Benoît XVI : Une lumière qui s’éteint elle-même

Tribune libre de Christian Vanneste*

C’est peu dire que l’annonce de la renonciation de Benoît XVI à son pontificat m’a touché. Je trouve dans cette décision insolite une parfaite cohérence avec la personnalité extraordinaire du Pape. Comment un homme d’une intelligence et d’une culture si peu communes avait-il fait pour rester si simple, si humble ? Comment un esprit aussi vaste pouvait-il faire preuve d’une pareille écoute à l’égard de tous ? Aujourd’hui, c’est aussi avec la même humilité qu’il avoue ne plus avoir la force de remplir sa mission, ne pas vouloir être un champion de la foi qui laisserait peut-être une grande image dans l’Histoire, mais rendrait un mauvais service à l’Église. Il ne pouvait plus clairement indiquer que l’important était ce qu’il faisait au nom des autres et pour les autres et non qui il était, le successeur de Saint Pierre, le Serviteur de Dieu, mais rien de plus.

Or, cet homme aura marqué l’Église catholique comme peu avant lui, et cela même avant son élection. Simplement, son travail a porté davantage sur les racines que sur le feuillage ou la décoration de l’arbre. C’est pourquoi beaucoup de commentaires provenant des communicants de notre pays superficiel et décadent l’ont complètement manqué. Oui, il y a moins de monde dans les églises, le dimanche, en France, mais la foule était immense lorsque Benoît XVI a célébré la messe sur l’esplanade des Invalides, en septembre 2008. La veille, j’étais présent à l’Élysée lorsque le Saint-Père avait répondu à Nicolas Sarkozy, en approuvant la laïcité positive, mais surtout en confiant son inquiétude pour notre jeunesse privée de repères dans une société où s’effacent les solidarités familiales. Car ce Pape âgé et réputé conservateur alliait deux qualités complémentaires : la première lui permettait de resituer la doctrine catholique dans ses fondements, si riches, si divers, mais d’une solidité à l’épreuve du temps, et notamment de ce temps sans épaisseur qui est le nôtre. La lecture des Pères de l’Église est de ce point de vue un rare bonheur. Mais la seconde le faisait être d’une lucidité saisissante à l’égard du monde actuel. En témoigne son discours en l’église Saint-Joseph de New York en avril 2008 : « La mondialisation a placé l’Humanité entre deux extrémités : d’un côté le sens croissant de l’interrelation et de l’interdépendance entre les peuples… D’autre part, …les changements font apparaître des signes évidents de fragmentation et de repli dans l’individualisme ». C’est cette prise de conscience des chances et des risques de l’évolution historique qui l’avait amené à cette philosophie de l’écologie humaine, cette synthése si nécesssaire pour redresser les pensées folles de la mode : oui, le progrès doit respecter la nature, mais cela vaut aussi et surtout pour la nature de l’homme, qui doit d’abord se respecter lui-même, de la conception jusqu’à la mort.

Benoît XVI a aussi réussi une autre synthèse : montrer à la fois l’ouverture et la spécificité du catholicisme. En réconciliant tous les catholiques, en s’ouvrant aux autres chrétiens, les orthodoxes, notamment, en dialoguant avec les juifs et les musulmans, le chef de l’Église catholique a montré dans les faits la force de l’unité de la famille humaine, mais l’amour ne peut aller sans la vérité, et la foi ne peut accepter l’indifférence et le relativisme. La religion catholique s’appuie sur les deux piliers qui sont la foi et la raison, deux chemins complémentaires vers la vérité. De ce point de vue, toutes les religions ne se valent évidemment pas. Elles n’ont pas toutes, par exemple, le même rapport à la violence. C’est ce que Benoît XVI avait rappelé à Ratisbonne en citant un empereur byzantin, mais pour en arriver à dire : “la diffusion de la foi par la violence est contraire à la raison. » Certains y ont vu une insupportable attaque contre l’islam. Non, c’était, dit avec beaucoup de délicatesse, puisqu’il soulignait l’expression « peu amène » du Byzantin, une vérité (Le Christ et Mahomet n’entretiennent pas le même rapport à la violence) et un message d’amour : la violence n’est pas raisonnable et vous, musulmans, qui avez une autre foi, êtes aussi raisonnables. Ne soyons donc pas violents, ni les uns, ni les autres. N’insistons pas sur les commentaires incultes qui ont accueilli cette réflexion. Ils émanaient d’un pays où la culture de la foi s’efface aussi vite que malheureusement l’importance de ce pays dans l’Histoire du monde. Le Souverain Pontife parlait non à la France médiatico-mondaine, mais au monde où les catholiques, de plus en plus nombreux, sont plus d’un milliard, et, pour beaucoup d’entre eux, souffrent aujourd’hui de la violence. Comme eux, je vais regretter ce Pape de l’amour dans la vérité, mais aussi placer mon espérance dans celui qui sera appelé à lui succéder. Benoît XVI respirait l’intelligence et la bonté. Son successeur aura besoin de volonté et de courage pour faire entendre son message.

*Christian Vanneste est un ancien député UMP du Nord.

Autres articles

6 Commentaires

  • NGLD , 12 février 2013 @ 14 h 59 min

    Merci M Vanneste

  • Tarantik , 12 février 2013 @ 19 h 04 min

    Merci monsieur Vanneste, ça nous console un peu de la médiocrité hollandaise !

  • Goupille , 12 février 2013 @ 20 h 05 min

    Benoît XVI n’est pas une lumière qui s’éteint… Il aura le temps de se consacrer à d’autres ouvrages, ou à la prière, qui sera une arme de poids dans “le temps des tribulations” qui s’ouvre.

    “Comment un homme d’une intelligence et d’une culture si peu communes avait-il fait pour rester si simple, si humble ? Comment un esprit aussi vaste pouvait-il faire preuve d’une pareille écoute à l’égard de tous ?”, dites-vous. Mais, la Foi, Monsieur. La Providence, qui l’avait amené à la tête de l’Eglise.

    Quel contraste avec la vanité des “mondains”, qui ocupent les caquetoires, les postes, les antennes, s’y accrochent avec la hargne qu’ils ont mise à les conquérir, quand bien même leur santé ne leur permet plus que d’y faire de la figuration.
    Les cimetières sont pleins d’êtres absolument indispensables, selon eux-mêmes.

    Prions pour que la Providence nous amène un “Lutteur de Dieu”, comme l’était Jean-Paul II à son avènement.
    Et que Benoît XVI nous pardonne d’avoir aussi mollement réagi aux insultes dont il a été l’objet dela part de notre beau pays pourrissant.

  • Philippe , 13 février 2013 @ 1 h 00 min

    Non, Monsieur Vaneste, la lumière ne s’éteint pas, Celle de Benoît XVI continuera de briller et brillera longtemps tant qu’il y aura des gens brillants comme vous.

  • Philippe Lemaire , 13 février 2013 @ 20 h 57 min

    Enfin un article intelligent de quelqu’un qui a compris de quoi et de qui on parle. C est pas comme l autre…Ce n est pas seulement l intelligence d ailleurs qui parle mais le coeur.

  • MarcS , 15 février 2013 @ 16 h 18 min

    Et notre pitre de président se permet de ricaner suite à la courageuse décision de Benoît 16 alors qu’il ne lui arrive même pas à l ongle de ses orteils.
    C est plutôt lui qui devrait donner sa démission pour insuffisance de ses facultés intellectuelles !!!!

Les commentaires sont fermés.