Vous avez dit populisme ?

L’édredon grand oriental de Saint-Quentin a de la peine à exister. Il est vrai que son passage à la tête de l’UMP n’a laissé qu’un terne souvenir, marqué toutefois par un gigantesque éclat de rire devant la prestation grotesque des ministres chantant en playback dans le cadre d’un lip dub mis en scène par le calamiteux Lancar. Cet ancien ministre, spécialiste du faux-semblant, avait presque réussi à faire croire qu’il réformait les régimes spéciaux de retraite que la gauche vient également de maintenir. Lorsqu’il avait révélé son appartenance à l’obédience athée et la plus à gauche de la maçonnerie, il avait essuyé la remarque acide de Fillon : maçon, peut-être, mais franc.. Le Premier ministre nia cette formule, dont on le savait très capable, pour éviter de recevoir un mérité prix d’humour politique. Certes, l’UMP ne vole pas haut, et si certains se prennent pour des aigles, c’est à force de côtoyer les spécialistes du rase-motte. L’ancien ministre de la Santé a, quant à lui, le plus grand mal à redécoller. Aussi, a-t-il cru bon d’émettre quelques propositions de réformes constitutionnelles dont on voit bien qu’elles ne sont guère d’actualité, ne serait-ce que par le rapport des forces en présence. Ces idées qu’il semble avoir découvertes par une illumination aussi tardive que soudaine appellent quelques commentaires.

Il veut ramener le mandat présidentiel à sept ans, mais non renouvelable. Cela permettrait, selon le député de l’Aisne, au Président de faire les réformes nécessaires sans en être empêché par la principale préoccupation des élus : se faire réélire. C’est le genre de lapin sorti du chapeau qui ravale la politique au niveau des gadgets. D’abord, que ferait le Président en cas de cohabitation durant les deux dernières années ? Il relancerait les chasses de Rambouillet ou ferait revivre Brégançon ? Le Président, tel que l’a conçu la Ve République, incarne la continuité du pays. Il est en charge de son intérêt supérieur et n’a pas vocation à devenir un élément décoratif. Comme 14 ans, c’est long, deux fois cinq ans ont paru préférables à des esprits sérieux comme Alain Peyrefitte, mais cela a abouti à ce curieux système d’un régime en apparence parlementaire, puisque c’est le gouvernement, appuyé sur une majorité parlementaire qui décide de la politique, mais en fait, présidentiel puisque la majorité semble tenir son existence du Président élu. La logique du quinquennat était de basculer dans un régime présidentiel, avec un Premier ministre, vice-président élu lui aussi, et appelé à remplacer le Président. En cas de décès prématuré de celui-ci, tout peut être, en effet, remis en cause dans un délai inférieur à cinq ans. Mais un vrai régime présidentiel est un système où le pouvoir législatif jouit d’une autonomie par rapport à l’exécutif afin de faire des députés autre chose que des godillots ou des opposants mécaniques. La réforme constitutionnelle de 2008 n’a rien changé à cela en profondeur. Le pouvoir, c’est le Président. Le gouvernement est un exécutant et le Parlement un décor trompeur. Que le Président ait envie d’être réélu peut être un frein comme un moteur. Cela dépend de la qualité des hommes et le fait de dire qu’un homme politique de premier plan ne souhaite que sa réélection et donc ne fera rien, dans ce but, ne révèle qu’une chose : la conception que se fait M. Bertrand des hommes politiques et de la politique.

“Décider que les Français sont majeurs et responsables, qu’ils ont dans leur vie une expérience et une information plus objectives que celles des politiciens qui vivent dans le cocon de leur carrière, et se soucient de leur réélection, ne peut pas venir des partis qui gèrent le système, mais forcément de ceux qu’avec dédain les ‘Bertrand et consorts’ appellent les ‘populistes’. »

Deuxième brillante idée : le référendum d’initiative populaire. Là, je dis bravo, d’autant que je suis l’auteur d’une proposition de loi en ce sens et que j’ai été le rédacteur d’un amendement repris dans le texte de la réforme de 2008. Mais, outre que je n’ai guère entendu l’ancien ministre à ces occasions, sa connaissance empirique de la psychologie des milieux politiques manque singulièrement de lucidité à ce sujet. La réforme de 2008 a été sabotée par l’oligarchie politique et administrative qui nous dirige et à laquelle il appartient. La loi organique rend le référendum impossible en raison du trop grand nombre de signatures à réunir dans un délai trop court pour n’aboutir peut-être qu’à une « lecture » par le Parlement. Quant à l’instauration des votations à la Suisse que je soutiens ardemment, elle suppose une vraie révolution. Celle-ci serait d’abord intellectuelle : elle reposerait sur l’idée que beaucoup d’hommes et de femmes qui composent la nation française ont un degré d’instruction, d’information et de bon sens suffisants pour répondre à une question simple, à condition de laisser le temps au débat, de fournir tous les arguments pour ou contre d’une manière équilibrée, et de n’établir aucun rapport entre la réponse et le maintien ou non de l’exécutif. Les Suisses ont ainsi participé à 554 votations fédérales depuis 1848, sans compter les votes aux niveaux communal et cantonal. Les Italiens, les Allemands et les Américains pratiquent également la démocratie directe, au moins au niveau local, ce qui peut avoir l’ampleur d’un vote national dans un État comme la Californie avec ses 38 millions d’habitants, sa constitution et ses deux chambres.

Il y a une grande duperie chez un professionnel de la politique à évoquer le référendum populaire pour débloquer les choses, puisque le déblocage le plus dur consisterait précisément à l’instaurer. Décider que les Français sont majeurs et responsables, qu’ils ont dans leur vie une expérience et une information plus objectives que celles des politiciens qui vivent dans le cocon de leur carrière, et se soucient de leur réélection, ne peut pas venir des partis qui gèrent le système, mais forcément de ceux qu’avec dédain les « Bertrand et consorts » appellent les « populistes ». Et c’est là le second aspect nécessaire de cette révolution.

Autres articles

3 Commentaires

  • Libre , 11 Sep 2013 à 21:30 @ 21 h 30 min

    1.Cela suppose que le niveau d’instruction et de culture soit suffisant.Vu le niveau d’enseignement dans les écoles ce n’est pas le cas.
    2.Que cela ne soit pas un prétexte pour supprimer les droits fondamentaux comme le droit de propriété ( a commencer par le droit de propriété de soi).Par exemple instaurer une monnaie malsaine ou des politiques socialistes (de gauche et de “droite”);Ce qui suppose un Roi comme grand protecteur de la nation et des droits de l’homme.Il se prononcerait en son conseil.Ou une cour constitutionnelle qui veille aux respect de ces droits.

  • Pierre ghi , 11 Sep 2013 à 22:09 @ 22 h 09 min

    Ce serait le mieux en effet mais cela n’empêche pas la démocratie directe, l’implication de la société. Je pense que l’échelon de la commune est idéal, et très aisé pour l’organisation de temps citoyens véritables instances d’auto- éducation et de partages. Le bon sens ne nécessite pas beaucoup d’instruction pour faire de quiconque une voix d ‘ égale valeur. C’est de la diversité se complétant que le grand tout devient harmonieux. Souvenons-nous que nous sommes différents et complémentaires car le monde du tout marchandise nous fait désirer l’identique, ce qui nous amène à la mort par la culture de mort.

  • eric-p , 12 Sep 2013 à 17:39 @ 17 h 39 min

    La démocratie directe en France ???
    J’ai beaucoup de sympathie poue le système suisse mais je ne peux pas m’empêcher
    de penser qu’il est perméable à la démagogie et à la corruption morale voire financière:

    -La Suisse a constitué une véritable blanchisserie des systèmes financiers mafieux
    et les suisses n’ont pas fait preuve de beaucoup de zèle pour réformer leur système bancaire.

    -La Suisse a pris des décisions hallucinantes sur l’usage des stupéfiants:
    Dans le parc de Zürich,il y a environ 30 ans, on a autorisé les citoyens à consommer librement
    tout ce que les toxicomanes souhaitaient ! Vu les conséquences (Le système hospitalier était débordé par les victimes d’overdoses), le parc de Zürich a été rapidement fermé.
    Fallait vraiment manquer de discernement pour prendre une décision pareille.
    À noter qu’avec le système des “salles de shoot” en France, on fait presqu’aussi bien voire mieux
    sur certains aspects (Le système publique entretient la dépendance des toxicomanes…aux frais de la princesse !) .

    -La Suisse permet le “suicide assisté”…avec la bienveillance du peuple qui semble ignorer
    la notion de “non assistance à personne en danger”!

    J’ai bien quelques idées pour en finir avec la Vème république mais je doute que
    celles-ci fassent l’unanimité…

    C’est tout le problème: L’oligarchie parvient à se maintenir au pouvoir en jouant sur
    l’absence d’opposition crédible au pouvoir…

Les commentaires sont fermés.

Macron attaque nos libertés, piétine les Français, et méprise la civilisation française.

Aidez-nous à riposter.

Soutenez Nouvelles de France