Le jour où la République s’est discréditée.

Dégueulasse. C’est le seul mot qui peut venir aux lèvres pour qualifier le lamentable simulacre de justice auquel la France a assisté médusée jeudi. Une mise en scène grotesque pour une mise à mort honteuse. Tout ça était cousu de fil blanc. Valls savait très bien qu’il pouvait compter sur ses petits copains.

Un ordre venu d’en haut, à la dernière minute, de la petite clique des oligarques à la tête de notre pays, qui bafoue la décision que le tribunal compétent vient de rendre ? Un procès organisé à la va vite ou les avocats du présumé coupable ne peuvent même pas se rendre ? Ben voyons ! C’est gros comme un 36 tonnes ! Qui pourrait croire que c’est une justice normale ?  Pourquoi Dieudonné aurait-il droit à une justice particulière?

Nos institutions se sont définitivement discréditées aux yeux du Peuple. La sacrosainte république est vérolée jusqu’au plus haut niveau par ces réseaux de voyous bien organisés, ces lobbies qui ne servent que leurs intérêts au détriment de l’intérêt du pays. Il est temps de changer de régime avant que cette pseudo-démocratie ne se mue en véritable tyrannie. Qu’est ce que c’est que ce pouvoir qui dicte aux citoyens ce qu’il faut dire, ce qu’il faut penser, ce dont il doivent rire et ne pas rire !?

Ce n’est même plus la liberté d’expression, c’est la liberté de penser qui est en jeu ! Où sont nos artistes, où sont nos belles âmes, où sont nos libres penseurs ? Où sont les hommes libres ?

De décisions exceptionnelles en décisions exceptionnelles, c’est le principe fondamental de notre pacte social qui est violé, ce qui n’est pas négociable, la valeur ultime de nos sociétés dites libres, ce qui justement doit être intouchable.

Qu’est que cette parodie veut dire sinon une justice aux ordre du pouvoir. C’est la séparation des pouvoirs, le socle de notre société de droit, qui est supprimée. C’est donc aujourd’hui le gouvernement qui décide de ce qui est bien et ce qui est mal. D’abord, des décisions exceptionnelles, puis un état de crise exceptionnel, puis les pleins pouvoirs, puis le Patriot Act, et tout ça au nom de quoi, de l’antiracisme ???? Ne me dites pas que vous y croyez encore.

Dieudonné, une menace pour le pays ? Une menace pour le gouvernement, oui ! Une menace pour toute la petite clique droite-gauche qui se partage le pouvoir, certainement ! Mais la vraie menace pour la France, c’est vous, Monsieur Valls, vous et vos donneurs d’ordre qui nous menez droit à l’émeute généralisée ! Mais peut être avez-vous besoin d’affrontements pour justifier votre politique répressive de contrôle de la population ? N’est ce pas, Monsieur Valls ? Rien de tel que des petites bousculades montées en épingle sur Canal+ pour justifier la présence de plus en plus démesurée de votre soldatesque casquée et armurée.

Non, Monsieur Valls, la République n’a pas gagné jeudi, la République a seulement perdu toute crédibilité. Et les Français sauront en tirer les conséquences.

Du même auteur :
> Dieudonné, l’étincelle qui peut tout faire exploser ?

> Le Scribe anime un blog

Autres articles

44 Commentaires

  • Alain , 10 Jan 2014 à 9:46 @ 9 h 46 min

    Euh… “Valls savait très bien qu’il pouvait compter sur ces petits copains.” Tu connais la différence entre le possessif et le démonstratif ?

  • JSG , 10 Jan 2014 à 9:55 @ 9 h 55 min

    Monsieur Manuel Valls, dit Soupaloignon Y Crouton, est un parfait ministre de l’intérieur…des consciences….
    Malheureusement pour lui, ce n’est pas son rôle, et, comme un jour ou l’autre on supporte les conséquences de ses actes, qu’il ne s’inquiète pas sa bonne conscience sera récompensée.
    Amen…

  • Observateur , 10 Jan 2014 à 9:56 @ 9 h 56 min

    Ma troisième et dernière contribution de la matinée.

    Notez bien : ils savaient d’après les informations relayées par les médias, qu’ils perdraient en première instance. Alors tout a été méticuleusement préparé pour que le Conseil d’Etat valide la circulaire Valls, ce qui a permis d’expédier le dossier dans un laps de temps scandaleux et tout débat contradictoire, une grande première sous la Cinquième dans ces circonstances.

    Aucune réflexion, aucune contradiction, pas de débat juridique, il FALLAIT impérativement que Valls l’emporte, quitte à remplacer des magistrats par des fonctionnaires, quitte à créer de toute pièce un trouble à l’ordre public (des intervenants ont très à propos évoqué les déclarations de Klarsfeld et du ministre de l’intérieur, sans équivoque sur l’invitation aux troubles et à l’affrontement).

    C’est une décision de politique politicienne, en marge du droit et à considérer comme telle.

  • sergio , 10 Jan 2014 à 10:28 @ 10 h 28 min

    Quoiqu’on puisse penser des idées sulfureuses de Dieudonné , ce mépris total de la démocratie et du droit d’ expression de la part du pouvoir ( de la dictature en place , devrais-je dire….) est révoltante et va plutôt donner du grain à moudre aux partisans de la quenelle !

  • SL , 10 Jan 2014 à 10:36 @ 10 h 36 min

    C’est en effet une grande première. Madame Taubira n’est-elle pas furieuse que Monsieur Vals empiète sur son domaine ?
    Vont-ils s’entretuer tous les deux, ou retourner leur hargne sur les Français ?
    En tous cas, souhaitons à nous, Français, de ne pas nous entretuer et de savoir les chasser pour les remplacer sagement.

  • ranguin , 10 Jan 2014 à 11:03 @ 11 h 03 min

    Stirne, juge du CE qui a invalidé l’appel, est arrière petit neveu de Dreyfus.
    Otez moi d’un doute, n’avait-il pas quelque intérêt à abonder dans le sens de Vals ?
    De confession d’abord, et de bord politique ensuite.
    Quoique homme politique fluctuant étant passé de droite à la gauche (assez opportuniste non ?) à moins que Wikipedia se soit trompé !!!!

  • scaletrans , 10 Jan 2014 à 11:05 @ 11 h 05 min

    Il faudrait demander à la Catalogne Espagnole qu’elle arrête de nous balancer ses immondices :mrgreen:

Les commentaires sont fermés.