Les homosexuels ont-ils joué un rôle dans la montée du nazisme au pouvoir ?

Olivier Pichon et Jean-Christophe Mounicq ont reçu sur TV Libertés l’écrivain libertarien Philippe Simonnot pour son livre paru chez Dualpha, Le Rose et le brun, qui s’attaque avec force culture et de multiples références à une question tabou : le rôle (méconnu) joué par les homosexuels dans la montée du nazisme au pouvoir.

Autres articles

15 Commentaires

  • Manuel Atréide , 10 juin 2015 @ 19 h 09 min

    Les homosexuels ont-ils joué un rôle … ? La réponse est bien sûr non. Des homosexuels ont joué un rôle, c’est indéniable. Mais les homosexuels dans leur ensemble, ou même les homosexuels allemands dans leur ensemble ne sont pas plus responsable de cela que les hétérosexuels dans leur ensemble ou même les hétérosexuels allemands dans leur ensemble.

    Car, s’il y a des homosexuels qui ont joué un rôle dans la montée du nazisme, il y a aussi des hétérosexuels.

    De même, “les caractères secondaires de l’homosexualité” ne sont pas l’antisémitisme, l’antichristianisme, l’hellénisme, le jeunisme ou l’eugénisme. Certains homosexuels à l’époque (et même maintenant, cf Renaud Camus) professent ces idées mais elles ne sont pas consubstantielles à l’homosexualité. Ni à l’époque, ni maintenant.

    En bref, il faudrait rappeler à ces deux charmants messieurs que la nuance est un signe d’intelligence. Il ne faudrait tout de même pas que nous les classions parmi les S.A. …

    M.

    N.B. : l’obsession de ce site pour ce sujet est aussi frappante que celle du salon beige. Je me demande ce qu’en penserait Freud … tsss tsss tsss.

  • Ampelius , 10 juin 2015 @ 20 h 58 min

    Mais lisez donc le livre que diable avant de disserter doctement sur un travail qui s’appuie sur des sources nombreuses et étayées. Lorsque l’auteur parle des caractères secondaires de l’homosexualité il ne fait que désigner le mouvement homosexuel allemand et ne généralise pas aux homosexuels d’aujourd’hui.
    Vous pouvez toujours recommander la nuance comme signe d’intelligence sans en faire preuve vous même. Quant à la sympathie pour les SA des auteurs c’est évidemment le contraire, cette confusion se retrouve chez d’autres internautes ce qui veut dire que la bêtise est la chose du monde la mieux partagée!

  • patrick m , 10 juin 2015 @ 21 h 10 min

    Je savais tout ce qui a été dit dans cette remarquable émission.

    Bonne continuation.

    PM

  • Manuel Atréide , 10 juin 2015 @ 21 h 35 min

    Ampelius,

    – le propos “les homosexuels ceci, l’homosexualité cela” est mainte fois répété, les précautions de langages que vous prenez sont absentes de l’interview et chez l’un et chez l’autre.

    – les facettes visibles des homosexuels en Allemagne entre 1900 et 1940 sont connues, je ne conteste pas l’attrait pour l’hellénisme, largement répandu dans la société allemande par ailleurs. Pas plus que les envies de jeunesse, la proximité avec le mouvement hygiéniste, certaines thèses racistes etc. Mais une nouvelle fois, cela n’a pas été le cas de l’intégralité des homosexuels, pas même ceux vivant en Allemagne.

    Question subsidiaire qu’on pourrait poser à cet auteur “sérieux” que vous semblez apprécier : quelle est la place de l’homosexualité féminine dans ce dispositif qu’il monte ? Car l’homosexualité féminine existe bel et bien en Allemagne à ces périodes là et pourtant, la raccrocher à l’ascension d’Hitler est considérablement plus difficile.

    Peut-on travailler sérieusement sur l’implication de certains cercles homosexuels masculins allemand dans l’ascension du nazisme. La réponse est oui. Généraliser cela à l’ensemble des homosexuels comme le font imprudemment ces deux hommes ? non. C’est faux, c’est d’ailleurs documenté.

    Enfin, je ne dis pas que ces hommes ont de la sympathie pour les S.A. Je dis en revanche qu’il devraient faire preuve de plus de nuance et d’intelligence dans leur propos, le coté bas de plafond étant justement un trait très S.A. …

    bref, Ampelius, avant de m’écharper, relisez moi. Les nuances sont déjà dans mon propos.

  • Ampelius , 10 juin 2015 @ 21 h 44 min

    Quelqu’un a-t-il compris la réponse?

  • Manuel Atréide , 11 juin 2015 @ 1 h 42 min

    Avec un organe cérébral en état de fonctionner, c’est plus facile. Si vous n’en disposez pas, empruntez celui de votre voisin.

    S’il en a un !

  • Ampelius , 11 juin 2015 @ 7 h 34 min

    C’est ce qu’on appelle débattre du sujet!

Les commentaires sont fermés.