Les Français sont-ils stupides ou lâches ?

Tribune libre d’Henri Dubreuil*

Les Français sont des veaux, disait de Gaulle. Ils en ont fait la parfaite démonstration dimanche dernier avec le rejet par référendum de la proposition de fusion du conseil régional alsacien avec les deux conseils généraux de la région.

Certes, ce projet était loin d’être parfait. Il menaçait les deux villes de Colmar et Mulhouse de se voir éclipsées par celle de Strasbourg. Il était mal ficelé et présentait le risque d’une nouvelle usine à gaz. L’assemblée délibérative était ainsi prévue pour Strasbourg tandis que le conseil exécutif devait se situer à Colmar. Il était le fruit des réflexions de quelques élus et révélait un manque de concertation avec la population.

Avec tous ces défauts, l’ambiance délétère qui règne actuellement dans le pays a achevé de convaincre les quelques votants de refuser ce projet.

Malgré ces constats, disons le clairement, dimanche, la connerie l’a emporté ! Le choix du statu quo plutôt que la réduction modeste et imparfaite du mille-feuille territorial et de sa gabegie financière signe la victoire des corporatismes et condamne pour longtemps toute nouvelle initiative dans ce domaine.

Alsaciens, je suis désagréable, mais j’assume. Croyez-vous vraiment que la sauvegarde de l’immense notoriété de vos deux métropoles à rayonnement international que sont Colmar et Mulhouse valait le rejet de cette réforme ? Pensez-vous que la suppression potentielle de quelques emplois administratifs aurait mis en péril la gouvernance et le développement de votre région ? Franchement, un peu de bon sens aurait été appréciable et les quelques économies dégagées auraient été bien utiles !

“Les Français sont shootés à la dépense publique et ils ne peuvent plus décrocher.”

Mais l’inculture économique de notre pays est telle que personne ne comprend que cette sphère publique obèse brise chaque jour un peu plus les espoirs de reprise économique. Après ce vote, les Français n’ont plus de légitimité à geindre sur la hausse continue des impôts, sur la montée incessante du chômage et sur leur perte de pouvoir d’achat. Ils ne récoltent que le juste fruit de leurs mauvais choix politiques !

Malheureusement, il n’existe plus aucune force politique dans ce pays pour remédier à ce constat et défendre un discours favorable à l’entreprise, à la réduction de l’État, à l’enrichissement personnel et à la responsabilité individuelle ! La pensée étatiste s’est infiltrée dans tous les partis. Et si l’UMP accompagnée de certains élus socialistes soutenaient ce projet de fusion, Le Pen et Mélenchon à l’unisson se réjouissaient benoîtement du résultat alsacien !

In fine, ce nouvel échec va plus loin que le simple rejet d’une réorganisation territoriale. Il souligne le refus par une majorité de citoyens d’accepter la douloureuse réforme de l’État. Personne ne souhaite lâcher son conseil général, sa préfecture, son tribunal, sa poste, son commissariat, son école, son hôpital ou sa caisse d’assurance maladie pour réduire la dépense publique. Et ne répondons pas service public ou modèle social. Quand on voit l’état actuel du pays et de son administration, ces arguments font doucement sourire !

Non, simplement, les Français sont shootés à la dépense publique et ils ne peuvent plus décrocher. Les quelques médecins optimistes qui espéraient encore soigner le malade sans trop de douleur doivent se rendre à l’évidence : il est incurable !

Il ne reste donc plus que la thérapie de choc. Celle qui consistera à laisser la puissance et la cruauté des marchés financiers s’exprimer. Rassurez-vous, cette colère n’est pas pour tout de suite. Mais le jour où elle se manifestera, vous n’aurez plus de morphine pour soulager vos douleurs ! Et pour être tout à fait cynique, ma situation personnelle me laisse penser que je pourrai déserter la première ligne de cette bataille…

*Henri Dubreuil est diplômé en économie et en finance.

Articles liés

72Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • MarcS , 11 avril 2013 @ 16 h 34 min

    D’origine alsacienne également j’ai été profondément déçu par ce vote. Les alsaciens jusqu’à présent s’étaient bien gardés de se laisser berner par les socialo-communistes. Mais comme dit Henri Dubreuil, lorsqu’on est shooté à la dépense publique , même les plus résistants se voient contaminés. Pauvre Alsace, Pauvre France …..

  • Pierre-François Ghisoni , 11 avril 2013 @ 16 h 42 min

    On peut penser qu’H. Dubreuil a raison sur toute la ligne. En ce qui me concerne, j’abonde en son sens. Je pose de principe les questions suivantes :

    1/ Combien on voté “contre” en ayant en arrière-pensée qu’une “grande Alsace” serait plus facilement accrochable à une région allemande équivalente ?
    2/ Dans ce cas, combien ont voté “contre” par ressentiment persistant envers l’Allemagne ?
    3/ Et combien ont voté “contre” par refus du plan de l’Euroland destiné à détruire les nations par lambeaux et à reconstruire un tissu de régions nouvelles ?

    Même dans l’hypothèse très vraisemblable n°3, la force de résistance d’une “grande Alsace”n’aurait-elle pas été plus importante que celle de deux départements français ?

    Mes questions sont de pure logique, car, n’étant pas Alsacien, je manque certainement d’éléments locaux. Mais quoi qu’il en soit, une question persiste : quelle est la taille optimale d’une structure ? Trop petite, elle se noie, mais trop grande, elle tombe.

  • degabesatataouine , 11 avril 2013 @ 16 h 58 min

    On peut voir le verre à moitié plein ou à moitié vide.
    Pour tous les patriotes, il est un coup d’arrêt au démantèlement voulu de la France au profit d’une Europe bruxelloise des régions ou plutôt des eurorégions.
    Pour faire des économies, il y a d’abord les quelques 80 milliards par an que coûte l’immigration et les subventions suivant le clientélisme à l’extérieur comme à l’intérieur, y compris à la presse ,aux syndicats et aux entreprises privées.
    A part la presse et les syndicats,sauf le Medef,, on entend peu parler du reste sur ce site.Il est vrai que la libéralisation du trafic humain suivant la loi de l’offre et de la demande afin de comprimer les salaires des indigènes doit être une loi du Marché,non?

  • JSG , 11 avril 2013 @ 17 h 01 min

    Les Français sont des veaux ; pas pour l’Alsace !
    S ils étaient des veaux ils auraient voté massivement pour ce projet mal expliqué et envoyé comme un ballon d essai, pour amorcer une réforme imbécile destinée encore une fois à éloigner le citoyen de tout contact avec le fonctionnement du pays.
    Allons-y, magouillons, on sera plus tranquille.
    NON ! les Français sont vaccinés de ces réformes faites par une olligarchie qui se fout de ses électeurs. La démocratie, cest la voix du peuple et pas le bon vouloir du monarche ou du moins de sa très très pâle imitation.
    Les Français ne savent même plus s ils sont Français, et, bientôt, avec ce que la S.A. ÉLYSÉE-MATIGNON, leur prépare :
    ILS NE SERONT MÊME PLUS DOÙ ILS VIENNENT !
    Un seul slogan :
    DÉGAGEZ !

  • Charles , 11 avril 2013 @ 17 h 31 min

    Optimiste sur l’UMP de l’UMPS ?????

  • Charles , 11 avril 2013 @ 17 h 51 min

    En Avril 2012,Sarkozy a fait 27% des votants exprimés avec 9.7 M de voix.
    Comparé a 3.3 M pour Bayrou soit près de 9%.

    Ce niveau de 27 % fut atteint parce que Borloo fut interdit de 1er tour.
    Donc ce niveau de 27 % était très artificiel.

    Si Borloo avait pu se présenter (fond UDF )il aurait fait près de 10%.

    Donc Sarkozy aurait fait 17%,soit le meme niveau de MLP.

    Tout ceci pour dire que le véritable niveau de l’UMP
    est soit égal a celui du FN soit juste en dessous.

    En conséquence,l’UMP de l’UMPS ne peut que descendre au fil du temps
    et ne peut plus etre considéré comme un parti potentiellement majoritaire.

    Ceci étant une application de la tendance lourde d’un parti politique.
    Soit il monte par paliers soit il descend par paliers.

    Pour ce qui est du jeu de pendule UMPS,c’est fini.

    Ceci est le fond du problème actuel de la Fronce.

    Nous sommes entrés dans une zone de haute turbulence
    qui n’a pas d’issue élective.
    Donc seul un grand choc décidera de notre futur.

  • degabesatataouine , 11 avril 2013 @ 18 h 00 min

    A faire des économies pourquoi ne pas justement en finir avec ces assemblées régionales et la gabegie inouïe qu’elles engendrent avec des petits caudillos du genre feu Frêche et son Port la Nouvelle alors qu’il y avait déja Sète et Port Vendres,les ” maisons “dans diverses capitales étrangères,les subventions à fond perdu au tiers monde etc etc sans parler des rivalités entre métropoles voisines pour en avoir le siège.?
    Parce que ce serait un moyen de revenir à la France administrative qui a fait ses preuves..
    Mais une telle pensée patriotique échappe à ceux qui en ont perdu la mémoire d’où le crachat sur la tombe des patriotes irlandais et argentins lors du triple hommage rendu sur ce site à une double criminelle de guerre.

Les commentaires sont clôturés.