Il faut diminuer les dépenses publiques, et plus vite que ça !

Didier Migaud, le Premier président de la Cour des comptes, a appelé jeudi à baisser les dépenses publiques. La fiscalité ? Elle “a tout donné, c’est un levier qui est totalement épuisé. Donc, maintenant, le prochain levier, c’est la dépense publique, l’abaisser de manière réelle et massive”, décrypte ce vendredi Nicolas Doze sur BFM TV. Certes, la dépense publique augmente moins vite qu’avant mais elle augmente toujours : 0,3% et 6 200 recrutements nets de fonctionnaires en 2013. Le chroniqueur donne quelques exemples de grosses dépenses : le logement (41 milliards par an), les aides aux entreprises (80 milliards), les aides aux DOM-TOM (entre 14 et 17 milliards). Il propose aussi des pistes de réduction qui ne plairont pas à tout le monde…

Articles liés

12Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Christian Ledoux , 12 janvier 2013 @ 19 h 16 min

    Encore un qui a tout compris !… Ce ne sont pas les dépenses qu’il faut diminuer (surtout lorsque l’on veut jouer les matadors en Afrique et ailleurs) mais les revenus qu’il faut augmenter.. C’est à dire de la croissance. Et pour cela, ce sont tous les boulets de la sociale qu’il faut casser : Code du travail digne de l’ ex URSS, fiscalité délirante, revoir de fonds en combles les plans d’amortissement et comptables de nos entrepreneur, révision totale des plans de formation de nos futurs cadres de maîtrise (à enlever d’urgence d’entre les mains des permanents de la CGT et autres syndicats gauchos qui se sont fait une rente), relance de l’industrie manufacturière (quand on pense que l’ Italie produit et exporte deux fois plus de machines-outils que nous). Nicolas Doze en veut d’autres ?… Elaguer, élaguer, élaguer. Et si avec ça il n’ y a pas assez de travail pour les millions d’ immigrés (à notre charge) qu’ont fait venir les gros patrons de la droite pour se faire plus de blés, et les salopards trotzkistes de la gauche pour des raisons idéologiques, et bien tant pis.. Qu’ils rentrent chez eux, avec femmes et moutards.. Merci de votre attention.

  • C.B. , 12 janvier 2013 @ 19 h 37 min

    Mettre les allocations familiales sous conditions de ressources signifie qu’un enfant de famille pauvre, c’est bien pour l’avenir de la nation alors qu’un enfant de famille riche ce n’est pas à encourager.
    Recentrer sur les missions régaliennes de l’état, bonne idée: l’instruction n’est certainement pas une mission régalienne (et un élève de l’enseignement privé revient, toutes dépenses confondues, bien moins cher qu’un élève de l’enseignement public). Il y a certainement là un énorme gisement d’efficience financière, mais je doute que ce gouvernement fasse quelque avancée que ce soit en ce sens. (alors que les profs sérieux et efficaces -si! si! ça existe!- n’ont aucun souci à se faire, ils trouveront toujours à se recaser.
    I faudrait peut-être remettre à l’honneur cette phrase connue “ne te demande pas ce que ton pays peut faire pour toi mais ce que tu peux faire pour ton pays”.

  • ranguin , 12 janvier 2013 @ 20 h 30 min

    On peut diminuer les députés, les sénateurs, les conseillers régionaux, les conseillers généraux ?

  • Gisèle , 12 janvier 2013 @ 22 h 11 min

    Ben vous savez pas ??? il va neiger …. ben … vous allez glisser ! Y a plus de sous pour saler la route !!!
    Et maintenant , vous marcherez dans le noir , plus d’argent pour payer la lumière des réverbères .
    Et maintenant vous porterez votre courrier vous même . Plus de facteurs !
    Trêve de plaisanterie , vous savez dans quoi passent certains budget alloués aux mairies ?? si les administrés savaient ….ils se révolteraient !

  • patrice , 13 janvier 2013 @ 6 h 19 min

    ce sont les administrés qui ont élu les maires et conseillés personne ne les empêches de se présenter aux élections avant de penser a se révolter faut il s’impliquer soit même dans la vie politique

  • GERARD , 13 janvier 2013 @ 8 h 44 min

    Bonjour,et à côté des mairies,regardons sérieusement du côté des grandes administrations.Une véritable gabegie qui se multiplie presque à l’infini.Contrôlons sérieusement l’emploi et les détournements de certaines lignes de budget.Il y a là source d’économies non négligeables.Mais en fait,c’est comme si tout était organisé pour nous faire degringoler au plus vite et au plus bas.Pour quoi?Pour qui?Si ce n’était pas le fait d’une volonté bien affichée,il serait tenu compte des remarques rémanentes de notre fameuse” Cour des comptes “qui dénonce régulièrement ces abus,mais dont personne n’a rien à faire.Tiens,aux fait,à quoi sert elle?Peut être que…….Mais non,je plaisante !
    Mais enfin,même si l’exercice est difficile,je pense sincèrement que le contrôle des dépenses publiques devrait être la priorité N° 1,mais pas avec des mesurettes qui protègent continuellement les amis et leurs cagnotte.Fini le luxe ,la crise pour tous,ou pour personne.Et alors là,et là seulement,une lueur d’espoir peut se rallumer.

  • labik , 13 janvier 2013 @ 9 h 40 min

    J’ai failli croire que diminuer les dépenses publiques , c était diminuer peu à peu le nombre des fonctionnaires , et surtout ,que c était diminuer le NOMBRE et les émoluments des politiques , et les avantages notamment fiscaux qu ils se sont octroyés ; ( pas la peine de quitter la France pour bénéficier d un paradis fiscal !) Ou les subventions à des associations , tout à fait estimables , mais qui devraient être bénévoles .
    J ai failli !
    Mais non ! c était : haro sur les chômeurs , sur les familles , sur les handicapés , les retraités ….
    Les frais de fonctionnement de la maison France sont beaucoup trop élevés ; mais pas question d y toucher .

Les commentaires sont clôturés.