Christian Noyer, démission !

Tribune libre

Oser dire qu’il “ne servirait à rien…” de sauvegarder la valeur de l’épargne de 37 millions de Français, lorsque l’on explique qu’il est capital de sauver des banques et des compagnies d’assurance, c’est inique et insultant !

Vendredi dernier, le Gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, s’est permis de remettre une note au gouvernement dans laquelle il estime que, même si le taux d’inflation annoncé officiellement jeudi est de 2,4% comme prévu, “ça ne servirait à rien que le taux augmente légèrement pour rebaisser immédiatement ensuite…”

Le fond est inique, la forme est insultante !

Le fond est inique car voici que Monsieur le Gouverneur suggère de déroger à une règle mise en place pour protéger l’épargne des moins riches au nom de “prévisions” de ses économistes prévoyant une baisse de l’inflation dans les mois à venir. Quand on sait ce que valent les prévisions des économistes ! Pourquoi ne pas pousser la blague plus loin en annonçant une déflation imminente et proposer une baisse des taux, tant qu’on y est ?

Le fond est inique car la révision des taux se fait a posteriori, au regard de l’évolution passée des prix. C’est-à-dire qu’une épargne rémunérée à 2,25% quand l’inflation se situe à 2,4% est une épargne qui perd de la valeur. Nous n’en sommes pas à discuter de “plus”-value, mais de “moins”-value. Proposer qu’au nom d’une hypothétique baisse future de l’inflation, il faille continuer de faire perdre de l’argent aux plus pauvres d’entre nous est inique.

Que propose Christian Noyer si, comme cela s’est si souvent produit, les prévisions étaient fausses et que l’inflation persiste, voire s’accélère ? Un rattrapage ? Sur quelle base ?

Si Monsieur Noyer souhaite que, désormais, le taux de rémunération du livret A anticipe les mouvements d’inflation, pourquoi pas ! Mais alors, qu’il prenne de l’avance et non du retard sur ce mouvement. Augmentons mécaniquement le taux à 2,75% au 1er février, maintenons le même en cas de baisse de l’inflation et ensuite seulement, anticipons. Voici le meilleur moyen de s’assurer que les petits épargnants ne seront pas lésés.

La forme est insultante car oser dire “ça ne servirait à rien…” quand on parle de la petite épargne de millions de Français (l’encours moyen des livret A est de 2 600€ et des brouettes) alors qu’on nous tient à longueur de temps des discours complètement creux et dénuées de tout bon sens économique selon lesquels “il est impératif de sauver” telle ou telle banque (Dexia récemment, le Crédit Lyonnais précédemment), ou compagnie d’assurance (Groupama il y a peu), ou pays de la zone Euro (Grèce), quand on fait voter des milliards de crédit au Parlement pour ces trous sans fonds, c’est une manière odieuse et, j’insiste, insultante, de dire au “petit peuple” tout le mépris que l’on a pour ses 2 600 balles…

NOY-ER DEMISSION ! NOY-ER DEMISSION !

> Cette tribune libre est produite par MaVieMonArgent.info pour Nouvelles de France.

Articles liés