Front National : confier la culture à un militant homosexualiste, c’est rééditer les années Jack Lang

Marine Le Pen vient de commettre une grave erreur stratégique, si la nomination de Sébastien Chenu comme président du Collectif Culture du Rassemblement Bleu Marine est confirmée. Le pedigree du transfuge de l’UMP plaide en effet en faveur de la thèse maintenant courante d’une filière gay au sein du Front national et de ses partis affiliés. Cofondateur de Gaylib, Chenu s’est illustré par la publication d’une tribune favorable au mariage pour les couples homosexuels lorsqu’il était encore membre du parti de Nicolas Sarkozy et a été présenté par L’Express comme celui « qui gère les réseaux homos » de NKM durant la campagne municipale pour Paris. Que la politique française actuelle soit influencée par de puissantes coteries d’homosexuels, militants ou non d’ailleurs, qui ont tendance à se coopter les uns les autres comme le fait toute communauté, ou ce qui se considère comme telle, c’est un secret de Polichinelle. Secret seulement pour cette raison que personne n’ose le dire, apeurés que nous sommes par l’accusation d’homophobie, cette maladie introuvable. On attend encore l’enfant qui osera dire que le roi est nu. Le Front national n’échappe pas à cette règle, et l’on pourrait même dire qu’il est devenu l’avant-garde de cette mode. Il y a peu, l’on pouvait encore se moquer comme de sa première chemise que l’on dise d’untel qu’il en est. Cela ne revêtait nulle importance dans la conduite des affaires publiques. Mais la démocratie représentative a toujours été le jouet des groupes de pression, l’essentiel, ou le moindre mal, étant qu’elles parviennent à s’équilibrer et que l’Auvergnat ne domine le Corse, ni le protestant la féministe.

“Certes, les Français ont besoin de travail et de souveraineté. Mais une fois qu’on sera sorti de l’euro et de Schengen, on fait quoi ? On est qui, surtout ? Le Français ne se nourrit pas que de pain.”

Mais aujourd’hui que même la sempiternelle franc-maçonnerie bat de l’aile, que les cathos sont portés disparus, réduits à un Sens commun d’opérette, et surtout aujourd’hui que le grand combat anthropologique, celui qui décide de la France de demain, a pour objet la législation familiale et même jusqu’à la redéfinition de la sexuation de l’humain, il est plus qu’inquiétant que les LGBTistes tiennent le haut du pavé. Le Front national, on le sait, s’est dandiné depuis le début de ce qui est l’affaire Dreyfus de notre temps, la dénaturation du mariage, d’un pied sur l’autre. Pendant que Marine Le Pen, visiblement sous l’influence de Florian Philippot et de ses disciples qui ont la haute main sur presque tous les collectifs qu’a lancés le parti, assurant vouloir abroger la loi Taubira, demeurait pourtant la grande absente des Manifs pour tous, Marion Maréchal-Le Pen y battait le pavé courageusement, se heurtant et à la lâcheté des organisateurs de LMPT, tremblant que la petite-fille du diable puisse prononcer le moindre mot à la tribune où succédaient pourtant aux femmes voilées les rares députés socialistes hostiles à la loi et la cohorte serrée des élus UMP, et aux apparatchiks de son propre parti qui ne voyaient dans le changement de civilisation annoncé par le Garde des Sceaux elle-même qu’une diversion vis-à-vis des « vrais problèmes des Français ». Certes, les Français ont besoin de travail et de souveraineté. Mais une fois qu’on sera sorti de l’euro et de Schengen, on fait quoi ? On est qui, surtout ? Le Français ne se nourrit pas que de pain.

Ils se disent gaullistes, ou gaulliens, ils ne sont que chevènementistes. Car la France de de Gaulle, ce n’était pas le plein-emploi, le nucléaire et les usines Renault. C’était bien autre chose. Marine Le Pen a oublié la seule vraie leçon de Mai 68 : on n’est pas amoureux d’un taux de croissance. Et si la seule politique culturelle qu’envisage le Front national, c’est la réédition des années Jack Lang, car il faut bien entendu que ce soit un homosexuel qui dirige la culture, cliché éculé et presque « homophobe » à lui seul, alors son intégration dans le jeu morbide de la démocratie finissante est bien accomplie. Si c’est bien ledit Sébastien Chenu, fameuse « prise de guerre » comme ils disent, qui préside demain aux destinées culturelles du parti qui se vantait de faire exploser le système, alors il est bien certain que plus aucun catholique conscient, ni aucun militant de LMPT ne donnera jamais une voix à Marine Le Pen. Et entre ce nouveau Front et une UMP dont le président accorde que « ça ne coûte pas cher » de dire qu’il abrogera la loi Taubira, les hommes libres sont bien orphelins aujourd’hui.

Autres articles

87 Commentaires

  • Daniel PIGNARD , 12 Déc 2014 à 14:17 @ 14 h 17 min

    Eh oui, pour l’après Hollande, il n’est pas prévu de règne Le Pen mais bien d’un règne des saints du Très-Haut. Lire Daniel 2 et Daniel 7.
    http://www.contrepoints.org/2013/07/07/130197-une-diplomatie-francaise-incomprehensible#comment-459052

  • Jean Dutrueil , 12 Déc 2014 à 14:21 @ 14 h 21 min

    @Jacques de Guillebon,

    Superbe article qui complète le mien publié sur NDF et intitulé “Marine Le Pen pourra-t-elle sauver la France ?”

    Néanmoins deux toutes petites objections.

    La première est le mépris, compréhensible, de l’auteur concernant Sens commun.

    Malgré tous les défauts qu’a ce mouvement, il a réussi uniquement verbalement (mais c’est déjà un grand combat symbolique gagné) à obliger les candidats à présidence de l’ump à se positionner clairement pour ou contre la loi Taubira.

    Cela montre à quel point la France est en train, surtout chez les jeunes générations, “de souche” de se droitiser fortement.

    A titre personnel je crois très fortement que le pouvoir est une consécration de la réalité sociologique préétablie du pays.

    Donc la droitisation du peuple arrivera à s’incarner à terme dans la politique, plus ou moins dans la douleur d’ailleurs.

    Autrefois le mouvement de gauchisation de la génération de Mai 68 avait déjà des racines dès les “30 glorieuses”, était présente dès le début du mandat de de Gaulle et malgré sa chute n’est arrivée au pouvoir qu’avec Giscard et non Pompidou.

    L’action politique soixante-huitarde est arrivée après le changement de mentalité.

    Il en sera de même pour la droitisation qui est née de la déception des promesses patriotes de Sarko non tenues, déception qui se concrétise à travers une lame de fond populiste christiano-identitaire polymorphe formalisée par l’émergence des groupes identitaires et les MPT d’abord puis commence à se traduire politiquement aujourd’hui à travers Sens Commun ou les concepts de “Remigration” ou de “Grand Remplacement” issus des identitaires dont les politiques, notamment du FN, sont obligé dorénavant de prendre en compte.

    Le deuxième défaut du texte est de ne pas voir que le FN est, à l’instar de l’ump, de moins en moins un bloc monolithique, qu’il est un parti de droite dominé par un staff de gauche, qu’il est de plus en plus traversé par une fracture entre christiano-identitaires (Chauprade, Marion Maréchal le Pen, Gollnisch, Philipe Martel, Sanchez, Lansade etc.) majoritaire, le véritable courant vainqueur des élections internes du FN (puisque c’est cette branche qui a taclé de très loin le sur-médiatisé Philipo) et republicano-chevementistes ou philipo-mariniste, composés de nouveaux cadres germanopratins rentrant au FN pour se protéger des menaces de l’islamisation qui pourraient à terme remettre en cause les “acquis” soixante-huitards, ces mêmes “acquis” qui ont permis l’individualisme, le divorce généralisé, l’avortement de masse sabordant 25% de notre potentiel démographique, qui est la véritable pompe aspirante de l’immigration-invasion puisque la nature a horreur du vide.

    Comme l’a très bien compris Patrick Buisson, le vainqueur pour 2022 et peut être même 2017 est le candidat, à l’ump ou au fn qui comprendra que

    1) il y a une très forte droitisation des français, droitisation identitaire, conservatrice en matière de meurs et libérale en matière politique (la retraire à 60 ans, le SMIC à 1500 euros, ou le soutien aux grévistes sncf de Marine le Pen lui étant désormais incompréhensible)

    2) que les électorats ump et fn (qui en s’additionnant sont bien plus nombreux que les électeurs de gauche) ont quasiment la même vision des choses et sont prêts à une coopération; que le cordon sanitaire est rompu pour eux au grand dam des staffs de l’ump mais aussi du fn.

    3) donc que ce sera le candidat qui sera identitaire, conservateur et libéral qui au delà de son électorat, siphonnera les voix de l’électorat du parti de droite concurrent.

    Bien à vous

  • Goupille , 12 Déc 2014 à 14:27 @ 14 h 27 min

    Ce qu’en dit Aliot.
    Cela vaut ce que cela vaut…

    https://www.youtube.com/watch?v=IRx3iWnWGaY&feature=player_embedded

  • pas dupe , 12 Déc 2014 à 14:43 @ 14 h 43 min

    GPA : le conseil d’état valide la circulaire Taubira !!!!

  • JG , 12 Déc 2014 à 15:07 @ 15 h 07 min

    Monsieur,

    merci de votre commentaire.

    Là où vous vous trompez, à mon sens, c’est quand vous croyez que le courant “marioniste”, disons pour simplifier, a triomphé au Congrès. Marion Maréchal-Le Pen est certainement portée par les adhérents de base ; notez cependant qu’elle n’a pas été promue à la vice-présidence que sa première place lui promettait.
    Un parti, et particulièrement le FN, est un animal complexe, qui a des ressorts secrets.

  • jejomau , 12 Déc 2014 à 15:29 @ 15 h 29 min

    « La prise du pouvoir politique passe par la prise du pouvoir culturel. »

    Antonio Gramsci

    Le Front National est en train de devenir un parti d’essence marxiste avec pour maître à penser Gramsci .

    Si la prise du pouvoir politique recherché par le F.N passe sous les fourches des LGBT et LA THEORIE DU GENRE à imposer au Peuple de France via la prise du pouvoir culturel au sein du Parti: alors les responsables du F.N trahissent eux aussi les Français

    Et que Louis Alliot et les autres cadres dirigeants se le disent bien : tout le monde s’en fout des homosexuels . Ce qui provoque l’envie de vomir, c’est le fait que les LGBT sont une racaille homosexualiste qui en veut à nos enfants : en clair, ce ne sont pas des patriotes mais des sa……ds qui travaillent pour les mondialistes !

  • Monsieur T , 12 Déc 2014 à 17:02 @ 17 h 02 min

    Expulsion des révisionnistes, réduction progressive au silence des antisionistes, références aux grandes figures du nationalisme interdites remplacées par Jaurès ou Salengro, promotion de l’infâme laïcité aux dépends du christianisme, recrutement de cadres homosexuels et francs-maçons, négation de la réalité du Grand Remplacement, etc…Le néo-FN est à vomir.

Les commentaires sont fermés.