Carl Lang : « L’étatisme n’est rien d’autre qu’une des facettes du collectivisme et du socialisme »

Élection présidentielle. En 2012, les électeurs nationalistes et protestataires pourraient avoir le choix entre Marine Le Pen et… Carl Lang. Le président du Parti de la France (1), qui forme, avec deux autres petits mouvements (2), l’Union de la droite nationale (site), est candidat à l’élection présidentielle. Mardi, Carl Lang affirmait avoir « déjà recueilli plus de 300 promesses de parrainages de maires ». Entretien.

Carl Lang, pourquoi vous présenter en 2012 ? Pourquoi ne pas avoir choisi de faire front commun avec le Front national de Marine Le Pen ? Ne croyez-vous pas que votre candidature puisse être instrumentalisée par l’Élysée contre le FN ?

La quasi censure médiatique dont je suis l’objet, entre autre dans le quotidien sarkozyste Le Figaro, est la démonstration que je ne suis l’instrument de personne et désormais le seul candidat totalement exclu par le système médiatico-politique en place. Des concessions médiatiques ont été accordées de fait aux partis du système, et personne n’est en droit de contester les monopoles acquis. Le régime en place est certainement républicain, mais en aucun cas démocratique.

Je fais acte de candidature à cette élection présidentielle afin de porter notre projet de droite nationale et européenne qui n’est aujourd’hui défendu par aucun autre candidat. N’étant ni étatiste, ni laïciste, ni porté à la démagogie socialisante, mes idées ne sont évidemment pas représentées par Madame Le Pen. Je n’ai par ailleurs aucune confiance, ni en son entourage, ni en ses méthodes.

Définissez-vous votre candidature comme nationaliste ? Comment expliquez-vous que beaucoup de Français aient peur du nationalisme et l’assimilent à une doctrine violente ? Comment définiriez-vous le nationalisme ?

Je suis le candidat de la droite nationale et européenne et je considère que le grand enjeu de ce siècle sera un enjeu de civilisation. En conséquence, je souhaite tout à la fois défendre notre héritage historique et culturel national et nos valeurs de civilisation, européennes et chrétiennes. Le principe national du XXIe siècle doit s’inscrire, selon moi, dans une volonté affichée d’affirmer nos identités, provinciales, nationales et européenne sans les opposer les unes aux autres. Les défis à relever sont communs à tous les patriotes des nations d’Europe. C’est la raison pour laquelle je continue à défendre un modèle à reconstruire d’une Europe des nations souveraines et des peuples libres, d’une Europe européenne et indépendante instaurant de surcroît un lien privilégié avec la fédération de Russie.

Je définis l’identité nationale comme la communion naturelle, historique, culturelle et spirituelle entre le peuple de France et la terre de France. Je considère que le peuple français, au même titre que les autres peuples du monde, a le droit et le devoir de rester lui-même et de refuser la colonisation migratoire dont il est victime. Le principe national est aujourd’hui le garant de l’identité nationale, de l’unité nationale et donc de la paix civile. C’est la destruction organisée de la France française qui porte les germes de la guerre civile et des affrontements ethniques.

Où en est votre collecte de signature ? Quel score espérez-vous ?

Je reste confiant quant à la possibilité d’être candidat. Le jour où les Français découvriront qu’existent le Parti de la France et l’Union de la Droite Nationale, alors tout sera différent et les perspectives électorales apparaîtront. C’est d’ailleurs la raison principale de l’exclusion médiatique dont nous sommes victimes. Lorsqu’on affronte les partis du système, ils défendent leurs privilèges et leurs avantages acquis.

Votre revendication n°1 porte sur l’immigration. Sur quoi se base votre opposition à l’immigration ? Est-il réaliste aujourd’hui de prôner l’immigration zéro ? Même Marine Le Pen semble reconnaître que ce n’est pas le cas…

En effet, la candidate Le Pen propose de réduire en 5 ans l’immigration nouvelle de 200 000 entrées à 10 000, ce qui revient à laisser entrer en 5 ans 420 000 nouveaux immigrés. Je considère quant à moi que les politiques d’immigration sont depuis 35 ans contraires à l’intérêt national et sont la cause principale de la ruine de la France et de l’insécurité des Français. Il faut donc immédiatement mettre un terme à l’immigration extra-européenne et mettre en place une politique de retour au pays ainsi qu’une réforme du code de la nationalité mettant fin à l’acquisition automatique de la nationalité pour les étrangers nés en France. La question qui se pose n’est d’ailleurs plus celle de l’immigration, mais celle de la colonisation migratoire, culturelle et islamique de la France et de l’Europe occidentale. Le problème a changé de dimension et de nature après trois décennies de politiques antinationales. Au rythme migratoire et démographique actuel, le peuple français sera minoritaire chez lui avant la moitié du siècle et le remplacement de population sera accompagné par un remplacement culturel et un changement de civilisation. Vous avez aimé l’immigration ? Vous allez adorer l’islamisation et la charia !

« Je souhaite remplacer la loi Veil par une loi d’accueil de la vie »

Comment proposez-vous de réduire le déficit français ? Proposez-vous plus d’État ou moins d’État ? 

La dette publique française, qui est aujourd’hui colossale, n’est rien d’autre que l’addition de tous nos déficits budgétaires cumulés depuis les années 80 et ce, à tous les échelons administratifs et sociaux ; Les démagogues et irresponsables qui ont dirigé l’État mais aussi les communes, les conseils régionaux et généraux et les caisses de sécurité sociale ont fait vivre la France à crédit. Le crédit facile au service de la démagogie sociale et électoraliste a fait les beaux jours de la caste dirigeante. Aujourd’hui, la fête est finie et les Français vont devoir payer la note. Il est vrai, cependant, que les peuples ont les gouvernements qu’ils élisent et que personne n’a obligé les Français à voter pour les fossoyeurs de la France.

La règle d’or à mettre en œuvre est de réduire les dépenses publiques aux seules dépenses ayant un effet économique et un effet sur l’emploi ; Il faut en finir avec tous les gaspillages, les dépenses de prestige, de communication et de copinage. Il faut d’abord que ce soient les collectivités et l’État qui se serrent la ceinture et qui montrent l’exemple plutôt que d’organiser la persécution fiscale des Français qui travaillent et qui épargnent.

La deuxième règle d’or est la mise en place du patriotisme social, c’est-à-dire une politique sociale et familiale qui bénéficie exclusivement aux Français.

La troisième règle d’or est le rétablissement de la préférence communautaire dans les traites et les politiques européennes ainsi que l’établissement de la préférence nationale, puis européenne à l’embauche. Il faut produire français, en France avec des Français !

La quatrième règle d’or est la pratique de la régulation commerciale en réponse à la dictature du libre-échange et du marché ouvert. La concurrence commerciale ne se conçoit que si elle est loyale et protégée de toutes les formes de dumping (social, fiscal, monétaire…) La régulation commerciale est la mise en pratique de règles d’échanges équilibrés et contrôlés qui nous mettrons à l’abri des prédateurs commerciaux. Il ne suffit pas de réguler la finance internationale, il faut réguler le commerce international.

Dans ce contexte l’État doit assumer ses fonctions régaliennes et de contrôle. Mais l’étatisme n’est rien d’autre qu’une des facettes du collectivisme et du socialisme. Nous voulons restaurer l’autorité de l’État, mais nous voulons que l’État reste à sa place et cesse de voler les français de leurs revenus et de leur épargne.

Quelle est votre opinion sur les problématiques suivantes : « mariage » homosexuel, ISF, écoles hors contrat ?

Le principe de l’ISF est une stupidité économique ; Taxer les revenus du capital ou du patrimoine est une chose normale, taxer le patrimoine, même s’il ne produit pas de revenus est une aberration.

La liberté de l’école est un droit familial fondamental. Il n’y a que dans les systèmes étatistes et totalitaires que l’enfant appartient à l’État. L’éducation des enfants est d’abord de la responsabilité des familles.

Je suis hostile au mariage homosexuel, à l’adoption d’enfants par les couples homosexuels, au PaCS et à la polygamie. Je considère que le mariage est l’union d’un homme et d’une femme. Je souhaite remplacer la loi Veil par une loi d’accueil de la vie, par un statut de la mère de famille et par une loi d’adoption prénatale. Il existe des valeurs qui ne sont pas négociables. C’est aussi cela l’enjeu de civilisation…

(1) La direction du Parti de la France est composée d’anciens cadres du Front national déçus par ses nouvelles orientations.
(2) le Mouvement national républicain et la Nouvelle droite populaire

Articles liés

9Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • france libre infos.fr , 12 février 2012 @ 11 h 13 min

    Cher ami,

    nous devons chacun à notre niveau diffuser et expliquer la ligne politique clairement définie dans cet article.

    Nous y participons .

    Bon courage à vous !

Les commentaires sont clôturés.