Obama, Erdogan : les masques doivent tomber !

L’agonie de Kobané réveille des souvenirs. La résistance d’une poignée d’hommes contre un ennemi implacable, par ailleurs l’ennemi de la France, qui peut être secourue par un allié puissant possédant les moyens d’intervenir et qui ne le fait pas par calcul, au mépris de la vie et du courage des combattants ainsi sacrifiés, c’est du déjà-vu. La Turquie est notre « alliée » au sein de l’OTAN. Le prétendu « état islamique » est un ennemi implacable. L’armée turque pourrait intervenir et nettoyer les islamistes rapidement. Elle ne le fait pas parce qu’elle ne veut pas indirectement soutenir le régime de Damas et révèle ainsi son véritable objectif. Elle ne le fait pas parce qu’elle ne veut pas aider les Kurdes qu’elle traite en citoyens de seconde zone chez elle, et qui pourraient constituer une zone autonome en continuité avec le Kurdistan turc alors que de part et d’autre de la frontière, les autonomistes du PKK et ceux du PYD sont en bons termes. Elle ne le fait pas parce qu’il est assez clair désormais que la Turquie a favorisé les djihadistes, y compris ceux de l’« Etat islamique », en laissant passer les armes et les hommes, en leur permettant de s’entraîner et d’être soignés sur son sol, et en leur fournissant peut-être même un appui militaire discret.

En 1944, les patriotes polonais déclenchent l’insurrection de Varsovie. L’armée rouge est de l’autre côté de la Vistule. Elle ne bougera pas tant que les Allemands n’auront pas anéanti la révolte. Ce qui restait de l’armée polonaise et de ses officiers après son écrasement par les nazis et les soviétiques en 1939, après le massacre d’un grand nombre de ses cadres sur l’ordre de Staline à Katyn, pouvait soutenir avec les résistants patriotes le gouvernement légitime réfugié à Londres et non celui soutenu par les communistes à Lublin. Staline a laissé faire le travail par Hitler pour permettre aux Russes de dominer la Pologne pendant près d’un demi-siècle. L’impérialisme russe se recouvrait habilement de l’idéologie socialiste, si pleine d’un avenir radieux. De même aujourd’hui, l’islamisme dit « modéré » d’Erdogan voile assez bien la renaissance d’un impérialisme turc.

En 1954, des soldats français sont encerclés à Dien-Bien-Phu par les communistes du Viet-minh. Un Etat-Major imprudent mal informé par un service de renseignement défaillant s’était fait piéger. Le 13 Mars les communistes lancent l’assaut. Le 23, le Chef d’Etat-Major français, Paul Ely croit obtenir de son homologue américain la promesse d’une frappe massive sur les attaquants et leur artillerie. Cette intervention aurait été l’application de la politique d’endiguement du communisme et de la théorie des « dominos ». Mais le cher général Eisenhower, au sourire enjôleur, ne l’entendait pas ainsi. L’Amérique ne devait pas ternir sa mission divine de libératrice de l’humanité en soutenant une armée coloniale. Elle tentera cependant de se substituer à la France dans ce qu’il subsistera de l’Indochine après le départ de la France, et tandis que les français prisonniers subiront un calvaire. En somme, l’Amérique avec componction, avait joué le même scénario que l’Oncle Joe,  et couvert l’impérialisme national sous le manteau de l’idéologie démocratique, humaniste et libérale. Certes, les Etats-unis sont une colonie émancipée, mais où ce sont les colonisateurs qui se sont libérés et non les colonisés, lesquels ont a peu près disparu… La politique actuelle d’Obama doit nous rappeler les ambiguïtés permanentes de la diplomatie américaine, son mélange de générosité affichée et d’égoïsme cynique pratiqué, dont leurs alliés ont souvent fait les frais. Elle doit nous rappeler les interventions militaires trop tardives, celles qui ont été menées maladroitement ou qui ont été stoppées pour des raisons de politique intérieure et au mépris des populations concernées, de la Corée à l’Irak.

Les Etats-Unis aimeraient présenter leur obsession anti-russe actuelle comme le combat du Bien dont le champion serait le gentil Barack contre le Mal du méchant Vladimir. Certes, ce dernier défend clairement les intérêts de la Russie et veut préserver ce qui lui reste d’influence sur ce qui était aussi un Empire. Mais il le fait sans masque idéologique. On ne saurait en dire autant du Président américain qui fait de la géopolitique d’intérêt national mais en se drapant dans les plis de la conscience pure de l’Amérique. Quant à l’ »allié » turc, il fait la même chose en nappant le nationalisme ottoman sous une couche d’islamisme « modéré ». Entre Poutine qui aide les prorusses en Ukraine, et Erdogan qui soutient les djihadistes en Syrie, c’est le second qui est plus dangereux car l’ami de nos ennemis est notre ennemi… à moins que les masques deviennent à ce point insupportables qu’ils soient obligés de tomber.

 

Articles liés

24Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Marc de fubi , 12 octobre 2014 @ 22 h 14 min

    Brillant. Il ne manque rien. Suez ?
    Merci.

  • Pascal GANNAT , 12 octobre 2014 @ 22 h 42 min

    Mar de Subi
    SUEZ, j’allais l’écrire.
    Et l’Algérie : les USA ont aidé le FLN, en lui vendant des armes par trafiquants ”protégés” interposés, pour que la France ne contrôle plus le pétrole du SAHARA.
    Que DE GAULLE donna au FLN, alors que le SAHARA n’a jamais été historiquement, avant la France, une partie de l’Algérie.
    Pour que les USA nous lâchent, ou lâchent leurs alliés, il a fallu chaque fois que ceux-ci se placent eux-mêmes en situation de faiblesse.
    A méditer aujourd’hui : nous avons aidé les islamistes que soutenaient aussi les Américains en Syrie, et qui à terme organiseront la terreur dans nos villes.
    Et là les Américains ne pourront rien pour nous. Ni De GAULLE qui en est à l’origine lointaine, depuis SUEZ, où il ne soutint pas la France, mais ….NASSER……

  • Alainpsy , 12 octobre 2014 @ 22 h 42 min

    Mais les masques sont tombés depuis longtemps pour qui est clairvoyant. Obama, et son chien erdogan, qui mangent tous les deux dans la gamelle du qatar et de l’arabie saoudite, veulent un islam sunnite dominant non seulement le moyen-orient mais aussi l’Europe.
    Trois tentacules pour réaliser ce génocide des peuples:
    -la branche financière, c’est à dire l’argent du pétrole, distribué par les frères musulmans à travers le monde.
    -la branche militaire, c’est à dire tous les arabo-musulmans et autres convertis susceptibles de passer à l’acte terroriste dans n’importe quel endroit du monde, ou disposés à mener des guérillas locales (shebabs, boko-haram, al-quaïda magreb etc…), ou disposés à mener une guerre de grande envergure et sans pitié ( l’EI en Irak )
    – la branche politique et/ou mondaine présentable, c’est à dire l’arbre qui cache la forêt: tous les bienfaiteurs des banlieues, acheteurs de clubs de foot, mécènes, organisateurs et financeurs de manifestations publiques ( prix de l’arc de triomphe par exemple), acheteurs d’entreprises et d’hôtels particuliers Parisiens, soutiens de campagnes politiques, corrupteurs, propagandistes, journalistes et collabos rétribués…pour donner l’image cynique et mensongère d’un islam docile et tolérant…jusqu’au coup de couteau final.
    Quand la Turquie entrera dans l’Europe, la boucle sera bouclée, nos dirigeants corrompus nous auront vendus, les musulmans en salivent déjà.
    Reste qu’en 2017 il y a une élection majeure et essentielle, celle de la dernière chance pour
    éjecter l’UMPS et tous ceux qui nous méprisent et nous livrent à l’immigration islamiste. Que chacun prenne ses responsabilités, quand il reste encore une chance, si tu ne la tentes pas, alors tu te soumets à cette perspective et tu deviens complice.

  • Gisèle , 13 octobre 2014 @ 0 h 00 min

    J’ai entendu que le Qatar devait verser 1 milliard à ….. ( je n’ai pas entendu le reste ) .
    Rien que cette bribe d’info a suffi à provoquer chez moi , une réflexion fort semblable à ce que vous écrivez @Alainpsy .
    Sous sa peau de mouton douce et aimable , le Qatar bienfaiteur , achète * tout * ! sans faire de bruit …comme un voleur …… ou un prédateur ……

  • hermeneias , 13 octobre 2014 @ 4 h 36 min

    Les islamistes ennemis de la France ?

    Première nouvelle !
    Mais non voyons nous sommes leurs amis ou leurs meilleurs ennemis .
    Ils nous adorent ainsi que le sinistre obama , prix nobel , qui a largué tour à tour Ben Ali , Moubarak , Kadafi , ….Bachar el Asad en se félicitant , comme tout nos “médias” d’un seul chœur , du merveilleux printemps arabe qui allait montrer au monde que les musulmans en général , les arabo-musulmans en particulier , voulaient tout naturellement , comme nous , accéder au paradis d’un social-liberal-fascism mondial grand rêve de gens “très biens” comme Atali ou Bhl ces pathétiques et nauséabonds prédicateurs d’un nouveau genre

  • Ajax , 13 octobre 2014 @ 5 h 48 min

    Personnellement cela me rappelle l’indépendance de l’Algérie. L’armée française, l’arme au pied pendant que devant elle, Pieds noirs et surtout Harkis se faisaient massacrer.

  • tocquelin , 13 octobre 2014 @ 7 h 46 min

    et pourtant il y a des résistants à l’islamisme…..?!http://www.bvoltaire.fr/jacquescarbou/pas-mosquee-havane,130948

Les commentaires sont clôturés.