de gens qui sont complètement américanisés dans leur vie quotidienne (Internet, Facebook, portable, musique rock, fast food, sport, etc). L’hypocrisie et l’ingratitude sont une donnée permanente de l’aventure humaine.

5) Le dernier point, peut-être le plus important, est ce que j’ai nommé la « préfiguration ». Notre société dite « post-moderne », par le recours au naturalisme (écologisme notamment) conduit à une humanité « maternalisée » ou les valeurs féminines prennent le dessus et rompent l’équilibre existant depuis 17 siècles entre valeurs masculines et paternelles et valeurs féminines et maternelles. Le retour au tribalisme, la théorie du genre, la valorisation de la compassion au détriment de l’analyse (voir Gaza), de l’hédonisme et non de l’effort, du pacifisme plutôt que de l’honneur militaire, etc… sont plus que des symptômes. Or le paganisme par son immanentisme naturaliste s’inscrit parfaitement dans cette évolution. Le rejet d’un Dieu unique personnalisé (si l’homme est créé à l’image de Dieu, Dieu incréé est à l’image de l’homme créé) conduit à l’idolâtrie de la Nature. C’est pour cela que l’Islam, par son refus du « tadjsim » (anthropomorphisme) et d’un Dieu personnalisé, n’est que le faux né du paganisme (Allah n’étant autre que le Cosmos) et cela explique la fascination pour l’Islam de beaucoup de néo-païens. Ecoutons René Girard :

« En réalité, c’est un retour très effectif à toutes sortes d’habitudes païennes : l’avortement, l’euthanasie, l’indifférenciation sexuelle… Le néo-paganisme veut faire du Décalogue et de toute la morale judéo-chrétienne une violence intolérable, et leur abolition complète est le premier de ses objectifs. Ce néo-paganisme situe le bonheur dans l’assouvissement illimité des désirs et, par conséquent, dans la suppression de tous les interdits. »
(René Girard, interview dans Famille chrétienne n°1142, 1999)

Lire aussi :
> Le néopaganisme, bricolage ou préfiguration ? par Patrick Canonges
> Néopaganisme : Patrick Canonges a raison ! par Jean Dutrueil

Articles liés

23Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Observateur , 9 août 2014 @ 16 h 13 min

    @Patrick Canonges,
    Le concept d’égalité globale n’a pas de sens.

  • Dubitatif , 9 août 2014 @ 16 h 23 min

    Lorsqu’en basket la meilleure équipe des boshimen battra la moins bonne d’Harlem…

  • patrick Canonges , 9 août 2014 @ 17 h 15 min

    Si vous voulez, on peut parler de ‘complémentarité équilibrée” par exemple entre femmes et hommes.

  • montecristo , 9 août 2014 @ 17 h 37 min

    Bravo Babounette !

    On se demande quel but poursuivent les dirigeants et les “grands penseurs” d’Occident quand ils savent pertinement que les dictatures arabes seront toujours remplacées par une dictature encore plus terrible.

    Pourquoi aller mettre son grain de sel dans des pays qui nous haïssent simplement pour ce que nous sommes … et nous reprochent précisement ce que nous avons de mieux ?

  • hermeneias , 9 août 2014 @ 17 h 52 min

    A. Cavaillé c’est “simple et naturel” ….naturellement

    Voui voui enfin non non mais encore … ? C’est bien gentil vos histoires de “belles” croyances “simples et naturelles” . Moi aussi j’ai beaucoup aimé la série des contes et légendes de Franche-conté , de Bretagne , des pays nordiques , d’amazonie , de Grèce….etc . Mais on n’est pas du tout dans la même catégorie et au même niveau de de compréhension et d’extension avec la religion monothéiste qu’est la judéo-christianisme avec sa double prétention , quoiqu’on en pense , à l’historicité et à l’universalité qui lui permet d’assumer tout l’effort humain du savoir et de la science ( même si celui-ci parfois prétend s’affranchir ou même s’opposer à toute idée de religion et de transcendance ) .

    Vous auriez du noter au passage , qu’il n’est pas question ici des “paganismes” , plus ou moins “simples et naturels” , mais du néo-paganisme qui est là vraiment une idéologie de supermarché pour occidentaux déboussolés qui vont s’extasier , tel le bobo de base , au musée du quai Branly pour tromper leur ennui intersidéral

  • hermeneias , 9 août 2014 @ 17 h 54 min

    P Cannonges

    Comme souvent , dans son ubris , trop embrasse et mal étreint . Cela avait pourtant bien commencé …
    Bien essayé tout de même

  • Jean Dutrueil , 10 août 2014 @ 23 h 53 min

    A titre personnel je trouve l’article globalement erroné. Bien que la plupart des dires soient à nuancer grandement, je ne prendrai que deux point.

    1) Paganisme et islam. Monsieur Canonges explique que par son refus de l’anthropomorphisme l’islam est comme le paganisme.

    Cette assertion est malheureusement une erreur grossière, il suffit simplement de rependre les faits historiques et théologiques pour battre en brèche cette ineptie

    Concernant l’essence de Dieu, l’islam est beaucoup plus proche du christianisme et du judaïsme dont il émane au Proche-Orient que du paganisme.

    Dans les trois religions abrahamiques, Dieu est créateur et supérieur du monde qui est une création inférieur. Dieu donc surplombe de manière distincte une création qui lui est inférieur, conçue par pure amour et subjectivité.

    Dans la paganisme la situation est tout à fait différente. Le monde n’est pas une création mais une émanation de Dieu afin que celui prenne conscience de lui-même. Donc le monde est consubstantiel à Dieu.

    Par conséquent, les paganismes symboliseront cet engendrement par un Dieu qui descend sur terre pour s’incarner en homme, né d’une Vierge mort et ressuscité. Les Dieux païens régionaux (les Dieux correspondent chacun à un peuple) Krishna, Orphée, Sérapis, Mithra, Horus, Dionysos etc. sont donc tous des dieux anthropomorphes et ce des siècles voire pour certains des millénaires avant l’arrivée du christianisme.

    Le christianisme est en réalité une religion sémite (juive) et/puis européenne (païenne) à la fois.

    Concernant la partie sémitique, le christianisme ne fera que prendre l’essence divine juive en se fondant sur le Pentateuque (Torah) d’un Dieu absolu pour lequel il n’y a qu’une seule Foi qui permet de l ‘atteindre, un Dieu créateur d’un monde qui lui est inférieur. D’ailleurs Jésus était probablement l’un de ces nombreux prédicateurs qui se révoltaient contre l’emprise de l’empire romain au proche-orient vécu légitimement par les juifs de l’époque en Judée comme une colonisation.

    Paul va ouvrir le judéo-christianisme initial, qui n’était qu’un des très nombreux courants juifs de l’époque, au monde hellénistique en abolissant les interdits alimentaires et la circoncision, pour séduire les païens gréco-romains.

    Mais il est plus que très fortement probable que son Messie Jésus n’était pas encore considéré comme incarné et émanant d’un Dieu trinitaire, conception totalement gréco-romaine.

    Pour sa partie européenne, il ne fera que rependre la conception spirituelle païenne, à partir des conciles œcuméniques débutant en 325 dont les évêques européens intégrerons le dogme de l’incarnation qui était inexistant dans le christianisme primitif et ne sera rajouté que 300 ans plus tard au sein d’un empire gréco-romain dont le Dieu principalement vénéré était hellénistique et surplombait le reste des dieux (correspondant à peu près aux anges chrétiens bien qu’ils n’aient pas exactement la même essence).

    Ce Dieu hellénistique était trinitaire, dont l’un des membres incarné et ceux 300 ans avant l’arrivée du christianisme!

    Le Dieu chrétien deviendra Trinitaire grâce au Père de l’Église Jean Chrysostome qui intégrera le passage de la Trinité dans l’épitre de Jean qu’au IV ème siècle…

    2) Judaïsme et violence.

    Je trouve à titre personnel que la citation de René Girard est à côté de la plaque. S’il y a quelques “néo-païens” qui veulent abolir le judéo-christianisme à cause de la très grande violence inscrite dans le Pentateuque (Torah; partie de l’ancien testament chez les chrétiens) il faut savoir que certains, et non des moindres sont très pro juif et israélien. C’est le cas de Guillaume Faye! Donc attention aux étiquettes qui simplifient toujours tout de manière grossière.

    Par contre, ce que dit l’histoire, c’est que le dit Pentateuque est d’une très grande violence et consacre le premier génocide écrit de l’Histoire de l’Humanité!

    Le fameux “Tu ne tueras point” ne s’appliquait qu’aux juifs pratiquant la bonne foi. La preuve, lorsque Moïse revient avec les tables de la Loi où est inscrit ce fameux commandement, voyant son peuple qui l’attendait en bas du mont Sinaï vénérer “le vaux d’or”, fou de rage, brisera les tables puis massacrera les juifs qui ont commis ce forfais, certains étant même torturés avant la mise à mort.

    Puis juste après l’énonciation des dix commandements, dans le chapitre treize du livre du Deutéronome inséré dans le Pentateuque, Dieu ordonne de tuer aux juifs de tuer leur coreligionnaires s’adonnant à un autre culte que lui.

    Plus encore dans le chapitre 7 de ce même Deutéronome Dieu ordonne à son peuple juif ceci: ” tu dévoreras tous les peuples que ton Dieu Yahvé de livre, ton œil ne s’apitoiera pas sur eux”. Ce qui sera effectivement fait, car Josué lors de la conquête des Philistins (Palestiniens antiques!) avec le peuple juif ” vouèrent à l’anathème tout ce qui était dans la ville, hommes et femmes, jeunes et vieux, jusqu’aux bœufs, aux moutons et aux ânes, les passant au fil de l’épée (Josué 6,21)

    Les historiens disent que cette action génocidaire ( bien qu’elle n’est pas existait historiquement, il n’y a eu aucune conquête des philistins à l’époque) est la première couchée par écrit dans un livre de l’Histoire!

    Pour finir je conclurai que le terme néo-païen ne veut rien dire et que beaucoup qui s’y réfèrent ne sont que des charlatans sauf ce qui recourent à la vision antique intellectuellement tel que Alain de Benoit ou Guillaume Faye pour la simple et bonne raison qu’il ne reste plus rien du paganisme qui a été éradiqué par l’empire romain chrétien. Toute volonté de restitution de pratique religieuse de la part de groupes néo-païens ne peut être donc que de la parodie même si parfois le cœur y est!

    En effet, le prosélytisme chrétien n’avait convertir en 300 ans que 3% des membres de l’empire romain, c’est par Constantin et les empereurs chrétiens qui lui succéderont que le christianisme s’imposera grâce à la persécution systématique scandée par de fréquent gigantesques et effroyables massacres anti païens, persécutions qui bruleront et détruiront tout le savoir païen, il ne reste plus rien actuellement sur la conception païenne des offices liturgiques, des fêtes religieuses, des processions, etc.

    Pour donner un ordre de grandeur, selon les historiens le chiffrage des persécutions antichrétiennes par les païens en 300 ans, sont de maximum 10 000 morts. L’Empereur chrétien et sanguinaire. Théodose, en une seule après-midi ordonnera le massacre de 18 000 païens a Antioche qui se révoltèrent contre ces lois de prohibition du paganisme. Sous le seul règne de l’empereur chrétien très pratiquant Jovien, les historiens estiment qu’il y a eu 200 000 morts ! Voilà les ravages des religions à la prétendue « Vérité Unique »…

    Bien à tous

Les commentaires sont clôturés.