Jean-Yves Le Gallou : «‘Journalistes ? Le mensonge est leur métier’ sera la devise des Bobards d’Or 2013»

P…, 10 ans. P… ? Polémia, bien sûr ! Alors que le think tank identitaire fête ses dix ans mardi 12 février dans les salons de la Fondation Dosne à Paris, Nouvelles de France a rencontré Jean-Yves Le Gallou pour parler du passé, du présent et de l’avenir. En exclusivité, il évoque dans nos colonnes un projet d’école de journalisme alternatif. Entretien.

Jean-Yves Le Gallou, quel bilan faites-vous des 10 ans de la Fondation Polémia ?

En 2002, Polémia a innové en étant l’un des premiers sites dissidents sur Internet. Nous avons été des pionniers. Nous nous réjouissons d’être aujourd’hui une étoile de bonne magnitude dans la vaste galaxie de la réinfosphère. Nous y occupons une place particulière : celle d’un site de réflexion, inscrit dans la durée, et produisant des textes de fond solidement argumentés et documentés.

Nos spécialités ? La bataille du vocabulaire (car les mots sont des armes) ; la défense des faits (sur l’immigration notamment où les études que nous publions font autorité) ; la démarche de la réinformation (sur la politique internationale notamment) et la délégitimation des médias dominants (que beaucoup ménagent et que nous attaquons sans peur et sans reproche).

Vos travaux commencent-ils à influencer certains décideurs ?

L’essentiel de notre diffusion se fait de manière virale. Par exemple le mot réinformation que nous avons créé avec Radio Courtoisie se trouve désormais partout.

Mais je peux aussi vous donner des exemples plus précis.

1° En juin 2012, les médias de l’oligarchie ont cherché à faire croire que la « droitisation » de l’UMP avait débouché sur un désastre électoral et que les sortants de la Droite populaire avaient réalisé les pires scores de l’UMP. Etienne Lahyre, l’un des contributeurs de Polémia, a montré, chiffres à l’appui, qu’il n’en était rien et qu’à situation électorale comparable (rapport de force Hollande/Sarkozy à la présidentielle), la Droite populaire s’était mieux maintenue que les autres courants de l’UMP. Cela a permis à Thierry Mariani et à ses amis de mieux résister à l’enfumage médiatique.

2° Dans son débat sur l’immigration face à Manuel Valls, Marine Le Pen a surpris son adversaire avec une citation de René Cassin, père de la Convention européenne des droits de l’homme, légitimant le principe de préférence nationale. C’est Pierre Milloz, un chercheur de Polémia, qui a trouvé cette arme de déstabilisation massive… à la Bibliothèque nationale.

A contrario, Henri Guaino a déploré sa « naïveté » lors des « printemps arabes ». Il lui aurait suffi de lire, dès janvier 2011 Polémia (et d’autre sites de la réinfosphère) pour savoir que les printemps arabes se transformeraient en hivers islamistes. Au demeurant, nul besoin d’être prophète pour éviter de se tromper : il suffit de ne pas céder aux emballements médiatiques et de faire preuve de discernement.

“Polémia va se lancer dans la recherche de fonds”

Pendant ces dix ans, la situation, sur le plan des idées défendues par la Fondation Polémia, s’est-elle améliorée ou, au contraire, s’est-elle aggravée ?

Améliorée et aggravée : les deux !

Dégradée d’un certain de vue, car les médias de l’oligarchie sont plus que jamais devenus de vulgaires organes de propagande. La déformation, la désinformation, la diabolisation, la novlangue, le mensonge statistique et le bobard sont le pain quotidien de leurs lecteurs, de leurs auditeurs ou de leurs spectateurs. « Journalistes ? Le mensonge est leur métier » telle est la devise de la quatrième cérémonie des Bobards d’Or qui aura lieu le mardi 19 mars prochain.

Fort heureusement, ces médias totalitaires ont perdu leur monopole. Depuis 10 ans, ce qui compte c’est le développement du PMA : le paysage médiatique alternatif. Blogs dissidents et réseaux sociaux permettent de se réinformer et d’échapper à La Tyrannie médiatique, titre d’un ouvrage que je viens de publier chez Via Romana.

Quels sont vos projets pour les dix ans à venir ?

Notre modèle économique d’origine était sain et simple : pas de papiers, peu de dépenses, peu de recettes.

Ceci étant, si – comme d’autres sites de la réinfosphère – Polémia veut se développer une certaine forme de professionnalisation est indispensable : pour l’évolution de notre site Internet, pour son rayonnement, pour la réussite de nos manifestations publiques (la journée de la réinformation, la cérémonie des Bobards d’Or), pour la réalisation de nouveaux projets (l’école de journalisme alternatif), des moyens financiers sont indispensables. Nous allons donc nous lancer dans la recherche de fonds.

Nos donateurs (et les donateurs pour d’autres projets) doivent savoir que leur argent sera doublement bien investi : d’abord parce qu’il rendra possible la réalisation de projets utiles ; ensuite parce qu’il permettra à de jeunes talents – qui ont naturellement besoin de faire vivre leur famille – de développer leur professionnalisme et de le mettre au service des causes qui leur sont cher.

C’est ainsi que nous pourrons abattre le mur des médias : c’est cela notre objectif pour les dix ans qui viennent.

Autres articles

8 Commentaires

  • V&sselot , 11 février 2013 @ 9 h 23 min

    Ça fait un bien fou de voir de genre d initiatives se préparer !!! ça sent le printemps, vous ne trouvez pas ?

  • Goupille , 11 février 2013 @ 14 h 56 min

    Yesss… Et un ban pour Yves Le Gallou. Si tous les hauts fonctionnaires étaient de son tonneau, nous aurions moins de soucis.

  • petitjean , 11 février 2013 @ 19 h 07 min

    faire largement circuler cette adresse http://www.polemia.com

    merci Monsieur Le Gallou !

  • dissident , 11 février 2013 @ 22 h 14 min

    bravo mr Le Gallou, une excellente initiative!
    sur le sujet de la soit disant droitisation de l ump qui etait d ailleurs de l enfumage sarkozyste comme d habitude, il est vrai qu une mini campagne a ete declenchee par le gros media en Juin pour la rendre responsable de l echec du president sortant avec l aide de politiciennes mediocres et opportiunistes genre Kossiusko et Bachelot, l absurdite d une telle these etait tellement evidente vu l e score du president sortant malgre son bilan qu elle a fait pschiit!

  • Pierre , 12 février 2013 @ 8 h 48 min

    bravo
    il faudrait aussi une université alternative
    notez que des institutions universitaires de très haut niveau de ce type existent partout…sauf en France

  • François2 , 12 février 2013 @ 11 h 46 min

    On en arrive à des aberrations extraordinaires où les mots n’ont plus de sens : comme le mot mariage…

  • Tarantik , 12 février 2013 @ 19 h 48 min

    Monsieur Le Gallou

    “La décadence nous vient avec l’enflure des mots.”

    Je ne sais plus de qui c’est et je n’ai pas retrouvé sur internet

    Nous y sommes plus que jamais ! Très cordialement

    Yves Tarantik

Les commentaires sont fermés.