La Catho Parade

Par Lucien Zéléa

Pas plus que la famille, l’Église n’appartient au libéralisme.

Digne d’un match OM/PSG sans arbitre ni ballon, cette parade sociétale à laquelle nous assistons entre les partisans de la « Manif pour tous » et les indécrottables progressistes de l’Homo festivus +, participe à glorifier la bourgeoisie dans ce qu’elle a de plus pervers et de plus ostensiblement niais.

Libérale-libertaire, elle se réclame des « valeurs » conservatrices en guise de supplément d’âme et se montre bien incapable, fidèle à sa race, de cultiver un tempérament aristocrate face à la destruction pure et simple, aussi insidieuse qu’assumée, du lien charnel qui scelle une société.

Soutenu par les Baby boomers et les Papa pampers, cet « Indignez-vous » au parfum de dentifrice obéirait, nous dit-on, à un mouvement de contestation populaire qui prendrait les codes de la société du spectacle pour la retourner à son avantage.

Une perspective aussi innocente s’avère non seulement vouée à l’échec mais complètement faussée.

A l’image d’une Frigide Barjot, animatrice digne des confettis du « vivre ensemble » et favorable à une union civile entre personnes de même sexe, la « Manif pour tous » représente la parfaite consécration du catholicisme festif.

De leur côté, les évêques « assimilés » fonctionnaires ne cachent rien, pour la plupart, de leur pusillanimité, plus timorés encore que les habitués de cette révolte de pataugeoire.

Les penseurs chrétiens, quant à eux, en appellent au droit naturel et à la Doctrine sociale de l’Église en se contentant d’une feuille de route dans Le Figaro ou d’un entretien-canapé à la Procure, à croire que ce catholicisme à la Maritain, lequel prétend faire sa mue de la chrétienté, a vocation à vivre sa Croix au rayon « surgelés » en sauvant les bijoux de famille, avec la maison de campagne, la piscine et les habits de photo du dimanche, tout cela au nom d’une joie cosmétique, celle d’un cirque dans le désert, selon un réflexe glamour post-romantique. Salut pour tous !

En vérité, la question du privilège de vie pour tout enfant dépasse chacun, à commencer par les vertigineux docteurs de l’Homo festivus, qu’ils soient du gouvernement ou des médias institués, jusqu’à la propagande d’État et ses multiples ramifications en associations pleurnichardes.

Certes, bon nombre de catholiques ne suivirent pas la Barjot, surtout les plus concernés par la question, en témoigne la déconstruction pleine de justesse d’un Philippe Ariño.

Que les lecteurs de Libération se rassurent, avec leur bigoterie de poussette, tous ces cathos sont pour l’ensemble dénués de conscience politique.

Incapables de saisir le sens de la Tradition, avec ce qu’elle implique d’esprit de sacrifice, celui de nos pères, ennemis d’une Croix sans Christ, avec tous ceux qui ont édifié la France et veulent encore la sauver de son anesthésie libérale, les cathos de peau, dégoulinant d’un catholicisme de culture qui se réduit à tendre la joue et la fesse, ont sacrifié la prière pour la protestation.

Il suffit d’assister à ce spectacle techno, d’enfiler les lunettes couleur fushia tout en agitant les drapeaux roses « bon enfant », pour prendre la mesure de l’indécente niaiserie de ces escathos aussi farcis que la coquille de Rouen contre laquelle ils s’indignent. Définitivement, la Manif pour tous vient célébrer une gigantesque kermesse aux allures de mœurs américaines, une sorte de catholicisme délavé, un protestantisme honteux, une Tea party.

Or, une rébellion ne trouve ses raisons d’être qu’en engageant tout un corps, au risque de se convertir en Folies Bergères. Avec son discours victimaire, la boutique juridique des libéraux-conservateurs est la fille incestueuse de Mai 68, sa bonne Lulu. Si la bourgeoisie de droite a voulu récupérer cette indignation d’écolier, elle demeure, plus que jamais, l’agnelle de Berger, immortel ******* de la rondelle pour qui « louer son ventre pour faire un enfant ou louer ses bras pour travailler à l’usine » ne fait aucune différence. Souvenons-nous de Monsieur Copé, absolument pour le mariage gay (libéral de conviction), obligé de se présenter contre pour satisfaire son hypocrite éthique de responsabilité. Ce sera la même mécanique avec les diverses droites, surtout celles qui parodient le F.N.

Comme les idéologies sont neutralisées dans le système libéral où tout se vaut selon les caprices de la demande, les voilà complices de la com’ et du spectacle. La sensibilité politique est soumise à la tyrannie de l’opinion. La royauté seule – quand elle n’obéit pas à une culture romantique – permet de s’en extraire en refusant le diktat de la séduction que favorise l’électoralisme.

Derrière la Manif’ pour tous, c’est un corps pour tous qui est piétiné, inlassablement, sans que personne ne retire le mal en sa racine : tous ces enfants crèvent comme des ballons, parce qu’ils n’ont plus de père.

A la place, il ne reste qu’une nounou avec sa musique techno et sa parade Disneyworld, comme la Vilaine Lulu qui attend, non sans gourmandise, les Sarkozy, les Hollande, lesquels « ne lâcheront rien » en scellant d’une main commune, sur l’autel du Marché, ses sacrifices à jamais silencieux.

Autres articles

47 Commentaires

  • Haddock , 9 Oct 2014 à 17:02 @ 17 h 02 min

    Etions nous dimanche dernier, de pitoyables guerriers ?
    Oui d’une certaine manière, j’en conviens.
    Mais, relisez “Tintin et les Picaros” et vous verrez que Tapioca se rit de “cette bande de joyeux drilles”, confiant dans son travail de corruption des rebelles par ses parachutages de whisky.
    Et pourtant, les Joyeux Turlurons, finalement, le destituent…

  • Pascal GANNAT , 9 Oct 2014 à 17:25 @ 17 h 25 min

    Bien dit : enfin quelqu’un qui évoque esthétique et morale, engagement politique et engagement physique personnel, prière et Tradition, esprit de rupture avec les institutions et de renoncement au consensus, non pour les séparer mais pour les revendiquer comme un tout.
    Nous faisons tous des erreurs de jugement, tous nous sommes imparfaits, mais à quoi bon vouloir en effet concilier comme seule stratégie la com. faussement branchée et la défense du Vrai et de la Vie ?
    Quand les catholiques comprendront que leur foi englobe leurs vies dans son entier et non par segments d’activité ou de marché, ils auront gagné.
    Gagné le respect des leurs contemporains et outre les intelligences, les coeurs et les volontés.
    Sans lesquelles le témoignage par l’image et le happening n’aboutiront qu’à renforcer ce qui les détruit.

  • hermeneias , 9 Oct 2014 à 17:28 @ 17 h 28 min

    J’avais presqu’envie de vous encenser A.Ducayla

    mais il ne faut pas avoir l’encensoir trop rapide .

    Même la “royauté” est défaillante ! L’histoire le montre bien !
    Et votre rapide restriction est en aveux furtif.

    Le “salut pour tous” c’est ce que disait un de nos évêques ad hoc , approuvés par la ré-publique , actuellement en “fonction” , en reprenant ……Michel Polnaref et son tube “on ira tous au paradis” comme quasi parole d’Evangile.

    Ni libéralisme , ni nationalisme , ni royalisme….. Nada , Rien , disait le mystique Jean de la Croix exagérant à peine.

    Les royalistes et autres nationalistes ont l’habitude de déverser leur ire sur un “libéralisme” fantasmatique , exutoire de toutes les frustrations et représentation du mal absolu .
    Alors que “l’ennemi” c’est l’idéologie qui promet le bonheur pour tous et pour demain ici et maintenant , en passant par l’enfer . Et les bonimenteurs qui promettent le salut par le libéralisme , le nationalisme , le royalisme….sont tous autant des menteurs ou des aveugles qui entendent guider les autres

  • Austerlitz1805 , 9 Oct 2014 à 17:33 @ 17 h 33 min

    Au lieu de vomir cette boue contre les catholiques (ce qui est toujours très facile car sans risques à l’inverse des autres religions qui ne tolèrent aucune remarques), vous feriez mieux de comprendre et de constater que le mouvement de la manif pour tous n’est pas un mouvement religieux, mais une contestation pour des valeurs sociétales partagées par des juifs, des musulmans, des chrétiens …(tous le représentants de ces religions se sont exprimés dans ce sens !!) ainsi que tous ceux pour qui la vie a un sens qui est certainement très éloigné des considérations vénales induites par la GPA.
    Continuez à fermer les yeux pour ne pas comprendre la fracture sociétale ouverte par une gauche en recherche de symboles forts et à stigmatiser ceux qui se révoltent contre la perte de considération de la valeur fondatrice d’une société humaine civilisée : la famille, et vous vous réveillerez un jour au milieu d’un chaos où plus rien ne sera respecté !! (Vous même commencez déjà à ne plus respecter les catholiques !!)
    Honte sur vous

  • le réel , 9 Oct 2014 à 17:33 @ 17 h 33 min

    le responsable est l’électeur, un mouton de panure content de voter pour le moins mauvais!

    il n’y a pas de solution miracle mais il manque à de nombreux français le courage, la force, l’humilité pour agir! ce dont a le plus besoin la France c’est d’hommes et de femmes désintéressés

  • Placide , 9 Oct 2014 à 17:58 @ 17 h 58 min

    Il manque aussi une majorité d’électeurs qui s’imaginent voter pour le mieux en votant pour le moins pire.
    Car le mal, même “moindre”, n’est jamais un bien.
    La dégringolade morale de la France depuis 40 ans le prouve amplement.

  • Pascal GANNAT , 9 Oct 2014 à 20:44 @ 20 h 44 min

    Je suis catholique pratiquant mais la veulerie de la plupart des catholiques me navre : être pieux et pâmé à l’église ne suffit pas pour être bon chrétien.
    Le refus de tout risque personnel tue le catholicisme française : les seuls engagements pris sont la plupart du temps sans danger, et la fuite devant l’engagement politique explique que d’autres nous gouvernent.
    Cer article ne stigmatise pas les manifestants de base des MPT, mais les dirigeants de ce petit politburo, qui agit en notre nom sans jamais rendre compte et se soumettre à un quelconque contrôle de la base.
    Sans les manifestants, que seraient ces gens, à la stratégie aussi significative que leur esthétique de club de zumba de plage.
    L’infantilisation collective pour ne pas paraître ce qu’on est fait agir dans la duplicité : CUC, le mariage homo UMP remplaçant le mariage TAUBIRA, au bout de 2 ans de mobilisation et après 5 millions d’Euros de dépenses en sono, maillots et petits ballons roses.
    C’est simplement ce que dit cet article. Rien contre les catholiques, mais un appel à ce qu’ils se réveillent.

Les commentaires sont fermés.