[Z comme Zemmour] Mélenchon et Bayrou ont un point commun : Méconnaître leur électorat

Pourquoi comparer Jean-Luc Mélenchon et François Bayrou ? “Les deux hommes ont en commun d’avoir été candidats à la présidentielle, ils sont tous deux de remarquables tribuns et parmi les derniers politiques à posséder une réelle culture littéraire et historique. Ils sont chéris des médias même s’ils ne se privent jamais de les houspiller”, explique Éric Zemmour mardi sur RTL. “Mais ils ont montré une méconnaissance de leur électorat qu’ils ont fantasmé, idéalisé, réinventé. Électorats qui, ne se reconnaissant nullement dans le portrait tracé, s’est détourné d’eux”, continue-t-il.

Les ouvriers n’ont jamais voté pour Mélenchon

“Mélenchon s’est désigné lui-même comme candidat de la classe ouvrière mais les ouvriers n’ont jamais voté pour lui ! Sa campagne présidentielle avait attiré un électorat de bobos urbains séduits par son discours révolutionnaire qu’ils ont souvent pris au second degré, aux limites de la parodies.” Or, “à Hénin-Beaumont, Mélenchon est venu à la rencontre des vrais ouvriers, des vrais chômeurs, du vrai peuple, de la vraie misère, pas des adeptes de Paris Plages.

Les ouvriers sont hostiles au multiculturalisme

À leurs yeux, l’immigration est l’autre phase des nuisances apportées par la mondialisation que dénonce Mélenchon. Les ouvriers rejettent avec violence le multiculturalisme cher aux bobos des centre ville qui mettent leurs enfants dans des écoles privées. Ils ne sont ni racistes ni xénophobes, ils sont assimilationnistes, selon la tradition républicaine française qu’ont abandonné les élites de gauche à partir des années 1970. Avec son faux tract de propos réellement tenus par Mélenchon : ‘Il n’y a pas d’avenir pour la France sans les Arabes et les Berbères’, le Front national a tué électoralement son adversaire du Front de gauche.

Mélenchon et Parisot, même combat ?

En portant le fer antiraciste contre la fasciste Marine Le Pen, Mélenchon s’est mis lui-même dans le même sac que les belles personnes de Laurence Parisot à Nathalie Kosciusko-Morizet qu’il vilipende avec un rare talent. Alors, coupé irrémédiablement de ce peuple qu’il adule, il a perdu tous ses combats : son faux combat médiatique contre Le Pen et son vrai combat contre le PS. À Hénin-Beaumont et au plan national. Défaite totale !”

L’électorat centriste existe-t-il encore ?

Quant à François Bayrou, il “avait lui-même dit que les Béarnais étaient fins et intelligents. Ils le lui ont prouvé avec une rare cruauté en maintenant le candidat UMP au second tour pour lui imposer une triangulaire de tous les dangers. Comme s’ils voulaient lui démontrer que le centre n’existe plus”, qu’il s’agit d’“un concept politique désuet, produit d’une sociologie des classes moyennes conquérantes dans une période de croissance des années 1970”. “Les traditionnelles terres centristes de l’Ouest de la France sont entièrement passées au PS et les centristes de droite ont voté Sarkozy au second tour sans se pincer le nez, en dépit de sa campagne sur les frontières qui avait tant horrifié Bayrou. Le scruntin majoritaire oblige les centristes à choisir leur camp. Bayrou, qui fut le plus brillant procureur du sarkozysme, n’a pas préparé son atterrissage en terre socialiste. Il s’est même payé le luxe de montrer les vices du programme économique de François Hollande. Légèreté coupable, non-dénuée de panache, mais il arrive que le panache soit mortel…”

Autres articles

4 Commentaires

  • Marie-Anne Kraft , 12 Juin 2012 à 18:56 @ 18 h 56 min

    Analyse très lucide de Zemmour !
    Mais en même temps, Mélenchon et Bayrou ne cherchaient pas à “séduire un électorat” !

    Mélenchon a une idéologie et propose une utopie basée sur “l’humain d’abord” et sur un discours accusatoire, désignant des coupables (les banques, les riches, les élites coupées du peuple, les médias…) détournant l’attention des problèmes de faiblesse de notre pays et notamment de ses finances publiques dus à une mauvaise gestion de l’Etat. Il en découle un discours révolutionnaire de classe.
    Bayrou a aussi un discours humaniste, remttant l’homme au centre de la société, mais au lieu du discours accusatoire il tient un discours responsabilisant et pédagogique, qui fait appel à la réflexion, qui part des valeurs et d’une analyse pour décliner ensuite des propositions pragmatiques et responsabilisante, intégrant rigueur et effort et non fausses promesses. Il ne cible aucunement un électorat “centriste” mais cherche à s’adresser à l’ensemble des Français.
    Il est victime de la bipolarisation et de la mauvaise écoute des Français, qui n’ont pas compris son message. Ils aiment bien Bayrou, comme le montre les sondages de cote de popularité, de confiance, de qualité des propositions, mais n’ont pas pour autant voté pour lui car ne l’imaginaient pas au pouvoir.

  • dissident , 13 Juin 2012 à 22:32 @ 22 h 32 min

    drole d humaniste ce Baillerou qui suite a l horrible attentat de TOULOUSE accusait sans preuve toute une partie de l opinion, plutot un horrible faux jeton je trouve, il ne recoit que la monnaie de sa piece, pour une fois il y a une justice

  • Frederique , 13 Juin 2012 à 22:45 @ 22 h 45 min

    Bayrou victime d’une mauvaise écoute?
    Je ne crois pas, victime de son double langage totalement incompréhensible plutôt. En effet, il se disait lui même européiste convaincu et voulait sortir l’économie du marasme par des mesures interdites par l’U.E, le protectionnisme entre autres.
    Il a vilipendé le programme du PS juste bon d’après lui a finir de détruire l’économie de la France avec toutes les conséquences que cela entrainerait pour les français, et pour une raison de “morale” qui n’a jamais nourri le peuple, appelle à voter PS.
    Franchement, on le sentait en pleine déroute, incapable de se situer lui même, pouvait-on décemment en faire un chef d’état?
    Quand à Mélenchon, c’est lui même qui en appelait aux forces ouvrières, convaincu comme tout bon bourgeois de gauche qu’il est, que l’ouvrier français de “souche” n’existe plus et qu’il est intégralement remplacé par l’ouvrier immigré. Erreur fatale de l’oligarchie bobo qui nous gouverne depuis 40 ans que celle de s’être déconnectée du peuple.

Les commentaires sont fermés.