Perspectives politiques et remigration

L’immigration devint une préoccupation dés les années 60, lorsque les populations européennes d’Algérie et des autres pays nouvellement indépendants arrivèrent en exil sur le sol français. En effet, alors que les pays anciennement français et « décolonisés » se trouvaient pourvus d’infrastructures importantes et en bon état, et qu’ils étaient encore relativement peu peuplés (9 millions d’Algériens contre 30 à 35 millions aujourd’hui), les flux migratoires vers l’ancienne métropole s’intensifièrent aussitôt quand ils auraient dû se tarir, et qu’un retour de leurs citoyens installés en France vers ces nouveaux états aurait dû se produire en symétrie avec l’exode des populations d’origine française.

Il revient à Jean-Marie Le Pen le mérite d’avoir pointé du doigt ce paradoxe d’une immigration massive juste après l’octroi des indépendances, comme si une sorte de droit de suite, de revanche ou de vengeance agitait en sous-main les peuples qui venaient d’être « libérés ».

Dans les années 70, un président de la République, Valéry Giscard d’Estaing, se paya le luxe de décider d’un arrêt de l’immigration tout en organisant le regroupement familial et en nommant cet afflux « invasion ».

Ce ne fut cependant que dans les années 90 et plus particulièrement en 1995, que l’immigration en tant que telle fut mise en cause par la société civile comme facteur de difficultés et même de désintégration de la France.

On dut à Max Clos, qui dirigeait la page « opinions » du Figaro, d’ouvrir les colonnes du quotidien à Paul Lambert pour une série d’articles qui firent grand bruit. Des centaines de lecteurs, heureux de voir enfin leurs angoisses partagées et avoir droit de cité, lui demandèrent de créer une association destinée à obtenir la maitrise puis le reflux de ces populations difficilement assimilables. Paul Lambert, croyant que la future élection de Jacques Chirac en 1995 sonnerait l’heure du réveil et de la fin de ces arrivées massives, baptisa son mouvement Renaissance 95, puis en 1998, lorsque le rêve fut passé, il la renomma « la Voix des Français » dont j’eus l’honneur d’être l’un des vice-présidents de 1998 à 2001.

La doctrine de Renaissance 95 était de résoudre le problème du retour des immigrés de la façon la plus humaine possible, et bien que peu d’entre nous aient cru alors à un acquiescement des intéressés pour repasser la frontière, ce fut sur cette ligne que nous militâmes. Entre 1996 et 2000, une manifestation eut lieu par an, la dernière le 13 mai 2000, place Vauban.

Le nombre de manifestants, malgré une campagne intense d’information sur Radio Courtoisie et un tractage non moins important, stagnant depuis un an aux environs de 2 à 3 000, il fut décidé d’arrêter ces marches de protestation. En 1999, devant l’augmentation des émeutes dans les banlieues et les villes de France, je proposai de lancer une organisation du peuple français en instaurant des comités pour prendre en charge la défense de ceux qu’on trainait devant les tribunaux pour s’être défendus ou qui avaient été victimes de mauvais traitements, du viol suivi d’un suicide, à l’assassinat pour des yeux non baissés devant un trio de « jeunes ».

Nous mîmes en place un comité national « SOS Spoliations et violences » disposant de trois organes, un comité national, un comité juridique et un comité de sécurité. Dans le comité juridique siégèrent des avocats de renom, dont Jean-Marc Varaut, un avocat général à la cour de cassation et un juge de tribunal d’instance, et dans le comité de sécurité des commissaires de police et des officiers.

Dans chaque région où nous avions des militants, des comités régionaux et même communaux furent mis en place, charge à eux de remonter vers nous les cas de plaintes non traitées par la justice ou de mises en examen de Français ayant eu à se défendre. Nous eûmes ainsi à traiter des émeutes de Vauvert et de la défense d’un des prévenus, comme à soutenir l’avocat de l’autre accusé qui avait tiré et tué un émeutier mettant le feu à sa voiture sous sa fenêtre. A Roubaix nous offrîmes notre aide à la famille d’un jeune père tué par de jeunes immigrés, ainsi qu’à un autre ménage du val de Marne que nous pûmes exfiltrer de la cité où il était assiégé pour qu’il retrouve en province un peu de calme.

Cette action s’arrêta en 2001, à cause de l’inquiétude que son succès provoqua à la Voix des Français, et de la difficulté à obtenir des victimes qu’elles portassent plainte au pénal.

Or, à cette époque, le nombre d’immigrés n’étaient évalués qu’à 3 millions en France. Il était donc envisageable, par des mesures législatives d’en maitriser le flux puis de l’inverser.

Aujourd’hui, le chiffre des immigrés présents sur notre sol est de 10 millions de personnes dont plus de la moitié de musulmans.

Il est évident que la politique, et donc la législation, n’aura aucune portée, et croire qu’une masse significative d’étrangers installés en France partira de son plein gré est une utopie. Il faudra des évènements considérables et douloureux, pour ne pas dire tragiques, avant qu’un vaste retour s’opère.

C’est ce qu’il faut comprendre et à quoi il faut se préparer. Surtout quand on s’aperçoit que les dirigeants d’un parti politique auquel beaucoup de Français avaient fini par faire confiance se dégagent du problème de l’immigration et entament l’air du « fantasme » si cher aux socialistes.

A ce stade, il n’y a plus d’offre politique valide pour traiter de cette question et le peuple des Européens non musulmans vivant en France doit prendre en main sa survie économique, culturelle et sécuritaire en ne comptant plus que sur ses propres forces.

Il faut donc agir pour devenir des interlocuteurs valables et pouvoir défendre nos valeurs à tous les sens du terme
C’est ce à quoi j’engage ceux qui pensent que la coupe est pleine et qu’il n’y aura de salut que dans la solidarité totale d’un peuple pour se sauver et retrouver le chemin de l’histoire.

Articles liés

17Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Charles , 9 novembre 2014 @ 12 h 55 min

    Proposition préalable:

    Ne parlons plus d’ immigration, d’immigrants,de migrants, de migrations ou de re-migration.
    Mais parlons de clandestins, de clandestinité, d’invasion clandestine & de retour au droit.

    Langage critique et critique du langage.

    Chaque mot utilisé est un outil qui oriente toute réflexion et tout débat.
    Le fait d’utiliser les mots définis par nos ennemis leur donne l’avantage décisif.
    C’est comme si en 40/44, la Résistance tenait ses réunions secrètes en Allemand.

    Tout Résistant qui utilise les mots suivants est un idiot utile au système judiciaire:
    “Musulman”, au lieu de dire “Islamiste” (ou neo islamiste) ou “Islamiste modéré”.
    “Islam” au lieu de dire” l’islamisme à charia raisonnable”.
    “Immigré” au lieu de dire “clandestin” ou “gentil clandestin”.
    “Homosexuel” au lieu de dire “sodo-sexuel frustré” ou “sodomite épanoui”.
    Chaque fois que le premier terme sera utilisé, vous irez devant les juges.
    Ce sera bien fait pour vous.

    “Pédophile “est encore d’usage légal, mais “Pédo-pervers est encore mieux.

    Remarque no1:
    Les clandestins ne sont “gentils” et “inoffensifs ” avec nous que dans la mesure
    ou nous leur servons la soupe gratuite une fois chez nous.
    ( La dite soupe étant payée par les travailleurs pauvres à 1.000€ net mois).

    Si nous commençons à faire respecter le droit, alors les gentils chatons clandestins
    se mettront à mordre, à griffer et à pisser partout comme savent le faire les chats fâchés.
    Ils auront raison.

    Remarque no2.
    Ce qui est bien avec les clandestins, c’est leur fonction “aspirante”.
    Tout clandestin qui entre en Fronce, déclenche l’arrivée
    d’au moins 12 nouveaux clandestins dans les 12 prochains mois.
    Le clandestin, aspiré par le négationnisme des électeurs et la corruption des élites
    aspire lui même les nouveaux clandestins des 12 prochains mois.

    Ce qui est bien c’est qu’il n’y a pas de fin, puisque le “gisement” de pauvres
    proches de chez nous est de 1 Milliard de personnes, rien que sur l’Afrique.

    Remarque no3:
    Nous devons d’abord débrancher les principaux aspirateurs à clandestins(aspac).
    3.1.Nationalité française inaccessible à toute personne clandestine
    ou d’origine clandestine (naissance illégale en Fronce).

    3.2.Commencer par le commencement sur les délinquants clandestins multirécidivistes.
    Un clandestin (ou une personne d’origine clandestine(POC))qui commet un délit
    devient, de droit, un récidiviste en plus du délit de clandestinité.
    Avec un troisième délit,Bingo,nous avons un multirécidiviste.

    3.3. Requalifier, kle cas échéant, tout délit en délit à caractère “raciste”
    si le délinquant en état de POC d’origine (3.1) commet 3 délits successifs
    sur des personnes appartenant au même groupe culturel ou ethnique.
    Par exemple,si une starlette blanche (Ex-Orfelie Spring) viole à 3 reprises
    des hommes renois qui n’avaient rien demandé,au troisième viol,les 3 délits
    seront requalifiés comme à caractère “raciste” avec doublement des peines associées.
    Je donne cet exemple un peu surprenant( quoique) pour éviter des poursuites de l’empire.
    Ce qui est valable dans un sens étant valable dans l’autre.

  • emmanuel , 9 novembre 2014 @ 13 h 13 min

    Elle arrive la grande tempete, elle arrive…

  • Charles , 9 novembre 2014 @ 13 h 17 min

    Blague à part, je précise avoir connu dans ma jeunesse des personnes
    de qualité qui étaient de religion musulmane.

    Le piège consisterait donc a mettre tous les clandestins dans le même sac.
    De même, il existe des personnes d’origine légale, de religion musulmane
    qui n’ont de cesse que de respecter les régles de droit.

    il n’empêche que toute personne vivant en fronce est exposée
    à l’omniprésence des traces porcines dans l’eau potable comme dans l’air.

    En conséquence, réclamer en fronce un régime alimentaire religieux
    sans traces porcines n’a aucun sens…
    Ce n’est que du maniérisme identitaire anti France.
    Sauf à travailler pour l’instauration du Frankistan en fronce.
    Dans ce cas seulement, c’est correct.

  • Słowiańska Krew , 9 novembre 2014 @ 15 h 12 min

    Remigration ou la douche, il faudra choisir !

  • Charles , 9 novembre 2014 @ 17 h 41 min

    Troll???

  • jejomau , 9 novembre 2014 @ 19 h 35 min

    Partez migrants . C’est fini maintenant .

    Le général de Gaulle vous le dit :

    « Il ne faut pas se payer de mots ! C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns. Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu’elle a une vocation universelle. Mais à condition qu’ils restent une petite minorité. Sinon, la France ne serait plus la France. Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine, et de religion chrétienne. »

  • montecristo , 10 novembre 2014 @ 7 h 34 min

    Historique très intéressant !
    Mais surtout la conclusion selon laquelle la politique et la législation ne serviront à rien.
    Depuis longtemps … comme Emmanuel .. je pense que la “Grande tempête” arrive et que nous n’en sortirons que par là.

Les commentaires sont clôturés.