Mélenchon battu : Hourra !

Tribune libre de Robert Ménard*

Disons-le d’entrée de jeu. S’il est une bonne nouvelle au soir de ce premier tour des législatives, c’est la défaite de Jean-Luc Mélenchon. Un score sans appel : 21,5% contre 42% pour Marine Le Pen. Une véritable gifle pour la figure emblématique du Front de gauche. Son arrogance, sa certitude d’incarner la justice et même le sens de l’histoire auront été sanctionnées. Jean-Luc Mélenchon n’est qu’un phénomène de mode, une créature de bobos, un produit médiatique. Il incarne le peuple comme je suis pape. Dimanche soir, plus d’un ont dû se réjouir. Et pas seulement dans les rangs du Front national mais aussi au Parti socialiste – voilà une voix qu’ils n’auront pas à supporter sur les bancs de l’Assemblée – et jusqu’à la place du Colonel Fabien : personne chez les communistes, soyons-en sûrs, ne portera le deuil…

Si la déroute mélenchoniste est un motif de satisfaction, difficile de passer sous silence les sujets qui fâchent. Et d’abord cette loi électorale qui fait qu’on peut avoir obtenu près de 10% des voix à la présidentielle et voir son parti – en l’occurrence le Modem – réduit, peut-être, à sa plus simple expression. Un scandale. Qu’un François Bayrou ne soit pas à l’Assemblée est un vrai dommage pour la démocratie. Merci à Martine Aubry qui s’est montré d’un rare sectarisme, soucieuse de petits calculs d’appareil qui ne la grandissent pas. Ce scandale, je suis heureux de le voir dénoncer… parfois par certains qui n’ont jamais eu un mot à l’égard du Front national victime de la même iniquité depuis plus de vingt ans ! Oui, j’espère que des élus frontistes siégeront dans la prochaine assemblée. Ce ne serait que justice… et respect du pluralisme.

Pour le reste, les socialistes vont disposer – avec ou sans des Verts qui, eux, auront su tirer profit des bonnes grâces de cette même Martine Aubry – d’une majorité qui leur permettra de mener à bien leur politique. Ils ont su prendre des mesures justes – salaires du Président et des ministres, rémunération des patrons des entreprises publiques, encadrement des loyers lors des relocations, etc. – et des mesures habiles – départ à la retraite à 60 ans pour ceux qui ont commencé à travailler très jeunes, augmentation de 25% de l’allocation de rentrée scolaire, etc. – qui leur ont assuré le regard bienveillant d’une majorité de nos concitoyens. Le plus dur est à venir et il faudra bien se résoudre à des mesures impopulaires. D’ici là, gardons en tête qu’il n’est jamais sain qu’un parti jouisse de tous les pouvoirs. On se souvient encore de l’État RPR…

*Robert Ménard est journaliste et fondateur de l’association Reporters sans frontières. Il anime trois rendez-vous quotidiens du lundi au vendredi, à 7h33 et à 8h03 sur Sud Radio et à 17h45 sur I-télé. Son blog : robertmenard.fr

Articles liés

13Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Marcel , 12 juin 2012 @ 19 h 33 min

    Venant du “journaliste” qui a écrit l’essai “Vive Le Pen”, on appréciera la délicatesse, et la justesse, de l’analyse, forcément étayée par des faits indubitables.

  • Frederique , 12 juin 2012 @ 21 h 17 min

    +1000 Robert Ménard, les moments de satisfaction sont tellement rares de nos jours, que l’on ne peut qu’apprécier quand un nous arrive.

  • domremy , 13 juin 2012 @ 7 h 15 min

    ce qui a fait du mal a MELANCHON; c est son agressivité, sa grossiérete envers MARINE ,et contre ceux qui pensent qu elle a raison,
    si il s en était tenu aux attaques contre le capitalisme outrancier ,il aurait obtenu plus de voix;malgré tout il est regrettable qu il ai des voix au parlement et que MARINE n en est pas;, il est temps d oublier les attaques contre le FN, qui n ont servient qu a les écartés,pour que l UMPS gardent tout pour eux;
    le programme de MARINE n a rien de choquant pour ceux qui aiment la France et refuse l europe et la mondialisation

  • Alain , 13 juin 2012 @ 7 h 39 min

    Le FN sans siége à l’ Assemblée une inéquité indiscutable autant qu’elle est ant-démocratique, un dénigrement total des 6,5 millions d’électeurs, qui à charge de laissés pour compte, devraient boycotter les institutions gouvernementales en prenant une position de désobeissance civique, quel impact aurait un tel mouvement en France, je salive rien que d’y penser.

  • cyril , 13 juin 2012 @ 11 h 59 min

    Vous n’êtes absolument pas crédible monsieur. (vu sur 20minutes:)«Sur le terrain de la lutte contre l’antisémitisme, cet infâme poison, le Front de gauche et ses militants sont toujours en première ligne», assure ce spécialiste de l’extrême droite au Parti de gauche qui souligne que Jean-Marie Le Pen a «réhabilité l’écrivain antisémite collaborateur Robert Brasillach sous les applaudissements de ses troupes» et dans «le silence des autres partis». Mélenchon porte l’espoir, vous et vos sbires supporter la haine de l’autre.

  • cyril , 13 juin 2012 @ 12 h 03 min

    Alain, les 6,5 millions n’ont pas voté par conviction, c’est ça la différence. J’en connais pas mal qui ont voté le pen, et quand on leur demande pourquoi, au bout de 5 minutes de discussion, ils ont honte d’avoir des arguments si vides… (les étrangers nous volent nos emplois, les arabes veulent envahir la France, tous les musulmans sont dangereux etveulent faire porter le voile aux femmes etc, etc…)

  • Donn , 13 juin 2012 @ 15 h 32 min

    Cyril, votre intolérance vis-à-vis de la culture est assez pitoyable.
    Citer un poème de Brasillach (qui n’avait rien à voir avec la Seconde guerre mondiale, ce poème n’était qu’une petite ritournelle sur l’honneur), ça ne veut pas dire approuver toute l’oeuvre, tout le parcours et tous les propos de Brasillach.
    Vous êtes un petit nervis d’extrême gauche sans aucune culture. Je vous rappelerais qu’un certain noùmbre de grands auteurs ou penseurs n’ont pas eu un parcours lisse et très moral, et ça n’empêche pas – heureusement – de les citer ou de les considérer : au hasard, Carl Schmitt (grand juriste mais aussi théoricien nazi), Heidegger (grand philosophe ayant eu des accointances avec le nazisme – il a d’ailleurs formé Hannah Arendt), Rimbaud (grand poète et marchand d’armes en Afrique), Céline, Victor Hugo (vers antisémites), et j’en passe, la liste serait très longue.

    Autrement, des sondages sérieux ont montré que parmi tous les candidats, Marine Le Pen était celle qui recueillait le plus de votes d’adhésion.
    Libre à vous de caricaturer ce vote, souvent issu des classes populaires que Mélenchon prétend défendre en niant l’inquiétude identitaire ou les problèmes de l’immigration utilisée par le MEDEF pour briser le salariat, mais visiblement vous n’apprendrez jamais l’humilité : toujours entrain de croire que vous êtes le camp du Bien contre les méchants, à croire que vous êtes les antifascites bisounours… Une rente de confort assez pitoyable, mais qui risque de plus rapporter : être antifasciste sans fasciste ça s’essouffle vite.

    Quant à votre obsession sur l’antisémitisme et la “haaaiiinnne” (on prend tous un grand bol de haine tous les matins j’avoue), je rappelle quand même que le Front de “gôche” a mis en première page et porté aux nues Míkis Theodorákis, qui affirmait que les juifs étaient à la racine du mal (sic). Balayez devant votre porte (ou demandez à un esclave clandestin de le faire, selon la doctrine mélenchonniste).

Les commentaires sont clôturés.