Quatre «R» majuscules

Tribune libre de Pierre-François Ghisoni*

Une première partie du pays se secoue, gronde, menace, défile, travaille.

Une deuxième se satisfait du bombardement de foot, de loto et autres amuse-gueules.

Une troisième tire des ficelles, agite quelques pantins, verrouille ses coffres, se passe la bonne soupe, se goinfre, joue de la trompette bouchée.

Reste une quatrième : casseurs et casseuses de profession, associés de la précédente, acharnés à mettre en place le « changement de civilisation », motivés par toutes les bassesses, mensonges et traîtrises que l’esprit humain est capable de concevoir, toutes les vengeances dont brûlent encore leurs blessures réelles ou imaginaires.

Notre première classe part avec de gros handicaps. Elle risque de payer très cher les pots cassés par les autres, et, en outre, d’être accusée des dégâts. Les troisième et quatrième classes vont se déchaîner par tous les pores de leur haine, tous les artifices de leurs forces.

La partie est-elle perdue ? Non ! Est-elle difficile ? Oui ! Peut-elle se contenter d’une manifestation, si énorme soit-elle ? Non !

Sans réflexion, aucune action ne peut mener loin, et sans action, aucune réflexion ne s’inscrit dans la réalité. Dans les deux cas, c’est « de la com’ » ou si l’on préfère, de la confiture pour les mouches à pub’.

Le schéma nécessaire est le suivant :

R comme Réveil, sans se faire doubler par les professionnels de la Récupération

R comme Résistance, sans céder à la Révolution

R comme Reconquête, sans la Rigidité d’un nouveau totalitarisme

R comme Rassemblement sans Racolage

Ces quatre R positifs menacés par les quatre R négatifs doivent être les guides constants de toute personne profondément opposée à la loi Hollande-Taubira et à ses implications futures.

Ces quatre R positifs menacés par les quatre R négatifs ne sont pas un programme technocratique en quatre temps, mais une réorganisation constante de nos pensées et de nos actions.

Ces quatre R positifs menacés par les quatre R négatifs seront déclinés dans des articles suivants.

Ces quatre R positifs menacés par les quatre R négatifs s’appliquent autant au citoyen de base qu’à toute personne qui les prendra en compte au niveau national.

Ces quatre R positifs menacés par les quatre R négatifs… pour l’instant, je ne les vois pas portés par une action claire. Il faut très vite changer de braquet.

Sinon… bye-bye la France !

*Pierre-François Ghisoni (blog) est écrivain et éditeur.

Du même auteur :
> La chute de la maison Hollande : inéluctable

Articles liés

13Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Sygiranus , 10 avril 2013 @ 23 h 35 min

    Alors :

    “La France se relèvera quand, exsangue, elle se tournera vers le Christ.” (Marie-Julie Jahenny, Marthe Robin)

  • Athanase Ducayla , 11 avril 2013 @ 8 h 21 min

    R comme… Roi !

  • Jean , 11 avril 2013 @ 10 h 03 min

    Là se trouve la solution! En Christ.

    C’est seulement en changeant nos cœurs que la nation pourra changer.
    Toute autre voie serait vaine.

    “Cantique des degrés. De Salomon. Si l’Éternel ne bâtit la maison, Ceux qui la bâtissent travaillent en vain ; Si l’Éternel ne garde la ville, Celui qui la garde veille en vain”

    A méditer

  • Cril17 , 11 avril 2013 @ 10 h 28 min

    Vous m’avez pris de vitesse …

    Pour un mai 2013 contre-révolutionnaire …Et le R de Régence ( ou Royauté ?) face au R de République ?

    http://cril17.info/

  • hector galb. , 11 avril 2013 @ 11 h 44 min

    Bravo à l’auteur, ses 4 R sont une excellente idée pratique ! Ils me donnent une idée que je vais essayer d’appliquer.

  • Colin , 12 avril 2013 @ 22 h 41 min

    très bien vu le coup des 4 R, il ne faut pas se démoraliser. Dès l’élection de Flamby, j’ai diagnostiqué l’implosion de l’ump puis le fait que Flamby ne puisse terminer son mandat. Le raisonnement est simple, la société française traverse une crise très profonde qui prend ses racines dans le délitement des valeurs humanistes qui fondent la nation. La technique des politiciens pour endormir le peuple est simple, ces 40 dernières années ils ont acheté la paix sociale. Nous sommes à la croisée des chemins, le modèle qu’ils nous ont imposé est à bout de souffle et de moyen financier….

Les commentaires sont clôturés.