FN : si Jean-Marie voulait garder sa liberté de ton, pourquoi a-t-il soutenu sa fille face à Gollnisch ?

Alors que Marine Le Pen a qualifié dimanche de “faute politique” la sortie de son père sur la “fournée” d’artistes anti-FN, celui-ci lui a répondu lundi que “la faute politique, c’est de s’aligner sur la pensée unique”. Jean-Marie Le Pen a dénoncé au passage la normalisation du Front National voulu par ses dirigeants actuels : “Ils voudraient ressembler aux autres partis politiques. Si c’est le vœu d’un certain nombre de dirigeants du FN, ils ont réussi”. Sur Twitter, le menhir a déclaré :

Il faut dire que Marine Le Pen n’a pas critiqué la sortie de Me Gilbert Collard, élu du Rassemblement Bleu Marine, qui appelait carrément Jean-Marie à prendre sa retraite. Et que son compagnon, Louis Aliot, a jugé sa sortie “stupide politiquement et (consternante)”. A force de laisser sa fille exclure les historiques et d’ignorer ces derniers qui dénonçaient un affadissement du parti, Jean-Marie Le Pen s’est privé des militants qui l’auraient soutenu dans la mauvaise passe qu’il traverse actuellement. Sa plus grande erreur, du point de vue de sa propre liberté d’expression, est d’avoir soutenu sa fille lors du vote interne pour l’élection du Président du FN : « Je souhaite qu’il (Bruno Gollnisch, ndlr) fasse un bon score. Je souhaite que Marine en fasse un meilleur, mais cela n’empêche pas que j’ai de la considération pour son adversaire », avait-il déclaré à l’époque. Le Pen appuyait sa fille « non pas pour des raisons familiales », mais « parce que Marine a les qualités nécessaires et suffisantes pour assumer ces fonctions très difficiles », expliquait-il alors. Un soutien décisif après une mise en orbite médiatique tout aussi décisive. Aujourd’hui, l’éviction de Jean-Marie Le Pen par Marine Le Pen (“non pas pour des raisons familiales” ?) est évoquée par des médias certes mal intentionnés. Ce ne serait que l’énième, toujours dans l’objectif de dédiaboliser le parti et d’améliorer ses scores aux prochaines élections. Une chose est certaine : Jean-Marie Le Pen aurait eu davantage voix au chapitre et droit aux jeux de mot (même de mauvais goût) avec un Bruno Gollnisch président (transitoire ?) d’un FN sans doute moins impressionnant sur le plan électoral. C’est un peu comme si, en 2010, le patriarche avait décidé sa propre exclusion… sachant qu’un Le Pen ne se laisse gouverner par personne, pas même par un Le Pen. Et des Le Pen avec des responsabilités – même symboliques – au FN, il y en a aujourd’hui trois…

Autres articles

42 Commentaires

  • alain , 10 Juin 2014 à 11:54 @ 11 h 54 min

    c’est l’histoire de l’arroseur arrosé !

    la question clé est que le FN actuel représentera de moins en moins la “droite nationale” et le FN futur sera une UMP vaguement droitière bref un piège à cons pour électeurs naifs et distraits.

  • Catoneo , 10 Juin 2014 à 12:11 @ 12 h 11 min

    Le RMB n’a plus grand chose à voir avec le FN canal historique.
    Il me fait penser au PCF cuvée “Georges Marchais”, populisme de bon aloi, défense du Français de souche et de la valeur travail, nationalisme énergétique…

    Qu’attend Mélenchon pour se rallier ?

  • PG , 10 Juin 2014 à 14:15 @ 14 h 15 min

    En tant qu’ancien collaborateur du Président d’honneur du FN, je trouve cette redondance de jeux de mots autour de noms ou de personnes d’origine juive plus qu’inutile : la liberté de ton peut s’appliquer à beaucoup de sujets, comme par exemple la défense de la Vie et les valeurs morales, qui engagent notre avenir plus que la forte présense de coreligionnaires juifs dans les médias ou le monde des spectacles. Je sais très bien que ”fournée” signifie ”groupe” au sens figuré, figuré à partir du mot four, lequel mot en soi est aussi innocent que botte ou nez, mais venant après une série de calembours tournant autour du même sujet, cela ne peut manquer de laisser, de faciliter la possibilité de aimmédiats. Si un obsédé sexuel connu comme tel parle de ”bite”, son entourage pensera à autre chose qu’au plot de fonte scellé dans le quai et auquel on attache une embarcation, même si celui qui lâche ce mot est un excellent marin.
    C’est une évidence, et je ne comprends pas pourquoi Eric MARTIN qui comme les gens du Salon BEIGE, ne se remet pas de la défaite de B. GOLLNISCH, persiste à penser que liberté de ton signifie nécessairement obsession textuelle sur le monde juif. Car les mêmes sont ceux qui, après avoir soutenu B. MEGRET, soutenaient Carl Lang contre J-M LE PEN jugé néfaste par son manque de tenue langagière.
    Cela me fait penser à ces cathos bobos bougeois conservateurs, qui refusaient de voter FN quand Le Pen Jean-Marie le dirigeait,, car infréquentable par ses props et son extrêmisme et qui maintenat nous exliquent qu’ils ne peuvnet voter FN parce que sa file est trop ‘light”, alors que père lui, N…..de D….., quel punch il avait pour défendre des valeurs : les mêmes qui votent SARKOZY-gender ou Boutin et Europe du de la fin des nations et des valeurs chrétiennes.
    Le tollé suscité au sein même du FN signifie que J-M LE PEN a réussi son passage de témoin : une autre génération, née largement après la guerre de 1939-45, celles eet d’Algérie, luia succédé, et moi qui suis né entre les deux périodes, j’en suis très heureux.
    parce que la question posée pour 2017 ne sera pas de savoir s’il est moralement, esthétiquement, juridiquement, historiquement licité souhaitable ou agréable de faire des jeux de mots dans le champ sémantique de l’extermination, selon un mode négationniste ou non, mais de convaincre plus de 50 % des Français de voter pour une reforme profonde de notre pays.
    Je pleure encore en lisant le récit de la fin de Dien Bien Phu, et des camps de la mort communistes, ou des assassinats horribles des harkis et pieds noirs , mais je ne fais pas de cela la pierre d etouche de toute action politique : j’attends d’un leader politique qu’il pense politique et non pas érudition sur la Schoah ou autre point d’histoire, car l’histoire est une question d’historiens et la politique le domaine des acteurs politiques. Est-ce que la liberté d’expression peut être libérée par la fin des lois mémorielles ? Certainement.
    Mais est-ce le sujet n° 1 de 2014 ? De 2015, 2016, 2017 ?
    Au moment où l’UMP tangue vers le centre, si le Fn veut incarner une alternative face à la gauche ou au centre (Bayrou, Juppé, voire Fillon), il n’est plus temps de jouer avec des mots : l’espace public n’est pas un salon du 18 ème, c’est un ring où ceux qui s’engagent publiquement sous l’étiquette FN n’ont pas besoin de devoir subir l’opprobre pour des propos qu’ils n’ont pas tenus, ni voulus, mais qu’ils doivent assumer, souvent face à la haine, l’hostilité dans leur milieu professionnel ou social, en mettant en danger leurs revenus, et l’entretien de leur famille. Ils ont déjà fort à faire politiquement sans qu’on charge leur fardeau de considérations qui répugnent, étonneent et sont hors des préoccupations premières de 95 % des Français de 2014.
    Oui, Eric Martin, une entreprise, une association, un blog, ou toute autre communauté ne peut porter une personne à la responsabilité de diriger, tout en laissant à un ex dirigeant la poibilité de contredire le dirigeant en titre.
    Souhaiteriez vous que G de Thieulloy signe ici des articles pro LGBT, parce que cela l’amuserait de provoquer, ou que l’un des compagnons anonymes de M. JANVA, se lance dans des jeux de mots révisonnistes permettant l’inculpation de son responsable de publication ?
    Non évidemment : alors ayez l’intelligence et l’honnêteté de ne pas pratiquer la fausse bienveillance et de ne pas souhaiter cela au FN, au nom d’une liberté d’expression que vous ne souhaiteriez pas dans vos colonnes.

    Et surtout assumez votre détestation du FN franchement : la fausse sollicitude favorisant toujours ce qui peut lui nuire le plus dans la durée, cela ne grandit pas. Ou vous êtes un grand naïf en parlant de liberté d’expressions mieux défendue par Bruno Gollnisch sans en voir les conséquences politiques, ou vous pratiquez une forme de duplicité. Eclairez-nous, car le doute subsiste…….
    Vous avez déjà été thuriféraire de N. SARKOZY et du gender à l’école, au nom de la défense de la famille, ne soyez pas maintenant soutien de ce qui permettra au FN de reculer électoralement, et donc à la gauche de l’UMP de triompher par affaiblissement d’une forte concurrence sur sa droite. A moins que vous ne souhitiez que le gender ne soit la doctrine définitive de l’UMP : ce n’est parce que vous déplorez ses effets sous Hollande que vous devez renoncer à regretter que ce soit Sarkozy qui l’ait introduit dans l’enseignement. Vous êtes perfe”ctible vous aussi, vous pouvez progresser et renier ce que vous avez adoré……..

  • Daniel PIGNARD , 10 Juin 2014 à 14:31 @ 14 h 31 min

    La liberté de la presse ne s’use que quand on ne s’en sert pas.

  • PG , 10 Juin 2014 à 14:51 @ 14 h 51 min

    @ Daniel PIGNARD
    Exact. Mais cette liberté ne peut passer par le travestissement.des faits, de leur déroulé, des antécédents, ni même des signataires des blogs : l’anonymat permet de s’exonérer à bon compte de toute responsabilité. Est responsable celui qui répond de ses actes et écrits : internet favorise une mentalité d’arrière paravent.

  • Aaron , 10 Juin 2014 à 14:55 @ 14 h 55 min

    En supposant qu’un tel jeu de mots eut été exprimé par un autre homme politiqueà l’égard d’un autre “, cela n’aurait certainement pas provoqué les réactions négatives et néfastes dont les merdias nous ont abreuvé….

  • Aaron , 10 Juin 2014 à 14:56 @ 14 h 56 min

    ….d’un autre “artiste” (?) cela n’aurait…..

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen