Sarkozysme : Que faut-il en garder ?

Tribune libre de Grégory Morin-Martin*

Il nous avait pourtant prévenu. En cas de défaite, il “retirerait l’aiguille”, progressivement. Il arrêterait “complètement”, on ne le “verrait plus”, “ce sera la dolce vita”. Et pas question de se mêler des querelles de chiffonniers d’une UMP divisée et sans leader naturel : “Je préfère encore le Carmel. Au Carmel au moins, il y a de l’espérance” (1).

Et pourtant. Il y a une semaine à peine, écharpe en cachemire et barbe de trois jours, il affichait dans les tribunes du Parc des princes le sourire satisfait de celui qui compte encore. La remise en cause de son bilan et l’appel de Roselyne Bachelot au “droit d’inventaire” ont suffi à déchaîner le courou des grands barons de l’ancienne majorité. Le simple rajout de la mention “génération Sarkozy” dans la déclaration de principe de la toute jeune Droite Forte a permis de propulser le mouvement de Guillaume Peltier au statut de favori des sondages. L’ancien président est encore adulé par les militants et sympathisants. Il le sait. Alors il reçoit, il discute, il réfléchit. Brice Hortefeux, Alain Minc, Henri Guaino, tous se succèdent dans son bureau de la rue de Miromesnil. Jusqu’à ce que, au détour d’une conversation avec Bruno Le Maire, il annonce ce que tous pressentaient : “Vu l’état désastreux dans lequel la France risque de se trouver dans cinq ans, je n’aurai pas le choix en 2017 ”. Et au Canard Enchaîné d’en faire ses choux gras.

Cette réticence à quitter la scène, à sortir définitivement du jeu politique est extrêmement révélatrice. Car depuis la fin de l’ère gaullienne, aucun phénomène politique n’a autant fasciné à droite que l’épopée sarkozyste. Fils d’immigré, maire de banlieue bourgeoise, ministre au style singulier, cette étoile filante est venue se perdre un soir de mai dans le ciel du Ve arrondissement, lorsque le président défait déclarait à la Maison de la Mutualité : “Ma place ne pourra plus être la même”. Le sarkozysme, c’est avant tout cet esprit de conquête qui a permis à un jeune militant UDR, étudiant en droit à Nanterre, de se tisser un destin à la mesure de ses ambitions. C’est cette capacité à établir une véritable synthèse idéologique des droites françaises qui a fait de l’UMP une formidable machine de guerre électorale. C’est enfin l’ardeur d’un homme qui a voulu “désacraliser” sa fonction, parfois en allant trop loin, mais a finalement réussi à se glisser dans le costume d’un président de la Ve République, établissant un savant mélange de tradition et de modernité.

“Le sarkozysme est avant tout un pragmatisme.”

Cependant, il serait hasardeux de faire du sarkozysme une idéologie à part entière. Il est avant tout un pragmatisme : le bilan économique du quinquennat est par exemple teinté de mesures à la fois libérales (auto-entreprenariat, loi LRU) et étatistes (défense de la taxe Tobin, RSA). Quant à ses défauts, nul besoin d’être adhérent au Parti socialiste pour reconnaître qu’ils furent prégnants lors du début de mandat de l’ancien chef de l’État : mise en avant de la vie privée ou goût exacerbé pour la communication politique, le président assagi de 2012 a payé les erreurs du Sarkozy sulfureux de 2007.

Alors, qu’elle le veuille ou non, la droite républicaine devra faire le tri dans ce qui fut l’histoire du sarkozysme, en s’interdisant de verrouiller le débat interne au nom de cette figure tutélaire qu’est l’exilé de Miromesnil. Au moment où la plupart des parlementaires de l’opposition s’apprêtent à voter en faveur du traité budgétaire européen mardi prochain, le député Lionnel Luca appelle ainsi à ne pas faire du TSCG “un texte sacré” au prétexte que “c’est Nicolas Sarkozy qui l’a négocié” (2). Cette liberté de débat sera essentielle, en attendant un éventuel retour de l’enfant terrible. Pour quand ? Il serait dangereux de se laisser prendre au jeu des suppositions. Mais lorsqu’en 2007, la dramaturge Yasmina Reza avait interrogé le candidat de l’UMP sur la perspective d’un exil à Maubeuge, la réponse fut troublante : “Je deviendrais le roi de Maubeuge en deux ans ” (3).

*Grégory Morin-Martin est étudiant à l’Institut d’études politiques de Paris.

1. http://www.liberation.fr/politiques/01012385625-sarkozy-defaitiste-un-truc-de-off
2. http://www.20minutes.fr/politique/1014261-traite-budgetaire-europeen-droite-aussi-nonistes
3. Yasmina Reza, L’aube le soir ou la nuit, Flammarion, 2007

Autres articles

31 Commentaires

  • Bavard Oiseau Chocolat , 8 octobre 2012 @ 7 h 47 min

    “droite républicaine”.,… Institut d’Études Politiques…

    très crédible, en somme

  • fauvette , 8 octobre 2012 @ 8 h 32 min

    Le souvenir d’un homme passionné, arrivé au sommet de l’etat par ses qualités d’intelligence, et de volontarisme .Quoique l’on puisse penser est que la volonté de la gauche de detruire son oeuvre a peu de poids pour tenter de se faire apprecier quand on observe la velleite et la mediocrite de nos gouvernants actuels face aux enjeux économiques et sociaux de notre pays .
    Je ne pense pas que le virus de la politique abandonnera un jour Sarko, ce n’est pas un homme a abandonner toute sa vie est la pour le demontrer !

  • Corbeyran , 8 octobre 2012 @ 9 h 32 min

    Comme tous les parvenus, rien ne l’arrête.

  • Harold , 8 octobre 2012 @ 9 h 39 min

    Pourquoi ? Il faut sortir d’une mauvaise fac de province pour être crédible ? Il y a plus de diversité politique à l’IEP que vous ne semblez le penser.

  • J'AI VOTE SARKOZY , 8 octobre 2012 @ 9 h 44 min

    En effet, il y en a qui s’arrête avant d’avoir commencé !

    C’est sûr que flamby n’est pas “parvenu” avec tous les mensonges qu’il a proférés tout au long de sa campagne.

    Le voilà même obligé de faire du sarkozysme, c’est peu dire !:-))

  • Corbeyran , 8 octobre 2012 @ 9 h 57 min

    Allons, je ne voulais pas froisser un fan. Votre idole manquait de principes, et il y un espace entre l’absence totale de scrupules et l’immobilisme, croyez-moi.

  • Marie Genko , 8 octobre 2012 @ 10 h 07 min

    C’est vraiment étonnant que le culte de la personnalité colle tant aux esprits!

    Pour ma part, je ne voterai plus jamais Sarkozy!
    Je ne voterai plus jamais pour un candidat soumis aux dictats de Bruxelles et de Washington

    Je ne voterai plus jamais pour un candidat, qui ne se sera pas totalement engagé à défendre les valeurs du christianisme et la souveraineté de la France !

    Je voterai “Oui” pour une Europe des Nations, respectueuse des valeurs évangéliques.

    Et je ne me laisserai plus prendre aux sirènes d’un vote anti socialiste!

Les commentaires sont fermés.