L’amour entre hommes et femmes durant 1914-1918

Le détournement de notre mémoire collective se poursuit. En ce moment, notre société, littéralement obsédée par les femmes, tente de travestir l’histoire de la guerre de 1914-1918. A travers les commémorations de cet événement, il faudrait « réhabiliter la place des femmes ». Qu’importe les vérités historiques, nos journalistes féminisés, notre élite universitaire de sciences humaines corrompue veulent nous faire voir l’histoire à travers leur regard d’idéologues médiocres. Toute cette semaine d’anniversaire, la « fabrique de l’histoire », l’émission phare sur l’histoire de France Culture, qui n’aura jamais aussi bien porté son nom, consacre l’ensemble de ses sujets aux « femmes dans la Grande guerre ». Ces journalistes persuadés qu’on ne parle pas assez des femmes dans notre société ont décidé de réagir par la provocation : ne parler que des femmes. Narcissiques de haute volée, ils ne voient même pas que toutes les autres émissions, sur tous les autres canaux médiatiques abordent eux aussi cette question sous cet angle, depuis des années. Ils déplorent le manque de visibilité des femmes au moment même où ils consacrent leur domination exclusive, même en matière de guerre. Le dernier bastion doit tomber !

Et effectivement, en matière de réussite martiale, il va bientôt leur être très difficile de trouver un dernier bastion qui ne soit pas entièrement sous domination de leur idéologie. Au début, on nous avait vendu que, selon le terme de Françoise Giroux, « la femme serait vraiment l’égale de l’homme le jour où, à un poste important, on désignerait une femme incompétente. »Les exemples de femmes incompétentes se multipliant, les mauvaises langues disant même qu’on cherche encore celles qui ne le seraient pas, nos apprentis sorciers ne désirent plus l’égalité. Ils veulent imposer la parité sauf dans les secteurs nombreux où les femmes sont très majoritaires… La solution finale passera désormais par une féminisation totale car la persistance du moindre secteur masculinisé serait le dernier obstacle à notre accomplissement. Sans cesse, ces fanatiques repoussent l’arrivée de la félicité nationale à l’avènement des femmes partout et toujours. Seulement la féminisation des secteurs salariés suit exactement une courbe inverse à la réussite de notre société (1). Et dans ce jeu de dupe, la croissance économique semble devoir s’effondrer en dernier, ce qui maintient les illusions de ceux qui veulent y croire de manière réfléchie. En attendant, le cri sourd des pauvres est étouffé par la plainte féministe. Car la volonté de détruire les représentations sexuées, non seulement empêche tout débat de fond perspicace sur les désirs réels des êtres humains de nos sociétés (vivre en couple de manière différenciée et donc harmonieuse), mais cette destruction favorise aussi la misère économique et morale. Il n’y a qu’à voir les conséquences que les séparations ont eu sur le psychisme des enfants. Ou bien la paupérisation des personnes isolées. Tout cela et bien d’autres malheurs sont cachés par l’idéologie féministe car ces conséquences de la libération sexuelle rentrent bien mal dans le cadre de la « domination hétéro-patriarcale ». A la rigueur, seules la misère des familles mono-parentales peut encore émouvoir un tant soi peu ces femmes savantes. Et encore. Comme il est difficile de cacher la responsabilité du féminisme dans cette paupérisation, on préfère plutôt la taire tant qu’on a pas encore les moyens de la faire payer financièrement et psychologiquement aux hommes par la culpabilité. Voilà en quoi le détournement de l’histoire est important pour les féministes. Il permet d’empêcher la prise de conscience, jusqu’à la mort. Ces personnes pour qui la fin justifie les moyens, se servent des restes d’amour légitime que nous avons pour nos femmes afin d’en faire l’instrument de notre culpabilisation dans une société qui ignore le pardon et qui veut régresser à la loi du talion. Orgueilleux, ces historiens/journalistes croient réinventer les rapports humains, tandis qu’en refusant la théologie catholique, ils en reviennent à des conceptions moins évoluées de la science et de l’humanité.

Le traitement historique de la grande guerre 14-18 est l’exemple même de ce détournement.

En ce moment, et contestez-moi si je me trompe, on essaye de nous donner l’image d’une époque de « libération » pour les femmes, qui ont pris conscience qu’elles pouvaient vivre seules, travailler et s’assumer seules, les hommes étant partis à la guerre. Nos « scientifiques » font cela, vous l’imaginez bien, pour mythifier l’idéologie récente de la libération de la femme et soutenir le combat féministe.

Un raisonnement féministe qui flanche.

L’immense majorité des Françaises et des Français travaillaient déjà à la ferme avant la Première guerre mondiale. Il n’y a donc jamais eu de libération de la femme par le travail puisque les femmes bénéficiaient déjà de ce genre de « libération » avant la guerre, ailleurs que dans les secteurs industriels. A l’inverse, les conditions de travail étaient exténuantes, et s’il y avait bien une aspiration des personnes de cette époque, c’était justement de n’avoir plus à travailler. Les féministes, quand elles parlent de libération par le travail, veulent donc surtout parler de l’indépendance des femmes par rapport au modèle du couple. Or là aussi, elles sont dans l’erreur la plus complète, puisque de très nombreuses femmes, à toutes époques, ont vécu de manière célibataire et sans que ce ne soit pour elles un avantage. Ces situations subies étaient surtout le fruit d’un déficit d’hommes à marier, ces derniers étant presque les seuls à être tués durant les guerres. Je vous laisse remonter dans notre histoire pour compter le nombre de conflits civils ou militaires qui ont tué majoritairement des hommes et qui ont laissé des millions de Françaises dans le célibat. Ce déséquilibre démographique est très facile à retrouver notamment dans les époques récentes puisqu’ils se répercutent sur plusieurs décennies. A cela, il faudra aussi rajouter que le célibat était surtout une malédiction. Sans enfant, impossible d’être pris en charge durant la vieillesse. Et il fallait faire jouer les solidarités familiales éloignées pour diminuer ces situations de souffrance. Autant dire que de nombreuses femmes seules ont dû finir dans des conditions déplorables, justement à cause du célibat, et que celui-ci n’était vraiment pas une libération à cette époque, s’il ne l’a jamais été. La vraie histoire des femmes reste à faire.

Cachez cet amour que je ne saurais voir  entre hommes et femmes de cette époque (afin de masquer notre misère affective actuelle).

Je me suis attaché à faire un travail qualitatif mené à partir de lettres de poilus envoyées à leurs femmes et réciproquement. Il m’a suffit pour cela d’aller dans une de ces expositions qui fourmillent dans nos mairies de campagne en ce moment. Les organisateurs, ignorants des subtilités de nos sciences humaines actuelles, ont mis en avant, naïvement des lettres vraies, sans tenter une quelconque démonstration. Si en quantité, ce travail ne vous comble pas, vous pourrez aller plus loin par vos propres moyens. Même si le traitement de l’information sur Internet est très orienté par la théorie du genre et la haine de notre patrie, vous avez peut-être les moyens d’accéder à des archives familiales ou à des expositions en ville qui ne seraient pas travesties par des cultureux formés à notre université. Je vous encourage donc à fouiller votre propre passé pour accéder à votre histoire, en dehors de cadres universitaires qui sont aujourd’hui majoritairement faussés. Vous y retrouverez la misère des conditions matérielles de ces hommes, mais aussi l’amour qu’ils entretenaient avec leur femme. La situation d’indépendance artificielle des femmes qu’elles ont subi durant la guerre de 1914-1918 a été l’occasion d’un déchirement terrible, affectif en premier lieu, sans compter la perte de revenus et les pénuries que vous pouvez facilement imaginer. Les femmes en ont été d’autant plus asservies aux conditions matérielles. Quant aux maris, ils en ont perdu la raison ou le sens de la vie en société. Cette perte de sens raisonne jusqu’à aujourd’hui quand on entend des hommes qui ne veulent plus se définir comme tel tant ils ont secrètement honte de leur sexe. Je ne vois donc vraiment pas ce que les féministes trouvent de positif aux évolutions de cette période si ce n’est que nous étions déjà en train de sombrer collectivement…

**********

Extrait du journal du Capitaine Jacques Escandes, mort il y a 100 ans exactement demain :

L’annonce de la guerre et la France personnifiée à l’image de sa femme :

« La guerre est déclarée entre la France et l’Allemagne. Enthousiasme délirant des chasseurs – Marseillaise – Vive la France – J’ai le grand frisson des grands moments où tout se tend pour offrir son dévouement – celui des moments où on aime intensément – Notre beau pays de France sera victorieux- Tout se groupe autour de lui pour l’aider- Si je sens se grand désir de faire tout mon devoir et de tout donner pour mon pays en même temps s’élève devant moi la belle image de ma femme qui le personnifie »

Les liens d’affections familiaux au moment de partir. Sa belle-mère est nommé « mère ». Importance du contact avec sa petite fille. Rapports aux enfants décrits le plus naturellement du monde.

1er août 1914 :

« Le 1er août 1914, à 4h du soir, l’affiche de la mobilisation est posée dans les rues, Gaston Periès me l’apprend. Mes affaires étant réglées, je fais ma cantine et m’habille.

Successivement mes frères et ma belle-sœur, puis ma mère, arrivent et m’entourent de leur obligeante affection. Renée souffre horriblement, pauvre chérie, mais elle m’aide à tout et fait preuve d’un très beau courage. Je dîne seul à une petite table, puis après avoir embrassé Michel qui va se coucher, Jacqueline me tient compagnie et m’amuse de son gentil babillage. Elle va aussi se coucher. C’est l’heure de partir. Moment d’intense émotion que le coeur seul peut décrire. Il y a maman, mère, Renée, Henri, Pierre, les deux bonnes– tout le monde descend dans la rue pour me voir partir en taxi avec Pierre. J’emporte ma cantine et mon vélo. L’auto part. Adieu ! Longs baisers !

Eloigné par des centaines de kilomètres de sa femme, cette dernière reste en arrière plan, en sur-moi diraient les psychanalystes, dépositaire de l’hygiène de son mari :

5 octobre 1914 :

« En tous cas, le besoin urgent de nettoyage se fait sentir : quelle crasse mon dieu. Si jamais Renée me voyait dans cet état ! »

**********

AUTRES CORRESPONDANCES

**********

 Carte d’une femme à son mari militaire, milieu bourgeois.

Mariage vécu dans l’amour.

Le texte de la carte : Le Rêve du Baiser « Va doux baiser d’amour, porte à celui que j’aime / Les fleurs de ma pensée et mon espoir suprême ! »

Le texte de la femme  : « Cette nuit j’ai fait un rêve comme celui qui est sur la carte. Tu dois voir si j’étais heureuse mais mon bonheur a était de courte durée. T’embrasse bien fort. »

2ème carte :

Le texte de la femme :

« Cher petit Joseph

reçu ta lettre du 4 ce matin où tu me parles de permission. Si seulement c’était vrai que nous aurions le (même) bonheur que ceux qui sont sur cette carte. D’après ce que tu me dis je n’écrirai pas après mercredi. Comme tu me dis je me ferai un plaisir d’aller te chercher à la gare. Je suis toujours en bonne santé à bientôt le plaisir de nous revoire. Doux baisers. »

**********

Carte postale d’un homme (milieu bourgeois) à sa femme :

Mari à la guerre qui plaint sa femme

« Ma chère Augusta, Je vous renvoie sur ma carte une espérance de retour de votre mari et continuez si vous pouvez vous-aussi à vivre () en espérance. Car il y a déjà longtemps que vous faîtes comme nous que vous souffrez physiquement mais surtout moralement. Il faut espérer qu’un jour viendra où nous viendrons avec vous toutes apporter l’amour familial et la joie. Je viens de recevoir une carte de Tauzin dans laquelle il me dit qu’il est en bonne santé et je lui écrit en même tant qu’à vous. Bonjour à vos parents. Adieu et au revoir. »

Image : « Bientôt peut-être on m’enverra vers toi / Cette espérance enfièvre mon émoi. »

A noter que sur l’image, l’infirmière est le relais chaste de la femme. Le convalescent et l’infirmière regardent tous les deux dans sa direction, et se soucient d’elle plus que tout. Le mari veut recouvrer la santé pour elle. L’infirmière soigne le mari pour qu’il la retrouve.

**********

Lettre d’un homme (milieu paysan) à sa femme :

Mari à la guerre qui plaint sa femme pour un rhume et qui se veut rassurant quant à sa situation. Il lui donne des conseils pour se soigner !

« Chère Marie

Reçu ce matin la lettre du 3 où tu me dis que tu as été laver la lessive et que tu n’as pas eut trop froid, eh plus loin, tu me dis que tu es bien enrhumée, ta lessive ne t’auras point guéris, enfin, comme tu me le dis je pense que tu te seras bien soigner, et que lorsque tu recevras cette lettre que tu seras refaite de ce petit dérangement.

Tu voudras bien m’adresser un certificat pour ma permission agricole. Je ne sais pas si je réussirais mais ça ne me coute rien d’essayer tu le feras faire comme le dernier.

Les journaux doivent faire plaisir à la population ici on est très heureux de voir que les choses tournent bien pour nous les états unis ont l’air de se mettre contre l’Allemagne ce qui hâtera sûrement l’heure de la victoire eh de la paix nous allons voir d’ici quelques jours comment les choses vont tourner ; espérons que tout ira bien et que nous aurons le plaisir de retourner bientôt au milieu de vous. Je suis allé aujourd’hui au Fort l’Hauteville mais cette fois j’y suis allé en voiture et revenu de même ça me fait ne promenade.

Ce soir la température se radoucit si le temps changeait ça ferait fondre cette neige car depuis ma dernière permission la neige coure toujours la terre et ça n’a pas dégeler.

Allons je vais te quitter. Je te recommande de bien soigner ton rhume avec la tisane que tu me faisais qui m’avais beaucoup soulager quelques cataplasmes de farine de lin avec un peu de moutarde te ferais aussi beaucoup de bien. Je suis toujours en bonne santé eh t’embrasse bien des fois.

Ton mari pour la vie. »

*********

Lettre d’un homme (milieu populaire) à sa femme :

Mari qui plaint sa femme. Importance de sa fille en bas âge. Affection démesurée.

« Ma chère Edith

J’ai reçu ta lettre datée du 5 ou tu me dis que tu part pour aller chez toi. Je suis content que tu sorte un peu joindre l’air de la campagne car s’il fait un temps comme ici il doit faire bon au Perene parmi la verdure et l’air que l’on y respire est meilleur que celui des tranchées. J’ai reçu l’argent que tu m’as renvoyé et ce n’était pas de trop car j’étais nettoyé et ce qui était le plus vexant c’est que l’on se trouve au repos ou l’on pouvait se procurer ce que l’on voulait.

Ma petite Nénette devait être contente d’aller se promener et ça ne la dérangera pas elle non plus. Oh si seulement j’étais parmi vous. Comme je respirerai moi aussi, mais ce n’est pas encore que ça arrivera, quand je n’en sais rien, nous fait prévoir la fin.

J’ai aperçu Bertandeau l’autre jour étant au repos. Ils s’apprêtaient a aller loger dans les bois ou ils seront bien mieux que dans un village car tous les villages sont bombardés maintenant et ça y empoisonne pense tous les résidus de viande qui se promène partout et avec se soleil, ça ne peut pas faire autrement que de sentir mauvais, la plupart des eaux sont pourrie et je me demande si l’on est obligé d’y passer l’été ce que nous boirons.

Il y en a qui ont de la chance. Léonard a quitté le front avec une autre sous of pour Grenoble ou ils vont faire l’instruction du permis c’est vraiment de la chance de s’en sortir comme ça aussi juge s’il était content et il y a de quoi car quitté cette enfer est un vrai bonheur. Ce n’est pas à moi qu’arrivera cette chance.

Enfin j’espère bien malgré ça qu’il viendra bien ce jour ou l’on se reverra alors ma petite quel bonheur de se serrer dans les bras l’un de l’autre de revoir sa petite Nénette grandir marchant toute seule, de revoir toute sa famille et de reprendre sa petite vie tranquille d’autre fois, ah sur ce sera un grand bonheur d’autant plus grand que nous aurons souffert les uns les autres mais quand sera t-il peut être plus vite que l’on ne le croit.

Enfin en attendant espérons toujours et prenons courage.

En attendant ma chérie je t’envoie des milliers de caresses et de baisers de bien loin hélas.

Des grosses bises à Ma Nénette.

Embrasse bien ton père et ta mère pour moi. Mes amitiés a M et Mariane Besniers.

Je te quitte ma jolie en t’embrassant de nouveau.

Ton petit homme qui t’aime et t’adore. »

**********

FIN DES TEMOIGNAGES

Evidemment, des hommes préoccupés par leurs enfants, soumis à la France comme à leur femme, des hommes et des femmes dépendants de liens d’amours forts, souffrants du manque, sachant s’exprimer à l’écrit, on est loin des images de femmes en cours de « libération » affective et sociale, de Pater Familias brutaux, ou même de femmes soumises et incultes propagées par les féministes.

Une France plus cultivée, une France plus aimante, une France qui vivait bien sa complémentarité, voilà ce que les féministes ont contribué à détruire. Voilà pourquoi elles tentent de caricaturer le passé : pour nous faire accepter les souffrances actuelles, dont elles sont responsables. Non, le divorce et l’avortement n’ont pas été des progrès pour l’humanité. Non, la mixité n’a pas pas été positive. Oui, l’indifférenciation nous conduit toujours plus loin dans notre misère affective, morale, et bientôt économique. Ces processus qui s’étalent sur plusieurs décennies devront être combattus fermement si nous voulons reconstruire une société un tant soit peu respirable humainement. La position des féministes est d’ailleurs à mettre en parallèle avec pas celle de pas mal de généraux incompétents de 1914-1918 qui ont failli nous conduire à un désastre encore plus grand. Ceux-là voulaient ignorer le facteur humain. Ils ont envoyé des millions de personnes se faire tuer parce qu’ils se croyaient plus intelligents que la moyenne. Ce même esprit de déni des réalités et de refus de prise en compte de la nature humaine perdure aujourd’hui chez notre élite féministe. Il s’est transmis à travers tout un système de croyances franc-maçonnes qui a été incapable de revenir sur ses erreurs et qui a pourtant inondé notre société de ses idées tout en laissant le mal consumériste et individualiste se propager, religion qui a échoué en 1789, échoué avant 14-18, échoué avant 39-45, qui a échoué dans toutes les parties du monde qu’elle a voulues influencer (communisme) de manière autrement plus gigantesque que l’Eglise catholique, religion qui est aujourd’hui en train de faire belote rebelote et 10 de der aujourd’hui avec la théorie du genre. Contrairement à la culture catholique, rien de bon n’est sorti de cette religion. Il est donc temps que ses adeptes sincères prennent conscience de leurs erreurs, fassent contrition et reviennent au sein de la vraie Eglise de Dieu. Même si leur orgueil et la cupidité de certains d’entre eux ne nous manque pas, leur intelligence fait défaut à la France et surtout aux humains qui habitent ce pays et qui sont obligés de souffrir leur médiocrité morale.

1. http://www.aimeles.net/suivi-statistique-en-temps-reel-de-la-feminisation-depuis-1968/

Autres articles

32 Commentaires

  • jejomau , 11 Nov 2014 à 19:42 @ 19 h 42 min

    Très beau témoignage d’Amour Vrai entre les hommes et les femmes . Rien à voir avec le pseudo-amour pornographique qui s’étale entre deux Gays ou deux lesbiennes depuis que Taubira a débarqué en Métropole… Elle est la honte de la Guyane et du peuple de France….

  • patrick Canonges , 11 Nov 2014 à 19:50 @ 19 h 50 min

    Assurément, pendant la guerre, les femmes ont accompli des tâches auparavant largement masculines et certaines modes, comme celle de la « garçonne », évoquent une émancipation des codes féminins traditionnels. Mais, en réalité, le travail féminin salarié était déjà en croissance bien avant 1914 et, dès la guerre finie, de nombreuses femmes retournèrent à leurs tâches antérieures non salariées dans les fermes et les boutiques (car les femmes travaillaient autant qu’aujourd’hui, contrairement à la propagande). Par ailleurs, de nombreux droits leur demeureront refusés: en France, le droit de vote leur sera refusé jusqu’en 1944, sous la pression anticléricale.
    En fait, il y eut une grande injustice du fait de la guerre, et ce, en faveur des femmes, chose évidemment occultée. Il y eut 1.400.000 morts en quasi totalité de jeunes adultes masculins.
    A partir de 1917, une certaine justice fut rétablie par la grippe espagnole (400.000 décès) qui, emportant essentiellement des femmes, atténua le “gap” démographique et les phénomènes sexuels déviants (une certaine polygynie de fait induite par le rapport de trois jeunes femmes pour deux jeunes hommes).

  • pas dupe , 11 Nov 2014 à 21:14 @ 21 h 14 min

    La destruction des valeurs catholiques continue !
    L’année dernière c’était l’infâme Copé, la pleureuse du parlement, qui a osé prétendre que la préoccupation principale des poilus dans les tranchées était de savoir si leur femme était fidèle !!!! Quelle honte !!!

    Je rappelle quand même que dans les départements occupés par les allemands comme dans le Nord (Lille) l’occupant avait exigé que soit placardé dans les couloirs des logements la liste de ses occupants et ils avaient ensuite réquisitionné les enfants, femmes et hommes de 14 à 55 ans !
    Certains étaient déplacés en Allemagne pour combler la perte de la main d’œuvre !

  • cmi , 12 Nov 2014 à 8:40 @ 8 h 40 min

    Ma grand mère a vu partir son fiancé a la guerre ,il est mort sur le front comme beaucoup d’hommes de sa famille ,Elle s’est retrouvée enceinte ce qui a été une terrible honte ,elle a avoué a 82 ans juste avant de mourir ce triste épisode de sa vie a ma tante .D’après des brides de conversations ,j’ai la forte impression que son bébé est né dans un camp avec beaucoup d’autres,camp crée pour ces pauvres femmes violemment rejetées pour avoir aimé .Je n’ai pas trouvé l’existence de ces centres

  • pas dupe , 12 Nov 2014 à 9:12 @ 9 h 12 min

    Complément !
    Les allemands étaient dès septembre 14 dans le Nord, à Lille notamment. Si le plan Pétain qui consistait à soutenir Liège avait été appliqué, ils n’auraient pas écrasé la Belgique ; sans doute qu’il n’y aurait pas eu autant de morts et la guerre aurait sans doute était terminée… !!!
    Mais Joffre, malgré la mise en garde du roi des Belges informé du plan de Guillaume II depuis “1904” a préféré ne rien faire !!!!

    Les Français des villes occupées étaient tenus d’entretenir les troupes d’occupation et de les nourrir ! Une rançon leur fut demandée, ainsi que des fonds pour l’entretien des troupes, soit des millions tous les deux, trois jours… Des otages avaient été désignés qui dormaient le soir dans les prisons que leur réservaient les occupants…. La moindre réaction de la population mettait en péril leur vie…

    Mais à part cela, la France n’appartient pas aux Français… !!!

  • Antoine , 12 Nov 2014 à 9:35 @ 9 h 35 min

    La faute de ces journalistes est de ne pas se plonger dans les mentalités de l’époque car la différenciation des sexes existait encore. Néanmoins, dire que les historiens font mal leur travail sur le sujet, je ne suis pas d’accord avec vous parce que cette question faire encore débat. Certains penseront que oui la femme s’est libéré avec le travail. D’autres non parce qu’il faut mettre en valeur les conditions de travail et l’éducation des enfants à la maison à cause de sa solitude.

  • Trahi , 12 Nov 2014 à 9:53 @ 9 h 53 min

    Antoine, personne ne se libère avec le travail!! L’homme ou la femme se libèrent avec la PASSION de son travail. Ce qui n’a rien à voir!!80% des gens travaille par OBLIGATION et non par PASSION!!! Nous n’aurions pas tous ces problèmes si tout le monde pouvait s’occuper avec PASSION!!

Les commentaires sont fermés.