Obama livre aux djihadistes sur un plateau la ville de Kobani

Le porte-parole du Pentagone, le contre-amiral John Kirby, vient de communiquer à la presse la déclaration suivante :

“Les gens doivent comprendre qu’il nous faut un peu de patience stratégique. (Les combattants de l’EI) ne vont pas s’envoler du jour au lendemain et Kobani tombera peut-être (…) Ils menaceront d’autres villes et ils en prendront d’autres. Cela va prendre un peu de temps.”

“Aussi horrible que ce soit d’observer en temps réel ce qui se passe à Kobani (…), vous devez prendre du recul et comprendre l’objectif stratégique (des Etats-Unis)”, a déclaré de son côté John Kerry.

Ainsi Obama atteint le sommet de l’ignominie : il sacrifie les combattants kurdes qui résistent héroïquement aux hordes des djihadistes et livre au massacre la population civile qui reste encore dans la ville assiégée.

Au lieu de faire pression sur la Turquie pour venir à l’aide aux combattants Kurdes et d’intensifier l’aide militaire, y compris l’envoi de forces spéciales pour stopper l’avancée des islamistes, Obama dit aux coupeurs de têtes qui brandissent les drapeaux noirs : « Allez-y les gars, la voie est libre, nous avons tout notre temps pour vous faire la guerre. »

Cette décision honteuse et scandaleuse d’abandonner un allié qui combat sur le terrain l’Etat Islamique est révélatrice du jeu trouble que mènent les Etats-Unis et ses partenaires occidentaux. Ce jeu trouble se caractérise par le manque total de véritable stratégie face à l’EI, par le cynisme poussé à l’extrême et par les conflits d’intérêts entre les différents membres de la « coalition » qui rendent toute action effective sur le terrain improbable.

Au lieu de s’appuyer sur les acteurs présents sur le champ de bataille, engagés dans la lutte contre les islamistes : les forces kurdes et l’armée du Président Bachar el-Assad, les Etats-Unis et ses partenaires abandonnent lâchement les Kurdes pour faire plaisir à la Turquie et tournent le dos à l’armée syrienne en accentuant l’aide militaire aux opposants « démocratiques » au Président Assad. Ces derniers sont censés mener la guerre sur deux fronts : contre les forces de Bagdad et contre les islamistes. C’est tout simplement une absurdité sur le plan stratégique.

“Face à un adversaire déterminé et aguerri qui a des objectifs clairs, la « coalition » occidentale n’a aucune chance de gagner. La guerre est à nos portes.”

La France refuse de mener des raids aériens contre les djihadistes sur le territoire syrien pour ne pas aider le Président Assad à qui on reproche de ne pas être un vrai démocrate. Mais rien n’empêche le président Hollande de faire les yeux doux à l’Arabie Saoudite, pays peu connu pour sa tolérance et le respect des droits de l’homme, pays où l’on coupe la tête au sabre pour le non respect des lois de la charia (y compris pour l’apostasie). Plusieurs dizaines d’exécutions capitales barbares ont lieu en Arabie Saoudite chaque année.

L’Arabie Saoudite a ainsi beaucoup de mal à choisir son camp. Comme le rappelait récemment le chercheur Ed Husain dans une tribune publiée par le New York Times, la position de l’Arabie Saoudite « est le reflet de sa paralysie interne dans le traitement du radicalisme islamiste sunnite. Al-Qaïda, l’Etat islamique, Boko Haram, Al-Shabab sont tous des groupes sunnites salafistes violents et pendant cinq décennies, l’Arabie Saoudite a été le sponsor officiel du salafisme sunnite dans le monde entier. Elle a créé le monstre qu’est le terrorisme salafiste. »

De son côté, notre autre « allié », le président turc Recep Tayyip Erdoğan, affirme que « le PKK est plus dangereux que l’Etat Islamique » et que la priorité n’est pas de repousser les djihadistes mais de faire tomber le régime de Bachar el-Assad.

La Turquie assiste de façon totalement passive au massacre des combattants kurdes à quelques kilomètres de ses frontières et réprime brutalement les manifestations de solidarité kurdes sur son territoire (18 morts). Tout ceci ne l’empêche pas d’être un partenaire parfaitement respectable au sein de la « coalition ».

La « coalition » organisée par les Etats Unis pour lutter contre l’EI n’est rien d’autre qu’un bricolage bancal sans queue ni tête, une série d’alliances hétéroclites des pays aux intérêts divergents, destinée à masquer l’incapacité de l’Occident à avoir une vraie stratégie pour combattre l’EI.

Face à un adversaire déterminé et aguerri qui a des objectifs clairs, la « coalition » occidentale n’a aucune chance de gagner. La guerre est à nos portes.

Autres articles

20 Commentaires

  • Gisèle , 9 Oct 2014 à 15:29 @ 15 h 29 min

    Le Pape Fançois a déclaré il y a quelques semaines à des visiteurs , qu’une troisième guerre mondiale arrivait . Certes , pas soudainement , comme les deux premières , mais par étapes … ,

  • jacques , 9 Oct 2014 à 15:34 @ 15 h 34 min

    C’est vrai qu’il faut que les djihadistes puissent décapiter de nombreux opposants à leur régime pour parfaire leur méthode….

  • Catholique & Français , 9 Oct 2014 à 15:56 @ 15 h 56 min

    Excusez-moi de ne pas vous croire sur parole car ces propos attribués au Saint-Père ont été rapportés, semble-t-il sans autorisation du Pape, par le Président du Congrès Juif Mondial, Ronald S. Lauder, monsieur certainement respectable mais que je me refuse également à croire sur simple parole. Quant au Saint-Père, s’il a vraiment dit cela, il serait grand temps qu’il se préoccupe sérieusement des Demandes de Notre-Dame de Fatima : mise en avant et propagation officielle du Culte de son Coeur Immaculé et Consécration de la Russie dans les termes exacts et conditions précises qu’elle a prescrits. Il est plus que temps que les Papes arrêtent de tourner autour du pot en faisant croire qu’ils ont fait ce que le Ciel demande, en vain depuis des dizaines d’années !

  • Hilation , 9 Oct 2014 à 15:57 @ 15 h 57 min

    Les moyens et les lieux sont différents, mais les comportements des politiques se ressemblent étrangement. Durant la montée des périls (les années 30) les réactions d’attentisme et d’indécision ressemblaient bien à ce que nous constatons, avec entre autres une diminution des moyens militaires inversement proportionnelle à la montée du risque. Nous avons en plus, à domicile, une population dont on ne connait pas le nombre mais dont les manifestations de haine à l’égard de la France sont sans équivoque. Si nous avons aimé l’occupation allemande, nous adorerons l’occupation islamique.

  • Raymond , 9 Oct 2014 à 17:20 @ 17 h 20 min

    Il ne faut pas être “pape” pour se rendre à l’évidence : Nous sommes entrés dans la 3ème guerre mondiale… même si l’occident ne dira pas pour l’instant que c’est la 3ème guerre mondiale, car les USA et et l’Europe, écrasés par la dette, n’ont plus les moyens de faire la guerre, et aussi du fait de la tétanie de l’Europe, car l’ennemi est dans nos murs. Ce n’est donc pas seulement une guerre mondiale entre nations, mais une multitude de guerres civiles en Angleterre, Hollande, Belgique, Allemagne, France… TOUT LE MONDE LE SAIT, OU FAIT SEMBLANT DE NE PAS LE VOIR.
    Les islamistes ont déclaré une guerre totale à l’occident, pour être précis, à tout ce qui n’est pas musulman, il y a déjà une bonne vingtaine d’années.
    10 ans avant le 11 sept 2001, Al Qaïda avait déjà essayé de détruire le World Trade Center.
    Charles Pasqua avait bien dit que l’avion détourné depuis Alger avait pour but de s’écraser sur la tour Eiffel.
    Donc les attentats du 11 septembre n’étaient pas une surprise pour ceux qui voulaient bien savoir.
    Bref, rien ne sert de développer, si certains, en 2014 n’ont pas encore compris que la troisième guerre mondiale, HELAS, est en route, tant pis pour eux.
    Mais même si certains pensent qu’une guerre mondiale est impossible, rien ne les empêche de prier et de jeûner deux fois par semaine au pain et à l’eau, comme le préconise la Vierge à Medjugorje. La Reine de la Paix nous dit bien depuis 33 ans, à qui veut bien l’entendre, que le jeûne et la prière peuvent arrêter les guerres, en tout cas les atténuer.
    Les non-croyants peuvent essayer, ils seront surpris de le transformation intérieure, et de l’influence sur l’extérieure.
    Allez, courage, et vive la vie !

  • V_Parlier , 9 Oct 2014 à 19:47 @ 19 h 47 min

    Ici ce n’est pas de l’attentisme mais de la complicité camouflée. C’est bien pire! Et c’est d’ailleurs très bien expliqué dans le billet. Les US/UE cherchent à déclencher des guerres et non à nous protéger, que ce soit bien clair! A défaut de pouvoir transformer leurs partenaires en ennemis (cas de la Russie) et de pouvoir déstabiliser suffisamment de régimes, l’UE et son maître essayent maintenant de renforcer discrètement notre ennemi potentiel le plus violent et le plus barbare: l’EIL, avec ici la Turquie qui fait le sale boulot. Ah, c’est beau l’OTAN !

  • Alainpsy , 9 Oct 2014 à 22:01 @ 22 h 01 min

    La stratégie mise en place par l’axe Etats-unis-qatar-turquie pour abattre la Syrie, nuire à la Russie, fragiliser l’Iran, détruire les Kurdes et faire disparaître les minorités Chrétiennes, Yézidis et autres, est en train de triompher, avec la complicité des valets occidentaux. Au bout du compte, le grand massacre aura eu lieu, par étapes, et le grand état islamiste sera créé, et vous devrez en prendre acte en la fermant définitivement.
    Pour détruire la Serbie, les Américains ont frappé les sources d’énergie c’est à dire le point sensible, et les résultats ne se sont pas faits attendre, malheureusement. Avec l’état islamique qui tire une grande partie de ses ressources du pétrole et du financement du qatar, on est incroyablement aveugle, on tire à côté, ou on fait croire qu’on a abattu quelques réserves de munitions, mais on ne touche pas à l’essentiel, comme si on ne voulait pas qu’ils échouent. Pourtant, il suffirait de 24 heures de bombardement non-stop de la part de tous les occidentaux, et quelques militaires venant renforcer les troupes Kurdes. Mais il n’y aura rien…c’est un peu comme avec le peuple Indien, il y avait les traités dans une main et l’autre comptait les morts.

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen