Démonstration de force des « indignés » chrétiens à Rennes

Mgr Pierre D’Ornellas a redit jeudi midi sur France 3 qu’il ne considérait pas “Sur le concept du visage du fils de Dieu” de Romeo Castellucci comme une pièce christianophobe. L’archevêque de Rennes, Dol de Bretagne et Saint-Malo a relativisé la christianophobie ambiante dénoncée par l’Institut Civitas :

Cela n’a pas empêché 1 300 chrétiens, selon la police (chiffre rapporté par Ouest France), de se rassembler pacifiquement jeudi soir place de Bretagne pour prier et dire que “la christianophobie, ça suffit !”. L’Institut Civitas, qui a initié la mobilisation, n’en attendait que 650… Remontant vers le Théâtre national de Bretagne, ils ont été bloqués par les forces de l’ordre, mobilisées en grand nombre, au niveau du boulevard de la Liberté :

150 militants d’extrême-gauche ont également contre-manifesté sous très forte surveillance policière à proximité du Théâtre national de Bretagne :

La pièce “Sur le concept du visage du fils de Dieu” n’a pas été perturbée mais a commencé avec près de trois-quart d’heure de retard. “J’en veux encore aux juifs d’avoir bâclé le travail. D’avoir tuer le christ et laisser vivre ses ouailles…” commente Autist Reading sous un compte-rendu succinct de la soirée publié sur Rue 89. En toute impunité.

Sources : France 3 et Ouest France.

Autres articles

7 Commentaires

  • Kléber , 12 Nov 2011 à 14:19 @ 14 h 19 min

    l’Institut Civitas a “initié” la mobilisation… Qu’est-ce que cest que ce vocabulaire de jean foutre bouffi, incapable de s’exprimer en français ?

  • siloe 08 , 12 Nov 2011 à 21:26 @ 21 h 26 min

    TOUTE LA CHRETIENTE à PARIS le 10 Décembre pour la Grande PROCESSION du SAINT SACREMENT sur les champs Elysée !

    HOMMAGE RENDU à NOTRE SEIGNEUR en action de grâce !!!!!

    SOYONS 10000 Chrétiens en prières.

  • siloe 08 , 12 Nov 2011 à 21:54 @ 21 h 54 min

    Au fil des jours et des travaux des uns et des autres une image plus nette des obsessions de l’auteur de la pièce blasphématoire Sur le concept du Visage du Fils de Dieu se fait jour. Ses mensonges, aussi. Sans vouloir porter de jugement sur son inquiétude spirituelle personnelle, qui le regarde et qui, espérons-le, se résoudra dans l’acceptation du salut offert à chacun au terme d’un sacrifice total et inimaginable par ce Sauveur du Monde que Romeo Castellucci met en scène en arrière-plan d’un vieillard diarrhéique, il faut tout de même rendre justice à la vérité.

    Dans un communiqué daté du 22 octobre, l’artiste italien assurait ainsi que jamais il n’y a eu d’excréments sur le visage du Christ : « C’est faux et je trouve cette idée horrible. Ceux qui ont vu la représentation ont pu voir la coulée finale d’un voile d’encre noire descendant tel un suaire nocturne. » Idée qui a permis aux interprètes bienveillants de la pièce de dire que cette déchirure et cette noirceur symbolisaient la Passion et la Mort du Christ, tandis que sa Résurrection était fortement affirmée par la restitution intacte de la belle image du Jésus d’Antonello da Messina aux derniers instants de la représentation.

    Mais voilà : plusieurs témoins directs de la pièce, dont une journaliste de MetroFrance peu suspecte de complaisance à l’égard des manifestants chrétiens qui a assisté à la représentation au Théâtre 104, attestent que c’est à ce moment-là, quand dégouline de l’œil déchiré du Christ un liquide brunâtre versé par le vieux qui a précédemment répandu ses « excréments » sur la scène immaculée, qu’une odeur nauséabonde envahit la salle.

    Nous savons tous que vous, Mgr d’Ornellas, demande que l’on « prenne le temps de comprendre Castellucci », en passant sous silence la nature de la profanation : « La provocation de telle ou telle mise en scène, si elle est conforme à l’intention, n’est pas un blasphème mais une parole ou un geste incisif qui remue, bouleverse, oblige à réagir. (Ce que certains font) » Et nous voilà entrés dans le propre jeu de l’art contemporain qui vit de discours et justifie toutes les transgressions – toutes ! – au nom de ces considérations fumeuses. Et bien Monseigneur nous ne sommes pas tous des «lefevristes» ou autres fondamentalistes, fondamentaux et nous n’avons pas à recevoir quelques enseignements de la part de Mr Castellucci. Oui, bien des catholiques diocésains sont meurtris, blessés par ce mépris encouragé publiquement. Arrêtons pour le moins ces gue-guerres de clocher.

    Il y aurait encore beaucoup à dire sur Castellucci, ses mises en scène inverties du paradis et de l’enfer, le côté gnostique et infernal de son œuvre (un texte sur le site d’Avenir de la culture le montre bien).
    Mais il ne faut pas non plus oublier la « grande image », dont la pièce de Castellucci, en attendant Golgota Picnic qui s’annonce pire, ne sont hélas que des épisodes. Oublier que nous sommes dans une dimension eschatologique, où les forces du mal sont déchaînées contre la vie même, contre la vérité sur l’homme et son rôle sur terre, contre les commandements les plus élémentaires du Créateur, c’est se condamner à voire l’affaire Castellucci par un tout petit bout de la lorgnette. C’est l’absolutisation du relativisme systématique, prendre le mal pour bien et dire que le bien – la loi divine, le don de Dieu à l’humanité – ne peut produire que le bien : une sorte de concrétisation du péché contre l’Esprit que le démon s’efforce de faire affirmer par toutes les facettes de notre pauvre culture afin qu’elle ne cultive plus que la mort.

    Ce combat spirituel terrible livré contre Dieu, engagé par nos Prêtres Moines, dans les monastère (vous savez ceux qui ont fait l’Europe) se montre aujourd’hui au grand jour, se construisant matériellement par la culture et qui demande autre chose qu’un dialogue intellectualisant, autre chose qu’une complaisance soucieuse de ne pas heurter la culture contemporaine. C’est elle, l’ennemi, dès lors qu’elle rejette Dieu. Mais non ceux qui la véhiculent, puisque le Christ est mort aussi pour eux, et pour qu’ils puissent jouir du bonheur éternel.

  • Ragondin , 14 Nov 2011 à 14:39 @ 14 h 39 min

    “La France est laïque, la République est catholique”. Elle a tout compris, elle…!

  • Autist Reading , 15 Nov 2011 à 10:13 @ 10 h 13 min

    Mon commentaire était une citation d’une œuvre artistique. http://www.youtube.com/watch?v=7bkZk4K4Plc

    Deux posts plus loin je précise que c’est une boutade sur le dogme chrétien comme quoi les juifs seraient déicides.
    Vous n’avez qu’à ester en justice, si vous trouvez que je suis impuni, bande de mauviettes agenouillistes.

    La République a été plus que fair-play avec les cathos. Robespierre a empêché la déchristianisation et la loi de 1905 n’est pas antireligieuse.
    Sans compter toutes les entorses à la loi de 1905 obtenues par les curetons qui poussaient à la guerre civile soutenus par l’Eglise qui a refusé de monter des associations cultuelles comme les autres cultes, ce qui fait que la République loue 40 000 églises aux cathos pour la modique somme de zéro euro, exonère de foncier les communautés religieuses, subventionne les écoles confessionnelles, etc.

    Alors, écrasez-vous un peu, sinon on reprend nos églises et on passe au calendrier républicain pour que vous soyez autant emmerdés que les musulmans pour vos fêtes religieuses.

  • Autist Reading , 15 Nov 2011 à 10:15 @ 10 h 15 min

    La Fédération de Paris de la Libre Pensée dénonce et condamne les actions de l’Institut chrétien CIVITAS visant à empêcher la représentation de la pièce “Sur le concept du visage du fils de Dieu“, du metteur en scène italien Romeo Castelluci, au Théâtre de la Ville à Paris.

    Le délit de blasphème a été aboli en France en 1791 et la République garantit la liberté de conscience à tous ses citoyens grâce à la loi de 1905 de Séparation des Églises et de l’Etat.
    La liberté d’expression ne peut souffrir aucune limitation. La limitation à la liberté d’expression s’appelle la censure.

    La Fédération de Paris de la Libre Pensée constate, sans surprise, la duplicité de la hiérarchie catholique sur les événements au Théâtre de la Ville qui ”condamne les violences perpétrées” mais demande “une liberté respectueuse du sacré”.

    La Libre Pensée ne compte pas sur les Églises pour défendre la liberté contre l’obscurantisme et le dogmatisme, ce qui reviendrait à leur demander de s’autodétruire !

    La Libre Pensée appelle en revanche tous les laïques authentiques à se regrouper et à s’organiser pour faire barrage aux tentatives de tous les cultes de réinvestir la sphère publique et ce, avec la complicité de la plupart des élus, quelle que soit leur appartenance politique.

    Quand des élus versent des subventions importantes à des cultes sous prétexte qu’ils s’occupent de services publics (crèches, par exemple), il ne faut pas s’étonner que les mêmes cultes estiment avoir leur mot à dire dans tous les aspects de la sphère publique, création artistique comprise.

    La Fédération de Paris invite tous les laïques authentiques à participer à la réunion publique qu’elle organise le 9 décembre prochain sur le thème : « Fonds publics versés à des organismes religieux à Paris : les faits. La séparation des Eglises et de l’Etat toujours bafouée à Paris » (18h30, Bourse du Travail, rue du Château d’eau, salle Jean-Jaurès).

    Paris, le 26 octobre 2011

  • amonhumbleavis , 16 Nov 2011 à 0:41 @ 0 h 41 min

    Hihihi ! On se demande ce que vienne faire les deux dernières lignes dans cet article. Mais bon ce ne doit pas être pour vos qualités rédactionnelles que vous pouvez publier ici.

    On dirait qu’on a affaire à un riverain haineux de Rue89 qui n’arrive pas à argumenter dans les commentaires et utilise ce “site” pour déplacer le débat chez lui…

    Pauvre petit Eric Martin!!

Les commentaires sont fermés.