Quitte ou redouble ? La gauche au piquet

Tribune libre de Pierre-François Ghisoni*

Le pouvoir d’esprit gauchiste remonte sur ses vieilles lunes : il lui faut supprimer le redoublement des élèves.

En discuter, c’est tomber dans le piège. Donc je n’en discuterai pas. Ce doit devenir un réflexe de défense, de survie, de tous les citoyens opposés à l’esprit de gauche, de ne pas se laisser mener en bateau par le capitaine de pédalo et ses pédaleurs qui le valent bien. Ils sont maîtres en fourberie. Devenons maîtres en anti-fourberie.

La seule réponse adaptée – compte tenu de la situation réelle – est de les renvoyer à leurs responsabilités :

Une faute d’orthographe non corrigée, c’est un élève que l’on trompe, à qui on vole son avenir, un futur chômeur de plus.

Une école qui désapprend les règles de base de la morale, c’est-à-dire de la juste relation entre les humains, n’est qu’un camp d’entraînement pour anarchistes.

Sommes-nous capables de comprendre les enjeux fondamentaux ? Sommes-nous capables de laisser tomber les vieux réflexes franco-français de discussions « intelligentes » pour des queues de cerises, alors que la récolte est déjà vendue, même pourrie ?

Mes deux observations sur l’orthographe et la morale semblent dures ? Tant mieux ! C’est sur elles qu’il faut réfléchir, comprendre, agir.

L’orthographe : bien entendu je ne parle pas de sa perfection inaccessible, souhait illusoire et incompatible avec la diversité des esprits, mais du mépris envers cette discipline. Mépris d’une discipline… la vérité se dévoile.

Mépris doublement condamnable de tous les maîtres qui refusent de corriger les devoirs de leurs élèves. Comme si le seul sens (à condition qu’il existe) devait prévaloir sur toutes les erreurs de forme !

Car c’est du respect du travail bien fait qu’il s’agit. Imaginerait-on qu’un maître plombier ne corrige pas les erreurs de brasure de son apprenti ? Comment celui-ci trouverait-il du travail ? Au bout de combien de fuites serait-il renvoyé ? Prendriez-vous l’avion en sachant que le pilote va commettre des erreurs qu’on n’a pas voulu lui montrer ni lui corriger dans ses années d’entraînement ? Bien sûr que non. Ce ne serait pas sérieux, ce serait criminel.

Voilà ce que pratique la Déséducation nationale à longueur d’années. Le « s » de ce pluriel donne le sens exact de la phrase. Il m’inscrit dans une critique de la pensée de gauche qui a très bien prospéré sous des gouvernements dits de droite. L’orthographe est-elle donc la fameuse « science des nuls », comme le braient à l’envi les ânes de service ? Trouvez la réponse, et les enjeux qui en découlent !

La morale, que l’on appelait aussi « éducation civique » : encore un mot qui fait peur à l’esprit de gauche. Rappelons-nous cette courte  phrase, parmi bien d’autres que le maître écrivait au tableau avant la classe : « L’honnêteté n’est pas une qualité, c’est un devoir. » Qui l’écrit encore ? Qui osera la faire comprendre à des brutes en devenir ? Qui osera la faire respecter, par le sens des mots nécessaires pour vivre ensemble, par les armes de la justice s’il le faut ?

Mais n’est-ce pas cette morale dite « bourgeoise » qu’il fallait détruire en mai 68 ? Laquelle époque prenait la suite de toute une collection de préceptes que l’on peut s’amuser à retrouver : depuis : « La propriété c’est le vol » jusqu’à : « Il est interdit d’interdire. »

Il est beau, le résultat.

Chaque claque (si pas plus) pour un professeur, chaque pavé sur un policier, chaque embuscade pour un pompier, chaque agression d’un médecin (il faut lire les forums spécialisés), chaque attaque des transports en commun, chaque assassinat de nos soldats, (tiens, l’affaire Merah revient), ne sont qu’atteintes aux forces de sécurité physique, morales, constitutionnelles de la nation. Atteintes bestiales plus que lucratives, souvent perverses, toujours poussées par un emportement destructeur, sinon invasif, profondément anti moral.

Pondons des lois !

Pondons des lois ! Cacardons au jeu de l’oie des lois, tout cela pour masquer qu’on a oublié, voire méprisé, et aboli les lois fondamentales, celles du bon ordre de la justice. Car la morale, quoi que raconte l’esprit dévoyé de la gauche profonde, n’est ni une arme des bourgeois contre le peuple, ni une utopie métaphysique. C’est avant tout la mise en pratique des bonnes lois par lesquelles les citoyens s’ajustent, par justesse et par justice, pour vivre ensemble. C’est le souhait de tout homme honnête et paisible.

“L’humain est étranger à l’esprit de gauche, pris dans le piège implacable d’une idéalisation pathologique. Et plus la pensée de gauche fait parade de ses « valeurs », plus elle impose toutes les forces destinées à les casser.”

Et cela, l’esprit de gauche, en dépit de ses grandes déclarations, ne le veut pas, ne peut pas le supporter, et lui est irrémédiablement opposé.

L’esprit de gauche ne vise que le cumul d’idéaux inaccessibles, imagine des groupes fantasmatiques, et rejette toute émergence de la nature humaine.

Ainsi détaché des réalités, il ne peut plus les supporter. Mais il est confronté à leur existence. Il ne lui reste plus qu’à s’enferrer dans un discours et une pratique toujours plus irréalistes, incapable de juger correctement les hommes, incapable de leur proposer la juste rétribution, ni de leurs mérites, ni de leurs fautes.

Et par la raison que l’esprit de gauche ne fait pas confiance à l’homme, le craint, et veut à toute force réduire son indépendance, il délègue aux masses le soin de mettre en œuvre son programme.

Ainsi, poursuivant sans cesse son chemin d’idéaux et de classes, il ne peut, pour  se justifier, que susciter toutes les occasions de diviser pour détruire. La lutte des classes, annoncée par Marx prévoyant la fin du capitalisme, mérite d’être étudiée en ce sens. Le capitalisme n’était que le prétexte permettant à l’esprit de gauche de s’extérioriser en prenant une cible momentanée. Mais la vraie cible était autre : la soif de justice de l’homme, intolérable pour cette pensée, d’autant plus que la soif de justice ici-bas, peut déboucher sur la considération d’une justice transcendante. Or, cela, la gauche ne peut le supporter. Elle veut interdire jusqu’à cette ultime possibilité de l’homme d’échapper à l’emprise du monde.
C’est la raison pour laquelle l’esprit de gauche ne tolère ni la justice, ni l’indépendance.

En effet, dans une nation juste, la gauche d’esprit et de politique n’aurait que deux possibilités : y disparaître ou la faire disparaître.

Mais dans une société réelle, c’est-à-dire imparfaite, partagée entre des impératifs contradictoires, des antagonismes humains, trop humains, soumise à la loi de la nature qui fait de chacun de nous des êtres uniques et irremplaçables, l’esprit de gauche ne peut que briser toute tentative de réel progrès humain en lui faisant miroiter un horizon sans cesse reculé, et en fomentant des levées en masse.

Cela explique que la gauche soit, par essence, belliciste, tant en interne qu’en externe, soit par action, soit par affaiblissement interne qui attire les convoitises externes.

Il n’y a qu’à voir quelles convulsions déclenche dans ses rangs la seule expression « d’ordre moral. »

La réalité est que l’esprit de gauche ne sait pas proposer aux hommes un véritable « vivre en paix ensemble ». En réalité, plus les voix de gauche parlent de justice, plus leurs tenants mettent en place les éléments pour la détruire. En réalité, l’esprit de gauche ne peut pas supporter tout ce qui assure la paix et la justice, c’est-à-dire, la liberté humaine tempérée par la sage application des lois, punitives s’il le faut. En réalité, l’esprit de gauche trompe les braves gens, les pauvres gens bien naturellement enclins à écouter les paroles d’espoir, mais peu habitués à démêler les méandres de cette dialectique. En réalité, l’esprit de gauche tourne en cercle vicieux, allumant sans cesse des brasiers sociaux pour jouer au pompier volontaire.

Ainsi l’humain est étranger à l’esprit de gauche, pris dans le piège implacable d’une idéalisation pathologique. Et plus la pensée de gauche fait parade de ses « valeurs », plus elle impose toutes les forces destinées à les casser.

Alors, il faut réfléchir sur la pensée qui gouverne le monde :

Lorsque la surconsommation a remplacé le bon usage, lorsque la finance à tout-va dénature le commerce loyal, lorsque le profit immédiat et tapageur est valorisé aux dépens de l’apprentissage, lorsque les frontières sont violées, que les hors-la-loi bénéficient de faveurs apparemment incompréhensibles, lorsque l’humain disparaît des préoccupations des dirigeants, que les lois inutiles et inappliquées s’accumulent jusqu’à régenter l’intimité des cœurs et des demeures, que la libre parole est interdite, que le vocabulaire est amoindri, que la pensée est dirigée par une caste médiatique aussi arrogante que méprisable, que la vie est sacrifiée à la mort, que la liberté par le travail est violée sur l’autel des aides publiques et du clientélisme mortifère, que l’on prétend faire tomber la fièvre en cassant le thermomètre et qu’on allume en même temps les brasiers de la colère, c’est que l’esprit de gauche est à l’œuvre, tous partis politiques confondus et responsables.

C’est alors qu’un pays réel doit prendre son destin en main, vers la survie ou vers l’abîme.

*Pierre-François Ghisoni (blog) est écrivain et éditeur.

Autres articles

37 Commentaires

  • ranguin , 12 Mar 2013 à 16:42 @ 16 h 42 min

    Et ben, on n’est pas dans la merde !

  • scaletrans , 12 Mar 2013 à 17:37 @ 17 h 37 min

    On a rarement aussi bien résumé les choses, et en aussi peu de mots. Et si l on remonte à Rousseau, on y trouve les racines de ce mal de l intelligence, car cette pauvre larve bourrée d un malfaisant talent osait écrire: “écartons les faits car ils ne font rien à l affaire”.

  • Tarantik , 12 Mar 2013 à 19:27 @ 19 h 27 min

    19. La leçon de français 2010

    L’ignorance est la nuit de l’esprit… et cette nuit
    est sans lune ni étoiles. [Proverbe chinois].

    N’en déplaise à l’ami Rousseau,
    Moutons noirs ou loups blancs,
    Chaque horde et chaque troupeau
    A son contingent de déviants !
    Et quant à nos frères humains,
    D’aucuns me semblent regretter ce bon vieux temps
    Où nous marchions encor sur quatre mains !

    Oyez ! Un dévoué professeur des écoles,
    Rêvait de porter la bonne parole
    A quelque clan d’obscurs zonards
    [Autrement appelés loubards],
    Et ne communiquant le plus souvent,
    Que par obscénités ou rauques grognements.
    Ceci étant, il s’offrait de leur faire ouïr
    Les beautés de leur langue et dut-il en pâtir.
    Dès lors, il débuta son cours ainsi :
    «Pour bien parler en bon français, mes chers amis,
    Nous assimilerons tout d’abord l’alphabet…
    « A ; A… » Horreur ! Assimiler était mauvais.
    L’un des loubards se déclara discriminé. 2
    Il s’écria : «Tu cherches la baston ou quoi ?
    – Mais non… pardonnez-moi
    Dit l’instituteur contrarié ;
    Bon… eh bien dans ce cas…
    Passons à la seconde lettre ! Répétez
    Après moi, «B», «B» «B»… – Hé mec… tu fais chier,
    Mugit un autre, va t’ faire niquer !
    – Messieurs… gémit le pédagogue perdant pied,
    Faites un effort pour communiquer,
    Bon, essayons avec la lettre C. : « C ; C» »
    – Cé nul c’truc là… glapit un autre, j’ pig’ que dalle !
    Rien à s’couer d’ton alphabête… J’ me fais la malle !
    Mézigu’ j’aime que l’ rap, la zik,
    Le crac et l’shit pour m’ fair’ du fric ;
    – Mes chers enfants, restons courtois,
    Bredouilla l’enseignant ; Bon… eh bien cette fois
    C’est à vous, et n’hésitez pas…
    Parlez-moi franchement !
    – Yeeh… dit l’un, ben… j’sais pas quoi t’dire mec… Ah si !
    Niqu’ ta mère ! Faudrait doubler le R.M.I…
    Et aussi les alloc ! – Yeh… yeh… et aussi sec
    Virer les keufs de nos cités,
    Rugit un autre ! – Sûr mec,
    Y font rien qu’à nous provoquer,
    Renchérit le premier :
    On peut plus chourer un scooter,
    Ou tirer c’ te pouf de crémière,
    Sans qu’y nous fout’ la gueul’ à terre !
    – Yeh… reprit un autre et les meufs qui nous provoquent,
    Ben mec, c’est toutes des salopes !
    – Mais pourquoi tant de haine et d’animosité,
    Gémit notre barbacole affolé ?
    – Pass’que, mon pot’, éructa un rappeur
    Qui se croit un auteur 3
    Pass’que la France est une garce [»]
    Une de ces put’ de mèr’ qui t’a enfanté [»]
    Et mec, faut la baiser jusqu’à l’épuiser 4 …».
    J’arrête ici cette sinistre farce.
    Citons pourtant ces deux pensées :
    Laissons faire les ratés,
    Et eux ne nous rateront pas !
    Fait confiance à Allah,
    Mais attache d’abord ton chameau, 5
    Me semble aussi un très bon mot !

    Yves Tarantik

    1. Barbacole : Maître d’école à la longue barbe.
    2. Discriminer : Antienne rabâchée par nos médias. Sert à culpabiliser le
    souchien.
    3. Et à qui nos médias le font croire : Mais d’esprit, ô le plus lamentable
    des êtres // Vous n’en eûtes jamais un atome, et de lettres // Vous n’avez que
    les trois qui forment le mot : sot ! [La tirade du nez. E. Rostand]
    4. Ces 3 lignes sont de l’inepte rappeur Monsieur R. [alias Richard
    Makela], greffon d’origine congolaise qui dans une «chanson

  • Tintin , 12 Mar 2013 à 19:33 @ 19 h 33 min

    Le 24 Mars, nous initions une Assemblée Constituante, le 24 Mars, nous initions l’abolition de la République, le 24 Mars nous offrons à la France, la démocratie semi-directe de droit naturel, que requiert le 21ème siècle, le 24 Mars nous changeons la face du monde.

    Notre détermination est désormais sans failles, nous, le peuple, “we the people”, nous hissons des limbes de nos souffrances, un nouveau drapeau, le drapeau universel de la démocratie semi-directe et du droit naturel, le drapeau helvétique qui est désormais le nôtre.

  • Yaki , 13 Mar 2013 à 8:58 @ 8 h 58 min

    “L’esprit de gauche” ? C’est qui, c’est quoi ?

    La morale de gauche, qui appelle au respect de tous et de chacun, qui ne pousse pas au meurtre, au vol, est bien proche, me semble-t-il de celle de nombreuses religions. Parce que ce sont des valeurs universelles.

  • Charly , 13 Mar 2013 à 9:32 @ 9 h 32 min

    “Le 24 Mars, nous initions une Assemblée Constituante, le 24 Mars, nous initions l’abolition de la République, le 24 Mars nous offrons à la France, la démocratie semi-directe de droit naturel, que requiert le 21ème siècle, le 24 Mars nous changeons la face du monde.”

    Rien que çà ??

    Amusant. Et bien , je me place, au lendemain de la manif. Je vous parie que le 25 mars, nous aurons Hollande président et Ayrault Premier ministre.

  • ranguin , 13 Mar 2013 à 9:49 @ 9 h 49 min

    Bravo ! j’aime la tirade.

Les commentaires sont fermés.