Nicolas Doze : la loi Duflot est une catastrophe pour le logement

Le désastre prévisible se confirme : en voulant les encadrer, la loi Duflot fait monter les prix et la pénurie de logements locatifs, les investisseurs dans le locatif vont ailleurs, les propriétaires arrêtent de louer, les locataires sont donc les premiers pénalisés, constate Nicolas Doze mercredi sur BFM TV. Le professeur d’économie suédois Assar Lindbeck ne disait-il pas que le contrôle des loyers est le meilleur moyen, avec les bombardements, pour détruire un centre ville ?

Articles liés

11Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • charles-de , 12 juin 2014 @ 15 h 55 min

    Et un éléphant dans un magasin de porcelaine, que fait-il ? IL DEMOLIT TOUT !

  • Pascal , 12 juin 2014 @ 17 h 03 min

    Quand on confond l’hémisphère nord avec l’hémisphère sud…

  • Charles , 12 juin 2014 @ 17 h 16 min

    Nous sommes gouvernés par des clowns qui ne contrôlent plus rien.

    Ollandouille a toujours été un paresseux nonchalant
    qui ne travaillait pas ses dossiers.

    Exemple 1:Il est entré à HEC en deuxième année sur dossier…
    A savoir,il a bénéficié d’un passe droit lié à une cooptation secrète programmée.

    Exemple 2: Idem pour son admission à l’ENA: téléphonée/protégée.

    Exemple 3: Son service militaire à Coëtquidan/Saint-Cyr et Angers (Génie):
    Il le fait officiellement par conviction personnelle alors qu’il est normalement réformé
    du fait de sa myopie. En réalité,toujours pour des raisons secrètes,il suit le parcours
    de sous lieutenant,simplement dans un plan de carrière politique rédigé par ses soutiens secrets. A titre personnel,il est anti-militariste….

    Exemple 4: Officiellement son père aurait été “Algérie française”
    et sa mère “catho marxiste”. Ce scénario est contredit par des témoignages variés.
    En réalité,le père joue un rôle d’infiltration de l’entourage de Tixier Vignancourt.

    Exemple 5: Autocensuré et lié aux années 1967/1968.

    Ollandouille se contente de ruses tactiques éculées
    pour gagner du temps avec un bon mot.
    Nous avons un pauvre type aux commandes.

  • Yves Tarantik , 12 juin 2014 @ 18 h 37 min

    Ces crétins dont on fait des ministres (voire plus) ne tire donc jamais les leçons du passé ?
    Ce bon M. Quillot et sa loi de 1982 avaient bloqué durablement l’Industrie du bâtiment faisant fuir les investisseurs qui représentaient à l’époque 20 à 25% des ventes dans un programme immobilier.
    Même ignorants, mêmes causes, mêmes effets.
    Ces sinistres font leur apprentissage aux dépens des français qui travaillent !
    ça suffit !

  • xrayzoulou , 13 juin 2014 @ 0 h 31 min

    Cette débile mentale profonde, à l’instar de ces collègues et de son président, ne fait que des conneries. Quand allons-nous nous débarrasser de ces paresseux mous et inutiles ?

  • Charles , 13 juin 2014 @ 13 h 47 min

    Pourtant il existe un élément de solution simple et rapide
    pour créer sur 4 ans “ex nihilo” 1 million de petits logements (studios et 2 pièces)
    d’une taille moyenne comprise entre 20 et 50 m 2,positionnés en proximité arrêts
    transports collectifs (Bus,Tram,Train,métro).

    Cela consiste à partir du parc ancien en résidence principale.
    Nous parlons donc de 250.000 nouvelles surfaces /an sur 4 ans.

    A savoir offrir aux propriétaires la possibilité d’agrandir leur logement
    dans un cadre réglementaire simplifié avec une option financement.

    Ceci sous réserve de mise en location pour des personnes “au travail”
    dans une fourchette de prix bonifiés attractifs pour les 2 parties.

    Donc, imaginons une dispense provisoire (4 ans)de demande de permis PC
    pour tout agrandissement de l’existant et destiné a des nouvelles surfaces SHON
    (plancher habitable) allant jusque 30% de la surface SHON existante.

    Avec un forfait minima possible de 30 m 2 et un plafond forfaitaire de 100 m 2 (approx).
    Ceci sous réserve de conformité au droit PLU (COS etc).
    plus une option de financement bonifié de 1.000 e max par m2 projeté.

    Soit un financement a 30 ans, coûtant 75€/mois pour 30.000 e.
    Le propriétaire réalise comme il le souhaite son agrandissement (lui même ou artisan).

    Chaque propriétaire doit simplement faire en Mairie une déclaration en format simplifié
    et sait que il peut commencer ses travaux sous 3 semaines, à défaut de recevoir une objection écrite & motivée de la Mairie par lettre LRAR.

    En plus,il reçoit sous 4 semaines une attestation de réception et de non opposition
    de son intention d’agrandir sa résidence dans une intention locative.
    Les banques participantes bénéficiant d’une caution mutuelle pour accélérer
    les mises en place des financements.

    Même les chômeurs (donc ayant une antériorité minimale de cotisation sociale)
    pouvant avoir accès à ces financements,sous réserve d’être propriétaires.

    Le loyer moyen ,hors charges, se situant autour de 300 e/mois pour 30 m2.
    Donc 250 e pour 25 m 2 et 200 e pour 20m2.

    Les locataires sont donc des actifs cotisants et bénéficient
    d’une caution mutuelle loyers sur la base d’une antériorité de cotisation.

    On peut imaginer une dispense pour les moins de 26 ans et les jeunes diplômés.
    Le principe étant de faire confiance au marché et partir de l’existant (ancien )

  • flammande , 13 juin 2014 @ 16 h 34 min

    Mous, inutiles voire nuisibles et SURPAYES !

Les commentaires sont clôturés.