Front National et « morts pour la France »

Tribune libre

En décembre 2011, le sergent Zingarelli et l’adjudant-chef El-Gharaffi sont tués à l’ennemi en Afghanistan ; le nombre des soldats français tombés là-bas s’élève à 78. Quel étonnement de lire, sous la plume d’un certain Nicolas Reynès, dans le journal de campagne Les Matelots, “le journal des jeunes avec Marine » de décembre de la même année : « Hélas, mille fois hélas, on ne peut mettre dans un même sac des Français morts pour la France entre 1914 et 1918, avec nos soldats qui meurent aujourd’hui en Afghanistan dans une guerre qui ne nous concerne pas mais sert les intérêts d’autres puissances ».

Quelle que soit la vision de chacun du conflit afghan, dans lequel la France est engagée depuis 2001, la négation du sens du sacrifice de nos soldats est indigne. Un soldat ne décide pas de lui-même où il va ou non se battre, mais il va là où la France l’envoie sur ordre du chef des armées, le président de la République, élu par le peuple souverain.

La mention « Mort pour la France » créée en 1916, est une « récompense morale » destinée à honorer le sacrifice des combattants morts en service commandé. Quand on parle des soldats tombés en opération, on utilise l’expression « morts au champ d’Honneur ».

L’honneur et la satisfaction du devoir accompli sont tout ce qui reste à la communauté militaire, aux familles des défunts, une fois que la mission donnée a été effectuée, fût-ce au prix du sacrifice suprême.

Monsieur Reynès, et à travers lui, le Front National, se permettrait-il de déprécier la mémoire de nos soldats morts POUR LA FRANCE en Afghanistan ? Les troupes là-bas ne seraient-elles à leurs yeux que des troupes mercenaires au service du grand capital international ?

Reynès ignore-t-il de quoi il parle, ou bien exprime-t-il la nouvelle doctrine de la candidate du Front ? Il appartient à Marine Le Pen de répondre elle-même à cette question. Le monde militaire d’active, de réserve et nos anciens sauront alors si elle est encore un candidat « national » à la prochaine élection présidentielle.

Un sergent d’active

Articles liés

17Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Komdab , 11 janvier 2012 @ 17 h 59 min

    Ce sergent d’active s’enflamme pour pas grand chose. D’abord Reynès ne remet pas en question ni l’honneur, ni la bravoure ni le sens du sacrifice de ces soldats morts en Afghanistan.

    De plus Reynès n’a hélas pas tout à fait tord, on ne peut pas comparer les enjeux de la 1ère et 2ème Guerre Mondiale avec celle de l’Afghanistan ce qui une fois de plus n’enlève rien au mérite de nos soldats morts là bas.

    Enfin Nicolas Reynès n’est pas le Front National même s’il en fait partie. Je vous renvoie à une interview de Marine Le Pen sur BFM TV il y a 3 mois environ, elle dit que “nos soldats morts en Afghanistan sont morts pour la France mais qu’il est grand temps que cela s’arrête et que nous quittions cette guerre qui n’apporte rien ni à la France ni à l’Afghanistan”.

    Pour finir, selon moi, ce sergent d’active se trompe vraiment de cible car s’il y a bien un parti politique qui honore “ses morts pour la France” et qui soutient son Armée c’est bien le FN.

  • marc desbuts , 11 janvier 2012 @ 20 h 28 min

    Entièrement d’accord avec Komdab.

  • Robert , 11 janvier 2012 @ 22 h 39 min

    Cette polémique ne serait-elle pas lancée pour mettre le soupçon concernant la solidarité avec nos soldats de la part du FN?
    Si c’était le cas, les gens sont parfois si méchants, elle tomberait à plat. En effet, je ne crois pas qu’un seul parti puisse se vanter d’avoir dans ses rangs et sympathisants autant de soldats ayant combattu dans les troupes d’élite et n’ayant pas peur de défendre cet héritage.
    Y compris parmi ceux encore présents en Afghanistan.

  • Adjudant X , 11 janvier 2012 @ 23 h 33 min

    Le fait d’être d’active n’empêche pas un cadre d’être intelligent,
    le Liban, la Syrie etc.. Ne sont que des théâtres d’opérations extérieures ou nos politiques aux ordres,non pas des Français, mais d’oligarchies étrangères, nous envoient. C’est bien beau de se réfugier derrière le mot France, mais ce mot dans la bouche de ces mêmes politiques est dévoyé pensant toucher notre corde sensible et nous donner la larme à l’œil. Ne soyons pas dupe
    Concrètement cela nous donne un entrainement non négligeable mais tous cadre sérieux, sait et comprend que les valeurs mises en jeux lors de ces OP ne concernent en rien notre idéal premier, à savoir la défense du sol Français de ses citoyens, nos parents nos femmes et nos enfants.
    Quand à défendre un carré de sable à plusieurs milliers de kilomètre c’est digne de la légion pour la réputation du régiment, y a-t-il un jour national pour Camerone ?
    Que dire des morts en manœuvre ? Sont-ils moins méritant ? Que nenni un soldat reste un soldat et la mort d’un camarade reste et restera toujours un grand moment de tristesse, assez de démagogie
    Tous nos politiques et beaucoup de nos officiers s’en foutent comme de l’an quarante ne veillant pour les uns qu’à leur élection et les autres leur avancements nous sommes les derniers gardiens
    Gardons la tête froide, car pour le combat de demain il pourra bien y avoir cette fois et ce sans ambiguïté, mort pour la France et non pas au champ d’honneur.

  • Frédéric , 12 janvier 2012 @ 15 h 51 min

    Cet article signé par un sergent chef anonyme qui ne précise pas l’arme à laquelle il appartient me semble plus motivé par une volonté de créer une polémique politique qu’un véritable débat de fond.

    On peut et on doit avoir le plus grand respect pour nos soldats morts en théatre d’opération, on doit aussi avoir le droit d’être en désaccord avec la finalité des opérations qui sont menées.

    Auquel cas, nous serions obligés d’approuver le bombardement du peuple serbe par les avions de l’Otan en 1999 au profit de l’ancien terroriste et proxénète Hacim Thaçi actuellement au pouvoir et qui a eu pour effet de créer en plein coeur de l’Europe un Etat musulman qui persécute les chrétiens.

    L’amour de la patrie n’exclut pas le discernement. Et le fait d’être un soldat n’empêche pas de réfléchir. Que dire des gendarmes qui ont tiré sur des patriotes français en 1962 rue d’isly ou de ceux qui ont arrêté leurs anciens camarades du 1er Rep qui ont fait le choix d’être fidèles à la parole donnée plutôt qu’à des ordres d’un pouvoir qui ne tenait pas ses promesses en abanconnant des populations ?

    Bien plus, il me semblerait plus pertinent de combattre l’islamisme en France dans nos banlieues qu’à 10000 km où l’on sert de supplétifs aux intérêts américains qui ont armé pendant des années AL QAEDA et les TALIBAN.

    Or, on vient d’apprendre qu’un maire UMP d’Elancourt , appartenant donc au parti du Président de la République , vient d’accorder une subvention de 450000 euros pour égorger les moutons à la fête de l’Aid el Kebir. Qu’en pense notre sergent chef de cette subvention pendant que ses camarades se font trouer la peau par les islamistes radicaux ?

  • Komdab , 12 janvier 2012 @ 17 h 34 min

    Bravo Frédéric pour votre commentaire !

  • Giraud , 12 janvier 2012 @ 18 h 17 min

    Bon garçon cet adjudant. Ce serait pas lui qui aurait tabassé cet apatride de Gary qui prétendait aller chez de Gaulle?
    Ah si le maréchal voyait ça!
    Giraud

Les commentaires sont clôturés.