Fillon va-t-il perdre ?

Fillon va-t-il perdre ?

Fillon-va-t-il-perdre_visuel

Dans la course à la présidentielle, François Fillon n’est pas bien parti. Pourquoi ? Est-ce parce que la meute hurlante des chiens de garde du Système le saigne en abondance et va finir par le tuer ? Parce qu’il s’affirme « à contre-courant », ce que le dit Système ne peut tolérer ? Parce que sa tête de gendre idéal est une insulte au Système ? Ces raisons sont-elles les bonnes raisons ? Non, sans doute, ou pas seulement ces raisons : les vraies motifs de son possible échec sont à rechercher ailleurs.

Première raison : lorsque l’on veut donner l’image du gendre idéal, il faut être… un gendre idéal. Il ne faut donc pas se comparer aux innombrables politiciens qui ne sont pas des gendres idéaux, quand bien même ils sont gendres. Il faut être en revanche dans la posture de l’homme irréprochable. Les Français le sentent intuitivement : de Gaulle n’aurait jamais employé Tante Yvonne, même s’il avait pu le faire en toute légalité. Légalité et moralité sont deux choses différentes. La majorité des électeurs gagnent moins de 2000 euros nets par an : à tort ou à raison, nombre d’entre eux n’accepteront jamais un système dans lequel l’épouse d’un homme politique peut gagner le double de leur salaire, ce système fut-il légal. Ainsi, François Fillon ne pourra récupérer des centaines de milliers de voix de droite, désormais un peu plus écoeurées par la classe politique. C’est ainsi. Or, ces voix lui manqueront cruellement au printemps prochain.

Seconde raison : Pénélope est évidemment une femme importante, mais les vrais sujets du jour sont-ils là ? L’erreur de François Fillon est de n’avoir pas compris que les Français veulent un chef de guerre, qui affiche une détermination sans faille à renverser la table pour redresser la France. Or, la posture de François Fillon a plutôt consisté à essayer de redresser sa table branlante en donnant des gages à la meute déchaînée du Système. Il s’est donc, d’une certaine façon, soumis au Système, qu’il fallait probablement brusquer avec force et courage, attaquer sans relâche, démolir autant que possible : les Français de droite auraient apprécié. Fillon s’est posément ajusté au Système, de façon défensive : il ne s’est pas révélé être un chef.

Troisième raison : en quelques semaines, certaines positions du candidat ont pu sembler contradictoires ou malhabiles, donnant, là encore, le sentiment que l’homme était inféodé à un Système auquel il voulait donner des gages, alors que le dit Système se moque des gages comme de sa dernière chaussette, puisque son seul et unique objectif est de tuer politiquement cette candidature. Fillon renouvelle de façon éclatante l’incroyable erreur de Sarkozy : ma droite étant assurée, j’ouvre à gauche. Cela peut lui valoir d’être sorti sèchement de la vie politique, tout comme l’a été Sarkozy, qui semble d’ailleurs n’avoir toujours rien compris, démontrant à l’envi que l’aveuglement des dirigeants politiques actuels prend des proportions effrayantes. Car aujourd’hui, il n’est pas du tout sûr que la droite de Fillon soit si bien assurée. Elle est même, à ce jour, assez peu assurée. Or, Fillon ne mordra jamais sur la gauche, mais Macron mordra très certainement sur la droite.

De tout cela, il résulte que François Fillon peut perdre au premier tour de la présidentielle : son score pourrait  tourner autour de 20% seulement, quand Marine caracolera certainement entre 25 et 30% des suffrages, et Macron entre 20 et 25% peut-être. Si tel est le cas, François Fillon devra s’en prendre prioritairement à lui-même, le déchaînement du Système n’ayant été, finalement, que le coup de pied de l’âne.

> François Billot de Lochner préside la Fondation de Service politique, Liberté politique et France Audace.

Autres articles

29 Commentaires

  • Droal , 10 Fév 2017 à 12:54 @ 12 h 54 min

    Dans l’histoire de la 5ème République, la seule fois ou le résultat d’une élection légale fut invalidé, ce fut à l’occasion du Référendum du 29 mai 2005.

    Nicolas qui se chargea de cette « invalidation » du PEUPLE FRANÇAIS par voie parlementaire avait comme « collaborateur », François Fillon, Premier ministre.

    Voler la France – soit 20 siècles d’Histoire – au peuple français, c’est un peu plus qu’empocher légalement et mal honnêtement quelques billets en €.

    C’est pour ça que le François de la droite est mal barré.

    Voire très mal…

  • Charles , 10 Fév 2017 à 13:01 @ 13 h 01 min

    Bien Vu, rien à redire.

    Les fofialistes de droaate se sont pris les pieds dans le tapis.
    Farid François Fuyons (F3)ne peut plus atteindre le seuil requis pour accéder au T-2.
    Il y a le blocage des électeurs travaillant dans les soutes à 1.100/1.500 Net/mois.
    Simultanément, les fofialistes de droaate n’ont plus le temps de trouver un remplaçant.
    Donc, ils se retrouvent collés/englués avec un cheval chimiquement perdant dès le départ.

    La question résiduelle porte sur la tendance législative avec un Makron président.
    Les éléphants du PS lui feront la guerre et n’auront pas de candidat aux T2.
    Il devrait y avoir beaucoup de triangulaires & les Fuyonnistes seront mal placés.
    Marine devrait avoir un FN en pleine forme avec des élus en grand nombre.

    Il lui manque encore quelques touches pour rassurer les peureux.
    Par exemple, parler de “confédération ” européenne pour stopper le délire fédéral.
    Donc éviter de dire “on revient au point de départ de 1991”
    Il vaut mieux dire “rebondissons” sur l’échec fédéraliste et jouons la confédération.
    A savoir, la formalisation de notre coopération entre bons voisins qui s’entraident.
    Pour autant, chacun reste maître chez lui et respecte la liberté de ses voisins.

    Comme le dit Laurence Parizot nous entrons dans une zone de très haute turbulence.

  • JSG , 10 Fév 2017 à 16:22 @ 16 h 22 min

    Monsieur de Lochner,
    Pas d’accord, vous dites “les français”, moi je vous répond, “vos” français, ceux que “vous” estimez répondre à “vos” critères.
    Les français, sont libres et insondables. Ils ont le choix entre MlP et son esprit boutiquier, macron, le mignon poussé dans le dos par les mains collantes des socialistes dont il ne se débarrassera pas, ou Fillon, qu’ils craignent tous comme le diable.
    Alors, avec un peu d’intelligence, si la gent politique dont les français souhaitent se débarrasser craint Fillon, c’est, certainement qu’il est le meilleur ? Non ?
    Enfin, bref, je préfère le raisonnable droit dans se bottes, surtout s’il est harcelé par les baveux des médias, à la mentalité de primaire, qui ne lui arrivent pas à la cheville. Les français comme vous dites, aiment de moins en moins qu’on leur dicte ce qu’ils doivent faire, penser, adorer ou exécrer.
    Premier tour: Fillon-MLP
    deuxième Fillon loin devant
    cordialement
    JSG

  • hermeneias , 10 Fév 2017 à 17:19 @ 17 h 19 min

    Quand on voit la cathosphère propre sur elle concubiner avec la finance décomplexée et sans vergogne ( façade publicitaire “colgate” du “liberal-fascism”) et avec une marine au relens de vieille gauche , sous des prétextes fallacieux , on se pince et on se dit qu’il y a grande pitié au Royaume de France et dans la Sainte Eglise .
    Mr de Lochner n’attend même pas , au passage , le début de la campagne pour se prononcer .
    Elle a été pour l’instant était couverte par un tam tam médiatique assourdissant sur ndf comme sur bfm …..
    Tiens si on parlait de conflits d’intérêts et d’allégeances , mais pour tout le monde !

  • Charles , 10 Fév 2017 à 21:09 @ 21 h 09 min

    1.Je le répète “je ne suis ni Mariniste, ni FN”
    2.Visionnez donc cet entretien entre l’économiste FN seul contre 4 Bobos.
    Soyez courageux et faites vous une opinion vous mêmes.
    3.Je constate la pertinence de l’économiste du FN sur l’euro unique.
    4.Je constate la faiblesse des arguments des pro euro qui manipulent
    les chiffres, alors que l’écart de compétitivité entre l’Allemagne
    et la France est évident depuis la création de l’euro….

    https://www.youtube.com/watch?v=DL-cnYARwLc

  • Charles , 10 Fév 2017 à 21:42 @ 21 h 42 min

    A partir de 10.30, l’économiste FN tente d’expliquer la conversion;
    En face une jolie cruche sort des arguments de niveau de première ES.

    Remarques pour renforcer l’argumentation de l’économiste du FN.

    1.Il faut d’abord se souvenir que lorsque notre dette en FF
    a été convertie en euro en 2002, personne n’a été consulté.
    Cette conversion a été initiée d’autorité et aucun créancier n’a contesté
    cette conversion d’autorité. Donc ce qui vaut dans un sens vaut nécessairement dans l’autre…

    2. Il faut savoir que actuellement aucune des dettes publiques des grands emprunteurs n’est réellement remboursée en principal( US,UK,Japon,France).
    ceci est prouvé de 3 manières:
    2.1. Tous ces emprunteurs sont en déficit budgétaires systématique.
    Pour rembourser une dette , il faut faire un excédent budgétaire.
    Quand on est toujours en déficit budgétaire, on doit donc réemprunter
    2.2. Effectivement, tous ces emprunteurs n’arrivent à rembourser le capital que en réempruntant sur les marchés, ce qui s’appelle de la cavalerie.
    2.3. Il résulte de ce qui précède que, en réalité, les dettes publiques des 4 grands emprunteurs, ne sont pas des dettes remboursables “in fine” mais en fait ce sont des dettes dites “perpétuelles” ou le principal n’est JAMAIS remboursé. Ce qui n’empêche pas ces emprunteurs de servir l’intérêt sur ces dettes perpétuelles. Ces obligations perpétuelles sont des instruments financiers parfaitement viables puisque négociés sur le marché secondaire des obligations comme si elles des actions. La valeur de renégociation d’une obligation étant ensuite définie en fonction de l’écart existant entre le taux nominal affiché sur une obligation et le taux de marché au jour de la renégociation. Le nouvel investisseur est donc acheteur d’une obligation non remboursable pour la simple raison qu’il recevra un intérêt meilleur que celui du marché et que si nécessaire, il pourra revendre cette obligation à un autre acheteur….
    Ou est le problème.
    Il se trouve que le marché actuel des obligations remboursables est une farce qui fait vivre les agences de notation.
    la logique veut que, in fine, toutes ces fausses dettes publiques “remboursables” soient converties d’autorité en “perpétuelles” pour le bien de tous les opérateurs du marché, (sauf les agences de notation)

  • Charles , 10 Fév 2017 à 22:13 @ 22 h 13 min

    Philippe Murer est l’économiste pertinent du FN.
    Stéphanie Villers croit avoir compris mais elle nous sort
    des arguments “à la Delors” des années 80. NULLLE.
    L’allemand Thomas Hanke a un sourire bébête de bobo baba boubou.

    Murer fait une remarque très juste sur le volume et les prix de détail
    en Allemagne qui sont restés stables pendant toute la période étudiée (2002/2015), ce qui prouve bien que les entreprises allemandes ont été chercher leur croissance en dehors de l’Allemagne et ceci aux dépends de leurs concurrents des pays voisins. ceci est prouvé par la croissance continue de l’excédent commercial allemand sur la période comparée aux déficits commerciaux français, alors que nous étions bénéficiaires avant l’euro de 2002.

    Un autre argument mal expliqué par l’économiste du FN est le suivant:
    Il explique très bien qu’il y a 2 zones, la zone nord et la zone sud.
    Il explique bien que la zone nord est pilotée de facto par l’Allemagne.
    Il oublie de dire que la zone sud est pilotable de facto par la France.

    Il faut comparer la variation du niveau de productivité entre ces 2 zones sur une période de 10/15 ans et non pas sur 3 ans.
    Les pays du grand sud qui produisent des fruits & services “soleil” (tomates oranges citrons melons et tourisme) ne peuvent pas réaliser
    les mêmes gains de productivité que les pays de la zone nord qui sont spécialisés sur les filières de matières minérales (plastiques, aciers etc)
    et sur les filières digitales (services et matériel digitaux/web) pour qui le potentiel de gains en productivité est quasi illimité.

    En 2016, on fait pousser au Sud des melons et des citrons selon des méthodes et des volumes n’ayant pas bougé significativement depuis 15 ans.
    Ceci n’est pas le cas, au Nord, pour l’industrie des aciers spéciaux et les plastiques avec mémoire de forme. idem pour les produits digitaux.
    Dans ces conditions, ces pays de la zone sud ne peuvent pas avoir
    la même monnaie que les pays de la zone nord.
    Enfin ,la cruche et le Bobo confondent la future parité interne FF/DM
    avec la parité DM/$.
    Ils confondent monnaie commune et monnaie unique (Hanke).
    Marine a bien expliqué que l’on pouvait conserver une monnaie COMMUNE
    qui cohabite alors avec le FF restauré et le DM restauré.
    Situation que refuse l’Allemagne car elle sait bien que cela permettra à l’industrie française de remettre les compteurs à zéro après 15 années
    de perdues.
    Enfin la cruche ne sait pas ce qu’est une politique monétaire interne rendue possible grâce à la capacité d’émission retrouvée par la banque
    de France.
    La banque de France pourra alors faire comme la banque fédérale de NY, comme la BCE et comme la banque d’Angleterre et comme la banque du Japon.
    A savoir “créer” de la monnaie ex nihilo dite QE ou Quantitative Easing”

Les commentaires sont fermés.