Fillon va-t-il perdre ?

Fillon va-t-il perdre ?

Fillon-va-t-il-perdre_visuel

Dans la course à la présidentielle, François Fillon n’est pas bien parti. Pourquoi ? Est-ce parce que la meute hurlante des chiens de garde du Système le saigne en abondance et va finir par le tuer ? Parce qu’il s’affirme « à contre-courant », ce que le dit Système ne peut tolérer ? Parce que sa tête de gendre idéal est une insulte au Système ? Ces raisons sont-elles les bonnes raisons ? Non, sans doute, ou pas seulement ces raisons : les vraies motifs de son possible échec sont à rechercher ailleurs.

Première raison : lorsque l’on veut donner l’image du gendre idéal, il faut être… un gendre idéal. Il ne faut donc pas se comparer aux innombrables politiciens qui ne sont pas des gendres idéaux, quand bien même ils sont gendres. Il faut être en revanche dans la posture de l’homme irréprochable. Les Français le sentent intuitivement : de Gaulle n’aurait jamais employé Tante Yvonne, même s’il avait pu le faire en toute légalité. Légalité et moralité sont deux choses différentes. La majorité des électeurs gagnent moins de 2000 euros nets par an : à tort ou à raison, nombre d’entre eux n’accepteront jamais un système dans lequel l’épouse d’un homme politique peut gagner le double de leur salaire, ce système fut-il légal. Ainsi, François Fillon ne pourra récupérer des centaines de milliers de voix de droite, désormais un peu plus écoeurées par la classe politique. C’est ainsi. Or, ces voix lui manqueront cruellement au printemps prochain.

Seconde raison : Pénélope est évidemment une femme importante, mais les vrais sujets du jour sont-ils là ? L’erreur de François Fillon est de n’avoir pas compris que les Français veulent un chef de guerre, qui affiche une détermination sans faille à renverser la table pour redresser la France. Or, la posture de François Fillon a plutôt consisté à essayer de redresser sa table branlante en donnant des gages à la meute déchaînée du Système. Il s’est donc, d’une certaine façon, soumis au Système, qu’il fallait probablement brusquer avec force et courage, attaquer sans relâche, démolir autant que possible : les Français de droite auraient apprécié. Fillon s’est posément ajusté au Système, de façon défensive : il ne s’est pas révélé être un chef.

Troisième raison : en quelques semaines, certaines positions du candidat ont pu sembler contradictoires ou malhabiles, donnant, là encore, le sentiment que l’homme était inféodé à un Système auquel il voulait donner des gages, alors que le dit Système se moque des gages comme de sa dernière chaussette, puisque son seul et unique objectif est de tuer politiquement cette candidature. Fillon renouvelle de façon éclatante l’incroyable erreur de Sarkozy : ma droite étant assurée, j’ouvre à gauche. Cela peut lui valoir d’être sorti sèchement de la vie politique, tout comme l’a été Sarkozy, qui semble d’ailleurs n’avoir toujours rien compris, démontrant à l’envi que l’aveuglement des dirigeants politiques actuels prend des proportions effrayantes. Car aujourd’hui, il n’est pas du tout sûr que la droite de Fillon soit si bien assurée. Elle est même, à ce jour, assez peu assurée. Or, Fillon ne mordra jamais sur la gauche, mais Macron mordra très certainement sur la droite.

De tout cela, il résulte que François Fillon peut perdre au premier tour de la présidentielle : son score pourrait  tourner autour de 20% seulement, quand Marine caracolera certainement entre 25 et 30% des suffrages, et Macron entre 20 et 25% peut-être. Si tel est le cas, François Fillon devra s’en prendre prioritairement à lui-même, le déchaînement du Système n’ayant été, finalement, que le coup de pied de l’âne.

> François Billot de Lochner préside la Fondation de Service politique, Liberté politique et France Audace.

Autres articles

29 Commentaires

  • Pascal , 11 Fév 2017 à 9:50 @ 9 h 50 min

    Il n’y a en effet rien d’illégal dans l’affaire Fillon. Et même rien d’immoral eu égard à la faible rémunération des parlementaires, laquelle est indexée sur la moyenne des rétributions des hauts fonctionnaires.

    En revanche l’auteur de l’article met dans le mille quand il écrit que Fillon ne se comporte pas en chef de guerre. Et ce n’est pas nouveau, lors de de l’affaire de nos otages en Irak ibérables en échange d’un retrait de la loi sur les signes religieux à l’école (loi du 15 mars 2004), François Fillon alors ministre de l’Education rétropédalait, il avait envisagé de vider la loi de sa substance en autorisant le voile pour raison culturelle.

    Il n’y a donc aucun regret à avoir, Fillon n’est pas le chef de guerre qui convient à la situation.

  • jacky4546 , 11 Fév 2017 à 12:01 @ 12 h 01 min

    Bravo JSG. Je suis à 100% d’accord avec vous.
    Que toute cette meute de merdias et journaleux pourris cesse de tenter d’obliger les Français à penser ce qu’elle souhaite.

  • hermeneias , 11 Fév 2017 à 12:29 @ 12 h 29 min

    Les marino-gauchistes, et macronistes honteux , qui trainent par ici vont peut être nous dire qui est le chef ou la cheftaine de guerre en ce moment après notre “capitaine de pédalo” qu’ils ont AUSSI contribué à faire élire !

    Une certaine catosphère poussiéreuse est décidément indécrotable et schyzophrène .
    Cela doit être dur de se supporter quand on est comme cela

  • Charles , 11 Fév 2017 à 15:11 @ 15 h 11 min

    Encore une pour la route de la part de zégolhaine.
    Entre les 2 tours des présidentielles de 2012, les rapports des RG sont sans appel:
    Hollande sera élu président. Narkozy et Farid savent que tout est perdu.
    A quelques jours du second tour de 2012, Farid convoque la société italienne
    ecomouve pour signer en urgence le fabuleux contrat des portiques d’écotaxe.
    Soit 220 Millions/an avec une clause léonine qui garantit ce montant,
    même si le projet est abandonné.
    Zegolhaine souligne que une telle précipitation pour un si gros contrat
    à un tel moment est contraire à toutes les règles antérieures.
    Normalement, un gouvernement se limite aux affaires courantes.
    Zégolhaine considère comme probable une motivation inavouable.

    Ce que les fuyonnistes ne veulent pas comprendre, c’est simplement
    que ils vont subir un retour de bâton de leur propre système électif,
    qui pourtant les arrangeait bien lors des régionales de 2015.
    En décembre, 2015, la droatte et la gooche avaient partagé entre eux les conseils régionaux
    en jouant sur des désistements réciproques afin d’empêcher une victoire du FN,
    ne fusse que sur une seule région.
    Ce petit jeu d’exclusion se retournera contre eux aux présidentielles de 2017.
    Le lundi on nazifie les méchants électeurs du FN et le dimanche suivant
    on les supplie de devenir raisonnables en votant pour Narkozy…
    A défaut, ils seront responsables de l’élection de Hollande…

    https://www.youtube.com/watch?v=04EI6I0SwIA

  • Charles , 11 Fév 2017 à 15:28 @ 15 h 28 min
  • hermeneias , 11 Fév 2017 à 20:37 @ 20 h 37 min

    Le “grand Charles” “n’est pas mariniste” , dit-il , aurait-il honte , m

  • hermeneias , 11 Fév 2017 à 20:43 @ 20 h 43 min

    Le “grand Charles” “n’est pas mariniste” , dit-il , aurait-il honte ? , mais se comporte en parfait petit prosélyte de base , frontiste aux “jeux de mots” douteux ( comme le papa à fifille ) en guise “d’arguments”.
    Pas la peine de détourner le nom de Ségolène pour mieux , et mal , masquer la honteuse collaboration socialo fn

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen