« Mariage » gay : Nesme s’en prend à Libération. Exclusif : les 82 premiers signataires de l’entente parlementaire

Nouvelles de France a rencontré vendredi après-midi Jean-Marc Nesme, député-maire UMP de Paray-le-Monial, suite à la une de Libération du jour, “Mariage gay : Nicolas Sarkozy tenté par le oui” ?

Jean-Marc Nesme, comment réagissez-vous à ce gros titre ?

Cette une fait partie des exagérations et des provocations de Libération.

Ne s’agit-il pas, comme l’affirme Pascal Riché, le rédacteur en chef de Rue89, d’un ballon d’essai de l’Élysée ?

A mon avis, non. L’Élysée sait que j’ai réactivé « l’Entente parlementaire pour la défense du droit fondamental de l’enfant d’être accueilli et de s’épanouir dans une famille composée d’un père et d’une mère » et qu’un tel projet entraînerait des réactions du côté du Parlement. Autant je ne crois pas au ballon d’essai de l’Élysée, autant je constate que Libération cherche à semer le trouble à droite… Leur objectif est de mettre en porte-à-faux Nicolas Sarkozy… Et puis, vous savez, l’Élysée téléguidant Libération, ce serait un scoop ! Comme d’habitude, ce quotidien joue la carte de la provocation en utilisant quelques individualités, en interprétant et en faisant des amalgames.

Pourtant, depuis plusieurs mois, les rumeurs vont bon train sur une prise de position du président de la République en faveur du “mariage” homosexuel…

Si jamais Nicolas Sarkozy inscrivait dans son projet présidentiel le “mariage” homosexuel et l’adoption, il perdrait des centaines de milliers de voix, c’est évident. Ce serait une erreur politique majeure, en plus d’être une erreur sociétale.

Vous êtes donc certain que Nicolas Sarkozy ne cédera pas sur ce point ?

Je l’espère. S’il cédait, je quitterais l’UMP.

Vous seriez le seul dans ce cas ?

Non. D’autres élus me suivraient. Il est trop tôt pour y penser, mais si Nicolas Sarkozy défendait le “mariage” homosexuel, je réunirais tout le monde et nous prendrions une décision collective.

En exclusivité, Nouvelles de France publie les noms des 82 parlementaires qui ont déjà signé « l’Entente parlementaire pour la défense du droit fondamental de l’enfant d’être accueilli et de s’épanouir dans une famille composée d’un père et d’une mère ». Le député Nesme promet une seconde liste pour la semaine prochaine, car il “[n’a] pas eu le temps de voir tout le monde”. Votre député n’en fait pas partie ? C’est le moment ou jamais de le contacter pour lui demander d’y associer son nom !

Lire aussi :
> « Mariage » homosexuel : l’avertissement de Nesme à Copé et Sarkozy

Articles liés

21Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Komdab , 16 janvier 2012 @ 18 h 17 min

    Comme pour l’avortement il y a quelques décennies, ces députés n’iraient pas jusqu’à quitter “le parti”, faut pas déconner un siège à l’assemblée c’est quand même top confort 🙂

  • kjbvkj , 17 janvier 2012 @ 20 h 33 min

    « Nous pouvons comprendre la souffrance de personnes qui n’ont pas d’enfant mais il ne nous paraît pas conforme à l’intérêt de l’enfant de permettre que sa filiation ne soit pas basée sur l’altérité sexuelle des parents. Cela en effet l’exposerait à des difficultés d’identification et de structuration de sa personnalité comme le souligne la grande majorité des pédopsychiatres. »

    Ouai dans ce cas faudrait aussi penser à interdire aux familles monoparentales d’avoir des enfants (manque d'”altérité sexuelle” y parait) et pis l’adoption aux personnes stériles aussi (problèmes de filiation tout ça). Ah et également enlever leurs gosses aux personnes anciennement hétérosexuelles qui sont passées du côté obscure de la force. Puis comment un petit africain adopté peut-il “s’identifier” à sa famille blanche ? Aller zou on interdit l’adoption des petits africains, asiatiques, sud-américains et tutti quanti par les blancs !

    Et sinon il est où l’intérêt de l’enfant pour ceux qui sont effectivement élevés dans une famille homoparentale (bah oui on peut pas empêcher les gens d’avoir des enfants, c’est ballot hein) et qui ne bénéficie d’AUCUN cadre juridique (mort d’un des conjoint, autorité parentale, etc.) ??

    Visiblement on préfère ignorer une situation bien réelle qui insécurise les enfants d’un point de vue juridique (car au niveau de l’éducation et de l’amour des parents, les enfants d’homos vont plutôt bien, merci pour eux) pour se focaliser sur des considérations morales et naturalistes d’un autre temps (je vis en Belgique et le pays ne s’est pas écroulé après l’autorisation de l’adoption pour les homos aussi incroyable que cela puisse paraitre).

    Sinon visiblement tous les “professionnels” ne sont pas d’accord: http://www.tetu.com/actualites/international/pas-de-problemes-particuliers-pour-les-enfants-des-familles-homoparentales-14610

  • JACQUES-FRANCOIS dit LOCARD , 18 janvier 2012 @ 10 h 27 min

    Vous faîtes fi de la situation catastrophique que vit actuellement la Belgique! Avez-vous chercher le pourquoi?
    Maranatha!
    Merci!
    JFL

  • kjbvkj , 18 janvier 2012 @ 12 h 39 min

    Catastrophique ? Heu non je vois pas, pour un pays qui est resté sans gouvernement fédéral durant plus d’un an je trouve qu’il s’en sort plutôt très bien.

    Sinon, vous n’essayeriez pas d’imputer l’origine des problèmes communautaires, que la Belgique connait depuis presque sa création en 1830, à une mesure en faveur de l’homoparentalité datant de quelques années, hein quand même, c’est une blague dites moi ?
    Non parce que si vos seuls arguments c’est du type “Dieu vous punira immondes pourceaux dégénérés” j’arrête direct de tenter un semblant de dialogue argumenté.

  • Olympe , 18 janvier 2012 @ 15 h 48 min

    Les familles homoparentales existent et leurs enfants se portent très bien. Les nombreuses études et les années de recul ont prouvé qu’il n’ont pas plus de problèmes que les autres enfants.
    Ceux qui continuent de faire une politique de l’autruche, refusent de voir que la société française a évolué.
    Il n’y a aucun argument valable contre l’homoparentalité, juste des positions intolérantes et basées sur des arguments infondés.
    L’intérêt de l’enfant c’est de bénéficier de la même protection juridique que tous les autres enfants. C’est ce que leurs parents demandent tout simplement.
    Cette entente parlementaire est une insulte non seulement à ces familles mais aussi à toutes les familles monoparentales, les veuves, les parents adoptifs…
    Ces parlementaires devraient avoir honte ! Il est certain que le message sera passé afin que leurs électeurs choisissent un autre bulletin la prochaine fois !

  • Eric Martin , 18 janvier 2012 @ 16 h 27 min

    @ Olympe : faux, de nombreuses études sont plus que circonspectes : http://leconservateur.blogmilitant.com/index.php?post/2006/07/03/homosexualite-et-homoparentalite-les-etudes-existent

    Que la société française évolue n’est pas un argument surtout quand on sait pourquoi elle évolue : matraquage médiatique via les séries US et propagande d’associations subventionnées par les collectivités et l’Etat.

    Certains homosexuels sont en train de créer une situation de fait pour ensuite crier à l’hypocrisie bourgeoise. J’ai envie de dire : qu’ils assument. Jusqu’au bout. Un jour, certains seront assignés par leurs enfants qui leur reprocheront de les avoir privés d’un père et d’une mère.

  • Olympe , 18 janvier 2012 @ 17 h 32 min

    L’avis de votre source est nettement orienté !

    Les homosexuels ne sont pas “en train de créer une situation”, Monsieur, on recense des parents homosexuels depuis les années 1970.

    Les études ne concluent pas à des différences significatives entre les enfants élevés dans les familles homoparentales et ceux élevés dans les familles hétéroparentales.
    Certaines études “anti lobby gay” sont en effet plus que circonspectes…

    La société évolue et c’est un argument, un argument qui permet aux enfants nés hors mariage de ne plus être qualifiés de “batards”, etc.
    Cela bouscule en effet une société que certains souhaiteraient immuable…

    Au lieu de parler à la place de ces enfants, je vous conseille la lecture de cet ouvrage : “FILS DE …” de Taina Tervonen.

    Car ce qui fait évoluer les français sur la question de l’homoparentalité n’est pas la position idéologique de quelques parlementaires (en nette diminution) mais le fait de cotoyer au quotidien des familles homoparentales et de constater ce que les études démontrent…

Les commentaires sont clôturés.