Les Français sont-ils stupides ou lâches ?

Tribune libre d’Henri Dubreuil*

Les Français sont des veaux, disait de Gaulle. Ils en ont fait la parfaite démonstration dimanche dernier avec le rejet par référendum de la proposition de fusion du conseil régional alsacien avec les deux conseils généraux de la région.

Certes, ce projet était loin d’être parfait. Il menaçait les deux villes de Colmar et Mulhouse de se voir éclipsées par celle de Strasbourg. Il était mal ficelé et présentait le risque d’une nouvelle usine à gaz. L’assemblée délibérative était ainsi prévue pour Strasbourg tandis que le conseil exécutif devait se situer à Colmar. Il était le fruit des réflexions de quelques élus et révélait un manque de concertation avec la population.

Avec tous ces défauts, l’ambiance délétère qui règne actuellement dans le pays a achevé de convaincre les quelques votants de refuser ce projet.

Malgré ces constats, disons le clairement, dimanche, la connerie l’a emporté ! Le choix du statu quo plutôt que la réduction modeste et imparfaite du mille-feuille territorial et de sa gabegie financière signe la victoire des corporatismes et condamne pour longtemps toute nouvelle initiative dans ce domaine.

Alsaciens, je suis désagréable, mais j’assume. Croyez-vous vraiment que la sauvegarde de l’immense notoriété de vos deux métropoles à rayonnement international que sont Colmar et Mulhouse valait le rejet de cette réforme ? Pensez-vous que la suppression potentielle de quelques emplois administratifs aurait mis en péril la gouvernance et le développement de votre région ? Franchement, un peu de bon sens aurait été appréciable et les quelques économies dégagées auraient été bien utiles !

“Les Français sont shootés à la dépense publique et ils ne peuvent plus décrocher.”

Mais l’inculture économique de notre pays est telle que personne ne comprend que cette sphère publique obèse brise chaque jour un peu plus les espoirs de reprise économique. Après ce vote, les Français n’ont plus de légitimité à geindre sur la hausse continue des impôts, sur la montée incessante du chômage et sur leur perte de pouvoir d’achat. Ils ne récoltent que le juste fruit de leurs mauvais choix politiques !

Malheureusement, il n’existe plus aucune force politique dans ce pays pour remédier à ce constat et défendre un discours favorable à l’entreprise, à la réduction de l’État, à l’enrichissement personnel et à la responsabilité individuelle ! La pensée étatiste s’est infiltrée dans tous les partis. Et si l’UMP accompagnée de certains élus socialistes soutenaient ce projet de fusion, Le Pen et Mélenchon à l’unisson se réjouissaient benoîtement du résultat alsacien !

In fine, ce nouvel échec va plus loin que le simple rejet d’une réorganisation territoriale. Il souligne le refus par une majorité de citoyens d’accepter la douloureuse réforme de l’État. Personne ne souhaite lâcher son conseil général, sa préfecture, son tribunal, sa poste, son commissariat, son école, son hôpital ou sa caisse d’assurance maladie pour réduire la dépense publique. Et ne répondons pas service public ou modèle social. Quand on voit l’état actuel du pays et de son administration, ces arguments font doucement sourire !

Non, simplement, les Français sont shootés à la dépense publique et ils ne peuvent plus décrocher. Les quelques médecins optimistes qui espéraient encore soigner le malade sans trop de douleur doivent se rendre à l’évidence : il est incurable !

Il ne reste donc plus que la thérapie de choc. Celle qui consistera à laisser la puissance et la cruauté des marchés financiers s’exprimer. Rassurez-vous, cette colère n’est pas pour tout de suite. Mais le jour où elle se manifestera, vous n’aurez plus de morphine pour soulager vos douleurs ! Et pour être tout à fait cynique, ma situation personnelle me laisse penser que je pourrai déserter la première ligne de cette bataille…

*Henri Dubreuil est diplômé en économie et en finance.

Articles liés

72Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Thomas Heinis , 11 avril 2013 @ 16 h 08 min

    1) « il n’existe plus aucune force politique dans ce pays pour remédier à ce constat et défendre un discours favorable à l’entreprise, à la réduction de l’État, à l’enrichissement personnel et à la responsabilité individuelle ! » : M. Dubreuil ne connait visiblement pas le Mouvement des Libertariens.

    2) Le Pen et Mélechon n’ont que faire de l’Alsace, leur position était choisie pour aller l’opposé de l’UMPS et pour aucune autre raison.

    3) Les Alsaciens n’ont que faire de Le Pen et Mélenchon ! Mais M. Dubreuil, comme le gouvernement parisien, ne connait rien à l’Alsace et à ses habitants, sinon il aurait compris avant le vote quel serait le résultat.

  • Phildorm , 11 avril 2013 @ 16 h 10 min

    Il est bon de réformer…..chez les autres. De Gaulle a dit, les Français “sont des veaux”. Avec mon esprit candide, j’avais traduit: à l époque “sont dévôts”. Maintenant que j ai grandi, j ai compris le véritable sens. Les Français ont aussi grandi, ils sont devenus des boeufs. Je suis Français et fier de l être,

  • Charles , 11 avril 2013 @ 16 h 15 min

    1.Le principe de la fusion des conseils généraux dans les conseils régionaux est logique.
    2.Ceci implique que une telle opération fut bien expliquée aux électeurs.
    3.Les élites UMPS n’ont plus aucune crédibilité auprès de plus de 50% des électeurs.
    4.Ce projet de fusion fut discuté et approuvé dans les loges UMPS de l’Alsace.
    5.Plus aucune majorité ne peut etre définie en Fronce du fait de la nazification médiatique.

    En conclusion.
    Aucune proposition de réforme ne sera plus acceptée par une majorité

  • Marius , 11 avril 2013 @ 16 h 18 min

    C’est vrai… Mais je suis optimiste sur l’UMP, les discours et les jeunes sont de + en + libéraux. Le discours sur la réduction de l’Etat est là (ex: Le Maire, Fillon, Copé), compétitivité, baisse fiscalité, baisses réglementations et contraintes administratives… 2 exemples d’avancés libérales à l’UMP : le chèque éducation mis au programme du courant “La Droite Forte” (1er courant UMP, ce qui fait dire qu’il n’est pas impossible de retrouver cette mesure dans le programme UMP global) ; et enfin la Flat Tax, pour la première fois mentionner lors de la Convention UMP sur la fiscalité, pas mal sont pour mais estiment qu’il faut encore faire de la pédagogie dessus avant de la mettre dans le programme, c’est tout de même un pas et un espoir.

    Donc voilà, je suis plutôt optimiste sur l’UMP, on se rapproche un peu plus d’un parti liberal-conservateur que d’un parti étato-conservateur-centriste

  • Dominique , 11 avril 2013 @ 16 h 18 min

    Enfin quelqu’un qui ose dire que le résultat du référendum de dimanche est décevant ! Alliance royale raisonnait aussi comme Le Pen et Mélenchon, de crainte que l’Alsace unifiée ne fasse sécession !!!

    D’origine alsacienne, j’étais bien sûr pour la fusion des conseils généraux avec le conseil général d’Alsace. Toute économie est bonne à prendre, et l’unité d’une province de caractère est toujours heureuse.

  • Dominique , 11 avril 2013 @ 16 h 22 min

    Erratum : avec le conseil régional alsacien

  • MarcS , 11 avril 2013 @ 16 h 26 min

    Phildorm, Il n’y a vraiment pas de quoi être fier d’être français en 2013. Cela pouvait encore se défendre jusqu’en mai 68 mais depuis ????

    Henri Dubreuil a raison sur toute la ligne à un bémol près : la thérapie de choc qu’il prévoit en la situant “pas pour tout de suite” peut très bien se produire d’ici quelques mois: il suffirait que les marchés financiers qui assurent notre dette publique renchérissent leurs taux d’intérêt de 1 point et ce serait 50 millairds d’euros qui viendraient se rajouter et à partir de là tout pourrait se produire….. et lorsque je dis tout cela comprend le pire que bien sur personne ne veut imaginer !

Les commentaires sont clôturés.