Fin d’amnésie pour Dati !

Un billet d’Isabel Orpy

Embusquée dans sa mairie,116 rue de Grenelle, après une lutte acharnée avec Fillon pour qu’il ne lui pique pas la 2e circonscription, il y avait quelques mois qu’on n’entendait plus parler de mademoiselle Dati. Et Rachida pensa qu’elle devait atrocement nous manquer…

En fait, celle qui, longtemps, fut appelée la garde des sceaux à champagne… n’aime pas du tout que les media l’oublient. La première porte-parole de la diversité, icône «diorisée» de la Sarkozie, promue, lors du casting présidentiel de 2007, ministre de la Justice, écartée du pouvoir deux ans plus tard, pour être propulsée eurodéputée et maire du (pauvrissime) 7ème arrondissement de Paris, a le goût de la notoriété et du bling bling system.

Pour « papa » : la 118e fortune de France.

Après avoir affiché sa grossesse avec une fierté ostentatoire, la jouant célibattante qui assume un enfant sans mariage et sans père, puis retourne au boulot cinq jours après son accouchement, sans un gramme de plus, brushée de frais et perchée sur ses éternels stilettos (une prouesse de 12 cm !)… Alors que sa fille aura quatre ans le 2 janvier prochain, la voici qui tout à coup se souvient (54 mois plus tard…) du nom du géniteur et de plus, l’assigne en reconnaissance de paternité, procédure qui, généralement, ne s’engage pas sur de vagues supputations.

Le qu’en dira-t-on avait prêté à Zohra Dati les pères putatifs les plus divers et les plus célèbres : Nicolas Sarkozy, son frère, l’ex-ministre rugbyman, l’inoubliable Bernard Laporte, nombre de stars du CAC 40, jusqu’à ce pauvre José María Aznar qui fut obligé de nier par voix officielle.

Certes, c’est un papa de « choix » et de luxe que Dominique Desseigne, PDG du groupe Barrière et du Fouquet’s, dont la fortune s’élèverait à 350 millions d’euros… mais ce ne peut être pour des motifs triviaux et financiers puisque Rachida Dati cumule les beaux revenus: retraite de ministre, salaire de député européen et émoluments de maire…

Après lui avoir piqué sa place aux législatives, Fillon lui piquait encore la vedette dans sa guerre des chefs avec Copé ?

En fait, le donnant gagnant, l’ex-sarkosette vise à nouveau la mairie de Paris pour 2014 et aura préféré faire sortir l’affaire. C’est une technique très basique en communication politique que pour garder le contrôle de se débarrasser des sujets délicats et donc, éviter qu’ils surgissent malencontreusement lors de la campagne.

C’est ainsi que dimanche dernier, Rachida Dati annonçait au JDD sa probable candidature et le mardi, la France apprenait, comme par hasard, le dépôt de plainte auprès du parquet de Versailles…

« Interdite » de séjour au Maroc…

Et pour aider plus encore sa visibilité et sa notoriété, elle a reçu l’appui inopiné de l’adjoint du procureur du roi près du tribunal de première instance de Taza, Adil Fathi, l’un des plus célèbres magistrats marocains, lequel a demandé l’arrestation de l’eurodéputée dès qu’elle posera un talon au Maroc. Rachida Dati serait sous le coup de l’article 490 du code pénal marocain punissant d’emprisonnement d’un mois à un an, toutes personnes de sexe différent qui, n’étant pas unies par les liens du mariage ont, entre elles, des relations sexuelles. Annonce qui a encore fait couler beaucoup d’encre médiatique.

La fashionista vient encore de réussir un excellent coup de com, lequel va se poursuivre un peu car si le groupe Barrière confirme le dépôt de plainte, pour prolonger le suspens et continuer à attirer les regards et les objectifs, Rachida dément.

Cependant, la procédure de mise en état serait advenue jeudi dernier devant la chambre civile du tribunal de grande instance de Versailles, présidée par madame Françoise Harrivelle et une audience pour plaidoiries serait envisagée pour le 6 novembre prochain…

Bizarre, bizarre pour une procédure inventée par des journalistes.

Test ADN pour monsieur Desseigne ?

Guerre des communiqués et des révélations…

Cela n’aura qu’un temps.

Pour enfin rebondir politiquement et tenir son fan club en haleine pendant plusieurs saisons jusqu’en 2014, mademoiselle Dati va devoir faire preuve d’autres talents de scénariste ou appeler à la rescousse Marc Cherry, l’inventeur de Desperate

Autres articles