Il faut sauver la Sécu !

Revoilà le déficit de la Sécu. La Commission des Comptes de la Sécurité Sociale annonce, le 5 juin, un déficit plus important que prévu. Trois jours plus tôt la Commission de Bruxelles laissait la France sous procédure de déficit excessif ; elle marquait ainsi son scepticisme sur la capacité de notre pays à maîtriser les dépenses de santé ou de retraite sans réformes nouvelles. Mais peu de gens en France s’intéressent à ce sujet. Le déficit de la Sécu est un serpent de mer inscrit dans notre patrimoine national. Cela fait des dizaines d’années que nous allons ainsi de déficit en déficit et que les gouvernements annoncent régulièrement des mesures de nature à « sauver la sécu ». Qui s’en soucierait, sinon quelques mauvais esprits comme les nôtres ?

Alarme de la Commission Européenne

Qui s’inquiète du déficit de notre chère Sécu ? Bien sûr, il en est question dans la recommandation adressée le 2 juin par la Commission Européenne à la France. Mais la question du déficit de la sécu est intégrée dans l’ensemble des mesures que Bruxelles attend de la France pour mettre un terme à la procédure de « déficit excessif ». Cette procédure, dont la suite éventuelle est la condamnation à des pénalités, est maintenue, car la Commission juge insuffisantes les réductions de dépenses publiques : le déficit fin 2015 ne devrait pas être de 3% du PIB, mais de 3,4%. Au passage la Commission recommande de « réduire de façon sensible l’augmentation des dépenses en matière de Sécurité sociale », en particulier « en fixant des objectifs plus ambitieux pour les dépenses annuelles de santé » ou encore « en limitant les coûts des retraites et en rationalisant les allocations familiales et les aides au logement ».

Mais ces recommandations sont noyées au milieu d’autres concernant la simplification des règles administratives et fiscales des entreprises, la réduction du coût du travail, l’ouverture à la concurrence des professions réglementées, la lutte contre les rigidités du marché du travail, etc. Dans les comptes rendus de la presse française sur l’appel de Bruxelles « à ne pas relâcher ses efforts » (titre identique du Figaro et du Monde !), la question de la Sécu n’est abordée qu’en quelques lignes.

La Commission des Comptes s’inquiète aussi

Trois jours plus tard, le 5 juin, la Commission des Comptes de la Sécurité Sociale annonce que le déficit sera plus important que prévu. De quoi faire les gros titres ? Pas du tout, deux mini-colonnes dans Le Monde ! Pourquoi s’inquiéter ? Pour 2013, le déficit du régime général a été de 15,4 milliards d’euros, soit 1,2 milliard de plus que prévu. Et pour 2014, le trou de la Sécu devrait être de 13,4 milliards contre 13 prévus initialement ; « à peine »  0,4 milliard de plus. On ne va pas alerter la population pour si peu.

Nos ministres veillent au grain. Marisol Touraine, ministre des affaires sociales et de la santé, est optimiste. Si les rentrées sont inférieures aux prévisions, dit-elle, c’est parce que la croissance est en retard au rendez-vous : élémentaire ! Mais elle rassure : les mesures du PLFRSS (Projet de loi de financement rectificative de Sécurité sociale) vont améliorer la situation : les retraites étant revalorisées plus tard, on va gagner 150 millions ; des mesures promises pour améliorer la compétitivité des entreprises sont reportées à 2016 ; la plupart des prestations sociales sont gelées pour un an. Bref, quelques recettes nouvelles par-ci, quelques dépenses retardées par-là, et la Sécu est sauvée. Dormez, braves gens ; le modèle social français sera reconduit, une fois de plus.

La recette est politiquement adroite : tout va s’arranger dans un proche avenir. En attendant qui pourrait se soucier du déficit de la Sécu ? Quel candidat ou parti s’en préoccupe-t-il ? Il est plus intéressant de savoir qui, de Fillon, Sarkozy ou Juppé affrontera en 2017 Hollande ou Valls. Les primaires sont plus importantes que les déficits.

Il faudrait pourtant rappeler quelques évidences. La première, c’est que, de déficit en déficit, la dette sociale s’ajoute au reste de la dette publique (celle de l’Etat et des collectivités locales), dont elle représente maintenant plus de 12% de la dette publique, sans compter tout ce qui n’est pas provisionné et qu’il faudra bien payer, à commencer par les retraites des fonctionnaires. Mais voilà 40 ans que cela dure !

Immoralité de la dette sociale

La deuxième évidence, c’est que le déficit de la Sécu est la chose la plus immorale qui soit. Car qui dit déficit dit emprunt et donc remboursement par les générations suivantes. Cela veut dire que nos petits-enfants paieront après-demain nos dépenses de santé et de retraite d’aujourd’hui. Léguer à nos petits-enfants, pour dans 30 ans, la charge de nos dépenses-maladie de 2014, est-ce moral ? Si la retraite par capitalisation consiste à placer de l’argent pour préparer l’avenir, la retraite par répartition signifie que les actifs de l’année financent les retraités de la même année, ce qui est explosif en soi, surtout quand les générations ne se renouvellent plus. Mais nous n’en sommes même plus là. La retraite par répartition avec déficit, comme aujourd’hui, signifie que ce sont les actifs de demain qui, en remboursant les emprunts, financeront les retraites d’hier : c’est l’anti-capitalisation !

Toutes les mesures annoncées pour sauver la Sécu, qui n’ont rien sauvé du tout et n’ont pas fait disparaître le déficit, reposent sur deux piliers : augmenter les cotisations et réduire les prestations. La Sécu nous coûte de plus en plus cher (le quart du PIB, plus encore, le tiers si on ajoute toutes les dépenses « sociales ») pour nous rendre de moins en moins de services : chacun le voit à l’évolution des retraites ou aux moindres remboursements des dépenses de santé. Le déficit est toujours là, mais l’Etat Providence assume de moins en moins ses engagements. Et encore une bonne part de la réalité est-elle masquée aux Français puisque le déficit réduit la facture actuelle, pour l’alourdir plus tard.

Les Français détestent les réformes

Aucun gouvernement n’a pris la mesure du problème et n’a entrepris les réformes radicales dont notre Sécu a besoin. C’est le système qu’il faut changer. Un monopole public obligatoire cumule tous les défauts : bureaucratie, absence de concurrence, centralisation, absence de choix. S’agit-il des retraites ? Le modèle système par répartition, a fortiori quand il est en déficit, est inefficace et immoral. Sur ce point, nos lecteurs connaissent les travaux de Jacques Garello et Georges Lane et notamment le dernier ouvrage de J. Garello « Comment sauver vos retraites », Libréchange 2013. A l’inverse la capitalisation permettrait de faire fructifier l’épargne, règlerait la question démographique, donnerait au pays le financement abondant dont il a besoin, et laisserait à chacun un large choix. Fin des déficits.

S’agit-il de la santé ? Il faut avoir le colbertisme chevillé au corps pour imaginer un système unique, centralisé, obligatoire. Dans la plupart des pays voisins, la préférence va vers la privatisation, la concurrence, le libre-choix. Pour ceux qui n’auraient pas les moyens d’une couverture plus lourde, on peut imaginer, comme pour l’automobile, une assurance minimale obligatoire, mais auprès de l’assureur de son choix. La solidarité ? Mais toute assurance repose sur le principe de la solidarité, par nature. Cela changerait-il nos habitudes ? Oui : libre choix, responsabilisation, économies dues à la concurrence, disparition des déficits.

Reste le vrai problème : la classe politique ne veut pas entendre parler des réformes pour ne pas déplaire à tous ceux qui bénéficient d’un régime spécial et craignent de perdre leurs privilèges en cas de changement de système. Les Français ont toujours préféré la Révolution à la réforme. C’est en général plus sanglant et moins efficace.

> Cette tribune vous est proposée en partenariat avec libres.org.

Autres articles

25 Commentaires

  • ranguin , 9 Juil 2014 à 12:35 @ 12 h 35 min

    Que l’on cesse de payer les dépenses de santé de gens qui nous vomissent et brandissent leur drapeau à chaque occasion.

  • hermeneias , 9 Juil 2014 à 15:00 @ 15 h 00 min

    Oui euh au point où on en est IL FAUT COULER OU ACHEVER LA Sécu cet espèce de machin complètement utopiste , cette usine à gaz communiste ingérable , fabriquée pendant l’après-guerre quand un tas de margoulins arrivés au pouvoir pensaient refaire le monde et la France ….

    Nous en voyons le magnifique résultat !

    La “sécu” cette “vache sacrée” est un élément majeur de notre déchéance économique , démographique et socio-culturelle avec l’invasion de peuples incultes , islamisés et inassimilables

  • Vautrin , 9 Juil 2014 à 15:55 @ 15 h 55 min

    D’accord avec l’article et avec les deux commentaires précédents.

    Un libre choix entre assurances concurrentes est effectivement une garantie. L’argent collecté est investi – or dans l’état actuel, il n’y a plus guère de capital à investir : libérer l’assurance maladie, c’est aussi constituer un afflux de capitaux disponibles pour l’économie. On me rétorquera qu’il y a des risques; certes, mais d’une part, dans un laps de temps déterminé, l’équilibre entre pertes et gains s’établit, et le gain croît en période de prospérité. Et ce risque-là, c’est aussi une responsabilité consentie. En tous cas, il vaut bien mieux qu’un injuste régime de redistribution, déficitaire par nature, qui fait porter le poids d’une dette sur les actifs et sur les générations futures.

    La remarque vaut aussi pour tous les services publics, comme EDF ou la SNCF : nous sommes actionnaires forcés de ces pseudo-entreprises dont nous payons malgré nous le capital et les investissements, et dont nous payons aussi fort cher les produits. Nous payons deux fois (davantage si l’on comptabilise les taxes diverses). C’est immoral, car c’est de la spoliation, comme pour les régimes de sécurité sociale et de retraite.

    Le problème, pour avancer, tient au blocage idéologique. Les Français sont tombés dans ce système étatiste dès leur enfance, l’École, lorsqu’elle n’en parle tout simplement pas, vilipende le libéralisme. Regardez les revendications : la plupart exigent un impossible retour au statu quo ante et, selon un sondage d’il y a quelque semaines, 70% des sondés voudraient une intervention encore plus grande de l’économie. Confortés par cet état des mœurs, les politiques de tous bords ne savent que jouer sur les paramètres d’un système qu’ils ne songent pas un instant à mettre au rebut.

    Un long temps d’explication sera nécessaire pour faire évoluer les esprits, mais parfois l’Histoire s’accélère.

  • C.B. , 9 Juil 2014 à 16:00 @ 16 h 00 min

    La première réforme à entreprendre ne serait-elle pas de rendre obligatoire une assurance santé (comme est obligatoire une assurance pour son domicile, son véhicule, ses loisirs sportifs) avec le choix de l’assureur?
    De même pour la constitution d’une retraite: ne suffirait-il pas qu’il y ait l’obligation de se constituer une retraite, avec la liberté de choisir l’organisme chargé de gérer cette dépense de prévoyance?

  • Vautrin , 9 Juil 2014 à 16:14 @ 16 h 14 min

    Erratum : “70% des sondés voudraient une intervention encore plus grande de l’économie.” : lire “70% des sondés voudraient une intervention encore plus grande de l’État dans l’économie.”
    Excusez-moi.

  • pas dupe , 9 Juil 2014 à 16:44 @ 16 h 44 min

    “La sécu n’est pas en déficit mais en excédent…. 50 secondes pour comprendre pourquoi. Depuis le temps qu’on bouche le trou de la sécu …..

    Il faut à Evelyne DUBIN, la signataire de ce document une bonne dose de courage pour avoir écrit ce texte en se nommant (voir la fin du texte).

    L’ASSURANCE MALADIE 50 secondes de lecture à couper le souffle. Pour combler le déficit de la sécu, nos chers gouvernants ont trouvé que le mieux, c’était encore de nous faire payer…

    a – Dorénavant, sur une consultation médicale, nous versons 1 euro.

    b – Nous sommes restreints lors de nos arrêts maladie …

    c – Nous devons consulter un généraliste avant de voir un spécialiste …

    d – Pour tout traitement de plus de 91 euros, nous en sommes de 18 euros de notre poche.

    e – Taxe de 0,50c sur les boites..

    f – etc…….

    Toutes ces mesures sont destinées à combler le fameux trou qui est à ce jour de 11 milliards.

    Or, savez-vous que :

    1) Une partie des taxes sur le tabac destinée à la Sécu, n’est pas reversée : 7,8 milliards.

    2) Une partie des taxes sur l’alcool, destinée à la Sécu, n’est pas reversée : 3,5 milliards.

    3) Une partie des primes d’assurances automobiles destinée à la Sécu, n’est pas reversée : 1,6 milliard.

    4) La taxe sur les industries polluantes destinée à la Sécu, n’est pas reversée : 1,2 milliard.

    5) La part de TVA destinée à la Sécu n’est pas reversée : 2 milliards.

    6) Retard de paiement à la Sécu pour les contrats aidés : 2,1 milliards.

    7) Retard de paiement par les entreprises : 1,9 milliard.

    En faisant une bête addition, on arrive au chiffre de 20 milliards d’euros.

    Conclusion : si les responsables de la Sécu et nos gouvernants faisaient leur boulot efficacement et honnêtement, si chacune des institutions reversait ce qu’elle doit chaque année, les prétendus 11 milliards de trou seraient aujourd’hui 9 milliards d’excédent !!!!

    Ces chiffres ne sont pas inventés ; vous pouvez les consulter sur le site de la sécu ; ils sont issus du rapport des comptes de la Sécu.

    Si les pouvoirs publics, qui nous harcèlent au quotidien de messages publicitaires afin de consommer des fruits et légumes, étaient vraiment convaincus qu’il nous faut consommer 5 fruits et légumes par jour pour sauver notre santé et donc l’assurance maladie, ils supprimeraient la TVA sur ces produits !

    N’oubliez pas d’avoir une petite pensée sur l’achat, à la hâte, des 90 Millions de doses de Tamiflu par le ministère de la santé publique, quand on sait que la grippe A n’est pas plus mortelle et dangereuse pour vous et moi que la grippe saisonnière classique. Hélas on ne peut en dire autant des dommages collatéraux potentiels qui existent réellement dans les adjuvants que contiennent les vaccins !!! Quel sera le coût de cette opération, que la sécu va supporter une nouvelle fois, lorsque le gouvernement sera décidé à dédramatiser la situation !!!…”
    http://la-convergence-ethique.over-blog.com/article-securite-sociale-info-versus-intox-57183707.html

  • Cap2006 , 9 Juil 2014 à 18:46 @ 18 h 46 min

    3 propositions simples

    1- versement aux salariés et fonctionnaires du salaire complet ( le vrai salaire en fait) : net + cotisations dites salariales + cotisations dites abusivement patronales – taxes réellement patronales ( accident du travail , transport, formation, etc)
    2- conformément à la loi, obligation de s’affilier à une assurance sociale santé/retraite, avec le choix de l’organisme secu ou mutuelle ou assureurs…
    3-libre adhésion à l’assurance perte de revenu en cas de chômage

Les commentaires sont fermés.