L’adoubement définitif de Donald J Trump : du congrès et des agences de renseignements…

L’adoubement définitif de Donald J Trump : du congrès et des agences de renseignements…

Donald Trump

L’avancée du quarante cinquième président des Etats-Unis vers son investiture a passé, en fin de semaine dernière, deux obstacles importants.

Et d’abord celui, formel, du Congrès, mais qui donna lieu à une contestation sans vergogne de la part de certains démocrates de la Chambre des représentants.

Le 6 janvier 2017, le 115ième Congrès des Etats-Unis s’est réuni pour entériner la désignation du nouveau Président par les grands électeurs survenue le 19 décembre 2016.

Comme on le sait, 304 électeurs apportèrent les suffrages de leurs états respectifs à Donald Trump et 228 à Hillary Clinton. Le Congrès devait constater ce choix. Le Vice Président Joe Biden présidait la séance et ce pour la dernière fois. Il s’acquitta de sa tâche avec impartialité en appliquant les règles à la lettre.

Malgré tout on assista à un phénomène plus revu depuis des décennies : la contestation par plusieurs représentants démocrates des résultats de leurs états.

Pour qu’il y eût ouverture d’un débat sur la légitimité du vote et donc du président, il fallait qu’au moins un sénateurs signât la demande d’un ou plusieurs représentants dans ce sens. Aucun des protestataires ne reçut l’appui d’un sénateur, ce qui ne les empêcha pas de pousser l’outrecuidance d’une remise en cause des décomptes dans leurs états, y compris dans celui du Wisconsin dont le recomptage des voix avait été exigé et obtenu par Jill Stein, candidate écologiste à la présidence, et dont le résultat final avait montré une augmentation des voix de Trump.

Joe Biden, usant du marteau et du règlement fit taire cette Jackson-Lee et ses imitateurs, et l’on pu enfin voir confirmé par le Congrès l’élection de Donald J Trump, dernier stade constitutionnel avant qu’il prête serment le 20 janvier.

S’il y a une leçon à tirer de ce parcours d’obstacles c’est celle du constat de la pugnacité et du refus quasi religieux de l’autre Amérique, celle des pionniers, par les libéraux. Qu’on en doute pas, la démocratie, la véritable (Si tant est qu’elle ait jamais existé), est morte entre les mutants qui constituent les troupes de la Gauche mondiale et les peuples qui veulent retrouver leurs libertés. Il n’en reste que les oripeaux formels des procédures d’investiture qui dureront tant que la vie d’anciens démocrates, comme Biden, durera. Après, que le plus fort gagne.

L’autre volet de ce chemin à la fois victorieux et amer de Donald Trump vers le pouvoir fut représenté le même jour par le briefing du nouveau président par les agences de renseignements américaines (CIA, FBI, NSA) à propos de la présumée intervention russe pour fausser les élections.

Cette réunion fut d’ailleurs précédée par les « fuites » du rapport « secret » commandé par le sortant, Barack Hussein Obama, aux mêmes organismes de renseignements.

Ce rapport parle « d’évaluation » ou « d’appréciation » de sources qui pour les uns sont de « grande confiance » et pour une autre (Le NSA) de « confiance limitée ». Ces sources « pensent » que la Russie a voulu influencer les élections américaines en piratant les serveurs du parti démocrate afin de décrédibiliser Hillary Clinton au bénéfice de Donald Trump. Mais il ne s’agit que de conjonctures, de probabilités, car nous savons que c’est Wikileaks qui a diffusé ces documents, et que le FBI avait déjà eu la révélation que nombre de ces e.mails venaient d’un serveur privé, sans protection, qu’Hillary Clinton avait fait installer chez elle à New York pour traiter, entre autres, de données classifiées du département d’état. Par ailleurs, le même FBI s’est vu refuser l’expertise des serveurs du parti démocrate par la direction de celui-ci, ce qui exclut la possibilité de découvrir la moindre preuve technique d’un piratage et d’en trouver la source.

Malgré cela, sur les télévisions du système, la hargne et l’arrogance des libéraux (synonyme de gauchistes), comme Chris Cuomo de CNN, s’étale sans honte, allant jusqu’à agresser Kellyanne Conway, conseillère de Donald Trump, en arguant de soupçons comme de faits pour délégitimer le nouveau président qui deviendrait ainsi un pantin de la Russie. Les mêmes qui pestaient contre Georges W Bush en 2003 à propos de l’engagement d’une guerre sur « la foi » de la présence d’armes de destruction massives en Irak dont les mêmes agences n’avaient fourni aucune preuve et dont on n’a jamais trouvé de trace, s’autorisent une confiance absolue en ces mêmes organismes, en mission politique contre Trump qu’ils sont.

La réunion du 6 janvier que Trump présida finit en quenouille, sans l’ombre d’une preuve, et le président mit fin à la polémique par une phrase : les élections n’ont pas été affectée par un agent étranger.

Il semble de plus en plus certain que Donald J Trump appliquera la politique annoncée et chaque jour le confirme. Il vient d’exiger le retour sans délai de TOUS les ambassadeurs des Etats-Unis en poste et a confirmé ses ordres à la DHS d’avoir à préparer la construction du mur à la frontière sud des Etats-Unis.

Autres articles

7 Commentaires

  • Charles , 11 janvier 2017 @ 13 h 58 min

    La relique de la couronne en jonc imposée au Christ par les soldats romains
    (par dérision ) est de nouveau montrée au public. (chasse de verre)
    Beaucoup d’étrangers font le déplacement dont beaucoup de Russes.
    cette couronne avait été récupéré par les chrétiens témoins de la crucifixion.
    Conservée et protégée depuis le commencement jusque 1238
    quand Saint Louis s’en porta acquéreur, puis conservée à Paris (sainte chapelle).
    Les visiteurs les plus touchés sont les personnes handicapées et les enfants.

    https://www.youtube.com/watch?v=3tw_r-e6Xq0

  • Vent d'Est, Vent d'Ouest , 11 janvier 2017 @ 14 h 48 min

    Les démocrates américains mauvais perdants : ce serait la même chose si Marine Le Pen était élue aux présidentielles en 2017 par LRPS. Avec pour avant-goût des manifestations violentes de contestation, tout comme pour Trump… Aux Français de choisir : risquer d’en payer le prix pour une Liberté retrouvée, ou se soumettre aux diktats des partis bien installés qui s’acheminent sûrement et encore plus vite vers une dictature.

  • Charles , 11 janvier 2017 @ 16 h 17 min

    Dans 45 mn (17 h de Paris et 11 h de NY) Trump donne sa première conférence de presse
    depuis la trump tower à NY. Il évite comme la peste de se rendre à Washington n’ayant aucune confiance dans les organes obamiens.
    Voir le compte a rebours sur l’image cliquable de USA Today dans l’article du site.
    Tout le système politico-administratif (les chefs)est contre lui.
    Ils ont la trouille du 20/21 Janvier du fait des renvois en cascade qui seront lancés.

    http://beforeitsnews.com/prophecy/2017/01/live-stream-donald-trumps-news-conference-11-a-m-eastern-what-you-need-to-know-2487495.html

  • V_Parlier , 11 janvier 2017 @ 17 h 45 min

    Avec ce qu’ils nous ont encore sorti ce matin et qui s’avère être encore un bobard total, ils ne reculent devant rien. Demain on aura peut-être droit à un dossier secret révélant que Trump est Jack l’éventreur (avec la complicité de Poutine, bien entendu).

  • Marcus , 12 janvier 2017 @ 13 h 24 min

    @ V Parlier,
    Exact, mais le plus délirant, selon moi, ce n’est pas toutes les absurdités que vomissent chaque jour les médias du système, mais c’est qu’il y a toujours des crétins pour les croire !

  • Vent d'Est, Vent d'Ouest , 12 janvier 2017 @ 20 h 37 min

    @ Marcus
    Entièrement d’accord avec vous. Il y a toujours des pois chiches qui ne cherchent pas plus loin que le bout de leur nez qu’ils ont fort court.

  • françois henri , 14 janvier 2017 @ 13 h 50 min

    L’extrait important de l’article, à mes yeux :

    “S’il y a une leçon à tirer de ce parcours d’obstacles c’est celle du constat de la pugnacité et du refus quasi religieux de l’autre Amérique, celle des pionniers, par les libéraux. Qu’on en doute pas, la démocratie, la véritable (si tant est qu’elle ait jamais existé), est morte entre les mutants qui constituent les troupes de la Gauche mondiale et les peuples qui veulent retrouver leurs libertés.”

Les commentaires sont fermés.