Achetez des actions

Ce vendredi 3 mai, le S&P 500 clôturait à 1 614,42 points, son niveau le plus haut depuis la création de l’indice en 1957 ; un nouveau record qui pose une nouvelle fois la question du niveau de valorisation du marché. Je suppose que mes lecteurs ont déjà lu tout leur saoul les commentaires de ceux qui estiment ce niveau de valorisation excessif ; aussi, vous me permettrez de défendre le point de vue inverse. En un mot : je pense que le marché est historiquement attractif et voici pourquoi.

Si vous disposiez de 1 614 420 dollars, vous pourriez reproduire l’indice S&P 500, c’est-à-dire que vous pourriez acheter chacun des 500 titres qui composent l’indice en respectant à peu près les pondérations appliquées par Standard & Poor’s. Si vous faisiez cela, sur la base des chiffres de l’année écoulée, votre portefeuille génèrerait un résultat net consolidé de 89 634 dollars soit un earnings yield (résultat net sur prix, l’inverse du Price-to-Earnings ratio) de 5,6%. Historiquement, c’est un chiffre relativement élevé – c’est-à-dire que, sur la base des résultats des douze derniers mois et au regard du earnings yield historique de l’indice, le prix auquel vous pouvez acquérir ce portefeuille est relativement peu élevé. Pour vous donner un ordre de grandeur, quand le marché était très cher à la fin de l’année 2000, le earnings yield du S&P 500 était proche de 2% et, au maximum de la crise dite des subprimes, il a frôlé les 8%.

Naturellement, en tant qu’investisseurs, vous n’êtes pas intéressés par les résultats passés de vos investissements mais par leurs résultats futurs. Comme il se trouve que le futur nous est essentiellement inconnu, nous nous contenterons, avec toutes les précautions qui s’imposent, d’estimer le résultat consolidé des titres qui composent ce portefeuille dans l’année qui vient. Or, il se trouve que ces derniers devraient, en fonction des sources, augmenter de 25% à 28% par rapport à l’année écoulée et atteindre 112 000 à 114 800 dollars. En d’autres termes et en retenant une estimation médiane, le earnings yield prospectif du S&P 500 serait actuellement proche de 7%. C’est-à-dire qu’à supposer que les prévisions des analystes ne soient pas exagérément optimistes, le prix auquel vous pouvez espérer constituer ce portefeuille est très attractif.

Une des propriétés remarquables du earnings yield, c’est qu’il peut être entendu comme le taux d’actualisation d’un modèle de valorisation actuariel qui se contenterait d’escompter des résultats nets à perpétuité ; un modèle rustique – certes – mais qui est loin d’être dénué de sens. Autrement dit, c’est une approximation du taux de rendement interne de votre portefeuille tel qu’il est valorisé par le marché et basé sur les informations dont nous disposons à ce jour. À ce titre, il peut être instructif de le comparer à un autre taux de rendement : celui de l’actif (présumé) sans risque et en l’occurrence celui des Treasuries, les obligations du trésor des États-Unis, à 10 ans. Le 3 mai, écrasé depuis des mois par les programmes d’achat de la Fed, ce dernier terminait la semaine à 1,74%.

En d’autres termes, le taux de rendement prospectif du portefeuille actuel du S&P 500 est supérieur de près 5,3% à celui des Treasuries : il faut remonter à la fin des années 1970 pour trouver un niveau de valorisation aussi attractif.

Considérez bien que cet écart de taux est une prime de risque, l’essence même de la rémunération d’un investisseur, et que cette prime de risque est très élevée : même en tablant sur un scénario de croissance atone, les actions sont très attractives. Par ailleurs, les grandes entreprises américaines ont largement abordé le choc de la crise, elles ont recommencé à investir et se trouvent actuellement à la pointe de quelques-unes des révolutions technologiques les plus importantes de notre temps avec, comme débouché, un marché mondial qui ne cesse de grossir. Enfin, la politique d’écrasement des taux longs de la Fed prendra fin tôt ou tard – c’est sans doute une question de mois – et ce jour-là, n’en doutez pas une seconde, ce sont des actions que vous voudrez détenir en portefeuille.

> le blog de Georges Kaplan (Guillaume Nicoulaud)

Autres articles

7 Commentaires

  • Jo , 10 Mai 2013 à 11:43 @ 11 h 43 min

    N’ont-ils pas deux procès sur les bras en ce moment ?

  • Frédérique , 10 Mai 2013 à 14:17 @ 14 h 17 min

    Personnellement, je préférerai savoir quels sont les investissements attractifs ou non, qui seraient hors de portée des doigts crochus de l’état, quand dans un futur proche, l’économie de la France sera la même que celle de Chypre.

  • Marius , 11 Mai 2013 à 0:46 @ 0 h 46 min

    “Enfin, la politique d’écrasement des taux longs de la Fed prendra fin tôt ou tard – c’est sans doute une question de mois – et ce jour-là, n’en doutez pas une seconde, ce sont des actions que vous voudrez détenir en portefeuille.”

    Ce n’est pas plutôt l’or que vous voudrez détenir en porte-feuille ?

  • louis , 11 Mai 2013 à 12:58 @ 12 h 58 min

    Faire une analyse économique en se basant sur les PER c’est trop simple et trop hasardeux.

    Tous les analystes économiques sans exception se sont trompé, tous.

    Loic Abadie pronostique un CAC à 500 point, et voit tous les jours une chute du CAC arriver.

    Denisto prédisait un CAC à 1700 point en 2009.

    Le site LEAP2020 avait prédit une chute générale des marché pour octobre novembre 2012, c’est le contraire qui s’est produit.

    Pierre Jovanovic conseille depuis 2 ans d’acheter des pièces d’argent; L’once d’argent est au plus bas à 24 dollar aujourd’hui; (50 dollar au plus haut).

    Doctor gloom boom doom , Marc Faber, grand spécialiste interviewer par les journalistes américains, conseillait il y a peu de temps d’acheter de l’or. L’or a cassé son support long terme et est peut-être entré dans un cycle de baisse long.

    Même chose pour la chronique Agora qui conseillait l’or.

    Même chose pour le forum monétaire de Genève.

    Le seul qui ait eut un peu raison c’est jean pierre chevalier, qui conseille d’acheter des actions américaines depuis 3 ans; mais d’éviter les actions françaises.

    La partie n’est pas terminée, tous ces gens peuvent finalement se retrouver à avoir raison d’ici quelques temps, mais on ne sait jamais …!

    Comment baser un investissement sur une analyse fondamentale alors qu’aucun analyste n’est capable d’expliquer ou de comprendre la chute de l’or de ces dernières semaines ?

  • Bernard , 11 Mai 2013 à 17:13 @ 17 h 13 min

    RIDICULE cette analyse ! Je suis sorti du marché , avec raison, lorsque j’ai compris que celui ci n’est qu’ARNAQUE ! Tout comme le LOTO, tous les gagnants ont joué, mais TOUS les joueurs n’ont pas ramassé la cagnotte ! Fallait le dire, NON ?
    MAIS ACHETER DES ACTIONS ALORS QU ELLES SERAIENT AU PLUS HAUT !!!!!!!
    NON, il faut acheter des actions quand elles sont au plus bas….mais quand le sont elles ?
    Alors achetez de l’OR, métal, car les planches à billets fournissent la valeur de 40 fois la valeur OR
    Preuves s’il en est qu’il faudra chercher sa salade avec une brouette de billets ( vous souvenez vous de cette époque ? Vous n’étiez pas né ! Voyez donc votre moteur de revherche, Allemagne, guerre….. ) Mais évitez le Marché, laissez le aux escrocs ” étatisés ” !!!

  • André Seltier , 12 Mai 2013 à 15:55 @ 15 h 55 min

    Je n’ai pas honte de le dire : je ne comprends rien à ce charabia.

  • PG , 17 Mai 2013 à 19:55 @ 19 h 55 min

    Acheter quand c’est au plus haut ! A la veille d’une récession !
    Ce M. KAPLAN est certainement un homme de ce milieu, et il pratique la prédiction auto réalisatrice.

Les commentaires sont fermés.

Macron attaque nos libertés, piétine les Français, et méprise la civilisation française.

Aidez-nous à riposter.

Soutenez Nouvelles de France